Chicago Blackhawks - Los Angeles Kings (NHL, finale de conférence ouest, match 7)

Chicago a réussi la performance de gagner deux fois de suite face aux Kings pour égaliser dans la série. Les Kings disputent donc leur troisième match 7 consécutif, à l'extérieur. Au premier tour, ils sont allés battre les Sharks pour compléter un retour rarissime en gagnant la série après avoir été mené trois victoires à zéro. Au deuxième, Anahim est tombé à son tour.

Mais personne n'a jamais gagné trois séries de suite en sept matchs. Toronto (1993) et Colorado (2002) avaient eux aussi disputé les 21 matchs de playoffs, mais échoué dans leurs rêves de finale.

 

Du côté de Chicago, Joel Quenneville a la chance de récolter sa 100e victoire en playoffs. Il est déjà quatrième entraineur de tous les temps dans cette catégorie...

Qui rejoindra les Rangers en finale de coupe Stanley ?

Un ascendant rapide

Les premières minutes accumulent les occasions manquées. Dès le coup d'envoi, Brown décale Gaborik, oublié au marquage. Le Slovaque ne contrôle pas la passe. Puis, Kane trouve Saad sur le côté et la remise vers Shaw est contrée. Enfin, le spécialiste des matchs 7, Justin Williams, cherche un équipier devant le but et le palet est dégagé.

Les mises en échec s'accumulent également. Dans cette partie physique, Chicago prend l'ascendant, contrôlant mieux le palet et mettant en place son jeu de passe. La ligne en forme fait rapidement la différence. Andrew Shaw travaille derrière la cage, remise sur Patrick Kane, qui passe derrière le but vers Brandon Saad. Quick, ballotté d'un côté à l'autre à deux reprises, ne peut rien faire sur le tir en angle fermé. C'est le sixième but de Saad dans ces playoffs (1-0). Les Hawks appuient, jouent vers l'avant, avec des montées des défenseurs en soutien. Une agressivité qui place Los Angeles sur le reculoir.

Après huit minutes, les Kings arrivent enfin en zone offensive, mais Williams fait tomber Shaw et concède une pénalité. Le jeu de puissance de Chicago, peu performant dans cette série, fait le break. Kane s'infiltre et occupe toute la défense, avant de remiser à la bleue. Seabrook lance un tir peu puissant du point d'appui, et le palet est dévié par Mitchell. Quick avait anticipé et ne peut rien faire pour empêcher Toews, à 'affût de ce palet qui traîne, de conclure dans la cage vide (2-0). Un contre favorable heureux, qui place Chicago en position idéale.

Après une action chaude sur le but de Crawford, qui prend un coup au masque, Los Angeles obtient un jeu de puissance pour un coup de crosse de Seabrook. Le disque tourne en zone offensive mais reste cantonné aux extérieurs et les tirs sont bloqués en chemin.

Chicago reprend la maîtrise du jeu de retour au complet. Mais Los Angeles n'est pas du genre à lâcher. Oduya perd le palet de vue et Toffoli en profite pour expédier un joli tir, qui percute le métal ! Une minute plus tard, nouvelle chance. Un tir contré de Chicago provoque un contre Californien. Brown déborde à gauche et lance au but. Carter a suivi et pousse le rebond au fond, mi-hauteur. Les officiels consultent la vidéo et valident finalement le but, estimant que la crosse n'était pas au dessus de la barre (2-1).

Une minute plus tard encore, l'inévitable Justin Williams égalise. Le pressing au fond force Leddy puis Saad à perdre le palet. King remonte le palet vers Voynov qui lance. Stoll dévie superbement sur Williams, pour son huitième but dans un match 7 (2-2). C'est aussi son treizème point, qui le place à égalité avec Doug Gilmour au premier rang de l'histoire, devant Gretzky !

Sonné, Chicago ? Pas du tout ! Sur l'engagement, les Hawks récupèrent un palet dans la neutre et Sharp envoie un tir flottant de l'aile droite. Quick juge mal la trajectoire de ce palet bondissant, trajectoire assez imprévisible il est vrai (3-2).

