Stéphane Da Costa parmi un festin de géants

Quand les Finlandais du Jokerit ont débarqué en KHL, pour rendre plus savoureuse leur venue, on n'hésitait pas à parler de rivalité à la fois sportive et géographique avec le SKA Saint-Pétersbourg, autre puissance de l'Eurasie.

Néanmoins, le retour sur le devant de la scène du CSKA Moscou a fait ressurgir le profond antagonisme entre la vieille Leningrad et la cité moscovite. Si l'entrée en lice des Jokers d'Helsinki, troisièmes de conférence, demeure très satisfaisante, le CSKA et le SKA jouent un numéro véritablement excitant et totalement inédit.

DA COSTA Stephane-120506-017Le CSKA de Moscou a dominé pendant des décennies la sphère soviétique avant de décliner depuis les années 90. L'hégémonie péterbourgeoise n'a elle émergé qu'à l'aube de l'ère KHL, sans pour autant avoir pu toucher la fameuse Coupe Gagarine. Mais en 2014, les deux géants sont sur le même col de l'Everest, coude à coude au sommet de l'ouest : 48 points, 1 seule défaite pour 16 victoires, dont 13 gains consécutifs pour le club de l'Armée rouge.

Et le duel est également individuel. Star par excellence de la KHL, Ilya Kovalchuk avait vu d'un très mauvais œil son éviction, la semaine dernière, du poste de meilleur marqueur du circuit par Stéphane Da Costa. Le règne du Français, d'une efficacité remarquable et très à l'aise en première ligne aux côtés d'Aleksandr Radulov, n'a finalement duré que 24 heures. Le temps pour Kovalchuk de remettre les pendules à l'heure et de planter 2 buts, 2 assistances, justement face aux Jokerit lors d'une victoire 4 à 1.

Un constat est pourtant sans appel : le SKA est - encore cette année - une machine offensive sans équivalent. Après 17 joutes, sept joueurs ont marqué 15 points ou plus : Roman Cervenka, Patrick Thoresen, Tony Mårtensson, Evgeni Dadonov, Vadim Shipachyov, Artemi Panarin et donc Kovalchuk. La palette est une fois de plus impressionnante. Le sacre enfin pour cette année ?

C'est donc un vrai défi pour le nouvel entraîneur moscovite Dmitri Kvartalnov qui a importé un jeu défensif du Sibir. Car le CSKA, c'est seulement 21 buts encaissés, la meilleure défense de la KHL. Le bloc défensif est solide avec pour patron Denis Denisov et les filets sont très bien gardés. Stanislav Galimov, très sûr, semblait vêtir le costume de numéro 1, mais le Canadien naturalisé biélorusse Kevin Lalande, qui avait eu le malheur de subir la seule défaite de son équipe, a réalisé 2 blanchissages en 4 rencontres. Le CSKA peut se targuer tout de même d'avoir aussi quelques artistes offensifs avec Da Costa, Radulov et le Slovène Jan Muršak. Et depuis mercredi, le CSKA a récupéré les droits de Simon Hjalmarsson, champion du monde en 2013 avec la Suède et marqueur prolifique en SHL, qui a pris le chemin de la Ligue Continentale, refusant de se voir rétrograder en AHL par Columbus.

Malgré la percée de Lalande, Stanislav Galimov demeure le titulaire des filets moscovites dans l'esprit de Kvartalnov. Son homologue du SKA Vyacheslav Bykov donne la main au jeune Evgeni Ivannikov pour ce match-phare. Il avait connu une excellente saison régulière à Vladivostok l'exercice précédent, conserve pour le moment un pourcentage d'arrêts encore au-dessus des 93%, donnant du fil à retordre au Tchèque Alexander Salák, aujourd'hui sur le banc.

Dans un Palais des Glaces de Saint-Pétersbourg plein et à l'ambiance électrique, ce combat de géants démarre de suite. Jimmie Ericsson détient le palet couloir gauche et offre la première frappe du match pour les hôtes pétersbourgeois. Mais le premier but sera moscovite. Aleksandr Radulov temporise côté gauche, transmet de l'autre côté à Grigory Panin dont le lancer est contré, Stéphane Da Costa récupère le puck et, avec beaucoup d'intelligence de jeu, effectue une fausse frappe en diagonale en direction d'Igor Grigorenko, poteau droit, qui n'a plus qu'à pousser dans les filets (0-1, 00'39"). Ce premier but, quoique très rapide, illustre une meilleure entrée en la matière de la part des visiteurs, avec notamment un tour de la cage de Da Costa et un passage en force couloir gauche de Jan Muršak.

