Brest - Morzine-Avoriaz Les Gets (Ligue Magnus, 5e journée)

Un sérieux coup d’arrêt

Complètement relancés en Coupe de la Ligue après une victoire 4-2 à Mériadeck qui se sera fait attendre, les Albatros doivent absolument en faire de même ce soir en championnat face à un adversaire positionné derrière eux au classement. Privés pendant de longues semaines de leur portier titulaire Andrew Hare, les Pingouins Morzinois ont enchaîné les (lourdes) défaites. Nul doute que Brest aurait préféré que la rencontre de ce soir ait lieu lors de cette indisponibilité car le retour du cerbère canadien rebat les cartes.

Les victoires successives face à Chamonix, jusque là invaincu, et Briançon ont de quoi mettre la puce à l’oreille de l’entraîneur brestois Sébastien Oprandi. Privé de Josselin Besson, le HCMAG enregistre l’arrivée de Karel Hromas en remplacement de Lovatsis, non conservé. Un nouvel attaquant qui rejoint un effectif garni de joueurs aux gabarits impressionnants : Numa Besson, Sebastian Arvidsson mais surtout les Goliaths Michal Dobron et Peter Holecko.

Aucun round d’observation entre les deux équipes, ça mitraille dans tous les sens dès le coup d’envoi. Malgré pléthore d’occasions, les gardiens font le job pour maintenir la marque à zéro. Le plus bel arrêt du début de rencontre est à mettre au crédit de Hare qui annihile d’un glissement à plat ventre un 3 contre 1 brestois (1'20").

Ce premier tiers offre parfois des séquences de jeu étrange. Cherchant à piéger la défense adverse, le jeu brestois positionne Michal Dian en quasi-permanence à la ligne bleue offensive (voire parfois au-delà). Pour contrer cette tactique, Hartogs applique un marquage individualisé sur le Slovaque (effectué par Perrault) et un pressing sur les défenseurs bretons. Le résultat est assez comique : des joueurs à chaque extrémité de l’aire de jeu, et un quasi-désert en zone neutre. Mais force est d’admettre que la méthode est efficiente.

Chaque équipe bénéficie à tour de rôle de frappes sur le poteau et de séquences en supériorité numérique qui restent infructueuses malgré de beaux gestes techniques comme cette audacieuse « aile de pigeon » tentée par le capitaine Cyril Papa pour contrôler le palet (19'15").

La neutralisation se poursuit dans la deuxième période. À noter une nouvelle séquence cocasse sur une échappée brestois. À un train d’enfer, Benjamin Breault fait faux bond à la défense du HCMAG. La photo est belle : l’ex-spinalien en guise de locomotive avec dans le rôle des wagons trois Morzinois à sa poursuite en parfaite file indienne. Une occasion qui fait pschitt avec un dribble mal ajusté du meilleur pointeur brestois devant le but.

Pour avoir contesté un hors-jeu avec trop de véhémence, l'entraîneur visiteur Tommie Hartogs est sanctionné de deux minutes de pénalité qui vont débloquer la marque. Une remise intelligente de Jonathan Avenel offre une frappe sur réception imparable de Vikhael To Landry (1-0 à 37'08"). L’ex-joueur mythique brestois doit s’en mordre les doigts. Il avait déjà été lourdement pénalisé (2'+10') face à l’équipe U20 en Coupe de la Ligue fin août.

Comme un air de déjà vu avec la fin de match face à Chamonix, les Albatros concèdent une égalisation en infériorité numérique à cinq secondes du deuxième tiers (1-1 à 39'55") sur un tir lointain de Perrault qui a bien profité des écrans de ses coéquipiers devant Goetz.

Brest prend un grand coup sur le casque et ne retient visiblement pas les leçons. Le second but morzinois est quasi identique : supériorité numérique, tir de loin, gardien masqué mais déviation en plus. Elle est l’œuvre du massif Holecko (1-2 à 46'08").

Deux buts de raccroc, mais qui s’avèrent suffisant. Malgré tous les efforts bretons, Andrew Hare et sa barre transversale (56'37") ne laissent rien passer. La performance stratosphérique du gardien morzinois est responsable à 90% des deux précieux points décrochés par son équipe qui réalise une splendide opération comptable. Son retour est un gros boost pour le HCMAG qui remonte lentement mais sûrement la pente.

L’occasion pour les Albatros de laisser le HCMAG à trois points derrière eux était belle. Au lieu de cela, non seulement Morzine passe devant eux au classement mais en plus ils tombent à l’avant-dernière place synonyme pour l’instant de play-down en compagnie de Caen. L’histoire est un éternel recommencement. En laissant un concurrent direct s’imposer dans leur antre malgré un très long voyage, les Bretons perdent gros ce soir dans ce match à 4 points et connaissent un sérieux coup d’arrêt.

