Roller Hockey: Triste deuxième semaine à Toulouse

Après le titre de champion du monde pour les juniors, les seniors avaient d'autant plus la pression pour faire un résultat dans ce Mondial qui s'annonçait cette année très relevé. En effet, la poule haute avec les 8 meilleures équipes FIRS était d'un niveau rarement vu jusqu'à présent. La France héritait d'un groupe avec 3 équipes du top-6 : Suisse, Canada et Italie (l'autre groupe était composé des USA, République-Tchèque, Suède et de la Grande-Bretagne), l'objectif était de finir dans les 3 premiers, histoire d'atteindre les quarts de finale et d'éviter la relégation dans la poule basse.

Le match d'ouverture a tout de suite annoncé la couleur pour les Français face au voisin helvète. D'entrée, la France se fait cueillir à froid avec 3 buts dans les 10 premières minutes pour les Suisses. Un gros coup à la tête qui a entraîné un changement de gardien. Terry Lefranc fautif, sur plusieurs buts suisses, laissait sa place à Jérôme Salley qui ne l'a plus redonnée pour la suite du tournoi. La troupe de Bernard Seguy s'est par la suite réveillée mais le manque de réalisme offensif ajouté à une solide défense helvètique ne pouvait que conduire à la défaite malgré un retour encouragent (défaite 2-3 pour la France).

Le second match face au Canada s'annonçait déjà décisif et les Bleus l'ont parfaitement abordé. Dans un match engagé mais fort bien maîtrisé par les coéquipiers de Jean-François Ladonne, la France a réussi a battre le Canada pour la première fois de son histoire par 2 buts à 1. On retiendra la très bonne circulation de palet de la part des français et un engagement offensif en progression malgré le manque de trafic et de lancers dangereux, notons la grande performance de Jérôme Salley dans les cages.

Si le match face au Canada annonçait le meilleur pour la suite, la France va subir un véritable vol de la part des Italiens. Comme à Minsk en hockey sur glace, la France ultra-dominatrice dans le jeu se sera fait avoir sur un contre à quelques minutes du terme. Pourtant la France aura tout tenté dans ce match mais Stefano Antinori (ancien gardien du RHE en 1999/2000) aura fait le match parfait dans les cages. Grosse désillusion pour les Bleus qui à domicile sont pour la première fois relégués en poule basse.

Après cette échec, la suite de la compétition n'est qu'anecdotique pour les Français. Ils terminent sans trop de difficultés neuvième après trois larges victoires face à la Pologne (11-0), l'Allemagne (8-1) et la Grande-Bretagne (9-0). Ces victoires n'enlèvent rien à la grande déception de la défaite face à l'Italie et montre bien que la France n'avait rien à faire dans cette poule basse.

En poule haute, on a vu le sacre une nouvelle fois des USA après une victoire 5-0 en finale face à la République-Tchèque. Les Américains ont pu s'appuyer sur un excellent gardien tout au long du tournoi en la personne de Troy Redman (gardien des Ontario Reign en ECHL) et de Jr Cadiz toujours impressionnant dans sa conduite de palet qui fait de lui le meilleur joueur du monde à l'heure actuelle. Les Tchèques auront totalement raté leur saison, aucun titre en FIRS et élimination dès les quarts de finale au mondial IIHF qui se tenait en Tchéquie à Pardubice. Le Canada complète le podium après une victoire 9-0 face à la Suisse. Cette médaille de bronze marque la fin de carrière de Martin Bradette, le gardien québécois passé par les Vipers de Montpellier en 2006/2007.

Derrière, on notera une équipe de Suède en constante progression qui devrait se battre pour la médaille dès l'an prochain, on notera aussi une surprenante équipe d'Espagne qui revient au meilleur niveau en finissant 7e de ce mondial. Pour sa première participation, la Russie finie 11e. Malgré une très bonne technique pour des joueurs jouant pour la plupart en troisième division russe en glace, ils manquaient cruellement de vitesse et de patinage pour viser plus haut, mais si ceci est corrigé, cette équipe pourrait être très compétitive.

Du changement pour l'an prochain

Après cet échec cuisant, l'équipe de France se doit de faire une grande réforme pour revenir au top niveau. Un changement de génération doit être amorcé après l'arrêt de Yohann Jalinier et sûrement de Julien Thomas. Romain Masson (grand oublié de la sélection) doit absolument faire son entrée dans cette équipe dans un rôle de buteur qui manque cruellement à cette équipe. Du côté des gardiens, Jérôme Salley se place en numéro 1 pour la suite des évènements, le poste de back-up s'annonce quant à lui ouvert après la contre-performance de Terry Lefranc. La tactique offensive devra être remis en question après ce manque de réalisme devant la cage adverse en phase de poule. Peu de lancers frappés, pas de trafic devant le gardien, un jeu de puissance amorphe... Tout ceci sera a revoir avec ou sans Bernard Seguy à la tête de cette équipe de France.

La France devrait toute fois rester en poule haute l'an prochain si celle-ci passe de 8 à 12 équipes. Une bonne chose pour le roller hockey international qui montre cette compétition FIRS gagne en homogénéité et en niveau face au tournoi IIHF.

En conclusion de cet article, je tenais à avoir une petite pensée pour le très bon site RHAF qui tire sa révérence. Yann Maillet et sa bande étaient quasiment les seuls à suivre et à promouvoir la discipline. Cet arrêt va laisser un grand vide dans le monde du roller-hockey.