Los Angeles Kings - Chicago Blackhawks (finale de Conférence Ouest, match 6)

Impérial à domicile (1 seule défaite), les Blackhawks de Chicago vont devoir améliorer leur bilan à l'extérieur pour prolonger la série. Los Angeles mène en effet trois victoires à deux et peut se qualifier pour la finale de la coupe Stanley en gagnant dans son antre.

 

Le match 5 aura été magnifique, avec de l'action, du suspense et des des buts. Chicago a sauvé sa tête en marquant en deuxième prolongation par Michal Handzus. Une victoire qui serait inutile en cas de défaite ce soir.

Joel Quenneville a choisi pour ce match de jouer à sept défenseurs, avec Sheldon Brookbank à la place de Kris Versteeg.

Poussée avant la pause

Marian Gaborik se crée la la première occasion avec une volée sur une mise au jeu. Réplique immédiate de Marian Hossa, servi par une passe en pivot de Jonathan Toews. Le palet file d'un but à l'autre sans interruption dans ces premières minutes. Malgré tout, les deux gardiens n'ont pas d'arrêts majeurs à effectuer. Chicago se montre un peu plus insistant, avec deux actions de Patrick Sharp et une percée d'Andrew Shaw.

Los Angeles commence à sortir de sa zone et obtient une bonne chance par Justin Williams, en semi-échappée face à Corey Crawford. Puis, la ligne Carter met le feu et le portier des Hawks sort trois tirs dangereux, qui réveillent le public. Quick n'est pas en reste, bloquant un lancer soudain de Patrick Kane, après une passe en retrait de Brandon Saad.

Chicago développe de mieux en mieux son jeu, prenant de la vitesse dans la neutre pour des entrées en zone intéressantes. Sharp, en jambes, force ainsi Matt Greene à commettre une obstruction le long de la bande, pour le premier jeu de puissance du match. Los Angeles a très bien défendu dans cet exercice tout au long de la série et n'a guère de peine à se dégager, empêchant Chicago d'entrer correctement en zone offensive. Quick n'a qu'un arrêt à effectuer. De retour au complet, Los Angeles subit quelques tirs, dont un lancer de Rozsival de la bleue. Mais à trois minutes de la fin du tiers, un palet envoyé au fond par Justin Williams profite à Jarrett Stoll, plus rapide que la défense. Dwight King se retrouve tout seul entre les cercles. Il ne rate pas l'aubaine (1-0). Los Angeles pousse en cette fin de tiers et rentre au vestiaire avec un but d'avance.

Renversement en une minute et demie

Chicago reçoit une supériorité numérique dès le début du deuxième tiers. Après deux tirs de Seabrook, le jeu de passe des Hawks prend de vitesse la défense. Kane, le long de la bande, échange avec Toews ligne de fond. Le une-deux permet au petit attaquant de reprendre à travers le trafic depuis le cercle pour son septième but des playoffs (1-1). Andrew Shaw masquait parfaitement Quick.

Encore une fois, les Kings s'appuient sur la ligne Carter, avec un tir menaçant de Tyler Toffoli. Le contre de Chicago est terrible. Seabrook bloque un tir de Doughty et l'attaque part dans le dos de la défense, menée par Sharp. Oublié au marquage, Ben Smith reçoit le palet au deuxième poteau et se heurte à Quick, mais récupère le rebond ligne de fond et lance sur la botte du gardien pour un but malin (1-2). Les visiteurs ont renversé la partie en 1'30". Ils frôlent même le troisième but lorsque Los Angeles perd le palet en attaque et se fait prendre pendant un changement de ligne. Kruger et Sharp se retrouvent à deux contre Quick, qui sauve superbement le tir de Sharp. Un exploit incroyable sur ce deux-contre-zéro !

La possession de palet tourne à l'avantage des Kings, qui poussent. Clifford, Mitchell, Brown enchaînent les occasions et les mises en échec spectaculaires. Crawford tient le fort, même malmené par Pearson et Toffoli dans l'enclave.

Une nouvelle séquence chaude expédie Seabrook en prison. Les joueurs de l'Illinois repoussent bien le palet dans la première minute, puis Martinez est à un cheveu de l'égalisation en tour de cage. Oduya contre le palet de justesse. La pénalité se termine et Crawford gêle le palet.

Chicago plie et ne rompt pas. Les sorties de zone restent assez propres pour limiter la pression de Los Angeles, qui continue à appuyer physiquement, à l'image d'une solide mise en échec de Doughty sur Shaw.

Dans les dernières minutes, Chicago desserre l'étau et porte le palet en zone offensive. Le jeu de transition et le travail derrière la cage de Quick mettent les Kings en difficulté. Une ultime chance de Saad conclut ce deuxième tiers. Un passage de Shaw dans la zone de Quick à la dernière seconde crée une petite échauffourée, les deux gardiens s'invectivant en rentrant au vestiaire...

Patrick Kane en héros

Les Kings prennent le contrôle du disque au début du troisème tiers-temps. Chicago, bien placé, récupère bien et surtout, relance très bien. C'est sans doute le point fort de l'équipe dans ce match. Sur l'une de ces remontées de puck, Kane, le long de la bande, trouve un joueur lancé dans l'axe et Quick sort un arrêt difficile.

Les Blackhawks verrouillent bien la neutre, gagnant des duels dans la neutre le long des balustrades. Los Angeles met plus de cinq minutes à enfin percer le rideau. Brown remonte le palet depuis la ligne de fond et attire deux défenseurs, mais laisse le palet à Doughty dans son dos. Le défenseur a le champ libre et égalise, avec l'aide d'un patin adverse (2-2).

