Lyon - Gap (Coupe de la Ligue, poule D, 6e journée)

Jeu sans enjeu pour ce dernier match de poule

Concernant la Coupe de la Ligue, la messe est dite pour les Lyonnais, qui ne peuvent plus espérer une des deux places qualificatives de la poule D, très relevée avec notamment le champion de France en titre, Briançon, mais également Grenoble et Gap. Si ce dernier match est sans enjeu pour les Lyonnais, Gap doit ramener au moins le même résultat que Grenoble pour s'assurer la première place de sa poule, et donc affronter le deuxième du groupe C, soit Dijon ou Chamonix.

L'effectif gapençais est ce soir bien remanié, la faute à une infirmerie surchargée : Ruikka, Perez, Cornaire, Levesque, Schmidt, Golicic, Bertrand, Trabichet et Rohat ne sont pas alignés. Luciano Basile a donc dû compléter son effectif avec de jeunes joueurs U22. François Dusseau quant à lui peut enfin aligner son équipe au complet, avec le retour au jeu de Matej Kristin et la récente reprise d'Elie Raibon.

2014-10-14-Lyon-Gap3Le match démarre sur les chapeaux de roue, avec des Lyonnais qui montrent de l'envie et qui concrétisent dès la première minute de jeu. Biniek monte à la cage sur la gauche et décale au dernier moment pour Lebey, en face, qui n'a plus qu'à rediriger au fond, Lavigne ne peut rien faire (00'56", 1-0).

Correia rate la reprise du palet envoyé par Gadoury puis par Laberge dont le tir est dévié par Lavigne. Gap pousse offensivement et exploite les trous laissés par les locaux en défense. C'est ainsi que Vondracek se retrouve seul, avec le palet, devant Kristin, qui ne peut rien faire d'aussi près, le palet finit en pleine lucarne (03'34", 1-1).

Les actions offensives s'équilibrent. Un tir de la bleue de Breton est dévié par Franck et repoussé par Lavigne. Une des plus belles occasions lyonnaises est signée Vincent Couture qui passe à Lebey dans le slot, mais celui-ci ne parvient pas à contrôler le palet qui finit derrière le but gapençais.

La situation bascule alors à l'avantage des visiteurs. Les Lyonnais ont du mal à sortir de leur zone, les Gapençais récupèrent des palets et interceptent beaucoup de passes approximatives de leurs adversaires du soir, se créant de belles occasions, à l'image de Da Costa qui, sur une interception, se retrouve seul devant Kristin et prend un gros shoot. Malheureusement pour lui, le palet touche le poteau et le score reste inchangé. Un surnombre des Rapaces donne sa première supériorité numérique aux gones, qui ne réussissent à placer que deux tirs de Gadoury. Le premier, sur une passe de Laberge, est capté de la mitaine par Lavigne, et le second est dévié. Gap parvient donc à tuer cette première pénalité assez facilement, et profite d'une pénalité différée contre Lyon pour sortir son gardien et faire entrer un joueur de champ supplémentaire. Les gones luttent pour reprendre le contrôle du palet, ce que Tim Franck parvient enfin à faire. Eriksson peut sortir purger sa pénalité et Gap s'installe en zone lyonnaise. La défense locale, très solidaire, permet de survivre sans évolution du score à ces deux longues minutes.

Là où les Gapençais construisent leur attaque, s'installent en zone offensive et cherchent la faille, les Lyonnais procèdent majoritairement en contre et n'ont donc qu'une chance devant la cage. Leurs palets sont interceptés en zone neutre, et la domination des visiteurs est évidente. Même Biniek en échappée, passe en retrait pour Correia, mais celui-ci est trop court pour contrôler le palet, qu'il touche du bout de la crosse, ce qui n'est pas suffisant pour le rediriger vers le filet. La rondelle est alors reprise par un joueur de Gap qui relance l'offensive en direction du but lyonnais. Sur une nouvelle erreur défensive, Chad Langlais est laissé tout seul devant Kristin. Il reçoit le palet et le redirige en pleine lucarne. Une fois de plus, le portier lyonnais ne peut rien faire à une telle distance (15'01", 1-2).

Les visiteurs sont décidément bien dans leur match. Une nouvelle pénalité lyonnaise contre Ouellet leur permet d'évoluer en supériorité numérique. La domination est telle qu'il faut plus d'1 minute 30 à Lyon pour arriver à sortir le palet de la zone défensive. Le score n'évolue plus en cette fin de tiers, mais Lyon subit un beau jeu haut-alpin, avec des joueurs qui se trouvent sur la glace et arrivent à mettre beaucoup de trafic devant le but.

