Grenoble - Lyon (Coupe de la ligue, groupe D, 4e journée)

Le miracle grenoblois

Après deux défaites, les Brûleurs de Loups se sont rassurés samedi avec une rencontre maîtrisée de bout en bout face à Amiens après avoir passé une semaine studieuse d'entraînement. Ce succès devrait redonner la confiance à un groupe qui va désormais chercher à confirmer en coupe de la ligue, compétition dans laquelle Grenoble est encore bien loin d'avoir assuré sa qualification. La victoire est en effet impérative ce soir pour ne pas se laisser distancer par un rival direct. Les Lions sont en effet encore en course après avoir ramené un point de leur déplacement à Gap. Si les Rapaces semblent intouchables dans ce groupe et que les Diables Rouges semblent distancés, c'est la deuxième place qui est en jeu ce soir.

2014-10-01-Grenoble-Lyon1Pour cette rencontre, Richard Martel doit se passer de ses jeunes joueurs sélectionnés avec l'équipe de France U20 (Chapuis, Faure et Orset). Il a fait appel à quelques U22 en renfort mais présente un alignement proche de celui qui a battu Amiens, Lamirault remplaçant Chapuis sur la troisième ligne. Du côté de Lyon, on enregistre le retour du gardien Matej Kristin, absent la semaine dernière pour raisons personnelles, et celui d'Elie Raibon, de retour de blessure après une longue absence.

À noter que les deux équipes se sont rencontrées deux fois en pré-saison et qu'à chaque fois Lyon s'est imposé largement (6-3 et 7-3) alors que Grenoble avait reporté le match aller (3-2) après avoir été longtemps dominé.

Alors que les Brûleurs de Loups espèrent surfer sur la vague de leur succès contre Amiens, ils vont être rapidement refroidis. Sur une contre-attaque lyonnaise, Vincent Couture est bien décalé par Kévin Gadoury. L'ancien Villardien ouvre le score d'un joli tir croisé dans la lucarne opposée (0-1, 02'08"). La pénalité de Dean Ouellet donne quand même une chance aux locaux de revenir tout de suite à hauteur. Le power-play grenoblois propose une transmission rapide mais les attaquants manquent de lucidité devant la cage. Baylacq et Sivic se retrouvent même tous seuls en bonne position, mais manquent leur duel face au portier lyonnais Matej Kristin, très solide en ce début de match.

2014-10-01-Grenoble-Lyon2À l'inverse, les Lions se montrent très rapides en contre-attaque et restent une menace permanente. Mais encore une fois c'est Kristin, extrêmement sollicité, qui sort le grand jeu face à Chouinard et Bouchard. En manque de réalisme en attaque, les Brûleurs de Loups se mettent à commettre des fautes. Perret puis Roberts partent tour à tour en prison. À cinq contre trois, Lyon ne laisse pas passer l'occasion. Et Couture, toujours lui, trouve une belle lucarne en double supériorité numérique (0-2, 12'35").

Le réalisme est lyonnais dans cette première période. Les Grenoblois voient quand même leurs efforts récompensés sur un palet ressorti par Bouchard pour Lafrance lequel réduit le score (1-2, 16'04"). Mais ils ont à peine le temps de se congratuler qu'un tir contré de Sivic provoque une nouvelle contre-attaque lyonnaise. Cette fois, c'est Dean Ouellet qui est à la conclusion alors que Zajkowski freine la course du palet mais ne peut l'éviter de rentrer pour redonner à Lyon deux buts d'avance (1-3, 16'44"). Les Brûleurs de Loups accusent le coup par la suite, laissant le champ libre à des Lyonnais euphoriques qui monopolisent le jeu. Grenoble termine même le tiers en infériorité numérique suite à un cinglage de Félix Petit.

2014-10-01-Grenoble-Lyon3Heureusement pour Grenoble, Vincent Couture se fait pénaliser dès l'entame de la deuxième période pour un faire trébucher en zone offensive, remettant les deux équipes à égalité numérique.