Sur l'engagement, Toews commet un accrochage sur Kopitar qui place son équipe au bord du gouffre. Crawford vole Kopitar à bout portant, de la mitaine, avec un déplacement latéral ultra rapide. La pression est considérable. Doughty mène le jeu, déstabilisant la défense par son patinage. Deux défenseurs le suivent. Doughty trouve Martinez d'une passe dans le dos, et le tir plein axe allume la lampe rouge (3-2). Il reste treize minutes à jouer...

Le champion en titre essaie de réagir et reprend possession du palet, tournant en attaque. Un bon jeu de passe décale Kruger en position idéale et sa crosse se brise sur le tir !

Mais la pression continue. Un palet envoyé au fond permet à toute l'équipe de travailer. Shaw donne à Kane qui remonte vers la bleue, attirant Muzzin. Kane surprend toute la défense d'une passe du revers, trouvant Keith lancé sans opposition dans l'axe. Le défenseur ajuste Quick (3-3).

Il reste moins cinq minutes dans ce match six, un duel de titans. Et qui d'autre que Patrick Kane pour faire la différence ? Une sortie de zone, et le voila le long de la bande, servi par Saad. Il tricote le palet, cherche une solution et remonte à la bleue, contourne Gaborik et exploite l'écran de Shaw pour tromper Quick de loin, d'un tir mi-hauteur (3-4).

Trois minutes à faire et le public pousse, quoiqu'un peu sonné. Quick sort de sa cage pour la dernière minute et Martinez lance au but. Crawford contrôle le rebond devant Carter. Los Angeles bataille devant l'enclave jusqu'aux dernières secondes et la défense, arc-boutée sur le but de Crawford, résiste aux tirs de près de Kopitar, Brown et Richards.

Muselé lors des quatre premiers matchs, Patrick Kane donne une deuxième victoire de rang à Chicago avec la bagatelle de sept points en deux parties. Son entente avec Brandon Saad et Andrew Shaw met la défense des Kings au supplice. Mais rien n'est fait. Un septième match se profile et, s'il est aussi somptueux que les deux derniers, cela promet un spectacle incroyable. Les gros bras sont de sortie des deux côtés. Doughty avait brillé et placé son équipe en tête, avant que Kane ne renverse le match. Une série déjà légendaire...

 

Los Angeles Kings 3-4 Chicago Blackhawks (1-0, 0-2, 2-2)
Vendredi 30 mai 2014, 18h10. Staples Center de Los Angeles, 18471 spectateurs.
Arbitrage de Dave Jackson et Dan O'Rourke assistés de Jonny Murray et Shane Heyer.
Pénalités : Los Angeles 4' (2', 2', 0'), Chicago 4' (0', 2', 2')
Tirs : Los Angeles 29 (8, 13, 8), Chicago 25 (9, 13, 3)

Récapitulatif du score
1-0 à 17'03" : D. King assisté de J. Stoll et J. Williams
1-1 à 21'12" : P. Kane assisté de J. Toews et B. Seabrook (sup. num.)
1-2 à 22'49" : B. Smith assisté de P. Sharp et B. Seabrook
2-2 à 45'32" : D. Doughty assisté de D. Brown et M. Richards
3-2 à 47'38" : A. Martinez assisté de D. Doughty (sup. num.)
3-3 à 51'34" : D. Keith assisté de P. Kane
3-4 à 56'15" : P. Kane assisté de B. Saad et N. Hjalmarsson


Los Angeles Kings

Attaquants :
Marian Gaborik (-1) - Anze Kopitar (A, 2') - Dustin Brown (C, +1)
Tanner Pearson (-1) - Jeff Carter (-3) - Tyler Toffoli (-2)
Dwight King - Jarrett Stoll (+1) - Justin Williams (+1)
Kyle Clifford (+1) - Mike Richards (+1) - Trevor Lewis (-1)

Défenseurs :
Jake Muzzin (-2) - Drew Doughty (-1)
Slava Voynov - Willie Mitchell (+1)
Matt Greene (A, 2') - Alec Martinez

Gardien :
Jonathan Quick

Remplaçant : Martin Jones (G)

Réservistes : Robyn Regehr (D, genou), Colin Fraser (A), Jeff Schultz (D), Andrew Bodnarchuk (D), Brayden McNabb (D), Linden Vey (A), Jean-François Berube (G), Jordan Nolan (A), Andy Andreoff (A).

Chicago Blackhawks

Attaquants :
Bryan Bickell – Jonathan Toews (C, 2') – Marian Hossa
Brandon Saad (+1) – Andrew Shaw (+1) – Patrick Kane
Brandon Bollig – Marcus Kruger (+1) – Ben Smith (+1)
Patrick Sharp (A) – Michal Handzus (-1)

Défenseurs :
Duncan Keith (A, +2) – Niklas Hjalmarsson (+1)
Johnny Oduya (-1) – Michal Rozsival
Nick Leddy – Brent Seabrook (+1, 2')
Sheldon Brookbank (-1)

Gardien :
Corey Crawford

Remplaçant : Antti Raanta (G).

Réservistes : Jason LaBarbera (G), Peter Regin (A), Brandon Mashinter (A), David Rundblad (D), Jeremy Morin, Peter Regin (A), Kris Versteeg (A), Joakim Nordström (A), Klas Dahlbeck (D).