Brest - Caen (Coupe de la Ligue, Poule A, 6e journée)

Direction les quarts de finale

Le retour des Drakkars a de quoi faire remonter des douloureux cauchemars (le souvenir des play-down est encore frais) aux 625 supporters bretons ayant daigné se déplacer en milieu de semaine pour assister à cette rencontre qui, avouons-le, a un intérêt limité. Déjà éliminés, les Caennais affrontent des Brestois quasi-qualifiés en quart de finale. Seule une improbable victoire bordelaise à Angers conjuguée à une défaite bretonne les mettrait sur la touche.
 
Face au faible enjeu, les deux coachs font tourner leur effectif respectif. Les noirs et gris tournent à quatre lignes malgré les absences de Sébastien Delemps et Nicolas Motreff. Ceci offre un baptême du feu à Jérémy Leneuresse, 17 ans seulement. Caen est encore plus amoindri avec les absences de joueurs clés comme Thierry Poudrier, Thibaut Geoffroy et Ryan Barlock.
 
Dès le coup d’envoi Brest est l’équipe la plus entreprenante. La première erreur caennaise, un palet perdu en sortie de zone défensive, est immédiatement exploitée par Michal Dian qui pousse au fond du but la passe de Jaroslav Prosvic (1-0 à 1’10’’). Le couvert est presque remis deux minutes plus tard mais le poteau sauve Quentin Kello sur un tir de Tim Hartung (3’08’’). Pas grand chose d’autre à se mettre sous la dent dans ce premier tiers. Il faut dire que l’intensité dans le jeu est digne d’un match amical. Il n’y aucune prise de risque (somme toute légitime) des deux côtés.
 
Les entames de tiers ne sont pour l’instant pas le point fort des visiteurs ce soir. Un moment de flottement de leur part suffit à Jason Crossman pour ajuster une longue et lumineuse passe depuis sa zone défensive jusqu’à la ligne bleue offensive où attend à la réception Alexandre Quesnel. Le Canadien s’avance et trouve au centre Vikhael To Landry qui déjoue Kello du revers (2-0 à 20’44’’).
 
Les Drakkars émergent sur une bonne combinaison collective mais le tir dans l’axe de l’ex-Brestois Erwan Pain trouve Léo Bertein sur sa route (23’30’’). Un but aurait pu les relancer mais ils se font au contraire distancer à mi-match par un but de Benjamin Breault qui profite d’un cafouillage devant Kello (3-0 à 30’56’’).
 
La domination est locale mais Léo Bertein a su faire le boulot quand cela était nécessaire. Après avoir concédé un but dans les deux premières minutes de chaque tiers, c’est au tour des Drakkars de surprendre à froid les Albatros dès l’entame de la troisième période. Le talentueux Jean-Christophe Gauthier de près débloque le compteur but de son équipe d’un tir très propre (3-1 à 40’35’’).
 
Entre deux hors-jeu ou dégagements interdits caennais, les Bretons continuent d’avoir la maîtrise de la rencontre. Martin Ropert d’un sauvetage sur sa ligne de but prive l’ex-Caennais Jaroslav Prosvic d’un but quasi-fait (44’20’’). C’est tout de même à un ancien Drakkar que revient l’honneur du quatrième but. Kello se fait surprendre par le tir ras glace de Jérémie Romand (4-1 à 52’41). Le portier des blancs en avait arrêté des plus difficiles jusqu’à présent. Idem pour Bertein qui est déjoué peu après par le tir puissant mais excentré sur la gauche de Charlie Doyle (4-2 à 53’42’’).
 
Sébastien Oprandi a coutume de dire que la Coupe de la Ligue est un laboratoire pour tenter de nouvelles choses. Il expérimente dans les dernières minutes des combinaisons de lignes inédites en championnat mais séduisantes sur le papier en permutant Alexandre Quesnel et Michal Dian. De quoi préparer des alternatives en cas de manque d’inspiration offensive lors des matchs à plus fort enjeu.
 
Les deux rencontres entre Bretons et Normands dans cette compétition se soldent donc sur le même score : 4-2. Un partout, balle au centre, mais qualification pour Brest en quarts de finale de la compétition face aux autres Normands : Rouen. Un succès logique après un match peu intense (4 minutes de prison au total) sans réel péril pour Brest qui a eu la maîtrise de bout en bout. Même si les dés étaient quasi jetés dès le coup d’envoi, l’équipe a agi en professionnel et a livré la marchandise jusqu’au bout. 
 
Mais paradoxalement ce succès n’est pas forcément de bon augure. En effet depuis deux semaines chaque victoire brestoise en Coupe de la Ligue est suivie d’une défaite en championnat. Cette série prendra-t-elle fin samedi à Angers ? Cela serait une grosse surprise mais ferait du bien à une équipe récemment refroidie face à Morzine.
 
 
Brest – Caen 4-2 (1-0, 2-0, 1-2)
Mardi 15 octobre 2014 à 20h00 au Rïnkla Stadium. 625 spectateurs
Arbitrage de Alexandre Bourreau assisté de Pierre Dehean et Jérémie Douchy.
Pénalités : Brest 2' (2’, 0’, 0’), Caen 2' (2’, 0’, 0’).
Tirs : Brest 46 (12, 14, 20), Caen 33 (13, 11, 9)
 
Évolution du score :
1-0 à 01’10’’ : Dian assisté de Prosvic et Reddick
2-0 à 20’44’’ : To Landry assisté de Quesnel et Hartung
3-0 à 30’56’’ : Breault assisté de To Landry et Quesnel
3-1 à 40’35’’ : Gauthier assisté de Gyesbregs et Pain
4-1 à 52’41’’ : Romand assisté de Holik et Reddick
4-2 à 53’42’’ : Doyle assisté de Gauthier et Arnaud
 
Brest
 
Gardien : Léo Bertein.
 
Défenseurs : Jason Crossman – Tim Hartung ; Vladimir Holik – Bryce Reddick ; Aurélien Gréverend (A) – David Hennebert (A); Gaëtan Cannizzo. 
 
Attaquants : Alexandre Quesnel (Dian à 55’) – Benjamin Breault – Vikhael To Landry ; Michal Dian (Quesnel à 55’) – Jaroslav Prosvic (C) – Jérémie Romand ; Jonathan Avenel – Quentin Berthon – Graham Avenel ; Jérémy Leneuresse– Jérémy Cormier – Dimitri Motreff.  
 
Remplaçant : Arnaud Goetz (G). Absents : Sébastien Delemps, Nicolas Motreff.
 
Caen
 
Gardien : Quentin Kello.
 
Défenseurs : Vadim Gyesbreghs – Tim Carr ; Charlie Doyle – Nicolas Deshaies (A) ; Martin Ropert – Jean-Yves Barnes.
 
Attaquants : Jean-Christophe Gauthier (A) – Erwan Pain – Fabien Métais ; Brice Chauvel (C) – Roberto Gliga – Mathias Arnaud ; Yohann Robert – Damien Grendka – Hugo Damy (alternance avec Alexandre Palis).
 
Remplaçant : Michael Dupont (G) Absents : Ryan Barlock, Thibault Geffroy, Thierry Poudrier.