Chicago Blackhawks - Los Angeles Kings (NHL, finale de conférence ouest, match 5)

Le tenant du titre est en gros danger dans cette série. Mené trois victoires à une, Chicago ne trouve pas la clé défensive pour tenir à distance l'attaque de Los Angeles. La différence se fait aussi sur les équipes spéciales, avec un jeu de puissance très efficace des Kings.

Pour tenter de revenir dans la série, Joel Quenneville déplace Patrick Kane dans l'alignement et le positionne aux côtés des jeunes Brandon Saad et Andrew Shaw.

Festival de buts immédiat

Drew Doughty fait trébucher Jonathan Toews après seulement trente secondes. Patrick Kane mène le jeu de puissance et le palet tourne plutôt bien. Keith Seabrook finit par recevoir le disque à la bleue et sa volée exploite l'écran parfait d'Andrew Shaw pour l'ouverture du score (1-0). Un jeu simple et du trafic devant le gardien : la clé de la réussite en power-play échappait jusque là aux Blackhawks. Le début est donc idéal à domicile.

La confiance paraît revenue et un contre profite aux Hawks pendant un changement de ligne. Partis depuis leur ligne de but, ils passent de gauche à droite et Kane lance au but. Oduya se saisit du rebond gagnant (2-0). Les rouges se montrent agressifs sur le porteur de palet et très actifs en zone offensive. La possession est en faveur des joueurs de l'Illinois, qui ne laissent aucun espace devant le but de Crawford. À mi-période, c'est un match à sens unique.

Et la première incursion réelle des Kings est la bonne ! Attaque sur la gauche, King gagne un duel. Le palet revient sur Stoll derrière le but, qui remise dans l'enclave. Il y a foule, de la confusion et Stoll finit par en profiter (2-1).

Une minute plus tard, Chicago attaque sur la droite. Saad vole un palet et repousse la défense dans son camp. Mitchell perd ensuite le palet dans le coin à Kane, qui décale Saad. La passe en retrait vers Shaw libère une ligne de tir, Quick laisse un rebond que Saad pousse au fond des filets (3-1).

Chicago reprend des couleurs : Hossa déborde à gauche et cherche un coéquipier à l'opposée. Toews reprend et Quick sauve, le palet est dégagé par Kopitar, qui lance l'attaque dans l'autre sens. C'est un contre de Los Angeles. Brown attaque sur la gauche, avec Kopitar au centre. Le Slovène fixe et décale Gaborik, tout seul à droite pour une cage ouverte (3-2) !

Les Hawks se sont fait piéger, trop aspirés vers l'offensive. Du coup, le rythme se ralentit un peu. Les deux équipes bataillent sur chaque palet, limitant la construction d'attaques. À deux minutes de la fin, Chicago concède une pénalité inutile en zone offensive. Le jeu de puissance des Kings est à 5/12 dans la série. Les Californiens peinent à rester en zone d'attaque. Dans les dernières secondes, Doughty crée le danger autour du but mais cela ne rentre pas.

Crawford craque-t-il ?

Le deuxième tiers reprend par une occasion monstre de Saad près de la cage, après un long slalom de Kane. Quick s'en sort de justesse sur ce tir à bout portant. Los Angeles réplique par un contre de Williams, qui vole un palet mal contrôlé par Versteeg. Le 2-contre-1 est bien gêné par Seabrook qui s'est jeté sur la glace, et Crawford bloque le tir.

Les deux défenses bloquent un maximum de passes, empêchant les attaques d'aller jusqu'au bout. La conservation de palet des Hawks reste primordiale dans leur volonté de tenir le score. Kane y excelle et Muzzin finit par le mettre au sol. Les arbitres signalent la faute immédiatement. Chicago tourne le palet dans le vide, sans se créer d'occasion franche malgré les duels disputés par Shaw.

Un peu après la mi-match, Los Angeles intercepte un palet à la bleue de Chicago. Le tir de Brown est contré et revient sur Gaborik. Crawford réalise un superbe arrêt mais Brown a bien suivi pour le rebond (3-3). Chicago réagit avec sa meilleure ligne ce soir. Kane sert Saad à l'opposée, pour un tir du cercle difficilement sorti par Quick.

À la présence suivante, les Kings débordent à droite. Pearson vole le palet dans la crosse de Kruger, entre en zone et lance au but... lucarne opposée (3-4). Crawford n'a pas vraiment brillé pour le coup, et place son équipe en mauvaise posture.

D'autant plus qu'une pénalité est appelée dans la foulée, Oduya ayant accroché Carter. Doughty et Kopitar placent les premières banderilles. La défense résiste et Oduya revient au jeu.

Les Hawks reprennent le jeu à leur compte et les batailles s'intensifient. Chicago ne parvient pas à menacer Quick et Los Angeles n'est plus qu'à vingt minutes de la finale.

Los Angeles à vingt minutes de la fin

Le tenant du titre n'a pas dit son dernier mot. À peine une minute de jeu et les passes s'enchaînent. Saad est servi sur l'aile gauche et lance au but. Quick laisse un rebond sur lequel Ben Smith se jette (4-4).

Les rouges prennent l'ascendant et Shaw frôle le cinquième but, servi devant la cage par Saad. Il y a le feu dans la défense, avec une nouvelle présence insistante, ponctuée de lancers de Leddy et Rozsival, avec des écrans de Kruger. L'intensité monte, on file d'un but à l'autre. Saad, puis Carter de l'autre côté, puis Keith à l'opposée...

Un retard de jeu est sifflé contre Mitchell à la neuvième minute. Los Angeles contrôle grâce à sa maîtrise des mises au jeu. Puis, alors que Saad essaie de prendre un rebond de la bleue, il percute Quick et prend deux minutes. Le 4-contre-4 ne débouche sur aucune occasion et les Kings passent en supériorité numérique, sans plus de succès.

