Finlande - Suisse (Mondiaux 2014, groupe B)

Avec trois petits points au compteur, la Nati se retrouve en danger majeur dans les dernières encablures de ce Mondial. Le Kazakhstan vient d'engranger un deuxième point, autant dire que le match de samedi devrait décider de la relégation. Ceci dit, une victoire face à la Finlande donnerait une sacrée bouffée d'oxygène.
 
Mais les Lions ne sont pas en position plus rassurante. Ils ne comptent que six points et, si le maintien paraît acquis, la place en quarts de finale n'est pas encore gagnée. La Finlande est dans le paquet au classement et va chercher à s'en extraire.
 
Une aide extérieure est arrivée en milieu de semaine. L'attaquant Erik Haula renforce la Finlande. Âgé de 23 ans, formé en NCAA, Haula s'est installé en NHL cette saison et reste sur des playoffs convaincants, où il a contribué au bon parcours du Wild de Minnesota.
 
La Finlande paraît en confiance et développe son jeu. Après un round d'observation, le premier vrai tir ouvre le score. Kivisto est servi en retrait par Immonen et expédie une volée en pleine lucarne opposée depuis la ligne bleue, en profitant des écrans (1-0).
 
La rencontre est très fermée et l'on compte les tirs cadrés sur le doigt d'une main après douze minutes. Ceci dit, la Finlande parvient mieux à déployer son jeu de passe et s'octroie quelques situations intéressantes. Les tirs filent à côté des cages, notamment un lancer d'Huhtala après une combinaison en triangle parfaitement exécutée. Un Huhtala décidément très en vue, puisqu'il inflige une sévère mise en échec pleine glace à Damien Brunner au quart d'heure de jeu. 
 
Les deux équipes patinent beaucoup, mais ce n'est guère efficace. Les défenses sont verrouillées et il n'y a aucun espace. Dans la dernière minute, la Suisse trouve enfin un petit espace. Brunner et Romy s'avancent en ligne et Brunner est mis au sol, terminant dans le but. Kivisto concède deux minutes, à cheval sur les deux tiers.
 
La Suisse profite de l'avantage numérique pour confisquer le palet. La pression sur Pekka Rinne augmente dans les premières minutes et le portier de Nashville doit intervenir. En face, une bonne protection de palet de Jarkko Immonen lui permet de servir, dos au but, un coéquipier lancé. Reto Berra ne craque pas.
 
Seger récupère ensuite un palet dans la neutre et lance Benjamin Plüss, qui envoie un lancer puissant en entrée de cercle. Rinne maîtrise le palet. Impérial, le cerbère finlandais sauve ensuite son camp avec deux arrêts énormes. Kukan contourne la cage et trouve Romy dans l'axe pour une reprise puissante. Rinne repousse et, péniblement relevé du premier arrêt, il bloque un nouveau lancer puissant de l'aile.
 
La Finlande plie mais ne rompt pas. La réplique vient de la défense, avec Atte Ohtamaa, qui passe derrière la cage et cherche le tir en hauteur. Berra a bien fermé la porte. Il y a du rythme, de l'envie, mais toujours aussi peu d'espaces. Un modèle de hockey défensif, que le public semble apprécier. Olas, acclamations à la moindre accélération... L'ambiance est au rendez-vous.
 
La Finlande n'a pas craqué défensivement. Offensivement, les Lions sont des renards. Erik Haula travaille dans le coin et occupe deux défenseurs. Olli Jokinen reçoit le palet ligne de fond et tourne simplement sa crosse vers le premier poteau. Il surprend Berra (2-0).
 
La situation devient critique pour la Suisse et Sean Simpson décide de lancer Kevin Fiala, qui n'avait pas été utilisé au premier tiers. Une minute plus tard, Victor Stancescu commet une obstruction en zone défensive. Le jeu de puissance tourne plutôt bien et tente des passes à une touche assez intéressantes, sans que cela n'aboutisse à des tirs cadrés.
 
La Suisse a plutôt bien joué dans ce deuxième tiers mais a sérieusement manqué de réalisme et d'audace. Les choix offensifs se sont parfois montrés assez douteux. La Finlande, de son côté, a pris l'avantage avec un but de vieux roublard...
 
La Suisse entame le dernier tiers idéalement. Fiala récupère un rebond de Berra sur le côté, tourne sur lui-même dans sa zone avant d'envoyer une longue passe croisée vers Reto Suri. L'attaquant de Zoug profite du changement de ligne finlandais pour avoir de l'espace et lâche un missile croisé qui trompe Rinne sous la mitaine (2-1).
 
