Brest - Anglet (Match de préparation)

Un match de reprise

Pour les amateurs de hockey, la période de reprise est toujours particulière. Une force inexorable force les fidèles supporters à aller s’enfermer dans des frigos géants alors que l’été suit son cours (si si, même en Bretagne). Sans doute l’envie de mettre fin à une longue attente après une interminable intersaison où ils auront eu tout le loisir d’éplucher en long en large et en travers les CV des recrues de leur équipe fétiche voir même de leurs concurrents.

C’est donc avec une certaine impatience que les 700 spectateurs de ce soir se dirigent vers le Rïnkla stadium pour voir s’affronter Bretons et Basques. Les Angloys en sont à la deuxième rencontre d’un week-end très chargé où ils ont affronté Bordeaux la veille (défaite 4-3 après prolongation) et enchaineront avec Nantes demain.

L’équipe visiteuse affiche complet ce qui n’est pas le cas des Albatros qui doivent se passer des services de Tim Hartung (fraîchement arrivé) et de Quentin Berthon tous les deux présents dans les gradins. Les supporters peuvent donc scruter la quasi intégralité des nouvelles recrues. Les Brestois arborent un maillot extérieur aux couleurs inédites dans l’histoire du club.

Avec cinq jours d’entraînement dans les jambes, il ne faut pas attendre grand chose des Brestois en rodage. Des Angloys eux aussi en pleine préparation mais qui s’annoncent déjà un candidat sérieux au haut de tableau de Division 1 promettent d’offrir une opposition équilibrée. Cela se vérifie puisque le début de rencontre est plutôt à l’avantage des joueurs basques. Alexandre Labonte et le duo Luc-Olivier Blain - Benjamin Lagarde testent rapidement Arnaud Goetz (3’48’’ et 6’50’’).

Brest s’avère prompt à répondre et surtout faire preuve de réalisme. Le néo-défenseur Bryce Reddick a été attaquant par le passé en Amérique du nord et cela s’en ressent fortement. Il n’hésite pas à dépasser à plusieurs reprises la ligne bleue offensive, ce qui lui permet de récupérer le disque en fond de patinoire et servir en retrait Vladimir Holik. La reprise du défenseur tchèque trompe Olivier Richard masqué par Sébastien Delemps (1-0 à 8’33). Un trou d’air défensif des visiteurs permet à Alexandre Quesnel sans véritable opposition de doubler la mise (2-0 à 10’30’’). 
 
Dur à encaisser pour les Angloys qui semblaient avoir bien démarré, mais ces deux buts leur coupent les jambes jusqu’à la fin du tiers à l’exception d’une déviation astucieuse de Benjamin Lagarde qui n’est pas cadrée (14’). Avant la pause, quelques frictions indiquent bien que nous avons affaire à un match de préparation et non un match amical. Une pincée de pénalités calmeront la fin de période marquée par une barre transversale de Graham Avenel (16’10’’).
 
Olivier Richard laisse sa place à Sébastien Raibon dans les cages basques à l’amorce du deuxième tiers. La pause a bénéficié à son équipe qui se procure une grosse occasion par un tête-à-tête Labonte-Goetz remporté par ce dernier (24’20’’). Mais l’attaquant canadien a sa revanche peu après en adressant une passe à son compatriote Lagarde semble t-il déviée du patin au fond du but de Goetz (2-1 à 24’56’’).
 
 
Les Albatros réagissent mais, rodage oblige, se montrent maladroits dans le dernier geste malgré des occasions franches. À leur tour ils jouent la carte de l’alternance des gardiens avec l’entrée de Léo Bertein pile à la moitié du temps réglementaire (30’). Sauvé par son poteau (32’) et auteur d’une belle mitaine sur Maxime Suzzarini (32’59’’), il ne peut empêcher l’égalisation de Benjamin Lagarde, présent dans beaucoup de bons coups (2-2 à 34’03’’). 
 
Un retour de courte durée car Brest reprend vite les commandes sur une action confuse devant un Raibon furieux de voir le corps arbitral accorder un but à Bryce Reddick. Pas évident en effet de savoir si le tir du défenseur a franchi entièrement la ligne. Le portier visiteur écope d’une méconduite pour avoir contesté avec un peu trop de véhémence (3-2 à 35’05’’). Alexander Olsson tente d’égaliser par deux fois à une minute du gong mais sans réussite (39’).
 
Le deuxième tiers aura été moins convaincant pour les locaux, au contraire de l’Hormadi plus entreprenants qu’au tiers initial. Absente du marquage mais très présente sur la glace, la ligne Jérémie Romand - Nicolas Motreff - Matthew Boudreau affiche déjà une très bonne entente et propose quelques phases de jeu spectaculaires comme ce jeu de passe à trois tout en vitesse qui se termine sur le poteau de Raibon (44’).
 
