Los Angeles Kings - Chicago Blackhawks (finale de conférence Ouest, match 3)

Chicago paraissait en bonne posture dans cette série avant d'exploser à domicile au match 2, avec pas moins de six buts consécutifs encaissés, gaspillant une avance de 2-0.

La franchise californienne est en mission et a repris l'avantage de la glace. Elle repart avec le même effectif. Chicago récupère pour sa part Andrew Shaw, blessé à la jambe droite depuis sept matchs. Il remplace Peter Regin.
 
L'hymne américain lance ce match 3 à la guitare électrique, avec le groupe "Slash". Atypique !
 
Les Hawks frappent les premiers
 
La ligne Kopitar entame contre la ligne Toews et le Slovène se crée déjà une occasion. Le jeu est rythmé et physique, avec quelques charges bien appuyées. Les Kings comptent les trois premiers tirs avant un lancer de Hjalmarsson dans l'axe après trois minutes, le premier tir des Hawks.
 
Alors que Chicago reprend des couleurs offensives, Handzus est mis au sol par Greene. Il conserve le palet dans son gant et se trouve sanctionné pour retard de jeu. À un de moins, Chicago frappe le premier. Los Angeles remporte une mise au jeu en zone neutre et Toews intercepte une passe transversale vers Williams. Le capitaine échappe au duo Martinez-Williams, mal placé dans la neutre, et envoie un tir ras glace qui surprend Quick (0-1). Il reste cependant une bonne minute à tuer. Doughty et Carter attirent la défense sur le côté et cherchent Gaborik, au duel près de l'enclave. Le palet revient sur Voynov, qui patiente, patiente et expédie finalement le disque au fond des filets depuis le cercle (1-1).
 
À la mi-période, Martinez, sous pression, dégage le palet en dehors des limites du jeu. Les arbitres se réunissent et le confirment : deux minutes de pénalité. Chicago manque trop de précision dans ses passes pour gêner la défense et Carter parvient presque à en profiter. Crawford doit sortir sa tentative de la botte. Si la supériorité n'a rien donné au score, elle a eu le mérite de placer Chicago dans une dynamique offensive.
 
Quelques minutes plus tard, après un bon travail de Marian Hossa, Michal Rozsival se fend d'un beau mouvement à la bleue et slalome dans la défense, pour un tir. Le rebond revient sur Toews, au duel avec Muzzin. Le capitaine des Hawks parvient à reprendre le disque du patin, puis de la crosse pour tromper Quick à bout portant (1-2). Ce n'est pas terminé, avec une série de tirs de Hossa, Oduya, Toews et Hjalmarsson qui mettent le feu dans la défense adverse. Chicago contrôle bien la fin de tiers en limitant les occasions. La relance est propre et simple, empêchant Los Angeles de s'installer durablement.
 
Le réalisme des Kings
 
Chicago poursuit son travail sérieux en début de deuxième. Agressifs sur le porteur du palet, habiles en conservation de puck, les Blackhawks dominent la partie. Après trois minutes, Handzus conserve bien un palet le long de la bande, pivote et sert Kane lancé en sortie de banc. Le petit attaquant échoue sur Quick.
 
Los Angeles réagit par l'inévitable Jeff Carter, qui exploite une crosse cassée de Seabrook pour porter le danger à deux reprises. Les lignes changent et Lewis se trouve servi au deuxième poteau, tout seul, avec une cage ouverte... Il manque sa chance ! Les Kings commencent à prendre l'ascendant en augmentant leur rythme. Le travail offensif finit par payer. Un palet envoyé au fond touche un officiel et piège Oduya. Tanner Pearson reprend le disque, résiste à Seabrook derrière la cage et donne en retrait pour Carter, planté devant le but. Le deuxième marqueur des playoffs reprend de volée, pour son quatrième but de la série (2-2).
 
