Ligue Magnus (6e journée) : un derby et un sommet

Strasbourg, Chamonix ou Épinal, qui prendra la tête de la Ligue Magnus samedi soir ? Suspense. Et réponse après une sixième journée de championnat pleine d'enjeux.

Forcément, tous les regards vont être tournés vers la patinoire de l'Iceberg. Où Strasbourg, le leader, reçoit Chamonix, son dauphin. L'Étoile Noire, toujours privée de Preston Shupe en attaque, est tombée pour la première fois du championnat la semaine dernière à Épinal (3-2 ap). Et affronter les Chamois, pour la formation alsacienne, n'augure jamais rien de bon. Cela fait quand même quatre ans que les Strasbourgeois n'ont plus battu les Haut-Savoyards en saison régulière. Soit, mine de rien, huit défaites de rang (5-4 ap et 3-2 ap en 2010/2011, 3-2 ap et 6-3 en 2011/2012, 8-0 et 7-3 en 2012/2013, 10-4 et 2-1 ap en 2013/2014). Il faut remonter jusqu'au 23 janvier 2010 pour retrouver la trace d'une victoire de Strasbourg face à Chamonix (1-0 au pied du mont Blanc). Ce soir, la clé de la rencontre, ce devrait être le gardien. Le Chamoniard Clément Fouquerel (94,2 % d'arrêt) et le Strasbourgeois Vladimir Hiadlovsky (93,3 % d'arrêt) tutoient les sommets de l'élite depuis la rentrée.

Comme Strasbourg avec Chamonix, Épinal a un léger problème avec Gap. Les anciens Dauphins avaient toutes les peines du monde à s'imposer dans les Hautes-Alpes. Ils y ont même perdu leurs quatre derniers déplacements (5-4 ap en février dernier, 2-1 en janvier 2013, 7-3 en septembre 2011 et 4-3 tab en septembre 2010). Un camouflet que les nouveaux Gamyo ont à cœur d'effacer. Surtout qu'un succès à l'Alp'arena pourrait permettre aux Vosgiens de reprendre la tête du classement. Prêté par Genève, l'attaquant suisse Nicolas Leonelli en profitera pour découvrir la Ligue Magnus. Côté gapençais, les blessés reviennent peu à peu au jeu. Teddy Trabichet et Sébastien Rohat devraient être présents.

La dernière victoire d'Amiens à Rouen en saison régulière d'un championnat remonte à septembre 2003 (2-4). À l'époque, on parlait encore de Super 16. Et les Gothiques s'étaient imposés sur l'île Lacroix en marquant à trois reprises (par Arnaud Mazzone, Jonathan Zwikel et Brice Chauvel) dans l'ultime période. Depuis, les Picards restent sur dix défaites de suite en Normandie. Une triste série que les joueurs de Barry Smith espèrent bien boucler ce week-end. Après tout, le HCAS est en plutôt bonne forme ces jours-ci. Il reste sur quatre succès de rang, toutes compétitions confondues. Et il s'est déjà imposé une fois, cette année, sur la glace rouennaise (2-3 le 7 octobre en Coupe de la Ligue). Seulement, on voit mal les Dragons brader le derby. Surtout qu'après un début de saison franchement mitigé, le groupe de Rodolphe Garnier se traîne en bas de classement, juste au-dessus de la zone rouge, avec à peine un point d'avance sur Brest, 13e et premier virtuel condamné aux play-downs. Le RHE a besoin de se remettre dans le sens de la marche. Et vite. Côté rouennais, tout le monde devrait participer à la fête. À Amiens, en revanche, on devra faire sans Marc Bélanger. Le Franco-Canadien, blessé aux ligaments internes, est sur la touche pour au moins trois semaines. Et si Rémi Thomas a retrouvé la glace, Nicolas Leclerc est lui toujours coincé à l'infirmerie.

Richard Martel va devoir faire un choix. Avec le retour au jeu de son défenseur canadien Dominic Jalbert, l'entraîneur de Grenoble est contraint de laisser un de ses renforts étrangers sur la touche s'il veut aligner les 11 JFL réglementaires. Mardi, en Coupe de la Ligue, c'est Mitja Sivic qui a été prié de prendre un peu de repos. Pas sûr que l'international slovène, un but et quatre assistances en trois sorties, soit de nouveau écarté pour un match qui s'annonce compliqué. Sur dix rencontres entre ces deux formations sur la glace de la Skoda Arena, huit se sont terminées sur un écart de deux buts maximum. Surtout, depuis deux semaines, Morzine/Avoriaz a changé de visage. Certes, le HCMAG a débuté son championnat en encaissant trois défaites et vingt-quatre buts. Mais depuis le retour de leur gardien Andrew Hare, les Pingouins ont battu Briançon et Brest. Avec une arrière-garde d'un coup beaucoup plus solide (deux buts encaissés lors de ces deux rencontres). Les Haut-Savoyards demeurent tout de même privés de Dan Radke. L'attaquant américano-canadien ne devrait pas rejouer avant le mois de décembre.

