Toulouse-Blagnac – Neuilly sur Marne (Division 1, 6e journée )

Les Bélougas encore piégés 

Deuxième match à domicile pour les pensionnaires de la patinoire Jacques-Raynaud de Blagnac. L'adversaire du soir est Neuilly-sur-Marne, un concurrent direct à la lutte pour sortir des dernières places. Les deux équipes connaissent un début de saison mitigé et savent qu'il faut absolument marquer le maximum de points pour prendre le plus de distance avec les dernières places. Après le show des Belou Girls, les joueurs montent sur la glace et c'est devant une patinoire moyennement remplie que le match commence.

Le Bélougas calent au démarrage

Dès le début du match, on se rend compte qu'il n'y a qu'une équipe sur la glace et c'est Neuilly. Le TBHC n'est absolument pas concentré, joue au ralenti, totalement absent en défense et incapable de développer son jeu collectif. Il est clair que le score ne va pas tarder à évoluer et Maxime Dubuc se charge de tromper Niklas Kekki. Les Bisons sont déjà devant. Le jeu reprend et rien ne change. Neuilly confisque le palet et Hugo Vinatier concrétise la domination de son équipe. 0-2 en cinq minutes, quel début catastrophique pour les locaux.

L'erreur, c'est Neuilly qui va la commettre en faisant faute à deux reprises. Le TBHC en double supériorité se retrouve idéalement placé à faire le siège de la cage des Bisons et Aleksi Laine trompe le portier qui était masqué lors du départ du tir. 1-2, le TBHC limite la casse. Le jeu est globalement assez brouillon et le but marqué ne suffit pas vraiment à remettre Toulouse-Blagnac en ordre de marche. Ce sont encore les Bisons qui font le jeu et marquent par l'intermédiaire de Joonas Karvonen qui met en évidence la lenteur de la défense en prenant tout le monde de vitesse, en faisant le tour de la cage et en marquant dans l'espace non couvert par le gardien (1-3).

Le réveil sonne enfin

Le match reprend et semble plus équilibré. Neuilly joue toujours le même jeu solide avec des attaquants qui débardent rapidement par les ailes, mais en face les Bélougas jouent mieux. Comme au premier tiers, les Bisons se font prendre au jeu des pénalités et en double supériorité numérique Antoine Le Blanc décoche un tir puissant qui termine en pleine lucarne. 2-3. Décidément, les rouge et noir portent bien leurs couleurs. Le noir en première période, maintenant c'est le rouge qui prend le dessus et le TBHC lance offensives sur offensives sur le but de Tomas Pek. Le Blanc trouve encore la faille. Il y a le feu sur la glace et Kevin Marias-Magill va enflamme le public en donnant l'avantage aux Bélougas à la conclusion d'un contre fulgurant (4-3).

C'est à ce moment là du match que le coaching de Frank Spinozzi fait des merveilles. En sortant Tomas Pek et en faisant rentrer Rémi Husson au poste de gardien, non seulement l’hémorragie est stoppée mais Lukas Pek remet les deux équipes à égalité 4-4. Ce tiers a vraiment été fou. Entre la remontée fantastique et cette égalisation des Bisons, on était loin du déséquilibre du 1er tiers.

A nouveau de travers 

Égalité parfaite : 4-4 et 20 minutes à jouer. Le scénario est parfait pour un tiers plein de suspense. Seulement voilà, Toulouse-Blagnac retombe dans les mêmes travers. 32 secondes de jeu et Jozef Wagenhoffer tente un tir de la ligne bleue qui trompe Niklas Kekki. Quelle erreur de la défense qui ne monte pas sur le joueur et lui laisser prendre le temps d'armer son tir. 4-5, les Bisons sont très réalistes. Le TBHC tente de reprendre le chemin des filets en enflammant le match, mais Neuilly contrôle bien le palet et déjoue les attaques les unes après les autres.

Le tournant du match a lieu dans lors des 4 dernières minutes. En supériorité numérique à 3 minutes 30 secondes de la fin du match, Toulouse-Blagnac fait le siège de la zone défensive de Neuilly. Les tirs pleuvent mais rien ne rentre. Rémi Husson est solide. L'erreur de coaching est de taille car à aucun moment le portier des Bélougas ne sort pour laisser la place à un attaquant supplémentaire alors que lors des deux dernières phases de double supériorité numérique le TBHC a marqué. La sirène retentit, le match est terminé. Victoire de Neuilly 4-5.

Conclusion.

Un match vraiment catastrophique de la part des Bélougas. Neuilly sur Marne a été costaud, régulier, mais ce sont les joueurs locaux qui se sont torpillés en encaissant 3 buts dans un premier tiers non maîtrisé, voire non joué, tellement l'équipe n'a pas été capable de se mettre en route. À noter le parfait coaching de Frank Spinozzi qui a su stopper le retour des Bélougas lors du 2e tiers. Au classement Neuilly passe devant le TBHC et prend la 10e place. Avec un déplacement prévu à Tours dans une semaine, le Bélougas risquent bien d'avoir une saison plus compliquée que prévue.


Toulouse-Blagnac – Neuilly sur Marne 4-5 (1-3, 3-1, 0-1)
Samedi 18 octobre 2014 à la patinoire Jacques-Raynaud. 883 spectateurs.
Arbitrage de  Didier Drif assisté de Nicolas Constantineau   et Jeremy Poulain  
Pénalités : TBHC 20' (4', 4', 12'), Neuilly sur Marne 16' (6', 6', 4').

Évolution du score :
0-1 à 02'15" : Dubuc assisté de Vit
0-2 à 04'29" : Vinatier assisté de Dubuc et Dana
1-2 à 11'34" : A. Laine assisté de Korvakangas et Halme
1-3 à 16'21" : Karvonen assisté de Tomasek et Vit
2-3 à 27'15" : Le Blanc assisté de A. Laine et J. Laine
3-3 à 34'14" : Le Blanc assisté d'Autio et Marias-Magill
4-3 à 34'56" : Marias-Magill assisté de Faup et Pommier
4-4 à 35'52" : L. Pek assisté de Sanza et R. Colotti
4-5 à 40'32" : Wagenhoffer assisté de L. Pek

 

Neuilly sur Marne

Gardiens : Thomas Pek puis Rémi Husson à 34'06".

Défenseurs : Maxime Dubuc, Remi Colotti, Jozef Wagenhoffer, Alan Dana, Arthur Cuzin, Joonas Karvonen, Jeremy Fritsch.

Attaquants : Kevin Guimbard, Julius  Sinkovic, Nathan  Bernier, Benjamin Turlure, Hugo Vinatier, Lukas Pek, Loic Sadoun, Martin Tomasek, Marc Slupski, Sanza Stephen, Zachary Vit.

Toulouse-Blagnac

Gardiens : Niklas Kekki

Défenseurs : Jani Laine, Kevin Codevelle, Aleksi Laine, Sebastien Pommier, Jussi Korvakangas, Yann Pflieger, Juho Autio

Attaquants : Kevin Marias-Magill, Remi Doroginsky, Fabrice Faure, Clement Blaser, Marvin Krukoff, Sebastien Savajol, Santeri Halme, Daniel Bell, Cyril Lambert, Thybaud Rouillard, Antoine Le Blanc, Maxime Faup