Présentation de D1 : avant-goût

Un premier avant-goût de la traditionnelle présentation de Division 1 avec les articles sur Cholet et Toulouse-Blagnac. La présentation complète illustrée avec tous les effectifs sera publiée en début de semaine prochaine.

 

CholetPour sa seconde saison dans l'antichambre de la Magnus, Cholet continuera de jouer à fond la carte « Maine-et-Loire » puisque l'entente avec le grand voisin angevin continuera cette saison encore. Depuis la saison dernière en effet, la filiation géographique entre les deux clubs est de plus en plus visible : Licences Bleues permettant le prêt de joueurs, Julien Pihant jouant la casquette de coach à Cholet et d'assistant de Simon Lacroix à Angers et même sur les réseaux sociaux, le club choletais annonce le début de la saison par l'affiche du Trophée des Champions… disputé par Angers ! Les liens entre les deux clubs sont donc bien visibles et permettent à de jeunes joueurs d'emmagasiner de l'expérience à un niveau de jeu intermédiaire entre les U22 Élite et la Ligue Magnus.

D'ailleurs, dès l'alignement de gardiens, cela se ressent. Si Thibault Saez a confirmé ses bonnes dispositions en intégrant le Top 5 des gardiens à la moyenne de buts alloués, les Dogs ne disposent plus de backup local avec le départ à la retraite du vétéran Roman Svaty. Le second portier de service est Alexis Neau, déjà aligné fréquemment la saison passée où il a démontré qu'il était plus qu'un pompier de service, remportant deux des trois matchs durant lesquels il joua. Pour compléter l'alignement, Cholet pourra compter sur le jeune Julien Gaubert, 17 ans, formé à Niort et qui sera la doublure de Neau chez les juniors angevins.

Pas de départ à signaler dans la défensive des Dogs si ce n'est qu'Aubé n'est plus U22 et ne bénéficiera donc plus du dispositif des Licences Bleues. Cette stabilité à ce niveau n'est guère étonnante vu que la défense a été le point fort des Choletais durant leur premier exercice en D1. Malgré 82 unités encaissées, les hommes de Julien Pihant ont terminé au cinquième rang des défensives. C'est ainsi que tout le monde est reconduit : le Slovaque Jan Tomaska a trouvé sa place sur les unités spéciales alors que Guillaume Drozdz est lui aussi parvenu à inscrire son quota de buts. Martin Borovsky et Gabriel Cadoret ont fini leur saison avec un ratio positif alors que le vétéran Pavol Mihalik a apporté l'expérience attendue en se positionnant sur tous les secteurs de jeu.

Pour garnir cette défense et lui apporter un peu de profondeur, les Dogs continueront de bénéficier du soutien ponctuel de l'Angevin Paul Bahain alors qu'Ivan Bohin arrive en provenance de Montpellier. Assistant-capitaine des Vipers, Bohin a quitté le navire sombrant de l'Hérault pour rejoindre le Maine-et-Loire malgré son attachement à la capitale héraultaise.

A contrario de la défense, l'attaque, elle, subit une multitude de changements… On commence par les deux meilleurs pointeurs de la saison passée, Tomas Marcinek et Lukas Bacul, qui prennent tous les deux la direction de la Division 2 avec, respectivement, Val Vanoise et Cergy. Exit aussi le magicien finlandais Joonas Parviainen : sa rentabilité ayant tendance à s'étioler saison après saison, il s'en ira se relancer du côté de Nantes. Enfin, Radim Herman et Raphael Rohwedder n'ayant pas eu le rendement escompté (encore que le dernier nommé n'a jamais été un top-scorer), on leur a également prié de se trouver un autre point de chute. Au final, si on compte bien, cela fait 5 départs, 5 joueurs étrangers, qui sont à remplacer.

