États-Unis - Kazakhstan (Mondiaux 2014, groupe B)

L'opération maintien se poursuit pour un Kazakhstan en grosse difficulté dans ce groupe B. Le point arraché à l'Allemagne ne suffit pas au promu pour éviter la dernière place. Le Kazakhstan espère donc faire un résultat aujourd'hui face aux Américains. Mais c'est surtout demain qu'aura lieu le match décisif face à la Suisse, à deux points devant au classement. Il s'agira ensuite de finir face à la Finlande... Pour préparer ce match majeur face aux Suisses, le gardien Vitali Yeremeyev est au repos, remplacé par Aleksei Ivanov.
 
Les États-Unis avaient bien commencé le tournoi en écrasant la Biélorussie en ouverture, puis en battant un peu chanceusement la Suisse. Malheureusement pour eux, la suite fut moins glorieuse, avec une déroute face aux Russes puis un match "portes ouvertes" face à la Lettonie, finalement perdu. Il faut prendre des points dans la course aux quarts de finale. Cela commence aujourd'hui, avant de jouer la Finlande demain et de finir par l'Allemagne.
 
Le jeune défenseur Jacob Trouba a été mis de côté pour ce match. Le joueur de Winnipeg a brillé sur les deux premières rencontres avant de prendre l'eau sur les deux suivantes. Connor Murphy, un ancien premier choix de draft de Phoenix à la maigre expérience NHL, le remplace dans l'alignement.
 
Thomas doit intervenir à deux reprises dès la première minute, pour récupérer une mauvaise relance de sa défense. Dans la foulée, Brock Nelson commet un faire un trébucher. Alexei Litvinenko s'offre un nouveau tir de la bleue, qui trouve la botte du vétéran américain. Le jeu de puissance s'installe, avec Roman Starchenko en chef d'orchestre. S'il y a un bon tir vers le but, un contre américain mené par Tyler Johnson porte également le danger en infériorité numérique. La pénalité s'achève sans grande occasion. Une minute plus tard, Roman Savchenko trouve l'épaule de Thomas d'un tir en entrée de cercle. Vadim Krasnoslobodtsev enchaîne avec un contre côté droit, bloqué par l'ancien gardien de Boston.
 
Le début poussif des Américains n'a pas causé de dommages. Petit à petit, les joueurs de Peter Laviolette prennent le contrôle du palet. Cela commence avec un essai en tour de cage de Jake Gardiner et le rebond pris par Jimmy Hayes. Mais Tim Stapleton concède deux minutes sur le contre kazakh et le public pousse. Intenable, Starchenko lance du cercle droit et gâche une bonne occasion.
 
À la onzième minute, deux joueurs se percutent devant le banc kazakh. Abdelkader et Pushkareyev peinent à rentrer sur les bancs respectifs et le jeu est interrompu quelques instants. Le capitaine américain est sanctionné de deux minutes pour charge au genou. Starchenko et Antropov combinent sur le côté et Thomas tient encore son équipe dans la partie.
 
Konstantin Romanov n'a pas plus de réussite juste après la fin de pénalité. Il provoque malgré tout une faute d'Andy Miele. Murphy et Abdelkader se sacrifient pour bloquer les tirs. Puis, Thomas sort une volée du cercle gauche de Dmitri Upper, mais le rebond revient sur Roman Starchenko à l'opposée. La cage est ouverte, Murphy essaie de boucher l'angle mais le Kazakhstan ouvre le score (1-0).
 
La frustration américaine transparaît avec une échauffourée derrière le but d'Alexei Ivanov. Peter Laviolette modifie ses lignes. Drew Shore, treizième attaquant, rejoint Gaudreau et Abdelkader sur la deuxième ligne. Une punition pour Miele après la pénalité coûteuse...
 
Les États-Unis reprennent un peu leurs esprits dans les dernières minutes. Nelson se montre plus rapide que Litvinenko pour chasser un palet le long de la bande et force l'arrière kazakh à la faute. Dix secondes plus tard, c'est l'égalisation. Craig Smith récupère un palet au cercle, lance. Le disque roule doucement derrière les jambières d'Ivanov et Smith le pousse au fond (1-1).
 
Le nul à la pause reste une bonne opération pour les Américains, pas du tout rentrés dans le match.
 
Ils ne rentrent pas non plus dans la deuxième période puisque le Kazakhstan trouve la lucarne. Panshin entre en zone en fixant deux défenseurs, avant de décaler Romanov sur sa droite. Le lancer depuis le cercle droit se révèle trop précis pour Thomas (1-2).
 

La réaction vient des tauliers, avec Kevin Hayes qui sort de la balustrade et attaque la cage pour un tir en hauteur. Sur la présence suivante, Panshin se rend coupable d'un accrocher. Le jeu de puissance met le feu avec une série d'actions de près, les défenseurs empêchant toute reprise de palet qui traîne devant la cage. Smith parvient à reprendre et trouve la barre. Le palet ne sort pas de la zone et Seth Jones le contrôle au point d'appui, revenant un peu vers le centre avant d'envoyer un tir puissant au fond des filets (2-2).
 
