Pittsburgh Penguins - New-York Rangers (demi-finale de conférence Est, match 7)

Grosse désillusion pour les Pens

Après un premier tour compliqué pour les deux équipes, les Penguins de Pittsburgh et les Rangers de New York s’affrontent pour une place en finale de conférence. Si en début de série, les Pens semblent favoris, il y a tout de même plusieurs points inquiétants dans leur jeu. Le capitaine Sidney Crosby n’était pas au mieux de sa forme au tour précédent contre Columbus avec 0 buts et un ratio négatif. Le gardien Marc-André Fleury, bien que meilleur que les années passées, doit lui aussi relever son niveau devant la cage et éviter les buts bêtes. De leur côté, bien que les Rangers aient dû aller jusqu’au septième match pour venir à bout des Flyers de Philadelphie, on a pu voir les joueurs d’Alain Vignault en relative confiance. Si l’attaque semble encore en rodage, la défense semble tenir son rang de même qu’Henrik Lundqvist dans les cages.

Premier match au Consol Energy Center à Pittsburgh et premier revers pour les locaux, sur un but de Derick Brassard après trois minutes de jeu en prolongation. Dans ce match, New York prend rapidement les devants avec deux buts de Benoit Pouliot et Brad Richards. Pittsburgh revient dans la partie lors du second tiers grâce à des buts de Lee Stempniak et James Neal. Mais les Pens ne parviennent pas à prendre l’avantage dans le dernier tiers malgré une nette domination et concède la première manche (NYR mène la série 0-1)

La révolte des Penguins intervient dans le second match avec une victoire nette et sans bavure 3-0, avec 22 arrêts et un blanchissage pour Fleury. Pittsburgh aura dominé avec 35 tirs portés à la cage de Lundqvist et 3 buts marqués respectivement par Kris Letang dans le second tiers, Jussi Jokinen et Evgeni Malkin (en cage vide) dans le dernier tiers. À noter dans ce match, encore aucun point pour Crosby. Les Rangers déplorent une nouvelle fois l’inefficacité du jeu de puissance qui fait défaut depuis le début des playoffs. (Egalité dans la série 1-1)

La série se transporte à New York dans un Madison Square Garden comble pour le match 3. Malheureusement pour les nombreux partisans, les Blue Shirts concéderont une nouvelle défaite sans marquer le moindre but malgré les 35 tirs portés à la cage de Fleury. Petit évènement, le premier but des Penguins sera inscrit par Sidney Crosby qui débloque enfin son compteur Le second but viendra de Jussi Jokinen. Dan Bylsma et ses joueurs sont en position favorable. (PITT mène la série 2-1)

Le match 4 semble déjà capital pour les Rangers, cependant ce n'est pas encore ce soir qu’ils connaîtront la victoire. Pittsburgh gagne 4-2. Une nouvelle fois, Jokinen aura été fort utile dans ce match dans une attaque des Pens qui semble tourner à plein régime. Du côté de New-York, Vignault doit absolument relever ses troupes s’il veut survivre dans cette série, les performances de Lundqvist lors de ces 2 matchs au MSG auront été à l’image de son équipe : moyennes. (PITT mène la série 3-1)

Retour en Pennsylvanie pour un match 5 qui marque le retour des Rangers dans cette série avec une victoire très large de 1-5. Dans un match largement maîtrisé par les visiteurs, Henrik Lundqvist sera au sommet de son art avec 31 tirs stoppés durant la partie, seul Malkin étant parvenu à déjouer le gardien suédois lors du second tiers-temps (PITT mène la série 3-2)

Le match 6 est particulier pour un joueur des Rangers. Martin Saint-Louis connaît un tragique évènement lors de cette série en apprenant la disparition de sa mère juste avant le match 5. En ce jour de fête des mères en Amérique du Nord, Saint-Louis lui rend hommage de la plus belle des manières. En effet, le vétéran québécois inscrit le premier but du match après 3 minutes de jeu. Carl Hagelin double la mise quelques instants plus tard, et Sutter recolle au score juste avant la fin du premier tiers. Brassard permet de reprendre une avance de 2 buts pour les Rangers (3-1). On aura donc droit à un match 7 à Pittsburgh.(Egalité dans la série 3-3)

Le match ultime se tient dans un Consol Energy Center plein à craquer où l’ambiance est encore une fois très bruyante, cependant elle tombe rapidement puisque les visiteurs ne tardent pas à ouvrir le score. Une erreur à la bleue de Matt Niskanen entraîne une rapide contre-attaque avec une belle entrée de zone entre Derek Dorsett et Brian Boyle. Ce dernier décale pour Dominic Moore qui redonne de suite à Boyle qui a juste à placer le puck au fond du filet (0-1, 05’25’’). Les Rangers restent menaçants dans les minutes qui suivent, mais plus pour très longtemps puisque les Penguins reprennent le jeu à leur compte. Lundqvist peut commencer son show avec de nombreux tirs arrêtés de belle manière et sans rebonds lors de cette seconde moitié du premier vingt. Au final Pittsburgh rentre au vestiaire avec un but de retard mais une domination dans les tirs (10 tirs à 7).