Même si les Albatros n’ont pas livré leur meilleur match, loin de là, ils n’ont pas ménagé leurs efforts. L’énergie dépensée était visible, notamment sur les séquences d’infériorité numérique. Des joueurs comme David Hennebert et Jonathan Avenel ont contré un nombre important de tirs, preuve que les locaux ont tout donné. Mais tous ces efforts ne sont une nouvelle fois pas récompensés, de manière assez cruelle, par au minimum un point qui aurait été plus que mérité.

Les victoires glanées en Coupe de la Ligue ont l’effet pervers de masquer le bilan brestois d’une seule victoire en cinq matchs de championnat. Cette rencontre est un retour brutal sur terre après lequel il faudra vite rebondir. Cette division ne laisse pas de place aux approximations et les Albatros en commettent trop offensivement. Ils doivent être plus tranchants devant les buts, là où par exemple Nicholas Pard était un « tueur ». Un rôle qui manque à l’appel actuellement dans les rangs brestois. Alternance entre victoire et défaite ponctuent les semaines bretonnes. Le problème est que les victoires sont obtenues en Coupe de la Ligue, et ce n’est pas cette compétition qui offre le maintien.

Commentaires d’après match (dans Ouest France) :

Sébastien Oprandi (entraineur de Brest) : « On est dans le dur physiquement et c’est sans doute là que se trouvent les raisons de notre défaite. Avec un peu de malchance aussi, comme ces lancers sur poteau et transversale. Et un gardien de talent… »

Tommie Hartogs (entraineur du HCMAG) : « Depuis son retour (celui d’Andrew Hare), c’est tout autre chose. C’est le meilleur gardien de l’équipe. Avec notre effectif, je sais que l’on peut tenir un score comme celui de ce soir. D’ailleurs, je l’avais dit aux gars avant la rencontre, que ce serait serré, comme 2-1, et si l’on savait être patient et discipliné, cela pouvait nous sourire. C’est le cas, au terme d’un vrai match de hockey face à une bonne équipe de Brest qui joue bien. J’ai remarqué plusieurs combinaisons qu’ils ont installées. Alors, c’est bien d’avoir gagné. Je suis satisfait de mon équipe. Voir Dobron se jeter tête en avant sur un palet pour défendre son but dans les dernières secondes du match, c’est le signe qu’on avait envie de gagner. C’est, pour moi, l’action clef de cette rencontre. Je suis donc content d’être venu gagner à Brest. Et en octobre c’est mieux, parce que 15 heures de bus en février, ce n’est pas pareil. » 

 
 
Brest – Morzine-Avoriaz Les Gets 1-2 (0-0, 1-1, 0-1)
Samedi  11 octobre 2014 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 1027 spectateurs
Arbitrage de Jérémy Rauline assisté de Charles-Edouard Salmon et Pierre Dehaen.
Pénalités : Brest 14' (6', 4', 4'), Morzine-Avoriaz Les Gets 16' (6', 4', 6').
Tirs : Brest 41 (13, 17, 11), Morzine-Avoriaz Les Gets 38 (13, 18, 7)
 
Évolution du score :
1-0 à 37'08" : To Landry assisté de J. Avenel et Quesnel (sup. num)
1-1 à 39'55" : Perrault assisté de Valerko et Gray (sup. num)
1-2 à 46'08" : Holecko assisté de Besson et Dorbon (sup.num)
 
 
Brest
 
Gardien : Arnaud Goetz (sorti à 58'55").
 
Défenseurs : Jason Crossman – Tim Hartung ; Vladimir Holik – Bryce Reddick ; Aurélien Gréverend (A) – David Hennebert (A) ; Gaëtan Cannizzo.
 
Attaquants : Alexandre Quesnel – Benjamin Breault – Vikhael To Landry ; Michal Dian – Jaroslav Prosvic (C) – Jérémie Romand ; Nicolas Motreff – Quentin Berthon – Graham Avenel ; Jonathan Avenel ; Dimitri Motreff.
 
Remplaçant : Léo Bertein (G). Absent : Sébastien Delemps
 
Morzine-Avoriaz-Les-Gets
 
Gardien : Andrew Hare.
 
Défenseurs : Numa Besson – Yoann Chauvière ; Jason Gray – Andrew Perrault ; Hugues Cruchendeau (A) – Michal Dobron (A).
 
Attaquants : Artem Valerko – Cyril Papa (C) – Loïc Chabert ; Karel Hromas – Peter Holecko – Mitch Morgan ; Sebastian Arvidsson – Kenny Martin – Loïc Gaydon.
 
Remplaçants : Benoit Niclot (G), Hugo Casini, Kevin Maso, Pierre Lathuillière. Absent : Josselin Besson.