2014-10-14-Lyon-Gap1Au retour des vestiaires, rien ne change, à part la domination gapençaise qui semble s'être encore accrue. Le contrôle du palet est monopolisé par les visiteurs, à tel point qu'on les croirait en supériorité numérique. Le premier tir lyonnais, par Tim Franck, arrive après presque 4 minutes de jeu ! Une crosse haute contre Jules Breton donne à nouveau l'avantage aux visiteurs, mais leur rythme diminue un peu, et Lyon peut s'offrir deux actions en infériorité par Gadoury.

L'offensive lyonnaise semble être enfin de la partie, et cela contribue à équilibrer le jeu. Lyon parvient à bien faire tourner le palet dans la zone d'attaque, mais Lavigne ferme la porte. Côté défensif cependant, les sorties de zone ne sont pas propres et Gap domine la zone neutre. Une supériorité numérique lyonnaise se transforme en véritable stand de tir, et seule une défense héroïque des hauts-alpins empêche Lyon de revenir au score. De retour à cinq joueurs, les visiteurs s'offrent déjà une occasion par Chiappino à la bleue, qui reprend une passe de Richter, mais Kristin arrête du plastron. Les Lyonnais manquent de réussite, à l'image de Couture qui chute alors qu'il est en possession du palet, puis de Meilleur qui casse sa crosse en reprenant ce même palet, ou de Girod qui place un beau tir de la bleue, dévié de l'axe du but par le patin de Gersanois.

Une fois encore, les Gapençais s'installent dans la zone lyonnaise. Carter et Pard cherchent le trou de souris pour passer le palet le long du poteau, mais la jambière de Kristin ferme la porte. Malgré des relances hasardeuses des gones, ils s'offrent deux belles occasions en fin de tiers. Tout d'abord Gadoury, encore lui, passe à Correia devant le but, mais celui-ci ne peut contrôler le palet, qui finit sur le filet supérieur de la cage gapençaise. Dans les dernières secondes, Lebey en échappée passe à Biniek, mais Lavigne s'interpose.

La rencontre est toujours dominée par des Rapaces qui proposent un jeu opportuniste et tourné vers l'avant. Les Lions ont haussé leur niveau de jeu et, même s'il reste du déchet en défense, l'offensive semble s'être réveillée. Pas d'évolution du score pendant ce tiers médian, mais un jeu assez agréable dans l'ensemble.

2014-10-14-Lyon-Gap2Le dernier tiers débute, comme souvent, sous domination gapençaise. La pénalité contre Ouellet est compensée car Langlais est pris par la patrouille pour un cinglage contre Laberge. À quatre contre quatre, aucune des formations ne se fait remarquer. Cependant, dès leur retour à cinq, les gones trouvent la faille. Le premier but lyonnais était de Lebey sur une passe de Biniek, c'est maintenant Lebey qui passe à Biniek dans le slot. Celui-ci n'a plus qu'à rediriger le palet au fond, Lavigne est impuissant (43'20", 2-2). Le public de Charlemagne exulte.

Le répit est de courte durée, Raibon est à son tour envoyé sur le banc des pénalités pour une charge incorrecte. Gap s'installe de nouveau, mais la première réelle occasion est lyonnaise. Sur un palet perdu en zone neutre par les visiteurs, Lebey part en sprint et prend de vitesse trois Gapençais, mais même sa vitesse ne lui permet pas d'arriver sur le palet avant Lavigne, auteur d'une sortie risquée mais réussie pour dévier le palet avant que la crosse de Lebey ne parvienne à le toucher. La rondelle retourne en zone lyonnaise, et un gros travail le long de la bande permet à Gap de sortir le palet pour Richter qui se trouve devant le but, au contact de Kristin. Pour la troisième fois ce soir, celui-ci ne peut rien faire face à un joueur qui se trouve aussi près de lui lorsqu'il déclenche (46'08", 2-3).

Tout est à refaire pour les Lyonnais. Les arrêts de jeu commencent à être tendus et chaque formation se lance tour à tour à l'assaut du but. Lyon d'abord, par Trefny, mais le palet trouve un défenseur adverse sur sa trajectoire, puis Gap mais Kristin s'interpose. Lyon est en infériorité numérique pour un surnombre plus que flagrant. Le portier lyonnais doit vraiment s'employer face à une série de tirs à la cage, il lui faut près d'une minute pour arriver enfin à figer la rondelle. Matt Carter sort à son tour pour une obstruction sur Millerioux, accordant ainsi environ une minute de supériorité numérique aux gones, qui ne parviendront pas à en profiter. Pire, Arrossamena intercepte un palet lyonnais et parvient à s'échapper. Face à lui, Kristin se jette sur le palet et fait l'arrêt.

