Festival de buts à la Minsk Arena

Le hasard offre parfois des statistiques amusantes. Après trois matches disputés dans le tournoi, les États-Unis et la Lettonie présentent exactement la même fiche. Deux victoires et une défaite pour chaque équipe, qui comptent également le même nombre de buts marqués (10) et encaissés (9). Est-ce suffisant pour prédire un match au score serré ? Pas si sûr…

Ted Nolan fait confiance à Kristers Gudlevskis pour affronter le Team USA, probablement car il est rodé au jeu nord-américain après sa saison rookie dans l’organisation du Lightning de Tampa Bay. La possession est américaine en début de match et la domination territoriale est flagrante au cours des cinq premières minutes. Peu après avoir obtenu la première occasion du match, de près, Kevin Hayes provoque une pénalité grâce à sa bonne protection de la rondelle.

Le Team USA a du mal à installer son jeu de puissance et les joueurs se compliquent la tâche en tentant des choses difficiles. La plus grosse occasion est pour Johnny Gaudreau au moment où Gints Meija sort du cachot.

Herberts Vasiļjevs joue de son expérience pour déposséder Seth Jones de la rondelle à un mètre de son but. Ce dernier est contraint à la faute pour annihiler la première occasion lettonne. L’avantage numérique balte n’est guère plus convaincant que celui des Nord-américains…

Sur un lancer de la ligne bleue signé Jacob Trouba, Craig Smith chercher la déviation devant la cage. Gudlevskis doit s’employer pour geler la rondelle. Les deux équipes se rendent coup pour coup. C’est ensuite Mārtiņš Cipulis qui teste Tim Thomas depuis l’enclave mais son tir du poignet est capté de la mitaine.

Tyler Johnson et Seth Jones obtiennent une très grosse occasion d’ouvrir la marque. Sur une situation à deux contre zéro, ils mettent le gardien letton hors de position sur un enchaînement de passes… mais Jones, emporté par son élan, se retrouve avec la rondelle derrière la cage. Dans la continuité de l’action, la défense américaine se met à la faute, mais ne parvient pas à toucher le palet.  Tim Thomas tente un poke-check, mais la rondelle atterrit sur la crosse de Meija… qui marque dans un trou de souris bien malgré lui !  Le but est validé après reprise vidéo (0-1, 15’39’’). Ce but était-il valable sachant que Thomas a touché la rondelle ? Pas sûr…

La fin de tiers s’anime. Le Team USA, sans doute animé d’un sentiment d’injustice, cherche à réagir tout de suite et l’égalisation intervient une minute après l’ouverture du score. Jake Gardiner lance Craig Smith, à la limite du hors-jeu, dans le dos de la défense lettonne. Son puissant tir du poignet fait mouche (1-1, 16’39’’). La Lettonie s’est fait avoir sur un mauvais changement de ligne.

Le jeu se muscle soudain. Cela profite à la Lettonie avec Ronalds Ķēniņš qui entre en zone plein centre. Son tir sur la botte de Thomas provoque un énorme rebond que Miķelis Rēdlihs s’empresse de propulser au fond des filets (1-2, 18’57’’) ! Les deux équipes rentrent aux vestiaires sur ce score après une fin de tiers à cent à l’heure.

Les États-Unis obtiennent rapidement un simple puis double avantage numérique, mais ils n’en profitent pas.  Un tir de Trouba hors cadre fait ressortir la rondelle de la zone puis ce dernier, toujours, réceptionne mal une passe en retrait. C’est au tour de la Lettonie de profiter d’un double avantage numérique. Au moment où Vince Trocheck revient sur la glace, Mārtiņš Cipulis rate une cage vide et lance à côté. L’action continue. Aleksandrs Ņiživijs quitte son aile et traverse la cercle gauche avec la rondelle. Face à l’absence d’opposition, il parvient à loger son tir dans la lucarne gauche de Thomas (1-3, 28’08’’).