Le match fou se continue jusqu'à la dernière seconde avec un arrêt difficile de Crawford. Chicago a globalement dominé ce premier tiers-temps, avant de connaître un trou de trois minutes qui a failli coûter cher. Un but d'avance pour les locaux.

Tout à refaire

Chicago entame bien le deuxième tiers. Après deux actions de Marian Hossa, Toews démontre sa qualité de conservation de palet et Quick doit intervenir.

Verrouillant la neutre, les Hawks conservent le palet dans le camp adverse et limitent les chances des Kings. Saad, Kane et Shaw mettent le feu à leur tour, avec deux tirs et une pénalité contre Richards. L'équipe spéciale libère Keith pour deux tirs, stoppés par Quick.

À la mi-match, les occasions sur le but de Crawford se font rares. Mais il n'en faut pas beaucoup pour les Californiens... Sur un palet envoyé au fond, King remonte le disque vers Greene au point d'appui. Le tir est contré et revient sur Toffoli pour une cage ouverte (3-3).

Tout est à refaire pour les joueurs de l'Illinois. Une mauvaise charge de Mitchell dans le dos coûte deux minutes et offre une chance de reprendre l'avantage. Mieux, après une action de Kane, 46 secondes de double avantage sont appelées pour une faute de Doughty, coupable d'une coup de crosse dans le dos de Shaw devant le but. Hossa, Keith et Kane tentent leur chance et la première pénalité est sur le point de se terminer. Saad brise alors la crosse de Carter. Un cinglage inutile que les officiels sanctionnent logiquement. Les Kings ne parviennent pas à s'installer lors de leur minute à un de plus.

Le retour à cinq contre cinq permet à Shaw d'initier un 2-contre-1 avec Hjalmarsson, sorti par Quick. Trevor Lewis met au sol Shaw sur l'action et prend deux minutes. Hossa obtient un premier tir, puis le palet est finalement remis à la bleue. Patrick Sharp échange avec Saad avant d'envoyer un slap terrible. Muzzin et Bickell masquent Quick, qui a perdu sa crosse sur l'attaque d'Hossa. Le gardien s'incline (4-3). La pause survient peu après et les Hawks sont encore devant.

Le but... du buste

Pearson tente sa chance du revers dès la première minute de la troisième période, les Kings cherchant à revenir, une nouvelle fois. L'échec-avant adverse perturbe la relance californienne, qui peine à soutenir l'offensive.

Les minutes défilent sous forme de bras de fer. Duels, tirs et passes contrés... Crawford sort quelques bons arrêts devant Gaborik, puis Martinez, Quick répliquant par un sauvetage devant Hossa, puis devant Smith qui concluait un deux-contre-un avec Kruger.

Los Angeles y croit encore et finit par être récompensé. À sept minutes de la fin, Brown entre en zone et va de gauche à droite à la bleue. Il lance au but et le rebond retombe sur Gaborik, qui marque du buste (4-4).

La tension est à son comble alors que la fin du match se profile. Hossa et Toews au rebond frôlent le cinquième. Sharp échoue à son tour du cercle gauche. Les Hawks poussent, sous l'impulsion de Keith et Seabrook de loin. À la dernière seconde, Saad décale Shaw sur la gauche. Quick capte le tir en grand écart, sous la pression de Kane.

Tous les records pour les Kings

Il était écrit que cette série si disputée ne se jouerait à rien. Prolongations en match 7, pour une place en finale !

Première occasion, un tir dévié de Hossa, que Quick sort de justesse. La fébrilité touche même les meilleurs, avec plusieurs palets perdus par les deux défenses. Quick, surtout, sauve un tir de Saad. Les Kings insistent avec quelques séquences dangereuses, les Hawks évoluant plutôt en contre-attaque.

Une bonne présence de la ligne de Kane aboutit à un dégagement interdit. Quenneville change sa ligne mais choisit de laisser Kane sur la glace pour forcer la décision. Du coup, il reste longtemps sur une présence et, épuisé, rentre au banc, laissant son équipe défendre à quatre. Los Angeles bataille le long de la bande et Greene envoie le disque au fond. Williams récupére et redonne à Martinez. Le tir du défenseur en entrée de cercle est dévié en route par Leddy et passe au-dessus de l'épaule de Crawford, masqué (4-5).

