Rouen - Dijon (Ligue Magnus, 4e journée)

Sur courant alternatif, Rouen assure la victoire

Le RHE76, intraitable à domicile, s'est débarrassé en deux temps du co-leader Dijon, pour entamer son ascension vers la première moitié du classement du championnat.

ILLUS20141004117Les Dragons semblent décidés à (re)faire de leur antre un véritable cimetière pour les équipes de ligue Magnus, mais ont encore trouvé du répondant pour assurer le show.

Pas moins de 11 buts, 23 occasions, 74 tirs cadrés ont été enregistrés dans ce match qui a basculé dans l'irrationnel dans le deuxième tiers-temps. Le CPHD a patiné vite, très vite, se projetant rapidement en attaque, les visiteurs, une fois n'est pas coutume, ont aussi cadré plus de tirs que les locaux. Rare sur l'île Lacroix !

En équipe intelligente, les joueurs de Jarmo Tolvanen et Jonathan Paredes (finalement présent après son admission aux urgences, vendredi, pour avoir reçu un palet lors de l'entraînement à Trimolet), euphoriques en power-play, après un temps-mort d'abord bénéfique, ont su saisir leur chance, sur un fait de match, pour installer le doute dans les esprits des hommes du duo Garnier-Salo.

Une réussite enthousiasmante que les Ducs n'ont pas réussi, ensuite, à maîtriser à l'entame de la dernière période, là où les attendaient des Dragons jamais aussi dangereux en contre, dès qu'on leur laisse des espaces, où leurs talents collectifs et dextérités individuelles ont fructifié.

ILLUS20141004147En début de rencontre, les Bourguignons bloquent les offensives rouennaises à la ligne bleue et se projettent sur le but de Nicola Riopel. Patrick Coulombe fait connaissance avec la rapidité de Rech, l'ex-Normand (0'28). Mathieu Briand, le meilleur buteur de la ligue Magnus, accompagné par Kevorkian, décide de lancer lors d'un 2-contre-1 et trouve le poteau (1'56). Romain Gutierrez, l'ancien joueur d'impact des Dragons, est détourné par Riopel (3'06).

Les Rouennais auront mis du temps à prendre la mesure de leurs adversaires, mais après une occasion de Loïc Lampérier déroutée des jambières par Buysse (3'58), Lacroix, dans une mêlée, se jette sur un rebond et ouvre le score (1-0 à 4'45). Sur ce but, l'arbitre, M.Rauline, sanctionne l'arrière-recrue dijonnais, Olivier Dame-Malka de 10 minutes de méconduite. Puis, il annule justement un but de Marc-André Thinel (6'00). Les Noirs-et-Jaunes vont beaucoup mieux face à une défense à cinq. Mais François-Pierre Guénette est trop excentré pour traduire l'ascendant des patineurs des bords de Seine (6'31).

S'il va mieux en attaque, le RHE76 se fait de nouveau surprendre en contre surnuméraire. Nicola Riopel parade l'envoi d'Ilpo Salmivirta, l'ex-joueur de puissance local, toujours très apprécié dans les tribunes (7'35). Néanmoins, Rouen reste dangereux. Maxime Lacroix, excellemment trouvé par Desrosiers, cherche une feinte trop peu spontanée pour surprendre Buysse qui n'est pas un perdreau de l'année (8'53).

ILLUS20141004167Anthony Rech offre la première supériorité aux Dragons, lorsque l'ailier est sanctionné d'une faute offensive (10'21). Le jeu de puissance normand est en rodage, c'est peu après que Dan Koudys imprécis manquera une opportunité (12'48).

C'est maintenant au tour de Raphaël Faure de cirer le banc de la gêole (14'12). Si le demi-tour de Steven Cacciotti est spectaculaire, son envoi du revers passe au-dessus de la cage (16'14). Ensuite, les deux équipes se neutralisent jusqu'à la première pause.

Dans une période qui tarde un peu à s'animer sérieusement, les Ducs seront, après un avantage d'un homme gâché, les premiers menaçants (23'13). Mais Rouen met maintenant Dijon sous pression. Salvateur, Benoit Quessandier intervient sur Thinel (23'30). M.Rauline refuse un but, le deuxième de la soirée, à Guénette (23'57). Arthur Montenoise est efficace dans une défense acculée. Mais pas Thomas Roussel, sur Lacroix, qui est désavoué par l'arbitre (24'12).