RADULOV Alexander-130504-255Si Radulov parvient à pousser à la faute Červenka, Moscou aurait pu bénéficier d'un double avantage numérique. Belov effectue une dangereuse charge appuyée à la tête de Muršak, qui reste K.O., action toutefois non sanctionnée. Et encore, s'il n'y avait que celle-là. Un lancer de Chudinov manque de peu d'être dévié par Panarin, le bouillant Suédois Ericsson force un peu trop le rebond sur le gardien Galimov, ce qui a le don d'exaspérer les joueurs du CSKA, dont Naumenkov, pénalisé pour dureté. Les frappes de Chudinov et Belov assaillent Galimov tandis qu'Artemi Panarin touche la transversale. Grigory Panin rejoint alors Naumenkov en prison. La double supériorité de 14 secondes ne profite pas au SKA malgré un angle favorable de Panarin côté gauche. Une pénalité est tuée, il en reste une deuxième. Si Dadonov échoue d'une reprise de volée devant l'enclave, Andrei Kuteikin réussit l'égalisation, d'un tir précis de la ligne bleue (1-1, 13'46")

Ayant encore en travers de la gorge les deux pénalités omises, Radulov est alors furieux et se voit attribuer 10 minutes de méconduite, continuant à s'en prendre à la table de marque. Il en prendra 20 de plus après le match et même une amende de 2000€. Une puissante reprise de Muršak après une belle entrée en zone de Prokhorkin et une autre reprise de Shipachyov ne permettront ni au CSKA, ni au SKA de reprendre l'avantage avant la première pause.

Après seulement 14 secondes de jeu en deuxième période, Maksim Mamin fait une faute de crosse en zone neutre, heureusement sans incidence pour le CSKA. Radulov est même libéré de sa cage. Moins d'une minute après sa libération, le fauve montre les crocs et va pouvoir chambrer le public. La séquence moscovite est superbe, les transitions limpides entre Grigorenko, Da Costa, Denisov qui lance, Radulov, posté devant le but, empêche Ivannikov de capter le puck et arme son revers (1-2, 24'26").

Le vent tourne. Tikhonov est envoyé en prison pour interférence, une chance pour le CSKA Moscou de creuser davantage l'écart. Si Radulov lui avait volé le but juste avant, c'est bel et bien Denis Denisov qui trompe cette fois-ci Ivannikov (1-3, 25'29"). Igor Grigorenko aurait même pu alourdir le score après une belle séquence de dribbles dans la défense pétersbourgeoise, malheureusement inutile en raison d'un tir du revers trop enlevé.

KOVALCHUK Ilya-130504-333Au pied du mur, le SKA Saint-Pétersbourg réagit rapidement. En supériorité numérique, si la reprise de Shipachyov passe à quelques centimètres, on a du mal à retenir un Ilya Kovalchuk survolté, finalement récompensé par un tir parfait longeant le poteau gauche (2-3, 31'23"). Quelques instants plus tard, après un rush en solo, il réussit même à obtenir un tir de pénalité, toutefois stoppé de la jambière gauche par Stanislav Galimov.

Le vent tourne une fois de plus. Après une séquence très intense, le défenseur ultra-offensif Maksim Chudinov effectue une nouvelle reprise très puissante, détourné par le poteau. Certes, le CSKA se procure un 3 contre 1 mais il est avorté par une passe mal appuyée de Volkov. Et de l'autre côté, cela devient de plus en plus critique, surtout que le même Volkov est pénalisé pour retard de jeu. Le sauveur Kovalchuk inverse alors la tendance en six minutes d'intervalle avec un deuxième but, reprenant de volée une passe de derrière le but de Shipachyov, la foule exulte (3-3, 37'11").

La partie est totalement relancée. Avant le deuxième intermède, le CSKA aura l'opportunité de reprendre les devants, Červenka faisant trébucher Panin. Plein axe, Stéphane Da Costa manque de précision sur sa reprise. La palme revient tout de même à Sergei Andronov, poteau droit, qui contrôle devant le but et tente de glisser poteau opposé mais le palet passe doucement à quelques centimètres. Enfin, à sa sortie de prison, le contre de Roman Červenka n'aura aucune incidence, le Tchèque du SKA ne pouvant armer.