Les Kings exultent : les voici en finale, après leur troisième série en sept matchs gagnée à l'extérieur. Peut-être la plus belle série de ces playoffs 2014...

Les Kings accumulent donc les records. Deux ans après avoir été la première équipe à mener 3-0 dans les quatre séries avant de soulever la coupe, Los Angeles écrit plusieurs nouveaux records :
- première équipe à se qualifier en finale après trois séries en sept manches
- première équipe à gagner trois matchs 7 de suite à l'extérieur
- record individuel pour Justin Williams avec ses 13e et 14e points dans un match 7, ainsi que son 7e but.

 

Chicago Blackhawks - Los Angeles Kings 4-5 après prolongation (3-2, 1-1, 0-1, 0-1)
Dimanche 1er juin 2014, 19h10. United Center de Chicago, Illinois. 22315 spectateurs.
Arbitrage de Dan O'Halloran et Wes McCauley assistés de Scott Driscoll et Shane Heyer.
Pénalités : Chicago 4' (2', 2', 0', 0'), Los Angeles 10' (2', 8', 0', 0')
Tirs : Chicago 41 (7, 16, 16, 5), Los Angeles 32 (11, 4, 14, 3)

Récapitulatif du score
1-0 à 05'06" : B. Saad assisté de P. Kane et A. Shaw
2-0 à 08'36" : J. Toews assisté de P. Kane et B. Seabrook (sup. num.)
2-1 à 16'31" : J. Carter assisté de D. Brwn et T. Toffoli
2-2 à 17'22" : J. Williams assisté de S. Voynov et D. King
3-2 à 17'34" : P. Sharp assisté de M. Kruger
3-3 à 30'31" : T. Toffoli assisté de M. Greene et D. King
4-3 à 38'25" : P. Sharp assisté de B. Saad (sup. num.)
4-4 à 52'43" : M. Gaborik assisté de D. Brown et A. Kopitar
4-5 à 65'47" : A. Martinez assisté de J. Williams et M. Greene


Chicago Blackhawks

Attaquants :
Bryan Bickell (-2) - Jonathan Toews (C, -1) - Marian Hossa (-2)
Brandon Saad (2') - Andrew Shaw - Patrick Kane
Patrick Sharp (A, -1) - Marcus Kruger (-1) - Ben Smith (-1)
Brandon Bollig - Kris Versteeg - Michal Handzus (-1)

Défenseurs :
Duncan Keith (A, +1) - Niklas Hjalmarsson (+1)
Johnny Oduya (-2) - Michal Rozsival (-2)
Nick Leddy (-2) - Brent Seabrook (-2, 2')

Gardien :
Corey Crawford

Remplaçant : Antti Raanta (G).

Réservistes : Jason LaBarbera (G), Peter Regin (A), Brandon Mashinter (A), David Rundblad (D), Jeremy Morin, Peter Regin (A), Sheldon Brookbank (D), Joakim Nordström (A), Klas Dahlbeck (D).

Los Angeles Kings

Attaquants :
Marian Gaborik (+2) - Anze Kopitar (A, -1) - Dustin Brown (C, +2)
Tanner Pearson (-1) - Jeff Carter (+1) - Tyler Toffoli (+1)
Dwight King (+2) - Jarrett Stoll (+3) - Justin Williams (+2, 2')
Kyle Clifford (-1) - Mike Richards (2') - Trevor Lewis (-1, 2')

Défenseurs :
Jake Muzzin (-1) - Drew Doughty (-2, 2')
Slava Voynov (+2) - Willie Mitchell (+2, 2')
Matt Greene (A, +3) - Alec Martinez (+2)

Gardien :
Jonathan Quick

Remplaçant : Martin Jones (G).

Réservistes : Robyn Regehr (D, genou), Colin Fraser (A), Jeff Schultz (D), Andrew Bodnarchuk (D), Brayden McNabb (D), Linden Vey (A), Jean-François Berube (G), Jordan Nolan (A), Andy Andreoff (A).