New York démarre fort le second tiers. Encore en supériorité au début de cette période, les Rangers prennent le temps de s’installer, et suite à un bon jeu de circulation de palet, Benoit Pouliot touche la barre sur un tir balayé. Quelques instants plus tard, Pittsburgh ouvre la marque grâce à un but de Jussi Jokinen reprenant le rebond d’un tir d’Olli Määttä. Jokinen place le palet en pleine lucarne, Lundqvist couché ne peut absolument rien faire (1-1, 24’15’’). Les visiteurs ne tardent pas à reprendre l’avantage puisque Brad Richards inscrit un but en pleine lucarne après une passe millimétrée de Martin Saint Louis, on notera sur ce but le mauvais placement de Gibbons et Sutter ainsi que le retard dans le repli de Letang (1-2 à 27’56’’). Pittsburgh ne parvient pas à reprendre le jeu à son compte et à être dangereux. Seul James Neal en toute fin de tiers aura une occasion en se retrouvant seul face au gardien suite à une belle passe de Jokinen, mais il loupe son tir qui finira dans les bottes de Lundqvist.

Le dernier tiers se résume à une tentative désespérée des Penguins pour égaliser, mais Lundqvist sera intraitable avec tous les tirs qui lui seront destinés. À 5 minutes du term, sans crosse, le portier suédois arrête pas moins de 4 tirs lors d’une même action. Les Rangers résistent donc jusqu’à la sirène finale et peuvent célébrer leur victoire et leur qualification  en finale de conférence.

Une nouvelle fois, pas de Coupe Stanley cette année pour la bande à Sidney Crosby qui ne fut d’ailleurs pas à son aise lors de ces playoffs puisqu’il termine seulement avec 1 but, 8 assistances et une fiche de -4 pour 21 minutes de jeu en moyenne. Ce sont surtout Ray Shero et Dan Bylsma qui vont faire les frais de cette élimination et devraient être démis de leur fonction par Mario Lemieux, année noire pour les deux hommes après l’échec au pied du podium avec Team USA à Sochi. Pour les Rangers de New York l’aventure continue et Alain Vignault peut vraiment remercier son gardien, véritable artisan de cette qualification. Place maintenant au Canadien de Montréal, adversaire très redouté par la franchise de Big Apple.

 

Pittsburgh Penguins - New-York Rangers 2-1 (1-0, 1-1, 0-0)
Mardi 13 mai à 19h ; Pittsburgh (Pennsylvanie, USA) au Consol Energy Center 18635 spectateurs.
Arbitrage de Marc Joanette et Kevin Pollock assistés de Steve Miller et Scott Driscoll.
Pénalités : Pittsburgh 6' (2', 2', 2') New York 4' (2', 0', 2').
Tirs cadrés : Pittsburgh 36 (10, 13, 13) - New York 20 (7, 6, 7).
 
Évolution du score :
1-0 à 05'25" : B.Boyle assisté de Moore et Dorsett
1-1 à 24'15" : Jokinen assisté de Maatta et Malkin
2-1 à 27'56" : Richards assisté de Saint-Louis et Stepan
 
 
Pittsburgh Penguins
 
Gardien : Marc-André Fleury.
 
Défenseurs : Paul Martin - Kris Letang ; Matt Niskanen - Olli Määttä ; Rob Scuderi - Robert Bertuzzo.
 
Attaquants : Brian Gibbons - Sidney Crosby (C) - Chris Kunitz (A) ; Jussi Jokinen - Evgeni Malkin (A) - James Neal  ; Tanner Glass - Brandon Sutter - Lee Stempniak ; Marcel Gocl - Joe Vital - Craig Adams.
 
Remplaçant : Jeff Zatkof (G).
 
New York Rangers
 
Gardien : Henrik Lundqvist.
 
Défenseurs : Dan Girardi (A) - Ryan McDonagh ; Marc Staal (A) - Strålman ; Kevin Klein - John Moore.
 
Attaquants : Chris Kreider (A) - Derek Stepan - Rick Nash ; Matt Zuccarello - Derick Brassard - Benoit Pouliot ; Martin Saint-Louis - Brad Richards (A) - Carl Hagelin ; Dominic Moore - Brian Boyle - Derek Dorsett.
 
Remplaçant : Cam Talbott (G).