Le jeu devient alors moins débridé que lors de la première période et les débats sont plus équilibrés. Mais Lyon excelle dans l'exercice de la contre-attaque et sur un nouveau palet perdu dans la zone lyonnaise, les Grenoblois se font surprendre par Ben Parker qui donne un avantage conséquent aux visiteurs (1-4, 27'35").

Avec trois buts d'avance au score, les Grenoblois sont sonnés et laissent aux Lyonnais la possession du palet. Sivic tente bien de sonner la révolte sur une contre-attaque mais il manque le cadre. Zajkowski doit s'employer pour éviter à son équipe un naufrage encore plus important. Mais rien n'y fait du côté des Grenoblois toujours aussi inefficaces devant.

2014-10-01-Grenoble-Lyon4Baylacq manque une occasion en bonne position mais il ne cadre pas son tir. Et sur une contre-attaque, Nicolas Biniek se joue facilement de la défense grenobloise pour marquer du revers face à Zajkowski impuissant (1-5, 38'08").

Les premiers sifflets descendent des travées de Pôle Sud à l'encontre de l'équipe locale qui semble en totale perdition. Un petit coup du sort va la relancer rapidement... après un débordement, Bouchard centre devant la cage : le palet est freiné par un défenseur. Kristin est pris à contre-pied et Perret, seul face à une cage grande ouverte, n'a plus qu'à pousser le palet au fond (2-5, 38'47"). L'écart à la pause est donc de trois buts à l'avantage d'une équipe lyonnaise nettement plus réaliste.

Pour espérer revenir dans la rencontre, les Brûleurs de Loups se doivent de marquer rapidement à l'entame du troisième tiers. Mais c'est le contraire qui se produit puisque sur une nouvelle contre-attaque, les Lyonnais sont de nouveau en surnombre et Biniek s'offre un doublé en marquant avec l'aide du poteau (2-6, 41'25").

Cette fois la victoire semble avoir définitivement choisi son camp et Grenoble s'achemine vers une troisième défaite dans cette coupe de la ligue. Et puis, alors que les Brûleurs de Loups semblent au fond du trou, Pierre-Luc Lessard sonne la révolte grenobloise d'un puissant slap de la bleue venu de nulle part qui vient se loger sous la barre transversale (3-6, 42'12").

À peine l'engagement donné, les Grenoblois se ruent à l'attaque par Félix Petit sur l'aile droite. L'attaquant grenoblois tire en direction du but, Lessard dévie au passage et Kristin ne peut que freiner la rondelle au passage sans pouvoir l'arrêter (4-6, 42'36").

2014-10-01-Grenoble-Lyon5Ces deux buts marqués coup sur coup redonnent un semblant d'espoir aux Brûleurs de Loups. Mais leur dynamique semble coupée lorsqu'un lancer de Tartari plein axe vient exploser le plexis au sens propre du terme : la vitre vole en éclat et s'en suit une longue interruption pour la remplacer. Une pause forcée favorable aux Lyonnais ? On peut le penser car la dynamique était grenobloise au moment de cet incident. D'ailleurs à la reprise, Zajkowski est contraint à un bel arrêt de la mitaine.

Mais la réussite a subitement changé de camp : Bouchard ramène les siens à un but en trouvant une splendide lucarne (5-6, 44'30"). Dépité, François Dusseau sort Matej Kristin qui vient d'encaisser trois buts consécutifs et le remplace par Landry Macrez. Mais à partir de ce moment, la rencontre change complètement de physionomie. Jusqu'alors apathiques et perdus sur la glace, les Grenoblois retrouvent leur jeu et se remettent vraiment à y croire. Zajkowski se met au diapason en réalisant quelques arrêts importants sans rebond.

2014-10-01-Grenoble-Lyon6Lafrance manque de peu l'égalisation alors que Roberts s'essaie de loin, sans succès. Mais la pression est grenobloise à l'image de Baylacq et Tartari qui, à défaut de trouver la réussite devant la cage, exercent un gros pressing sur la défense lyonnaise désormais au supplice alors que Landry Macrez fait ce qu'il peut pour préserver ses cages inviolées.