Le pressing de Los Angeles dépasse la limite autorisée et Pearson charge Keith. C'est une supériorité pour Chicago pour crosse haute. Les joueurs de Joel Quenneville confondent vitesse et précipitation. Après la fin de supériorité, Mitchell exploite un changement de ligne et sa passe profite à Toffoli, qui découpe la défense entre Hjalmarsson et Oduya. L'ancien meilleur marqueur OHL se présente seul face à Crawford et gagne son duel (3-2).
 
L'agressivité des Kings leur coûte une nouvelle crosse haute lorsque Williams touche Leddy au visage. Encore une fois, la franchise de l'Illinois peine à s'installer et à cadrer ses tirs. Keith, puis Seabrook tentent de loin et Saad se heurte à Quick sur un rebond, en fin de supériorité. L'indiscipline californienne surgit à nouveau en fin de tiers avec un surnombre. L'équipe spéciale du champion en titre ne se montre pas plus efficace, avec quelques tirs de Keith ou Seabrook sauvés par Quick. Los Angeles a fait preuve d'efficacité dans ce tiers, avec beaucoup d'abnégation défensive en infériorité.
 
Los Angeles étouffe Chicago
 
Justin Williams reste sur le banc des punis pour débuter ce dernier tiers-temps, mais seulement quelques secondes. Chicago obtient une première chance par Hossa dès son retour, avec un relais de Bickell. En déséquilibre, Quick s'impose. Crawford réplique en bloquant Gaborik, et le rebond pris mi-hauteur par Brown. Los Angeles continue à s'appuyer sur Carter, auteur d'un but et deux passes déjà. Il est accroché par Leddy et le jeu de puissance a l'occasion de faire le break. Seabrook casse sa crosse sur Gaborik et le danger se rapproche avec Gaborik à la porte. Puis, Voynov lance, Crawford dégage et Hossa, qui avait donné sa crosse à son coéquipier, peut rentrer au banc avec le reste de l'équipe spéciale. Toffoli enchaîne et le puni revient enfin.
 
Chicago est toujours mené au score et ne parvient pas à franchir le rideau. Après cinq minutes, le décompte affiche 7-2 en tirs pour les Kings dans ce tiers. Le jeu physique des Californiens, symbolisé par quelques chocs infligés par Dustin Brown, pose de gros problèmes aux Blackhawks. Joel Quenneville modifie ses lignes, plaçant par exemple Ben Smith entre Patrick Sharp et Patrick Kane pour apporter de la vitesse. Rien ne fonctionne.
 
Un palet perdu à la bleue offensive par Saad provoque même une pénalité. Clifford, qui a volé le palet, est touché au visage par Michal Rozsival. La crosse haute est évidente. Brown, servi près du but par un rebond de Richards, parvient à se retourner et Crawford réalise une belle parade. Muzzin et Doughty enchaînent les tirs avec des écrans de Carter ou Brown. La deuxième vague comprend Kopitar ou Voynov, qui ne marquent pas. Doughty revient sur la glace en fin de supériorité et son tir croisé transperce Crawford (4-2). Encore une mise au jeu gagnée par Jarrett Stoll à l'origine de l'action, alors que Oduya, qui cherchait à contrer le tir, a finalement masqué son gardien.
 
Un but qui vient concrétiser l'écrasante domination de Los Angeles en troisième tiers. Kopitar puis Williams trouvent encore des espaces sur l'aile gauche et lancent au but. Pearson sauve ensuite un dégagement interdit et centre devant le but où Carter manque de peu de creuser l'écart. Gaborik enchaîne avec un bon tir. Un palet perdu derrière le but profite à Brown pour un lancer masqué, et Leddy empêche de justesse Kopitar de prendre le rebond. 
 