La suite du tiers consiste en un enchaînement de pénalités lettonnes. Une indiscipline qui coûte cher. Moins d’une minute après le troisième but letton, Brock Nelson trompe Gudlevskis du revers au premier poteau (2-3, 28’57’’). Le cerbère letton, sans doute surpris du tir de Nelson dos au but, n’est pas exempt de tout reproche.

Comme Juris Stals quelques minutes auparavant, Aleksandrs Ņiživijs commet un accrocher. Cafouillage devant le but letton, Craig Smith trouve la barre transversale mais Tyler Johnson expédie le rebond dans le but (3-3, 31’) Comment gaspiller deux buts d’avance en une leçon… Sur la célébration du but, Kristaps Sotnieks décoche un coup de poing sur Nelson… Aussitôt au complet, les Lettons se retrouvent à quatre. Sans conséquences pour cette fois…

Jake McCabe offre une grosse occasion à Ķēniņš en perdant l’équilibre en position de dernier défenseur, devant sa cage. Mais l’attaquant voit son tir sauvé in extremis par Thomas (37’). Les deux équipes n’ont pas beaucoup joué à forces égales dans ce tiers médian, haché par l’indiscipline américaine puis, surtout, lettonne. Les deux équipes rejoignent les vestiaires sur un score de parité.

Les deux équipes se neutralisent en début de période. Passons sur les dix premières minutes car les dix dernières sont splendides pour le suspense… Kaspars Daugaviņš récupère le palet en zone défensive sur une passe de Jēkabs Rēdlihs. Il remonte la glace et déjoue toute la défense américaine pour tromper le gardien d’un solide tir du poignet (3-4, 51’25’’).

Réaction immédiate du Team USA : Seth Jones arme son tir frappé, mais temporise pour éviter le contre.  Son tir semble dévié par la crosse de Kevin Hayes mais le but est bien accordé à Jones (4-4, 53’26’’).

C’est au tour de Girgensons de se présenter devant Thomas. Bien lancé par Meija, il trébuche au moment de faire face au gardien… mais parvient tout de même à glisser la rondelle entre ses jambes en chutant (4-5, 54’35’’) ! La Lettonie va-t-elle parvenir à refaire le break ? La réponse est oui ! Le capitaine Herberts Vasiljevs s’échappe en zone neutre. Sa feinte déséquilibré Thomas qui tente un arrêt désespéré de la mitaine en se retournant… Insuffisant (4-6, 57’39’’) !

Il reste alors un peu plus de deux minutes à jouer. En hockey, c’est peu et beaucoup à la fois…  Peter Laviolette sort son gardien pour profiter d’un sixième joueur de champ. La rondelle circule. Jones passe à Gaudreau en bas du cercle droit. Ce dernier trouve Nelson, démarqué juste devant le but, qui dévie la passe dans le but (5-6, 58’30’’).

L’entraîneur du Team USA prend son temps mort puis sort Thomas rapidement après la mise au jeu. Ils jettent leurs dernières forces dans la bataille alors que le public scande des « Latvija ! Latvija ! ». Plus rien n’est marqué, la Lettonie remporte ce match fort en suspense et riche en buts.

Grâce à cette victoire, la Lettonie dépasse les États-Unis au classement pour prendre provisoirement la deuxième place de la poule B. La troupe de Peter Laviolette peut regretter d’avoir marché à réaction cet après-midi. Ils ont comblé une première fois un déficit de deux buts en profitant de l’indiscipline lettonne, mais la deuxième fois c’était trop tard.

Désignés meilleurs joueurs : Craig Smith (USA) et Zemgus Girgensons (LET).

