Canada - Suède (Mondiaux 2014, groupe A)

Alors que la course aux quarts de finale est complètement ouverte entre Danois, Norvégiens, Slovaques, Tchèques et donc Français, la Suède et le Canada s'affrontent pour une finale au sommet du groupe A. 
 
Une finale entre guillemets car elle n'assurera pas nécessairement de la première place, sachant qu'il restera une partie ensuite : Italie pour la Suède et Norvège pour le Canada.
 
Les Suédois sont invaincus dans ce championnat du monde, cette invincibilité se porte même à dix matches si l'on cumule l'édition précédente, en excluant le tournoi olympique. D'ailleurs, avant de débuter cette bonne série et de remporter l'or en 2013, la Tre Kronor s'était inclinée 0-3 en phase de groupe contre le Canada, revanche qu'ils obtinrent en quart de finale (3-2). Si l'on prend en compte la finale perdue aux J.O. contre cette même nation, on se rend compte que l'opposition canadienne est devenue particulière.
 
Pour l'instant, la machine suédoise, certes toujours victorieuse, s'était enrayée contre la Norvège et surtout la France. Mikael Backlund et Linus Klasen l'ont reconnu : les Français constituent la meileure équipe qu'ils ont eu à affronter depuis le début du tournoi. Bel hommage...
 
Jusqu'à ce samedi. Le Canada cuvée 2014 est monté en puissance depuis le début de la compétition. Défaits par ces mêmes Bleus en ouverture, Équipe Canada a enchaîné les victoires face à la Slovaquie et la République Tchèque puis, sur le même score fleuve, contre le Danemark et l'Italie : 6-1. Ces deux dernières parties ont été savoureuses pour Cody Hodgson puisque l'attaquant de Buffalo a inscrit 5 buts.
 
À Hodgson et ses partenaires de perturber la muraille Anders Nilsson, cauchemar des Français dans les dernières secondes, présent devant le but suédois à tous les matches de son équipe et qui conserve un pourcentage remarquable de 94,4% d'arrêts. Si son mur est intact, la Suède a bien failli voir un troisième défenseur repartir au pays. Après Daniel Rahimi et Jonas Ahnelöv, Niclas Andersén a pris en pleine mâchoire un tir du Slovaque Juraj Valach. Heureusement, la fracture a été évitée, il ne subsiste qu'un gonflement au visage et Andersén répond tout de même présent avec une visière intégrale. Une bonne nouvelle n'arrivant jamais seule, Erik Gustafsson, absent lors des deux derniers matches car malade, réintègre l'équipe.
 
Côté canadien, plus de peur que de mal pour Alexandre Burrows. Quand celui-ci a percuté genou contre genou l'Italien Joachim Ramoser, on a bien cru voir la même infortune qu'avait subie Eric Staal il y a un an, gravement blessé aux ligaments par le Suédois Alexander Edler. Finalement, l'ailier des Canucks de Vancouver n'a ressenti qu'une douleur légère et reste encore en tribune pour cette fois.
 
Ce Canada - Suède, on en salive d'avance. Et dès le début, les deux équipes vont faire le spectacle. Le puissant lancer de Braydon Coburn favorise un rebond de Joel Ward qu'il ne peut exploiter. Mikael Backlund et Calle Järnkrok sont tour à tour en bonne position mais Ben Scrivens ne se laisse pas surprendre. Même lors de la première infériorité numérique de son équipe, le gardien d'Edmonton intervient sur des lancers de Nyquist, Ekholm et Axelsson.
 
Le Canada est dans son match. Pas de doute quand on voit Schenn exécuter une lourde mise en échec sur Lundqvist. Cela dit, les hommes de Dave Tippett ne peuvent profiter de leurs deux jeux de puissance dans ce premier tiers, malgré quelques frappes dangereuses de Cody Hodgson et un tour de la cage de Nathan MacKinnon. Scrivens sera donc le premier à craquer. Oscar Möller est pris en sandwich dans l'axe, glisse devant lui où surgit Joakim Lindström, sans marquage, qui bat du revers le gardien du Canada (0-1, 13'49"). 
 
