Miklik, le déclic

La Norvège compte déjà deux victoires et a soigneusement entouré ce match face à la Slovaquie dans son calendrier. La place en quart de finale - également convoitée par la France - commence à se jouer ce soir entre les deux équipes.
 
Les ambitions slovaques ont été revues à la baisse. Les trois défaites, dont la piteuse déroute en troisième tiers contre la France, obligent la Slovaquie à d'abord assurer le maintien. Les trois points sont impératifs ce soir. Plus le temps d'attendre d'hypothétiques renforts, un réserviste a été intégré dans cette optique. Marcel Haščák, l'attaquant du Dynamo Riga, est installé en troisième ligne pour son troisième championnat du Monde. Vladimir Vůjtech modifie par ailleurs ses lignes, laissant l'attaquant d'AHL Marek Viedenský sur le banc et alignant Michel Miklík au centre de la deuxième ligne. Un choix critiqué par les supporters slovaques qui n'apprécient guère qu'un vétéran remplace un jeune...
 
La mission maintien de la Slovaquie part sur d'excellentes bases. Une minute de jeu et Michel Miklík lance du point d'appui. Le palet frôle le patin de Juraj Mikúš, puis d'un défenseur à la lutte avec Tomáš Tatar. Lars Haugen est surpris par cette déviation, finalement attribuée à Tatar (1-0). Autant pour les supporters, la seconde ligne a fonctionné...
 
En confiance, les Slovaques ? Pas vraiment ! Trois minutes plus tard, Andreas Stene sort du fond et revient vers la bleue offensive. Il remise vers Alexander Bonsaksen au centre, qui lance de la bleue. Niklas Roest traîne devant la cage et masque Ján Laco (1-1).
 

Il y a du rythme et de l'envie dans ce début de match. La Slovaquie reprend ses esprits après l'égalisation et commence à confisquer la rondelle. La grosse défense norvégienne se fait manger. Mikúš récupère un palet dans la neutre, déborde à gauche. Il n'est pas attaqué. Miklík est planté devant la cage et occupe trois défenseurs. Mikúš passe devant la cage et trompe Haugen, hors de position (2-1). Tiens, encore la deuxième ligne modifiée !
 
Les Bleus insistent, portés par leur public. Andrej Štastný manque une chance de près et la Norvège démarre en contre. Ken Andre Olimb arrive en un-contre-un. Il ne peut tirer mais garde possession du palet en s'écartant de la cage. Il pivote et donne au centre du cercle à Morten Ask, qui arrive lancé. Le tir ne laisse aucune chance à Laco (2-2). L'opération portes ouvertes promet du spectacle !
 
Le jeu de puissance norvégien reçoit sa première opportunité avec un cinglage de Martin Marinčin. Morten Ask met le feu avec deux tirs de près, puis Ken Andre Olimb termine la supériorité par un essai en pivot devant la cage. La Slovaquie ne reste pas au complet très longtemps, car Miroslav Šatan commet un faire trébucher. Jonas Holøs lance de la bleue et Laco peine à contrôler le palet, qui frôle la ligne. Anders Bastiansen et Mathis Olimb manquent de peu de récupérer le disque, finalement bloqué par Laco.
 
Le premier tiers se termine par une crosse haute d'Andreas Martinsen. La Slovaquie tourne, mais ne parvient pas à installer de pression sur Haugen et joue de manière trop extérieure. Le score de 2-2 à la pause témoigne des intentions des deux équipes : il faut gagner ce soir, donc attaquer !
 

Pas de temps mort au retour des vestiaires. Haugen est immédiatement sollicité d'un tir de la bleue, et étend la jambière pour contrer le rebond pris par Miroslav Šatan. Sur la présence suivante, Marcel Haščák bataille dans le coin et prend un coup au visage. Il n'échappe pas aux officiels qui envoient Mats Trygg sur le banc des punitions. Le palet ne quitte plus la zone norvégienne, qui bloque les lignes de passe et de tirs assez bien. Haugen réalise quelques arrêts importants : au cours de ces quatre premières minutes du deuxième tiers, les Slovaques viennent d'infliger un 6-0 en tirs.
 