L'attaque à cinq des joueurs du président Chaix manque d'inspiration, mais pas son capitaine, Marc-André Thinel ! L'ailier fait l'entrée de zone lui-même sur la gauche, et puis comme la défense léthargique le laisse faire, il s'en va provoquer et se jouer d'un Buysse médusé, au-dessus de lui, par la maestria du vétéran (2-0 à 25'17). Les Seino-Marins maintiennent leur étreinte. La cage de Henri-Corentin Buysse se retrouve dé-soclée pendant la poussée adverse. M.Rauline annule un nouveau filet (25'50). Les Côtes-d'Oriens ont une seule réaction bien prise en charge par Nicola Riopel (27'01).

ILLUS20141004169Le RHE76 se retrouve de nouveau en supériorité. Cette fois, les Dragons sont bien disposés. Daultan Léveillé, dans le trafic, dévie un tir-passe des poignets de Charland à la pointe (3-0 à 28'22). Jarmo Tolvanen prend son temps-mort pour une réunion d'urgence car le co-leader ainsi mené de trois buts, à la mi-match, doit changer son plan de match.

Les Normands lisent les nouvelles attentions adverses et sont moins incisifs même si Arthur Montenoise doit s'employer pour bien défendre sur Charland (30'20). Puis, le dernier buteur rouennais est verbalisé. En supériorité, vexés mais motivés, sans complexe, les Ducs réduisent le score de belle facture par Ilpo Salmivirta (3-1 à 31'46). Jamais votre serviteur n'aura entendu autant d'acclamations pour un but adverse… La foule irrationnellement respectueuse, humaine, ira même jusqu'à scander le nom du Finlandais, qui a passé 4 saisons en Noir-et-Jaune, en participant à la conquête des désormais historiques quatre titres consécutifs (de 2010 à 2013) !

Les coéquipiers de Marc-André Thinel, eux, ne peuvent pas faire dans l'affect. Ne comptez pas sur Lampérier (32'33) et Desrosiers (33'09), qui échouent respectivement par maladresse et sur Buysse, pour faire dans le sentimentalisme.

C'est sur ce moment fort des Dragons que Francis Charland est puni d'un deux-plus-deux pour une crosse haute au visage de Cacciotti qui avise son égratignure auprès de l'arbitre. Ce dernier recherche, examine, ausculte presque et applique à la lettre la rigueur des textes réglementaires.

ILLUS20141004249C'est un fait de match, qui redonne le moral aux Ducs. À un homme de plus, Sébastien Gauthier ne peut réduire la marque (34'40). C'est Romain Gutierrez, prenant le meilleur sur Léo Guillemain dont le rôle est réduit ce soir au killing-play rouennais, qui réduit la marque d'un revers jeté dans le haut des filets (3-2 à 36'00). On entend de nouveaux applaudissements descendus des travées pour l'ex-Rouennais !

Moins de deux minutes plus tard, pendant lesquelles Rouen n'a pas paru volontaire, un impair d'un défenseur normand est de nouveau puni. En infériorité, échaudé, le RHE76 est fébrile. Incroyable, Steven Caccioti, au visage si balafré, n'est pas manchot, et égalise (3-3 à 38'40). En moins de sept minutes, les hommes du président Ritz, sont revenus dans la rencontre en inscrivant trois buts ! Malheureusement, ils quittent le vingt médian en infériorité et reprendront le jeu dans la dernière période en désavantage numérique.

Benoit Quessandier aura une présence remarquée dans la box de Dijon (40'43). Mais, trois petites secondes après le retour à parité de joueurs, Julien Desrosiers, lumineux, trouve, à travers le slot, Coulombe, au deuxième poteau, (4-3 à 41'28).

Les Ducs déçus, revanchards et confiants s'emballent. La cage de Nicola Riopel se soulève sous la poussée de Kevorkian (43'52). L'arbitre désigne le gardien rouennais comme le coupable avec préméditation du déménagement de sa nasse. Les Ducs sont confiants après leur surréaliste et excellente série en cours dans l'exercice du power-play. Cependant, les Normands coupent les passes dans le trafic. Les Bourguignons cherchent donc Olivier Dame-Malka qui tire de la pointe à plusieurs reprises. Lorsque le rebond est repris par Gutierrez la pression est au summum sur Riopel (45'24). Finalement, les Rouennais annihilent cette infériorité.

ILLUS20141004310Le CPHD ouvre le jeu et Jonathan Janil peut délivrer une maître-passe à destination de Desrosiers sur la ligne bleue. L'ailier part en échappée et gagne son duel face à Buysse en enfilant la rondelle au-dessus de la plaque du gardien (5-3 à 46'45).

Moins d'une minute plus tard, pan ! Marc-André Thinel frappe du cercle gauche et nettoie la toile d'araignée de la lucarne gauche de Buysse (6-3 à 47'21).