Cette phase de jeu est néanmoins symbolique du jeu brestois qui cherche de manière abusive l’action parfaite quitte à faire la passe trop à un mètre d’une cage ouverte. Trop de passes, pas assez de tirs, voilà la maxime qui décrit le jeu des locaux. Des occasions gâchées et qu’ils regrettent après un but inattendu en contre de Blain entre les jambières de Bertein (3-3 à 52’15’’). L’équipe d’Anglet a su faire le dos rond et être récompensée par sa stratégie de jeu en contre-attaque.
 
 
Le score nul se maintient jusqu’à la fin du temps règlementaire, forçant les deux équipes à disputer une prolongation de cinq minutes avant d’éventuels tirs au but qui ne s’avèrent au final pas nécessaires. Un jeu « à toi à moi » devant Raibon entre Alexandre Quesnel et Benjamin Breault clôt le match par un but de l’ex-Spinalien (4-3 à 64’).
 
Défaite basque sur le même score (anecdotique) que la veille en Aquitaine, mais l’Hormadi n’aura pas démérité, offrant une opposition de qualité. Sébastien Raibon, malgré son caractère très émotif, sera à coup sûr un atout pour l'aider à atteindre le haut de tableau de la division 1 auquel elle semble se destiner au vue de leur effectif. Sur cette rencontre, la première ligne offensive canadienne Lagarde-Blain-Labonte s’est montrée à son avantage. Le charismatique capitaine Xavier Daramy aura été pour sa part plutôt discret dans ce simple match préparatoire, rappelons-le.
 
Brest s’impose dans la douleur face à un adversaire de division inférieure, mais les Albatros ont offert quelques bonnes séquences, surtout offensives, encore brouillonnes. Même s’il est encore bien trop tôt pour tirer des enseignements, l’équipe présente un potentiel offensif intéressant. La plus agréable surprise est le match du virevoltant et étonnant Matthew Boudreau. Le jeune Canadien a étalé sa vitesse, sa technique et sa fougue qui s’annoncent alléchantes. En compagnie de Romand et N. Motreff, ils ont constitué ce soir le meilleur bloc brestois sans pour autant faire mouche. Tout le contraire du duo Breault-Quesnel, beaucoup plus sobre mais efficace. 
 
Dans les cages, Arnaud Goetz a fait une entrée plus convaincante que son homologue Léo Bertein. Les lignes arrières ont affiché plusieurs largesses mais des profils intéressants se dessinent. Dans le registre très défensif Jason Crossman a fait preuve d’autorité et d’assurance prometteuses pour la suite. Plus offensif, Bryce Reddick s’est démarqué et devrait apporter quelques points cette saison en compagnie probablement de Tim Hartung qui, sur le papier, s’annonce comme le taulier de la défense bretonne.
 
Bref, un vrai match de reprise qui donne un petit aperçu des qualités et défauts d’équipes encore en pleine préparation et sur lequel il est prudent de ne pas tirer de conclusions hâtives mais de se contenter des petites esquisses entraperçues. 
 
 
Brest – Anglet 4-3 après prolongation (2-0, 1-2, 0-1, 1-0)
Samedi 25 août 2014 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 700 spectateurs
Arbitrage de Savice Fabre assisté de Charles-Édouard Salmon et Jérémy Douchy.
Pénalités : Brest 8' (4’, 4’, 0’, 0’), Anglet 20' (6’, 2’+10’, 2’, 0‘).
 
Évolution du score :
1-0 à 08’33’’ : Holik assisté de Reddick et Delemps
2-0 à 10’30’’ : Quesnel assisté de Breault
2-1 à 24’56’’ : Labonte
2-2 à 34’03’’ : Lagarde assisté de Labonte
3-2 à 35’05’’ : Reddick
3-3 à 52’15’’ : Blain assisté de Lagarde et Grenier
4-3 à 64’00’’ : Breault assisté de Quesnel
 
Brest
 
Gardiens : Arnaud Goetz puis Léo Bertein à 30’.
 
Défenseurs : Vladimir Holik – Bryce Reddick ; Jason Crossman – David Hennebert (A) ; Aurélien Gréverend (A) – Gaëtan Cannizzo ; Sacha Grimshaw. 
 
Attaquants : Alexandre Quesnel – Benjamin Breault – Graham Avenel ; Jonathan Avenel – Jaroslav Prosvic (C) – Michal Dian ; Jérémie Romand – Nicolas Motreff  –Matthew Boudreau ; Sébastien Delemps – Marlo Chapron – Dimitri Motreff.
 
Absents : Quentin Berthon, Tim Hartung. 
 
Anglet
 
Gardiens : Olivier Richard puis Sébastien Raibon à 20’.
 
Défenseurs : Sébastien Rousselin – Dave Grenier ; Maxime Suzzarini – Alexander Eriksson ; Iiro Vehmanen – Thomas Baubriau (A) ; Mathieu Pons – Guillaume Mameri.
 
Attaquants : Benjamin Lagarde – Luc-Olivier Blain – Alexandre Labonte ; Alexander Olsson – Xavier Daramy (C) – Leyland Plaire ; Benjamin André – Tomas Rubes – Florent Neyens (A) ; Nicolas Thos – Mathieu Vissio – Léo Dutruel.