À quelques minutes de la pause, Équipe Canada aura l'opportunité d'égaliser. Ils récupèrent la rondelle en zone neutre, Brayden Schenn lance Jonathan Huberdeau qui part en échappée mais est retenu dans son dernier geste par Burström, en dernier défenseur. Le tir de pénalité est accordé en toute logique à Huberdeau. Et quoi de plus tentant, face aux Suédois, de s'essayer au "foppa-goal", le fameux tir au but de Forsberg ? Le jeune ailier québécois s'élance mais Anders Nilsson met en opposition sa mitaine, le palet meurt juste à coté du poteau droit ! 
 
En deuxième période, la Suède va effectuer un départ de rêve. Une reprise de Möller est suivie d'un tir non cadré de Backlund devant le slot. Mais c'est la deuxième ligne qui va faire parler d'elle. Dans le camp canadien, Kyle Turris, pourtant en avance, est devancé le long de la bande par Calle Järnkrok qui met de suite devant le but, où se trouve déjà Linus Klasen qui balance pleine lucarne, aucune chance pour Scrivens (0-2, 21'06"). Peu de temps après, ce dernier est sauvé par le petit filet que touche Järnkrok, pourtant démarqué.
 
Il est donc temps pour le Canada de réagir. Après un engagement en zone suédoise, Fransson contrôle mal, ce qui n'échappe pas à Jonathan Huberdeau qui met instantément en direction de la cage, gratte mais son coéquipier Brayden Schenn a plus de réussite au balayage (1-2, 23'52"). C'est le momentum du Canada. Le trio Kadri-Hodgson-Brouwer devient intenable et Gustafsson perd son sang-froid. À 5 contre 4, les Canadiens offrent une première action somptueuse : tir de Coburn, Huberdeau récupère le rebond, passe dans le dos pour Schenn qui échoue sur la jambière de Nilsson. Kevin Bieksa préfère alors faire dans la simplicité avec une frappe limpide de la ligne bleue (2-2, 27'46").
 
Menant de deux buts puis rejoints à la mi-match, les Scandinaves tentent de mettre davantage d'énergie. Un peu trop pour Burström qui rejoint la prison. Ce jeu de puissance du Canada n'offre néanmoins que peu d'action, mis à part une dangereuse déviation de Kadri. Mais des jeux de puissance, la Suède en aura deux consécutifs, juste avant la deuxième pause. La Tre Kronor est davantage incisive.
 
Les lancers se multiplient, Scrivens évite de laisser des rebonds même s'il est gêné par une reprise mi-hauteur d'Axelsson. Mattias Ekholm est quant à lui le plus proche du but, car sa frappe, légèrement touchée par Scrivens, effleure le poteau gauche.
 
Klasen ayant fait faute au buzzer, le Canada démarre le dernier tiers à 5 contre 4, puis à 5 contre 3 quand Jimmie Ericsson met à terre Morgan Rielly.
 
La Suède s'en sort toutefois indemne face aux essais de Turris, Garrison et MacKinnon. Ben Scrivens ne cède non plus devant Backlund, Nyquist, Ekholm et Möller. Pour déjouer ces deux gardiens qui ne souhaitent abdiquer, il faut être créatif. Ce n'est pas le cas à la 49e minute quand MacKinnon, en échappée à 3 contre 1, ne joue pas la remise et tire de son aile droite avec un angle défavorable.
 
À dix minutes de la fin, les Suédois sont à leur tour proches de faire la différence. Gustav Nyquist tente un centre fort mais Järnkrok est trop court pour la déviation. Mais que dire de Dick Axelsson. Alors en avantage numérique, Nyquist, corner droit, oriente plein champ vers Axelsson qui fait le plus dur en zigzaguant entre Read et Myers, s'ouvre l'angle du but mais échoue pour le dernier geste. 
 
Les 60 minutes se termineront avec la tentative de Hodgson, repoussée de la jambière gauche de Nilsson, et la reprise de Fransson, servi par une splendide passe de Järnkrok, qui ne pourront éviter la prolongation.
 