Voila qui réveille sérieusement le public suisse ! La Nati pousse, cherchant à mettre de la vitesse dans toutes ses actions. Fiala, encore lui, envoie Suri en un-contre-un à mi-période mais le tir est hors cadre. Les Nordiques ne sont pas exempts d'occasions et ne cadrent pas plus. Lehtera bénéficie par exemple d'un contre favorable et part en deux-contre-un, et son tir manque la cible.
 
À huit minutes de la fin, Brunner s'avance vers la ligne de fond et trouve une petite passe vers Romy, qui reprend ras glace. Rinne bloque et dégage.
 
La Finlande se contente désormais de défendre et de jouer en contre. Pakarinen déborde côté gauche et lance un deux-contre-un, vendangeant complètement sa passe. La Suisse insiste, Ambuhl servant Moser qui tape deux fois le palet sur Rinne. Le rebond revient dans la confusion et, avec une nouvelle fois Rinne au sol, Seger ne parvient pas à prendre le palet. À 3'25" de la fin, Fiala se prend deux joueurs finlandais sur le côté. Il parvient à envoyer le palet à Suri à l'autre bout. Ils sont du coup hors de position quand Romy donne à Josi derrière la cage. Ce dernier remonte le palet, pivote au cercle et profite des écrans pour égaliser, avec une petite déviation d'un défenseur (2-2).
 
Les Helvètes sont en feu et Romy, servi à droite, envoie un nouveau tir. La partie se débride et Berra doit sortir deux nouveaux arrêts dans les dernières minutes. La Suisse, à l'issue d'un superbe troisième tiers, arrache au moins un point.
 
Quinze secondes de prolongation, et Kontiola provoque une faute en entrée de zone. Kevin Romy laisse son camp à trois contre quatre. La défense se sacrifie, à l'image de Schäppi qui jette sa cheville au contre devant le slap de Karalahti. Sean Simpson pose son temps mort après les trente premières secondes tuées.
 
Servi ligne de fond, Haula cherche Kontiola au second poteau et le palet saute au dessus de la crosse. Berra sort ensuite une volée de Karalahti et le palet est dégagé. Romy revient au jeu dans une ambiance de feu. L'attaquant suisse se crée une bonne chance en sortant de derrière le but, puis Josi cherche Hollenstein qui centre vers Moser. La déviation n'est pas assez marquée. Hollenstein tente peu après sa chance et Rinne sauve de la mitaine. Dans les dernières secondes, Berra s'impose devant Mäntylä, dont le tir dévié bondissait vers la cage.
 
La séance de tirs au but est donc appelée et la Finlande débute.
Immonen lance et son tir touche le poteau côté crosse.
Brunner répond par une feinte, Rinne ne mord pas.
Lehterä feinte et Berra sort un grand écart pour sauver de la botte.
Hollenstein arrive avec de la vitesse et un tir rapide qui file à côté.
Haula choisit aussi le tir, un peu mou. Berra le bloque en déséquilibre.
Suri vise la mi-hauteur et Rinne repousse du gant.
Il faut donc des tireurs supplémentaires et la Suisse débute.
Fiala cherche le tir côté plaque et paraît trouver le poteau.
Kontiola fixe tellement Berra qu'il finit par ne plus avoir d'angle, son tir est bloqué.
Brunner réalise un très beau mouvement et Rinne s'impose de justesse en levant sa plaque.
Pakarinen s'élance et son tir passe en force entre les jambières (photo de gauche).
 
La Finlande a gaspillé deux buts d'avance mais prend tout de même la victoire. Un petit point pour la Suisse, c'est toujours utile à la veille du match décisif face au Kazakhstan.
 
Désignés joueurs du match : Pekka Rinne pour la Finlande et Reto Suri pour la Suisse.
 
Commentaires d'après-match
 
Sean Simpson (entraineur de la Suisse) : "Encore un match spectaculaire. La poule est très serrée derrière la Russie. Tout le monde bataille pour une place. Nous nous attendions à ce type de match, défensif, avec un bon gardien. Nous étions passifs en premier tiers, meilleurs en deuxième et nous avons montré beaucoup d'envie au troisième, personne n'a abandonné. C'est un point important, il va falloir maintenant assurer les prochains matchs."
 
Kevin Fiala (attaquant de la Suisse, photo de droite) : "Nous savons que nous pouvons gagner chaque match. Il faut continuer sur cette lancée, car nous avons joué une bonne deuxième moitié de match."
 