La possession slovaque laisse malgré tout quelques opportunités en contre. Skrøder démarre à droite et cherche Sondre Olden. La défense se jette pour contrer tirs et passes, au risque de masquer Laco. Le palet est finalement dégagé. Une minute plus tard, Tatar se rend coupable d'un accrocher. Les joueurs de Roy Johansen poussent, forcent Laco à gérer quelques situations chaudes et Tatar revient sur la glace.
 
Le public quasiment exclusivement slovaque se fait entendre. Les occasions se font moins fréquentes à mesure que la tension monte. Un tir de la bleue cherche l'écran de Sloboda. Bastiansen l'accroche et sort deux minutes. Le disque tourne et Valach expédie un gros lancer de la bleue. Il y a du trafic devant la cage. Dans la bagarre pour le rebond, Mikúš est sanctionné pour un coup de crosse. Le 4-contre-4 se transforme en supériorité norvégienne, non exploitée.
 
La partie s'équilibre. On va d'un but à l'autre et les espaces se réduisent. Plus de contacts, quelques tirs bien arrêtés par les gardiens. Le rythme reste très élevé et les batailles pour le palet farouches. La Norvège échoue à dégager proprement sur un changement de ligne et Réway est lancé sur l'aile droite. Son tir puissant est péniblement dégagé par Haugen.
 
Les rouges souffrent sous la ola du public. Un surnombre ne les aide pas. Une bonne situation slovaque est annulée lorsque la crosse du tireur explose en vol. Puis, Mikúš s'écroule en débordant à droite dans un contact avec un défenseur. Les arbitres restent muets. Røymark profite ensuite d'un cafouillage le long de la bande pour partir en échappée (photo ci-dessous). Laco sauve son camp et les artilleurs slovaques répliquent en pilonnant Haugen. Réway frôle le but sur un rebond mais trouve le poteau gauche. Pas mieux pour Haščák en pivot, sur un service dosé de Pánik. Dans les dernières secondes, Nagy reçoit le palet au cercle droit. Il s'avance et fusille Haugen, lucarne au premier poteau (3-2). Un but qui récompense la domination franche des Slovaques : 16 tirs à 4 dans ce tiers.
 
 
Le début de troisième tiers est totalement slovaque. L'échec-avant agressif offre de longues séquences d'attaque. La Norvège a peu de solutions devant, manquant de précisions dans ses passes. Les rares incursions mettent en danger leur gardien. Haugen sort ainsi la botte sur un contre mené par Nagy sur l'aile gauche. La Norvège réplique par un slap d'Espeland. Laco le contrôle de la mitaine et relance tout de suite sur Ďaloga. Le palet remonte côté gauche, puis Nagy, à toute vitesse, repique vers la droite avant d'expédier un revers en pleine lucarne opposée (4-2). Le speaker annonce à peine le but que la Slovaquie fait le break. Miklík déborde à gauche, passe derrière le but. Il s'arrête un instant, fixe et sort glisser un revers astucieux dans un trou de souris (5-2). Cela fait sept tirs à un dans ce tiers, et la Slovaquie paraît en bonne position.
 
Le jeu devient de plus en plus débridé. Portés par leur public, les Slovaques essaient d'achever leur adversaire, qui peine à développer le moindre jeu offensif. La fin de match est très prudente pour les joueurs de Vladimir Vůjtek. Il s'agit de gérer cet avantage, et de ne pas gaspiller ces trois points précieux. La tension reste néanmoins palpable. Skrøder manque d'en profiter en cherchant le rebond curieux de la balustrade, mais il est repris de justesse devant la cage. Les trois points sont slovaques.
 
La Slovaquie respire. Le changement de lignes s'est avéré payant. Le vétéran Nagy est certes l'homme du match, mais la ligne Michel Miklík - Juraj Mikúš - Tomáš Tatar a été la plus dangereuse de la rencontre. La Norvège a clairement manqué de carburant, épuisée par quatre matchs en cinq jours, dont une énorme performance défensive la veille face à la Suède.
 
Désignés joueurs du match :  Tomáš Tatar (Slovaquie) et Martin Røymark (Norvège).
 