On compte 31 tirs par équipe à sept minutes de la fin et le rythme ne retombe pas. À trois minutes de la fin, Stoll fait tomber Oduya derrière le but de Chicago. La pénalité est appelée : moment critique du match ! Dès le début de la supériorité, Shaw met en échec Muzzin mais retombe mal. Il doit se faire aider pour rentrer au banc. Quick tient le fort, bloquant un lancer de Kane et le rebond de Bickell de la botte. Le box-play des Kings se montre impressionnant, limitant les chances. La pénalité s'achève : prolongations !

Grand spectacle en prolongation

Nul n'a marqué plus de buts en prolongations que Patrick Kane. L'attaquant des Hawks en a signé quatre dans sa carrière et sera donc l'homme à suivre. Il se crée une bonne chance avec Shaw devant la cage pour le rebond. La pression sur le but de Quick s'élève au fil des minutes.

La possession demeure globalement favorable aux Hawks mais ils se font de grosses frayeurs face à Carter et Gaborik, avec un palet traînant dans l'enclave. Puis, Martinez attaque le but et obtient une chance en tour de cage.

Chicago devient fébrile et concède des occasions énormes, perdant des palets bêtement. Seule la ligne de Kane surnage et le petit attaquant cherche Shaw lancé près de la cage, sans réussite.

À l'issue de vingt minutes menées tambour battant, quasiment sans arrêt de jeu, le score reste de 4-4 malgré de nombreuses situations chaudes dans les deux enclaves. Peut-être la plus belle période disputée par les deux équipes depuis le début de la série ! Une deuxième prolongation est donc nécessaire.

Los Angeles entame avec une grosse présence offensive, avec un travail de Doughty puis Brown pour un tir de Kopitar hors cadre. Après deux minutes de jeu, Chicago récupère un palet dans la neutre. Saad et Kane sont dans le coup. Saad libère Michal Handzus, le centre aligné avec eux à l'origine de l'action en raison d'une mise au jeu offensive, sa spécialité. Le Slovaque, parti dans le dos de la défense, se trouve seul devant Quick, le fixe et lance un revers un hauteur (5-4).

Chicago s'impose au bout du suspense dans un match palpitant. Spectacle, vitesse, technique, il y aura tout eu dans cette rencontre. Le tenant du titre n'est pas mort et revient à trois victoires à deux.

 

Chicago Blackhawks 5-4 Los Angeles Kings (2e prolong.) (3-2, 2-0, 1-0, 0-0, 1-0)
Mercredi 28 mai 2014, 19h10, United Center de Chicago, Illinois. 21871 spectateurs.
Arbitrage de Marc Joanette et Kevin Pollock assistés de Steve Miller et Dan O'Rourke.
Tirs : Chicago 45 (9, 11, 16, 8, 1), Los Angeles 44 (9, 16, 8, 10, 1)
Pénalités : Chicago 6' (2', 2', 2', 0', 0'), Los Angeles 8' (2', 2', 4', 0', 0')

Récapitulatif du score
1-0 à 01'13" : B. Seabrook assisté de J. Toews et P. Kane (sup. num.)
2-0 à 03'40" : J. Oduya assisté de P. Kane et A. Shaw
2-1 à 09'49" : J. Stoll assisté de D. King
3-1 à 11'06" : B. Saad assisté de A. Shaw et P. Kane
3-2 à 13'16" : M. Gaborik assisté de A. Kopitar et D. Brown
3-3 à 31'08" : D. Brown assisté de M. Gaborik
3-4 à 33'08" : T. Pearson assisté de J. Carter et M. Richards
4-4 à 41'17" : B. Smith assisté de B. Saad et J. Oduya
5-4 à 82'04" : M. Handzus assisté de B. Saad et P. Kane

 

Chicago Blackhawks

Attaquants :
Bryan Bickell – Jonathan Toews (C, -1) – Marian Hossa (-1)
Patrick Sharp (A, -1) – Michal Handzus – Kris Versteeg (-2)
Brandon Saad (+4, 2') – Andrew Shaw (+3) – Patrick Kane (+3)
Brandon Bollig (-2) – Marcus Kruger (-3) – Ben Smith

Défenseurs :
Duncan Keith (A, -1) – Niklas Hjalmarsson (-1, 2')
Johnny Oduya (+2) – Michal Rozsival (+2)
Nick Leddy (-1) – Brent Seabrook (-1)

Gardien : Corey Crawford

Remplaçant : Antti Raanta (G).

Réservistes : Jason LaBarbera (G), Sheldon Brookbank (D), Peter Regin (A), Brandon Mashinter (A), David Rundblad (D), Jeremy Morin, Peter Regin (A), Joakim Nordström (A), Klas Dahlbeck (D).

Los Angeles Kings

Attaquants :
Marian Gaborik (+2) - Anze Kopitar (A, +2) - Dustin Brown (C, +2)
Tanner Pearson (+1) - Jeff Carter - Tyler Toffoli
Dwight King - Jarrett Stoll (2') - Justin Williams
Kyle Clifford (-3) - Mike Richards (-1) - Trevor Lewis (-3)

Défenseurs :
Jake Muzzin (+2, 2') - Drew Doughty (+2, 2')
Slava Voynov (-1) - Willie Mitchell (-1, 2')
Matt Greene (A, -1) - Alec Martinez (-1)

Gardien : Jonathan Quick

Remplaçant : Martin Jones (G)

Réservistes : Robyn Regehr (D, genou), Colin Fraser (A), Jeff Schultz (D), Andrew Bodnarchuk (D), Brayden McNabb (D), Linden Vey (A), Jean-François Berube (G), Jordan Nolan (A), Andy Andreoff (A).