Le score de parité à 3-3 incite à la prudence au début du troisième tiers-temps. Malgré tout, les beaux gestes techniques continuent de s'exposer dans ce Palais des Glaces, dont cette entrée en zone remarquable d'Artemi Panarin, mettant dans le vent plusieurs joueurs du CSKA. Mais le rythme reprend de plus belle. Dans le camp du SKA, Ivannikov repousse de la crosse mais doit s'employer devant une puissante frappe de Zharkov. Dans le camp du CSKA, Panarin, à droite, effectue une sublime passe dans le dos vers Shipachyov, plein axe, qui ne cadre pas alors que Galimov était battu.

Le but gagnant intervient quelques secondes plus tard. Le défenseur Aleksandr Kadeikin lance Artemi Panarin qui devance Denisov et marque dans le haut du filet malgré un déséquilibre (4-3, 52'13"). Ni une tentative du revers de Radulov, après avoir subtilisé le palet à Chudinov, ni un puck de Da Costa qui frôle la barre transversale, ni les filets déserts ne permettront au CSKA d'égaliser.

Après un duel au sommet qui a tenu ses promesses, le SKA Saint-Pétersbourg, qui a su réagir malgré le déficit au tableau d'affichage, met fin à la belle série du club de l'Armée rouge et prend seul les commandes de la conférence ouest. Malgré la défaite et la nouvelle grande performance de Kovalchuk, Stéphane Da Costa fut tout de même l'un des artistes les plus en vue. Et le CSKA attend déjà sa revanche.

Commentaires d'après-match

Dmitri Kvartalnov (entraîneur du CSKA Moscou) : "La plupart des joueurs ont très bien joué aujourd'hui. Mais nous n'avons pas assez de profondeur. Il nous a manqué de la solidité et de l'expérience."

Stanislav Galimov (gardien du CSKA Moscou) : "Tout d'abord, nous devons rendre hommage à Ilya Kovalchuk. C'est un joueur de grande classe, à tous points de vue. J'ai peut-être ma part de responsabilité aussi sur les buts. Nous devons comprendre en regardant la vidéo, nous en tirerons des conclusions."


SKA Saint Pétersbourg - CSKA Moscou 4-3 (1-1, 2-2, 1-0)
Jeudi 16 octobre 2014 à 19h30 au Palais des Glaces de Saint-Pétersbourg. 12327 spectateurs.
Arbitrage de Sergei Gusev et Sergei Kulakov assistés de Konstantin Gordenko et Roman Shikhanov.
Pénalités : SKA 10' (2', 8', 0'), CSKA 22' (4'+10', 8', 20').
Tirs : SKA 23 (11, 8, 3), CSKA 18 (8, 6, 4).

Évolution du score :
0-1 à 00'39" : Grigorenko assisté de Da Costa et Panin
1-1 à 13'46" : Kuteikin assisté de Kovalchuk et Shipachyov (sup. num.)
1-2 à 24'26" : Radulov assisté de Da Costa et Denisov
1-3 à 25'29" : Denisov assisté de Radulov et Grigorenko (sup. num.)
2-3 à 31'23" : Kovalchuk assisté de Kuteikin (sup. num.)
3-3 à 37'11" : Kovalchuk assisté de Panarin et Shipachyov (sup. num.)
4-3 à 52'13" : Panarin assisté de Kadeikin

 

SKA Saint-Pétersbourg

Gardien : Evgeni Ivannikov.

Défenseurs : Evgeni Ryasensky - Dmitri Kalinin ; Andrei Kuteikin -  Andrei Yermakov ; Maksim Chudinov (2') - Anton Belov ; Yuri Aleksandrov - Dmitri Yudin.

Attaquants : Ilya Kovalchuk (C, 2') - Jimmie Ericsson - Viktor Tikhonov (2') ; Artemi Panarin - Vadim Shipachyov (A) - Evgeni Dadonov ; Patrick Thoresen (A) - Tony Mårtensson - Roman Červenka (2') ; Aleksei Ponikarovsky - Aleksandr  Kadeikin - Evgeni Ketov (2').

Remplaçant : Alexander Salák (G).

CSKA Moscou

Gardien : Stanislav Galimov [sorti à 58'41"].

Défenseurs : Denis Denisov (C) - Nikita Zaitsev ; Grigory Panin (2') - Bogdan Kiselevich ; Georgi Misharin - Stanislav Yegorshev ; Mikhail Naumenkov (2').

Attaquants : Igor Grigorenko - Stéphane Da Costa - Aleksandr Radulov (A, 10'+20') ; Nikolaï Prokhorkin - Evgeni Artyukhin (A, 2') - Jan Muršak ; Igor Volkov (4') - Sergei Andronov - Vladimir Zharkov ; Ben Eager - Maksim Mamin (2') - Aleksandr Nikulin.

Remplaçant : Kevin Lalande (G).