À deux minutes de la fin, Crawford sort de sa cage afin de créer un six contre cinq. Pearson force les Hawks à jouer dans leur camp et gagne du temps. Roszival lance et, sur le côté du but, Kruger cherche la déviation. Le palet termine dans le filet protecteur. Chicago ne parvient pas à entrer correctement en zone offensive. À trois secondes de la sirène, Leddy reçoit le palet à la bleue et son tir est dévié en chemin par Sharp. Shaw est également en écran et Quick ne voit pas le palet (4-3).
 
Trop peu, trop tard, et Los Angeles s'impose à domicile pour prendre une avance de 2-1 dans la série. Un deuxième tiers réaliste (2 buts sur 4 tirs) a placé les Kings en position idéale. La défense a fait le travail, avant que l'attaque n'étouffe les Blackhawks en troisième tiers. Le jeu de puissance a aussi fait la différence, avec deux buts pour les Kings et un gros gaspillage de Chicago.
 
 
Los Angeles Kings 4-3 Chicago Blackhawks (1-2, 2-0, 1-1)
Samedi 24 mai 2014, 17h20. Staples Center de Los Angeles, Californie. 18374 spectateurs.
Arbitrage de Brad Watson et Steve Kozari assistés de Steve Barton et Pierre Racicot.
Tirs : Los Angeles 32 (10, 4, 18), Chicago 27 (10, 10, 7)
Pénalités : Los Angeles 8' (2', 6', 0'), Chicago 6' (2', 0', 4')
 
Récapitulatif du score
0-1 à 05'26" : J. Toews (inf. num.)
1-1 à 06'16" : S. Voynov assisté de J. Carter et D. Doughty (sup. num.)
1-2 à 13'19" : J. Toews assisté de M. Rozsival et M. Hossa
2-2 à 28'08" : J. Carter assisté de T. Pearson
3-2 à 34'19" : T. Toffoli assisté de J. Cater et W. Mitchell
4-2 à 51'57" : D. Doughty assisté de J. Muzzin et J. Williams
4-3 à 59'55" : P. Sharp assisté de N. Leddy
 
 
Los Angeles Kings
 
Attaquants :
Marian Gaborik - Anze Kopitar (A, -1) - Dustin Brown (C, -2)
Tanner Pearson (+2, 2') - Jeff Carter (+1) - Tyler Toffoli (+2)
Dwight King - Mike Richards (-2) - Justin Williams (-1, 2')
Kyle Clifford - Jarrett Stoll (+1) - Trevor Lewis
 
Défenseurs
Jake Muzzin (-1) - Drew Doughty (-1)
Slava Voynov (+1) - Willie Mitchell
Matt Greene (A, +1) - Alec Martinez (2')
 
Gardien :
Jonathan Quick
 
Remplaçant : Martin Jones (G).
Réservistes : Robyn Regehr (D, genou), Colin Fraser (A), Jeff Schultz (D), Andrew Bodnarchuk (D), Brayden McNabb (D), Linden Vey (A), Jean-François Berube (G), Jordan Nolan (A), Andy Andreoff (A).
 
Chicago Blackhawks
 
Attaquants
Bryan Bickell (+1) – Jonathan Toews (C, +1) – Marian Hossa (+2)
Patrick Sharp (A) – Michal Handzus (-1, 2') – Patrick Kane (-2)
Brandon Saad (+1) – Andrew Shaw – Kris Versteeg (+1)
Brandon Bollig (-1) – Marcus Kruger (-1) – Ben Smith
 
Défenseurs
Duncan Keith (A) – Brent Seabrook (-1)
Johnny Oduya (-2) – Niklas Hjalmarsson (-1)
Nick Leddy (+2, 2') – Michal Rozsival (+1, 2')
 
Gardien :
Corey Crawford
 
Remplaçant : Antti Raanta (G).
Réservistes : Jason LaBarbera (G), Sheldon Brookbank (D), Peter Regin (A), Brandon Mashinter (A), David Rundblad (D), Jeremy Morin (A), Joakim Nordström (A), Klas Dahlbeck (D).