 

Luc Chauvel est toujours à la recherche de deux nouveaux joueurs pour renforcer son groupe. En attendant, au moment d'affronter Dijon, Caen va une nouvelle fois devoir composer avec un effectif qui manque de profondeur, amputé de Thiery Poudier, Thibault Geffroy et Ryan Barlock. Pour des Bourguignons plutôt en forme (troisième meilleure attaque de la ligue), le déplacement chez la lanterne rouge ne devrait a priori pas poser trop de soucis. Quoi que... Sur sept rencontres de saison régulière jouées entre ces deux adversaires dans le Calvados, Caen ne s'est incliné que deux petites fois (0-2 en septembre 2005 et 2-3 en janvier 2013). « Cela peut être un match piège, mais nous, on ne prend personne à la légère », a ainsi prévenu le co-meilleur buteur du championnat Mathieu Briand (avec cinq réalisations, à égalité avec son coéquipier Steven Caciotti et le Spinalien Vincent Kara) dans les colonnes du Bien Public. Côté dijonnais, Aram Kevorkian, remis de sa blessure à l'épaule, sera de retour. Arthur Montenoise, Juho Mielonen et Ilpo Salmivirta devraient eux être de la partie malgré quelques petits pépins physiques.

Depuis la reprise, Briançon a pris l'habitude d'entamer fort ses rencontres (aucun premier tiers perdu). Puis de baisser de rythme au fur et à mesure de la partie (aucune dernière période remportée). Voilà Lyon prévenu. Si le promu veut battre le champion de France, il va falloir faire le dos rond, être patient, et finir en boulet de canon. Un peu, finalement, comme contre Gap, fin septembre. Menés de deux buts à 19 minutes de la fin, les Lions de François Dusseau s'étaient rebellés pour s'imposer face aux Rapaces en prolongation (5-4).

Le dernier match de cette sixième journée de Ligue Magnus opposera Angers à Brest. Deux équipes qui se sont déjà affrontées cette saison. C'était en Coupe de la Ligue. Et si Angers s'était largement imposé à l'aller (9-0), les Bretons avaient pris leur revanche au retour (1-0). Avantage, quand même, pour ce soir aux Ducs face à des Albatros qui restent sur cinq défaites de suite loin de leurs bases en championnat. Dans les rangs angevins, Julien Albert manque toujours à l'appel. Timothy Crowder est incertain.

Le programme :

Strasbourg (1er, 9 pts, 4 v, 1 dprl) – Chamonix (2e, 8 pts, 4 v, 1 d), aujourd'hui à 17 h 30. La cote : Strasbourg 55 % / Chamonix 45 %.

Angers (7e, 6 pts, 2 v, 2 dprl, 1 d) – Brest (13e, 3 pts, 1 v, 1 dprl, 3 d), aujourd'hui à 18 h30. La cote : Angers 70 % / Brest 30 %.

Lyon (8e, 5 pts, 2 v, 1 dtab, 1 d) – Briançon (10e, 4 pts, 2 v, 3 d), aujourd'hui à 20 heures. La cote : Lyon 55 % / Briançon 45 %.

Rouen (12e, 4 pts, 2 v, 3 d) – Amiens (5e, 7 pts, 3 v, 1 dprl, 1 d), aujourd'hui à 20 heures. La cote : Rouen 60 % / Amiens 40 %.

Caen (14e, 1 pt, 1 dprl, 4 d) – Dijon (4e, 7 pts, 3 v, 1 dtab, 1 d), aujourd'hui à 20 heures. La cote : Caen 30 % / Dijon 70 %.

HCMAG (11e, 4 pts, 2 v, 3 d) – Grenoble (6e, 6 pts, 3 v, 1 d), aujourd'hui à 20 h 30. La cote : HCMAG 40 % / Grenoble 60 %.

Gap (9e, 5 pts, 2 v, 1 dprl, 2 d) – Épinal (3e, 8 pts, 4 v, 1 d), aujourd'hui à 20 h 30. La cote : Gap 45 % / Épinal 55 %.

 

pts : points ; v : victoire ; dprl : défaite après prolongation ; dtab : défaite aux tirs au but ; d : défaite.

 

Prochaine journée.- Vendredi 24 octobre : Grenoble – Rouen. Samedi 25 octobre : Épinal – Caen, Brest – Lyon, Dijon – Strasbourg, Amiens – Angers, Chamonix – HCMAG, Briançon – Gap.

 

LES CHIFFRES.- Florent Aubé (Angers) jouera face à Brest son 50e match de saison régulière en Ligue Magnus. Le Spinalien Anthony Rapenne, lui, franchira face à Gap, son ancien club, la barre des 100 rencontres en élite.