Commentaires d'après-match :
 
Michel Miklík (attaquant de la Slovaquie, en photo à gauche) : "Nous avions parlé de jouer défensivement au début et de surveiller l'adversaire, mais en première période, nous avons quand même fait des erreurs que la Norvège a presque toutes exploitées. Je suis content que notre ligne ait marqué et j'espère que ça continuera, mais il n'y a pas de rôles attribués aux différentes lignes. Tout le monde doit attaquer et défendre. Nous brisons une série de défaites et j'espère que notre confiance va remonter maintenant."
 
Vladimir Vůjtech (entraîneur de la Slovaquie) : "Une pierre s'est retirée de mon coeur. Nous avons joué au bon hockey dans ce tournoi, sauf les onze dernières minutes contre la France. Le premier tiers a été équilibré, puis nous avons été la meilleure équipe sur la glace aux deuxième et troisième tiers. Je suis très satisfait de cette victoire. Nous avons fait revivre la ligne Miklík-Mikúš-Tatar qui avait fonctionné il y a deux ans à Helsinki. Mais après la deuxième période, Hrivik a dû se retirer, il est malade."
 
Roy Johansen (entraîneur de la Norvège) : "Nous avons essayé aujourd'hui. La première période était correcte, puis les joueurs étaient trop fatigués pour suivre la Slovaquie. Les quatre matchs en cinq jours ont pesé. Nous avons perdu contre une meilleure équipe que la nôtre ce soir. Nous avons désormais deux jours de repos, il va falloir récupérer pour le prochain match contre la France."
 
 
 
Slovaquie - Norvège 5-2 (2-2, 1-0, 2-0)
Mercredi 14 mai 2014 à 20h45 à la Chizhovka Arena de Minsk. 5881 spectateurs.
Arbitrage de Lars Brüggemann (ALL) et Roman Gofman (RUS) assistés de Chris Carlson (CAN) et Nicolas Fluri (SUI).
Pénalités : Slovaquie 8' (4', 4', 0'), Norvège 8' (2', 6', 0').
Tirs : Slovaquie 33 (8, 16, 9), Norvège 20 (13, 4, 3).
 
Évolution du score
1-0 à 01'06" : Tatar assisté de Mikúš et Miklík
1-1 à 05'39" : Bonsaksen assisté de Stene
2-1 à 09'17" : Mikúš assisté de Miklík et Ďaloga
2-2 à 11'07" : Ask assisté de K.A. Olimb et M. Olimb
3-2 à 39'42" : Nagy assisté de Marinčin 
4-2 à 47'47" : Nagy assisté de Ďaloga et Laco
5-2 à 48'33" : Miklík assisté de Tatar
 
 
Slovaquie
 
Attaquants :
Marek Hrivík (+1) - Miroslav Šatan (C, +1, 2') - Ladislav Nagy (A, +2)
Michel Miklík (A, +3) - Juraj Mikúš (+3, 2') - Tomáš Tatar (+3, 2')
Richard Pánik - Tomáš Marcinko - Marcel Haščák
David Skokan (-1) - Andrej Štastný (-2) puis à 20' Marek Viedenský - Martin Réway (-2)
 
Défenseurs :
Marek Ďaloga (+1) - Karol Sloboda (+1)
Ivan Švarný - Juraj Valach (-1)
Martin Marinčin (+3, 2') - Ján Brejčák (+2)
 
Gardien :
Ján Laco
 
Remplaçants : Jaroslav Janus (G), Peter Čerešňák.
Non aligné : Július Hudáček (G).
 
Norvège
 
Attaquants :
Martin Røymark (-2) - Mads Hansen (A, -1) - Kristian Forsberg (-1)
Ken Andre Olimb - Anders Bastiansen (C, -1, 2') - Mathis Olimb
Sondre Olden (-2) - Morten Ask (-1) - Per-Age Skrøder (-1)
Niklas Roest puis à 20' Jonas Djupvik Løvlie (-1) - Andreas Stene - Andreas Martinsen (+1, 2')
 
Défenseurs :
Jonas Holøs (A, -1) - Henrik Ødegaard (-1)
Mats Trygg (-1, 2') - Alexander Bonsaksen (-1)
Daniel Sørvik (-1)
puis à 40' Stefan Espeland (-1)
 
Gardien :
Lars Haugen
 
Remplaçants : Steffen Søberg (G), Robin Dahlstrøm.
En tribunes : Lars Volden (G).