Commentaires d’après-match

Zemgus Girgensons (attaquant de la Lettonie) : « Il y a eu des hauts et des bas dans ce match. Nous avons eu nos hauts chacun notre tour. Mais nous devions arrêter de prendre autant de pénalités. Nombreuses d’entre elles étaient de notre propre faute. »

Seth Jones (défenseur des États-Unis) : « Six buts, c’est beaucoup trop. Nous devons mieux aider Tim [Thomas] que nous l’avons fait aujourd’hui. Nous faisons beaucoup de bonnes choses, mais nous devons resserrer défensivement, aussi bien les attaquants que les défenseurs.  Non ne peut pas les laisser autant attaquer le filet. »

 

États-Unis - Lettonie 5-6 (1-2, 2-1, 2-3)
Jeudi 13 mai 2014 à 16h45 à la Minsk Arena de Minsk. 11 814 spectateurs.
Arbitrage de MM. Viacheslav Bulanov (RUS) et Konstantin Olenin (RUS) assistés de MM. Joep Leermakers (PB) et Miroslav Valach (SVQ).
Pénalités : États-Unis 20‘ (2', 16’, 2’), Lettonie 16' (2', 14’, 0’).
Tirs : États-Unis 36 (10, 13, 13), Lettonie 25 (8, 8, 9)       
Temps mort des États-Unis à 58’30’’

Évolution du score :
0 – 1 à 15’39’’ par Meija assisté de Berzins (pén. diff.)
1 – 1 à 16’39’’ par Smith assisté de Gardiner
1 – 2 à 18’57’’ par Rēdlihs assisté de Ķēniņš  et Daugaviņš
1 – 3 à 28’08’’ par Ņiživijs assisté de Vasiljevs (sup. num.)
2 – 3 à 28’57’’ par Nelson assisté de Jones (sup. num.)
3 – 3 à à 31’ par Johnson assisté de Smith et Trouba
3 – 4 à 51’25’’ par Daugaviņš assisté de Rēdlihs
4 – 4 à 53’26’’ par Jones assisté d’Abdelkader
4 – 5 à 54’35’’ par Girgensons assisté de Meija
4 – 6 à 57’39’’ par Vasiljevs assisté de Cipulis
5 – 6 à 58’30’’ par Nelson assisté de Gaudreau et Jones

États-Unis

Attaquants :     
Tyler Johnson (+1) – Brock Nelson (+1) – Craig Smith (A, +1)    
Kevin Hayes (-2) – Johnny Gaudreau – Justin Abdelkader (C, -2)            
Tim Stapleton – Tommy Wingels (-1) – Peter Mueller  
Jimmy Hayes (-1) – Colin McDonald (A,-1) – Vince Trocheck (-1)             
Drew Shore

Défenseurs :    
Jacob Trouba (2’, -2) – Dan DeKeyser (12’, -2)  
Seth Jones (2’, +2) – Jake McCabe         
Jeff Petry (-2) – Jake Gardiner 
Matt Donovan

Gardien :
Tim Thomas [sorti de 57’55’’ à 58’30’’ puis à 58’44’’]

Remplaçants : David Leggio (G). Non alignés : Connor Hellebuyck (G), Connor Murphy, Andy Miele.

Entraîneur : Peter Laviolette

Lettonie

Attaquants
Miķelis Rēdlihs (+1) – Kaspars Daugaviņš (+2) – Ronalds Ķēniņš (+1)     
Miks Indrašis (-1) – Zemgus Girgensons (2’, -1) – Juris Štāls (2’, -1)        
Mārtiņš Cipulis (+1) – Herberts Vasiļjevs (C, +1) – Aleksandrs Ņiživijs (2’, +1)    
Armands Berzins (+1) – Andris Džeriņš (+1) – Gints Meija (2’, +1)          

Défenseurs
Artūrs Kulda (A, 2’, +3) – Guntis Galviņš (+2)
Georgijs Pujacs (A, 2’, -3) – Kristaps Sotnieks (4’, -1)     
Māris Jass (+1) – Jēkabs Rēdlihs (+2)

Gardien
Kristers Gudļevskis        

Remplaçants : Edgars Masaļskis (G), Rodrigo Laviņš, Roberts Lipsbergs. En réserve : Ivars Punnenovs (G), Jānis Jaks, Koba Jass.

Entraîneur : Ted Nolan