Il reste douze minutes aux Dijonnais pour refaire le coup du deuxième acte. Remonter trois buts. Dan Koudys y va un peu fort sur Mielonen aux yeux de l'arbitre. M.Rauline accorde un nouveau power-play aux visiteurs. Mais ces-derniers sont épuisés et découragés. Maxime Lacroix aura la meilleure occasion des deux minutes de supériorité adverse (49'24).

Le match prend définitivement une tournure spectaculaire et débridée. À tel point que Dijon réduit la marque en désavantage numérique par Olivier Dame-Malka d'un puissant tir frappé mal lu par Riopel (6-4 à 54'46). Francis Charland touche un poteau de la pointe (55'35) avant d'être impeccablement mis sur orbite par Desrosiers, et réussir sa feinte en duel devant Buysse (7-4 à 55'59).

Henri-Corentin Buysse et ses coéquipiers terminent leur calvaire sous les lancers non fructueux de Guénette (58'10) et de Lacroix (59'24).

ILLUS20141004340Si Rouen a pêché en concentration, en discipline puis en infériorité sous un arbitrage difficile à discerner, il n'en a pas moins été assez impressionnant dans le domaine offensif. Injustement et sévèrement critiqués dans la presse locale, les attaquants (6 buteurs différents) des Dragons ont apporté leur réponse. Les brillantes fulgurances d'un Desrosiers ou d'un Thinel et la sobriété de Janil, Manavian et Cunningham derrière auront fait le reste.

Dijon est un peu tombé dans le piège de s'être laissé enflammé par son exploit du deuxième tiers, d'écouter peut-être la critique facile et rudimentaire, de croire les Dragons, certes en rodage, peu compétitifs. Cela rendra plus fort les Ducs pour les prochains matches et notamment celui contre Lyon dans une semaine pour rester dans le haut du classement, la position qui manque encore aux Rouennais.

Etoiles du Match : Desrosiers*** (Rouen), Charland** (Rouen) et Thinel* (Rouen)

 

Rouen – Dijon : 7-4 (1-0, 2-3, 4-1)
Samedi 4 octobre 2014 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière.
Arbitres : M. Jérémy Rauline assisté de Mme Charlotte Girard et de M. Jérémie Douchy.
Spectateurs : 2275
Pénalités : Rouen 16' (4', 8', 4') ; Dijon 20' (2+10', 6', 2')
Supériorités : Rouen 1/5, Dijon 3/8
Tirs : Rouen 36 (10, 14, 12) ; Dijon 38 (11, 12, 15)
Chances : Rouen 12 (5, 2, 5) ; Dijon 11 (4, 3, 4)

Évolution du score :
1-0 à 04'45 Lacroix assisté de Charland et Faure
2-0 à 25'17 Thinel assisté de Guénette (sup.num.)
3-0 à 28'22 Léveillé assisté de Charland et Desrosiers (sup.num.)
3-1 à 31'46 Salmivirta assisté de Gauthier et Gutierrez (sup.num.)
3-2 à 36'00 Gutierrez assisté de Cacciotti (sup.num.)
3-3 à 38'40 Cacciotti assisté de Gauthier et Gutierrez (sup.num.)
4-3 à 41'28 Coulombe assisté de Desrosiers et Charland
5-3 à 46'45 Desrosiers assisté de Janil et Faure
6-3 à 47'21 Thinel assisté de Coulombe et Lampérier
6-4 à 54'46 Dame-Malka assisté de Salmivirta (inf.num.)
7-4 à 55'59 Charland assisté de Desrosiers et Cunningham

Rouen

Gardien : Nicolas Riopel (34 arrêts)

Arrières : Patrick Coulombe – Antonin Manavian ; Aurélien Dorey – Wes Cunningham ; Raphael Faure – Jonathan Janil(A) ; Léo Guillemain.

Attaquants : Daultan Léveillé – Loup Benoit – Dan Koudys ; Loïc Lampérier – François-Pierre Guénette(A) – Marc-André Thinel (C) ; Julien Desrosiers – Maxime Lacroix – Francis Charland ; Johan Saint-André.

Remplaçants : Fabrice Lhenry (G), Théo Lanvers, Alexandre Lubin et Fabien Colotti.

Dijon

Gardien : Henri-Corentin Buysse (29 arrêts).

Arrières : Olivier Dame-Malka – Benoit Quessandier (A) ; Thomas Roussel – Juho Mielonen ; Quentin Mahier – Arthur Montenoise.

Attaquants : Ilpo Salmivirta – Martin Gascon (C) – Anthony Rech ; Steven Cacciotti(A) – Sébastien Gauthier – Romain Gutierrez ; Aram Kevorkian – Mathieu Briand – Alexandre Mulle.

Remplaçants : Julian Barrier-Heyligen (G) et Bastien Lardière. Absents: Mathis Chiappino et Jules Montési (?).