Damien Brunner (attaquant de la Suisse) : "Le deuxième tiers a été bon. Le premier a été très mauvais, mais de la part des deux équipes ! Ils avaient joué la veille et nous, nous dormions. Nous avons commis beaucoup d'erreurs, de mauvais choix, de pertes de palet. De nombreux tirs étaient hors cadre, ce qui nous sortait de la zone offensive. Mais nous avons montré une bonne réaction, même si les palets envoyés au fond n'ont pas trop servi à grand-chose car ils permettaient à leur gardien de jouer. La fusillade, c'est excitant pour les fans. Je ne suis pas loin sur les deux tirs, les autres aussi avec un essai entre les jambières... Les rebonds n'étaient pas favorables aujourd'hui. J'aime bien jouer sur grande glace, il y a plus d'espaces, plus de qualité techniques et de contrôle de palet."
 
Erkka Westerlund (entraîneur de la Finlande) : "Nous jouions hier, il fallait donc se concentrer au premier tiers. Ce fut notre meilleure période, défensivement comme offensivement. La troisième était mauvaise, avec beaucoup d'erreurs. Nous avons un peu perdu de l'énergie après le premier but suisse."
 
Pekka Rinne (gardien de la Finlande) : "Trois victoires de suite, c'est bon pour nous. Notre jeune équipe progresse, elle joue avec application, surtout en défense. Nous étions fatigués après avoir joué hier et les Suisses étaient rapides en troisième. Nous parvenons à arracher la victoire aux tirs au but. Je suis resté serein, sans me mettre trop de pression. C'est une situation amusante pour nous aussi ! Pour des gros matchs, c'est un peu jeter une pièce en l'air, mais c'est bon pour nous, c'est notre joueur qui a marqué. Je suis vraiment content d'être ici."
 
 
 
Finlande - Suisse 3-2 t.a.b. (1-0, 1-0, 0-2, 0-0)
Vendredi 16 mai 2014 à 20h45 à la Minsk Arena. 12630 spectateurs.
Arbitrage de Martin Frano et Antonin Jerabek (TCH) assistés de Jimmy Dahmen (SUE) et Andre Schrader (ALL).
Pénalités : Finlande 2' (2', 0', 0', 0'), Suisse 4' (0', 2', 0', 2').
Tirs : Finlande 24 (4, 9, 9, 2) Suisse 28 (4, 10, 12, 2).
 
Évolution du score
1-0 à 05'14" : Kivisto assisté d'Immonen et Salomäki
2-0 à 32'26" : O. Jokinen assisté de Haula
2-1 à 41'57" : Suri assisté de Fiala
2-2 à 56'35" : Josi assisté de Romy et Suri
 
Tirs au but
Suisse : Brunner (arrêt), Hollenstein (arrêt), Suri (arrêt), Fiala (hors cadre), Brunner (arrêt)
Finlande : Immonen (arrêt), Lehterä (arrêt), Haula (arrêt), Kontiola (arrêt), Pakarinen (but)
 
 
Finlande
 
Attaquants : 
Jori Lehterä (A) - Petri Kontiola - Olli Palola 
Erik Haula (+1) - Olli Jokinen (C, +1) - Leo Komarov (A, +1)
Miikka Salomäki (+1) puis à 40' Veli-Matti Savinainen (-1) - Jarkko Immonen - Iiro Pakarinen (+1)
Tommi Huhtala (-1) - Tomi Sallinen (-2) - Jere Sallinen (-1)
 
Défenseurs : 
Tuukka Mäntylä (-1) - Juuso Hietanen (-1)
Atte Ohtamaa - Jere Karalahti
Tommi Kivisto (2') - Ville Lajunen (+1)
Jyri Marttinen (+1)
 
Gardien :
Pekka Rinne
 
Remplaçant : Mikko Koskinen (G).
En tribunes : Juuse Saros (G), Pekka Jormakka, Petteri Wirtanen.
 
Suisse
 
Attaquants :
Simon Moser - Kevin Romy (+1) - Damien Brunner
Andres Ambühl (-2) - Luca Cunti (-2) - Denis Hollenstein (-2)
Benjamin Plüss puis à 33' Kevin Fiala (+2) - Etienne Froidevaux (+1) - Reto Suri (+2)
Thomas Rüfenacht - Reto Schäppi - Victor Stancescu
 
Défenseurs : 
Roman Josi (A, +1) - Dominik Schlumpf (-1)
Mathias Seger (C, -1) - Yannick Weber (+1)
Eric Blum - Dean Kukan
 
Gardien :
Reto Berra
 
Remplaçant : Leonardo Genoni (G), Robin Grossmann.
Blessé : Sven Bärtschi (côtes).