La pression des visiteurs monte, un seul but d'avance ne leur suffit pas, et le dernier rempart lyonnais est sollicité à de nombreuses reprises, notamment par Arrossamena, mais Kristin arrive à chaque fois à dévier le palet, jusqu'à un tir de Carter qui tape son plastron, et qu'il n'arrive pas à capter avant qu'il finisse au fond (55'01", 2-4). Moins de cinq minutes à jouer et deux buts de retard, les Lions se jettent dans la bataille. En supériorité numérique suite à un nouveau surnombre de Gap, Gadoury puis Millerioux tirent à la cage, mais Lavigne réalise un match très solide et ne se laisse pas surprendre. François Dusseau tente le tout pour le tout et sort son gardien, permettant à son équipe de jouer à six contre quatre, mais rien n'y fait, les Lyonnais ne trouvent pas de solution. En fin de pénalité, Kristin reprend sa place devant son but et dans un dernier baroud d'honneur, Biniek passe à Hirvonen à la bleue, mais même son missile est arrêté sans problème par Lavigne.

Gap s'impose très logiquement, au vu du jeu proposé, face à des Lyonnais qui n'étaient pas au niveau, que ce soit défensivement ou offensivement. Défensivement, trop de lacunes, des joueurs non marqués se sont retrouvés avec des occasions en or, seuls devant Kristin avec le palet. Offensivement, à part pour la ligne Lebey-Biniek-Couture, les attaquants ne se sont pas illustrés, et l'équipe a vraiment manqué d'un finisseur. Trop de palets étaient envoyés au fond sans attaque construite. On peut bien entendu en conclure que la qualification étant déjà jouée, les Lyonnais ont souhaité faire tourner l'effectif et tenter de nouvelles combinaisons tout en se préservant pour la réception de Briançon pou le compte de la sixième journée de Ligue Magnus.

Côté gapençais en revanche, et malgré de nombreuses blessures et la présence de beaucoup de jeunes joueurs sur la glace, le jeu proposé était agréable à regarder. L'effectif patine vite, fait bien tourner le palet et les joueurs se trouvent assez facilement sur la glace. Gap finit donc logiquement à la première place de la poule D et affrontera au prochain tour Chamonix, battu par Dijon pendant que Gap se défaisait de Lyon.

Etoiles du match : Charles Lavigne (Gap), Matej Kristin (Lyon)


Lyon – Gap 2-4 (1-2, 0-0, 1-2)
Mardi 14 octobre à 20h30 à la patinoire Charlemagne, Lyon. 2 338 spectateurs.
Arbitrage de Damien Bliek assisté de Benjamin Scolari et Frédéric Peuriere.
Pénalités : Lyon 12' (4', 2', 6'); Gap 10' (2', 2', 6')
Tirs : Lyon 23 (5, 11, 7); Gap 25 (6, 10, 9)

Evolution du score
1-0 à 00'56" : Lebey assisté de Biniek et Couture
1-1 à 03'34" : Vondracek assisté de Richter et Valchar
1-2 à 15'01" : Langlais
2-2 à 43'20" : Biniek assisté de Lebey et Hirvonen(sup. num.)
2-3 à 46'08" : Valchar assisté de Richter (sup. num.)
2-4 à 55'01" : Carter assisté de Richter

 

Lyon

Gardien : Matej Kristin (sorti de 57'15" à 58'09").

Défenseurs : Francis Meilleur – Ben Parker ; Martin Millerioux (C) – Radovan Trefny ; Victor Vitton-Mea – Pasi Hirvonen ; Jules Breton – Léo Girod.

Attaquants : Dean Ouellet - Jonathan Laberge (A) – Jens Eriksson ; Julien Lebey (A) – Nicolas Biniek – Vincent Couture ; Elie Raibon – Kevin Gadoury – Julien Correia ; Timothée Franck – Mathieu Touveron – Noé Gersanois.

Remplaçant : Landry Macrez (G).

Gap

Gardien : Charles Lavigne.

Défenseurs : Brett Bartman – Chad Langlais ; Jeremy Baridon – Etienne Chiappino ; Matt Wahl – Loïc Chapelier.

Attaquants : Nicholas Pard (A) – Kevin Da Costa – Matt Carter (A) ; Roman Vondracek – Karel Richter – Radim Valchar ; Rémi Repetto – Cédric Guiberteau – Cédric André ; Mathieu Frecon – Louis Seignez – Nicolas Arrossamena (C).

Remplaçant : Lucas Savoye (G).

Absents : Ryan Ruikka, Mickaël Perez, Alexandre Cornaire, Gabriel Levesque, Paul Schmidt, Bostjan Golicic, Aurélien Bertrand, Teddy Trabichet, Sebastien Rohat.