Lyon obtient une première opportunité de se redonner de l'air lorsque Laberge est accroché par Milovanovic. Mais cette opportunité n'est pas concrétisée par les Lions qui vont vite s'en mordre les doigts. Car dans la foulée, c'est Gadoury qui est sanctionné et le power-play grenoblois s'avère bien plus efficace.

Après une séance de mitraillage en règle sur la cage de Landry Macrez, Eric Chouinard parvient à glisser le palet sous le gardien lyonnais et arrache l'égalisation pour le plus grand plaisir d'un public grenoblois qui ne s'attendait pas à un tel retour (6-6, 54'59"). Dès lors, tous les espoirs sont permis côté grenoblois. Même arracher un succès in extremis dans le temps réglementaire.

Surtout qu'une pénalité du capitaine lyonnais Millerioux à trois minutes de la fin ressemble à une « balle de match ». Mais trop enthousiastes, les Brûleurs de Loups se précipitent trop et ne parviennent pas à poser proprement leur jeu de puissance. Place à la prolongation !

Une prolongation à l'avantage des Grenoblois qui sont sur une bonne dynamique. Après quelques lancers bien captés par Macrez, une pénalité à l'encontre de Meilleur en zone offensive fait basculer la rencontre. Déjà auteur du but égalisateur, Eric Chouinard profite du jeu à quatre contre trois pour battre de nouveau Macrez d'un tir ras de glace dans le trafic (7-6, 64'59").

Le miracle a eu lieu. Menés 6-2 après deux minutes de jeu dans le troisième tiers-temps, les Brûleurs de Loups ont eu le mérite de ne pas s'avouer vaincus. Ils ont renversé une situation plus que compromise pour finalement ramener la victoire dans un match qui ressemblait jusque-là à un vrai désastre... Inefficaces en attaque, mal positionnés en défense, les Brûleurs de Loups ont subi les contre-attaques lyonnaises pendant tout le match. Et à chaque fois les Lyonnais se retrouvaient en surnombre devant les cages grenobloises ce qui leur permettait de marquer avec la plus grande facilité. Et comme Zajkowski n'arrêtait pas grand-chose, le score s'est mis à enfler très rapidement.

Jusqu'à ce lancer venu de nulle part de Pierre-Luc Lessard qui venait se loger sous la barre. Et sonnait la révolte grenobloise... Même le plexi brisé n'a pas freiné l'élan de Grenoblois qui redevenaient irrésistibles. Une défaite aurait sérieusement compromis leurs chances de qualification. Avec cette victoire inespérée, les Brûleurs de Loups sont maintenant en bonne position pour se qualifier. En plus de ça, ils ont montré leur capacité à renverser des montagnes. Bon pour le moral et encourageant pour la suite.

Quant aux Lyonnais, eux aussi ont montré deux visages : d'abord vifs, précis et tranchants pendant quarante minutes à l'image de Couture, très réaliste devant le but ou de Kristin, impeccable devant sa cage. Ils avaient parfaitement réussi à faire déjouer une équipe grenobloise qui se ruait à l'attaque pour essayer de réduire l'écart mais qui oubliait de couvrir ses arrières. Les rapides attaquants lyonnais ont su en profiter.

Et les hommes de François Dusseau ont subitement lâché prise, sans doute par manque d'expérience à ce niveau, ne sachant tenir un score qui leur était largement favorable. En encaissant deux buts coup sur coup alors qu'ils pensaient avoir fait le plus dur en reprenant quatre buts d'avance, ils se sont mis à douter. Kristin a même été sorti par Dusseau alors qu'il réalisait jusque-là un match très solide. Soudain dominés, les Lyonnais n'ont pas su tenir le score et sont fait reprendre. Il leur faudra vite mettre de côté cette défaite pour rebondir à Briançon dès demain. Une deuxième défaite en deux jours leur ôterait vraisemblablement toute chance de qualification dans cette compétition. Ils devront se passer de Nicolas Biniek et Julien Lebey, tous deux blessés ce soir. Une autre mauvaise nouvelle pour les Lions...