Le disque ne quitte plus les crosses américaines. Polishchuk est en retard et prend deux minutes pour cinglage. La supériorité numérique tourne bien et Tyler Johnson frappe la barre d'un lancer du cercle gauche. Puis, il trouve Brock Nelson ligne de fond, qui réalise un joli pivot pour se retrouver face au gardien. Ivanov repousse.
 
Si la pénalité est tuée, la rencontre a bel et bien tourné. Slalom de Jones, tir de Nelson et Antropov sort pour cinglage. Mueller contre un palet dégagé en entrée de zone et, en déséquilibre, s'écroule. Les Kazakhs filent en trois-contre-un et Gavrilin et Upper combinent... La passe n'est pas contrôlée et c'est une énorme occasion gâchée. Gaudreau tente un tour de cage mais sa passe n'arrive pas, pas plus que celle destinée à Abdelkader en deux-contre-un.
 
Krasnoslobodtsev suit sur le banc des pénalités. Le trio Johnson-Nelson-Smith pèse sur la défense et se crée quelques bonnes situations. Gaudreau enchaîne en profitant d'un écran d'Abdelkader. La pénalité s'achève lorsque Gardiner perd un palet. Un Kazakh veut partir en contre et Gaudreau lui vole le disque, puis rentre en zone offensive où sa feinte provoque une faute. La pénalité différée est très courte puisque Gaudreau, au sol, a glissé la rondelle vers Matt Donovan qui expédie un tir croisé trop puissant pour Ivanov (3-2, photo de droite).
 
La partie devient encore plus à sens unique et Ari-Pekka Selin l'a bien compris. Il prend un temps mort. Sur l'engagement, Wingels tente de dévier un tir de Jones, planté devant la cage. Le Kazakhstan réplique par une belle séquence offensive que Thomas repousse, sa défense se chargeant de sortir le rebond. Le tiers se termine par deux tirs de Vincent Trocheck et les États-Unis virent en tête à la pause, après avoir copieusement dominé la deuxième période.
 
Le schéma ne change pas à la reprise avec une faute de Starchenko dès l'engagement. Le jeu de puissance américain s'installe lorsque Romanov vole un palet et s'échappe. Seth Jones paraît lui enlever le palet de la crosse de manière régulière, mais les officiels appellent le tir de pénalité. Thomas ne mord pas dans les feintes et gagne son duel.
 
L'action réveille le Kazakhstan qui cherche le contre et s'ouvre quelques situations dangereuses. Un temps fort rapidement annulé car Zhailauov accroche un adversaire dans la neutre. Les États-Unis ne parviennent pas à rester durablement en attaque.
 
Quelques minutes plus tard, Nelson intercepte dans la neutre. Il s'avance, tire et Ivanov repousse sur Smith. L'attaquant des Predators prend le rebond mais Ivanov s'est déplacé assez vite et sauve son camp. Il s'impose ensuite involontairement devant Gaudreau, qui cherchait le tir en hauteur en angle fermé. À l'opposée, Krasnoslobodtsev parvient à se libérer du marquage. Cependant, son tir de près rate la cible. Servi dans le dos de la défense, Panshin n'a pas plus de succès et échoue sur Thomas.
 
La pression kazakhe monte. Thomas sauve un tir en s'avançant très haut, puis une nouvelle occasion arrive. Une erreur de communication entre Petry et Jimmy Hayes laisse Starchenko reprendre le palet à quelques mètres de Tim Thomas, plein axe. Il fusille le gardien entre les jambières (3-3).
 
Vexés, les États-Unis chargent tout de suite le but d'Ivanov. Johnson et Smith travaillent fort autour de la cage et les arrières tentent leur chance. Murphy tout d'abord, puis Gardiner et finalement Smith du revers pour une superbe mitaine d'Ivanov. Présence suivante, DeKeyser avec écran, sans réussite. Le Kazakhstan, poussé par la foule, s'accroche dans les dernières secondes, limitant les espaces. La sirène retentit : prolongation.
 
Les Américains remontent calmement le palet. Jones envoie Johnson sur l'aile droite, qui lui redonne en retrait pour un lancer du cercle stoppé par Ivanov. Les Bleus s'installent sur l'engagement et DeKeyser remise pour Jones dans l'axe : lucarne (4-3).
 
Les États-Unis remportent la partie en mort subite face à une équipe du Kazakhstan tenace. En difficulté au premier tiers, les Américains ont profité de l'indiscipline adverse pour pilonner Ivanov dans le deuxième tiers. La dernière période fut plus équilibrée et un contre kazakh offre un point ultra-précieux au pays d'Asie Centrale.
 
Les États-Unis s'en sont pour leur part remis à leur défenseur-star de 19 ans, Seth Jones. Avec deux buts et une passe en près de 30 minutes de jeu (soit sept de plus que le deuxième, Dan DeKeyser), le grand espoir des Predators de Nashville a impressionné par son patinage et sa qualité de passe.
 