Cela commence plutôt bien pour la Suède. Backlund débarque en offensive, laisse à Möller qui reprend de volée mais Bieksa bloque ce tir. Puis, Hjalmarsson alerte Axelsson pour un nouveau palet de match, Scrivens s'interpose de la jambière. Cette séquence se poursuit, les Canadiens relancent de suite et se crée un 2 contre 1 : Mark Scheifele, couloir gauche, transmet à Ryan Ellis, posté devant le slot, qui parvient à glisser le palet entre les jambes de Nilsson (3-2, 62'38").
 
Après un duel rythmé et passionnant, le Canada s'impose avec talent face à de coriaces Scandinaves et les rejoint en tête du classement avec 15 points. Cette première place du goupe A, en vue d'affronter un adversaire encore inconnu du groupe B, se jouera donc lors de la dernière journée. Si d'aventure les deux équipes totaliseraient le même nombre de points à l'issue de cette première phase, le Canada l'emporterait, au bénéfice du goal-average particulier.
 
Élus joueurs du match : Jonathan Huberdeau pour le Canada, Anders Nilsson pour la Suède.
 
Commentaires d'après-match
 
Pär Mårts (entraîneur de la Suède) : "Je suis très satisfait. Il n'y a qu'en deuxième période où nous avons baissé de rythme. Mais dans l'ensemble, nous avons joué de manière satisfaisante et nous nous sommes créés de bonnes occasions. C'était un très bon match de notre part. Nous devons simplement mieux concrétiser nos opportunités."
 
 
Canada - Suède 3-2 (0-1, 2-1, 0-0, 1-0)
Dimanche 18 mai 2014 à 16h45 à la Chizhovka Arena. 8453 spectateurs.
Arbitrage de Konstantin Olenin (RUS) et Aleksi Rantala (FIN) assistés de Stanislav Raming (RUS) et Sakari Suominen (FIN).
Pénalités : Canada 10' (2', 4', 4', 0'), Suède 12' (4', 6', 2', 0').
Tirs : Canada 31 (8, 16, 6, 1), Suède 32 (11, 12, 7, 2).
 
Évolution du score :
0-1 à 13'49" : Lindström assisté de Möller
0-2 à 21'06" : Klasen assisté d'Ekholm et Nyquist
1-2 à 23'52" : Schenn assisté de Huberdeau
2-2 à 27'46" : Bieksa assisté de Hodgson et Rielly (sup. num.)
3-2 à 62'38" : Ellis assisté de Brouwer et Scheifele
 
 
Canada (2' pour surnombre)
 
Attaquants :
Jason Chimera (A, -1) - Kyle Turris (A, -2) - Matt Read (-2)
Jonathan Huberdeau - Brayden Schenn (+1) - Nathan MacKinnon (+1, 2') 
Nazem Kadri - Cody Hodgson - Troy Brouwer (+1)
Mark Scheifele (+1) - Sean Monahan - Joel Ward (2')
 
Défenseurs :
Jason Garrison (-1) - Kevin Bieksa (C)
Braydon Coburn (-1) - Tyler Myers (-1, 2')
Ryan Ellis (+2) - Erik Gudbranson (+1, 2') 
Morgan Rielly
 
Gardien :
Ben Scrivens.
 
Remplaçant : James Reimer (G). En tribune : Justin Peters (G), Alexandre Burrows.
 
Suède
 
Attaquants :
Oscar Möller (+1) - Mikael Backlund (A, +1) - Joakim Lindström (+1)
Linus Klasen (+1, 2') - Calle Järnkrok (+1) - Gustav Nyquist (+1)
Simon Hjalmarsson (-1) - Mattias Sjögren (-1) - Jimmie Ericsson (A, 2')
Dick Axelsson (-1) - Joel Lundqvist (C, -1) - Nicklas Danielsson
Dennis Rasmussen (-1).
 
Défenseurs :
Mattias Ekholm (-1) - Johan Fransson (-1)
Niclas Burström (+2, 2') - Niclas Andersén (+1, 2')
Tim Erixon (2') - Erik Gustafsson (-1, 2')
Magnus Nygren.
 
Gardien :
Anders Nilsson.
 
Remplaçant : Joacim Eriksson (G). En tribune : Linus Ullmark (G).