Désignés meilleurs joueurs du match : Pierre-Luc Lessard (Grenoble) et Vincent Couture (Lyon)

(Photos Philippe Crouzet - www.ipernity.com/doc/182273/album)

Commentaires d'après-match (d'après Le Dauphiné Libéré) :

Christophe Tartari (attaquant de Grenoble) : « On a fait un sacré retour et prouvé qu'on avait du caractère. Des victoires comme ça soudent une équipe et font beaucoup de bien. »

Richard Martel (entraîneur de Grenoble) : « Le match était perdu. On voulait juste limiter les dégâts. J'ai dit aux gars qu'une chance comme ça ne se représenterait pas deux fois. »

 

Grenoble – Lyon 7-6 après prolongation (1-3, 1-2, 4-1, 1-0).

Mercredi 1er octobre 2014 à 20h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3000 spectateurs.
Arbitrage de Savice Fabre assisté de Joris Barcelo et Gabriel Pointel
Pénalités : Grenoble 8' (6', 0', 2', 0'), Lyon 20' (2', 2', 4', 2'+10')
Tirs cadrés : Grenoble 38 (10, 11, 12, 5), Lyon 35 (14, 12, 8, 1)

Évolution du score :

0-1 à 02'08" : Couture assisté de Gadoury et Trefny
0-2 à 12'35" : Couture assisté de Eriksson et Hirvonen (double sup. num.)
1-2 à 16'04" : Lafrance assisté de Bouchard et Perret
1-3 à 16'44" : Ouellet assisté de Meilleur et Laberge
1-4 à 27'35" : Parker assisté de Lebey
1-5 à 38'08" : Biniek assisté de Parker
2-5 à 38'47" : Perret assisté de Bouchard et Milovanovic
2-6 à 41'25" : Biniek assisté de Millerioux et Lebey
3-6 à 42'12" : Lessard assisté de Baylacq
4-6 à 42'36" : Lessard assisté de Sivic et Petit
5-6 à 44'30" : Bouchard assisté de Roberts et Perret
6-6 à 54'59" : Chouinard assisté de Bouchard et Perret (sup. num.)
7-6 à 64'59" : Chouinard assisté de Bouchard et Roberts (sup. num.)

Grenoble

Gardien : Michal Zajkowski

Défenseurs : Pierre-Luc Lessard (A) – Stéphane Gervais ; Sam Roberts (2') – Nicolas Favarin ; Jakob Milovanovic (2') – Quentin Scolari.

Attaquants : Mitja Sivic – Felix Petit (2') – Eric Chouinard (C) ; Danick Bouchard – Toby Lafrance – Jordann Perret (2') ; Julien Baylacq – Christophe Tartari (A) – Aubin Lamirault.

Remplaçants : Jimmy Darier (G), Maxime Favre-Felix, Baptiste Jacquin, Quentin Rodriguez, Germain Guirado. Absents : Dominic Jalbert (épaule), Yorick Treille (genou), Pierre-Antoine Simonneau (épaule), Romain Chapuis (France U20), Arnaud Faure (France U20), Victor Orset (France U20).

Lyon

Gardien : Matej Kristin (puis Landry Macrez de 44'30" à 64'59")

Défenseurs : Francis Meilleur (2'+ 10') – Pasi Hirvonen ; Ben Parker – Martin Millerioux (C) (2') ; Jules Breton – Radovan Trefny.

Attaquants : Dean Ouellet (2') – Jonathan Laberge (A) – Jens Eriksson ; Vincent Couture (2') – Kévin Gadoury (2') – Timothée Franck ; Julien Lebey (A) – Nicolas Biniek – Julien Correia.

Remplaçants : Mathieu Touveron, Elie Raibon, Thomas Lapointe, Victor Vitton Mea, Leo Girod. Absent : Noé Gersanois.