Un palet dans la mare (3) : Lhenry

(Les questions de la ligue Magnus 2014/2015)

Lhenry va-t-il finir la saison comme titulaire devant la cage des Dragons ?

LHENRYfabrice20131005099Cette fois-ci promis, croix de bois croix de fer, "Fafa" revêtira le chasuble de numéro 2. À son âge, il sera sage, il ne trépignera plus, ne voudra plus jouer tous les matches et ne chambrera plus debout derrière la bande. Du bout du banc, il n'interpellera plus avec aplomb adversaires et arbitres pour dire ce qu'il pense de leur manière de (mal) faire. En tant que formateur, il a, maintenant, le devoir de montrer une discipline exemplaire à ses bambins. Nounou des jeunes goalies en apprentissage le jour. Le plus équipé des supporters rouennais, le soir, assis derrière le plexi à remplir des tableaux de stats, voire chauffeur relayeur du bus lors des déplacements, contributeur à hockeyarchives pendant qu'on y est.

Il a déjà été back-up, notre Lhenry national. Sans broncher, derrière juste un champion du monde par procuration, Jukka Tammi, en stage linguistique à Francfort pendant deux saisons. Et même en Magnus. Rappelez–vous, à peine forcé de l'être en plein stage de basket, il préparait déjà sa pré-retraite derrière ce bon Trevor. Le Koenig. Celui qui a motivé la populaire chorégraphie (mouvements des avant-bras) sur le refrain de Chelsea Rigger (tadala tadala tadaladala) après chaque but rouennais ! Fabrice Lhenry a obtempéré de bon cœur. Pas rancunier, il a même dû reprendre une fois ou deux la gestuelle du canadien d'Edmonton. Danse avec une star, un gamin de trois ans son cadet. En outre, cette fois, il a comme binôme un gardien qui s'est déjà exposé plusieurs saisons au monde professionnel. Un vrai Canadien derechef, drafté par Philadelphie ! Un gars qui devait succéder à Martin Biron, à Ray Emery ou à Ilya Bryzgalov. Un portier sur lequel les connaisseurs du staff des Flyers avaient parié pour rivaliser et mettre dehors Sergei Bobrovsky, puis Steve Mason cette année ou l'an prochain. Impressionnant ! Aucune chance pour le doyen qui fait passer Laurent Gras pour un bleu !

On voudrait nous faire croire ça. Que Fabrice Lhenry à 42 ans va faire plus de 14 000 km, un tiers du tour de la planète, son fessier sur la banquette au tissu usé d'un bus dont le seul confort est une clim à deux positions on/off, crachant de la musique de d'jeun, pendant qu'il prend une raclée sur NHL2015 par le dernier bézot de l'équipe junior venu noircir la feuille de match, le tout pour des cacahuètes ? Une saison d'adieu digne d'un vieux chanteur yé-yé dans des lieux aussi modernes que prestigieux. De Caen la mer à Trimolet, de Charlemagne à Richard-Bozon. Impossible ! En santé, le patriarche n'a rien perdu de sa technique, ni de sa vitesse d'exécution. Demandez aux stars de KHL du Donbass Donetsk si le gardien sur lequel ils ont buté notamment en fusillade est fini. Demandez à l'ambitieux Gabriel Girard si lui piquer la place est commode. Demandez aux Ducs s'ils ont dormi sur leurs deux oreilles avant le match n°6 de la demi-finale de l'an passé. Durant leurs deux défaites consécutives (4-0 et 4-1) l'antiquité à réalisé plus de 98% d'arrêts en moyenne ! Souviens-toi, Crowder, ton deux-contre-un finissant sur un exploit du vieillard. Si leurs cauchemars avaient un seul nom, ils les auraient tous appelés Lhenry !

Sans le vieux, qui fera le retour des sensations de match pour coach RG ? Rodolphe Garnier a besoin de lui pour ça. Les Dragons reconstruisent. Le début de saison va être difficile. Le doute peut s'installer sur le n°1. Plus la saison va avancer, plus la pression se fera sur le titulaire. L'assurance tous risques et la garantie de résultat, ce sera alors Fabrice Lhenry. Il va ronger son frein peut-être un peu, mais sera toujours prêt pour qu'une fois devant la cage il se révèle une nouvelle fois indispensable aux Dragons. Malgré toute sa fougue, sa jeunesse d'esprit, Fabrice Lhenry ne peut pas jouer en U22. Il faudra bien qu'il se dérouille un peu, en coupe, en championnat, et là, le sacré compétiteur qu'est Fabrice Lhenry va tout casser !