Désignés joueurs du match : Seth Jones (États-Unis) et Roman Starchenko (Kazakhstan).
 
Commentaires d'après-match
 
Peter Laviolette (entraîneur des États-Unis) : "Je suis content de la victoire. Ce fut un match difficile, le Kazakhstan a démarré fort et nous avons concédé des pénalités et de bonnes occasions. Tim Thomas a été décisif en début de rencontre. Je suis fier de l'équipe, qui a fini très fort bien que nous ayions joué hier soir. [Seth Jones] a eu beaucoup de minutes aujourd'hui, tout comme hier soir d'ailleurs. Il a été très solide du début à la fin du match, solide défensivement et avec aussi un impact offensif important. Il a fait un travail remarquable aujourd'hui."
 
Justin Abdelkader (attaquant des États-Unis) : "Nous avons fait beaucoup de bonnes choses aujourd'hui et contrôlé l'essentiel du match. En troisième, nous nous sommes mis en difficulté avec quelques palets perdus. Ce n'est pas très joli, mais cela fait deux points. Il va falloir nettoyer un peu notre jeu et s'améliorer. Malgré tout, nous avons trouvé le moyen de gagner. Leur gardien a fait de bons arrêts, ils se sont bien battus. Cela montre qu'il n'y a aucun match facile et que l'on ne peut prendre personne de haut."
 
Ari-Pekka Selin (entraîneur du Kazakhstan) : "L'équipe avait bien préparé ce match. Nous avons bien débuté, mais en deuxième période, nous avons pris trop de pénalités. Le troisième tiers a été assez bon et cela nous donne un point extrêmement important."
 
Kevin Dallman (défenseur du Kazakhstan) : "Il y avait beaucoup de supporters, une très belle ambiance. En jouant comme cela, nous nous offrons la chance de gagner chaque match. Notre gardien a fait un très bon match. Demain contre le Suisse, ce sera le plus gros match du tournoi, il faudra se montrer plus disciplinés. Nous ne pouvons plus nous permettre de prendre des buts en infériorité."
 
 
 
États-Unis - Kazakhstan 4-3 après prolongation (1-1, 2-1, 0-1, 1-0)
Vendredi 16 mai 2014 à 16h45 à la Minsk Arena. 10779 spectateurs.
Arbitrage de Mikael Nord (SUE) et Maxim Sidorenko (BLR) assistés de Nicolas Fluri (SUI) et Vit Lederer (TCH).
Pénalités : États-Unis 8' (8', 0', 0', 0'), Kazakhstan 14' (2', 8', 4', 0').
Tirs : États-Unis 40 (11, 18, 9, 2), Kazakhstan 25 (13, 3, 9, 0).
 
Évolution du score
0-1 à 14'23" : Starchenko assisté d'Upper et Dallman (sup. num.)
1-1 à 18'38" : Smith assisté de Nelson (sup. num.)
1-2 à 21'21" : Romanov assisté de Panshin et Lakiza
2-2 à 23'44" : Jones assisté de Smith (sup. num.)
3-2 à 35'02" : Donovan assisté de Gaudreau
3-3 à 53'10" : Starchenko assisté d'Antropov
4-3 à 61'05" : Jones assisté de DeKeyser et Gaudreau
 
 
États-Unis
 
Attaquants :
Brock Nelson (+1, 2') - Tyler Johnson - Craig Smith (A)
Andy Miele (4') - Justin Abdelkader (C, 2') - Johnny Gaudreau
Jimmy Hayes (-1) - Vince Trocheck (-1) - Peter Mueller
Tommy Wingels (+1) - Tim Stapleton (A) - Drew Shore (-1)
Kevin Hayes
 
Défenseurs :
Seth Jones (+1) - Dan DeKeyser (+1)
Connor Murphy (-1) - Jake Gardiner
Jeff Petry (-1) - Jake McCabe (-1)
Matt Donovan (+1)
 
Gardien :
Tim Thomas
 
Remplaçant : David Leggio (G)
En tribunes : Connor Hellebuyck (G), Jacob Trouba (D),  Colin McDonald (A).
 
Kazakhstan
 
Attaquants :
Roman Starchenko (+1, 2') - Nikolai Antropov (C, +1, 2') - Talgat Zhailauov (2')
Konstantin Pushkaryov - Dmitri Upper (A) - Konstantin Romanov (-1)
Vadim Krasnoslobodtsev (-1, 2') - Fyodor Polischuk (-1, 2') - Andrei Gavrilin
Mikhail Panshin (+1, 2') - Andrei Spiridonov – Yevgeny Rymarev
 
Défenseurs :
Yevgeni Blokhin - Kevin Dallman (+1)
Maksim Semyonov (-1) - Artemi Lakiza (+1)
Roman Savchenko - Aleksei Litvinenko (A, 2')
Aleksei Vasilchenko (-1) - Anton Kazantsev (+1)
 
Gardien :
Aleksei Ivanov
 
Remplaçant : Vitali Yeremeyev (G).
En tribunes : Mikhaïl Rakhmanov.