Et c'est là que Julien Pihant a surpris son monde en francisant de nouveau son effectif, un peu à l'image de ce qu'était Cholet lorsqu'il y était arrivé. Car sur les six recrues, la moitié est française et JFL. Ces trois-là sont d'ailleurs venus chercher un nouveau souffle dans le Maine-et-Loire, pour une raison ou pour une autre. Nicolas Hébert est un habitué des lieux : il a longuement évolué avec les équipes de jeunes d'Angers, tâtant même de la Magnus (64 matchs) et ayant déjà bénéficié d'une licence bleue pour évoluer avec Cholet. Il avait choisi l'an passé de reculer d'un cran en signant en D1 mais sa saison avec Annecy ne fut qu'un long chemin de croix. Cette fois, pas de surprise, il choisit une valeur sûre pour s'établir durablement à ce niveau. Quentin Garcia a connu une saison assez similaire à celle d'Hébert. Déjà passé par Montpellier, il y était revenu après deux années dans des ligues séniors au Québec. Mais il ne devait pas se douter que le club héraultais était transfiguré et qu'au lieu de jouer les premiers rôles, il devrait subir l'affront de la relégation. Là aussi, Garcia vient se relancer dans un club moins tourmenté. Enfin, le dernier cas, celui d'Édouard Outin, est différent car il reste le cas d'un éternel espoir qui n'a jamais su franchir le cap. Remarqué lors de la dernière saison d'existence des Anges du Vésinet, il signera une saison de toute beauté avec les Jokers de Cergy. Dès lors, les portes de la Magnus s'ouvre à lui à Gap mais elles se refermeront aussi vite. Depuis, le dernier des Outin ne parvient plus à retrouver ce niveau qui était le sien, accumulant déceptions et blessures. Néanmoins, à 26 ans, le garçon n'est pas fini et se voir offrir une (dernière ?) chance de faire ses preuves en D1.

Pour renforcer son attaque, Cholet s'est attaché les services de trois joueurs nord-américains. Le premier de cordée sera Alexandre Beauregard qui se distingue plus par sa colonne « pénalités » que par ses points. À vrai dire, à défaut de points, on est certain que ses poings sont au point ! 113 points en carrière, c'est honorable mais 710 minutes de pénalités en 323 matchs, c'est tout de suite très parlant. Autant dire que c'est le genre de joueur qu'on préfère avoir dans son équipe. D'autant qu'avec 59 combats recensés en 6 saisons (près de 10 par an !), il vaut mieux lui sourire que de vouloir tester son uppercut. Plus lisse, Alexis Piette présentait un profil de « dur-au-mal » (il a été coaché par Richard Martel) et un gabarit intéressant (1m91, 95 kgs) mais il ne fut pas conservé, permettant ainsi le retour de Milan Cutt et l'arrivée de Sébastien Huberdeau (frère de Jonathan, NHLer à Florida) qui sort d'une longue pause hockey pour cause d'études. Dernière recrue, américaine cette fois, Colin Dowey présente de très belle stats pour sa dernière saison en NCAA III.

Aux côtés des nouveaux, on retrouve l'éternel Pierre-Yves Albert, qui n'a même pas fini meilleur buteur choletais l'an passé, ainsi que les locaux Quentin Guineberteau, promu capitaine cette saison, et Arnaud Tharreau. Enfin, Tomas Grofek sera présent pour une troisième saison alors que le groupe sera complété par les Licences Bleues angevines que sont l'excellent Alexis Crosnier et l'espoir franco-canadien Maxime Griet.

Avec un effectif moins « clinquant » mais sans doute plus équilibré, Cholet a sans doute les moyens de faire aussi bien que la saison passée et d'accrocher de nouveau les playoffs.

 

 

KekkiLors de leur dernier séjour en Division 1, les Bélougas n'avaient pas connu la qualification pour les playoffs en trois saisons. Un an après avoir été relégués, ils ont acquis leur retour dans l'antichambre de la Ligue Magnus. Benoit Pourtanel est toujours aux manettes de l'équipe et sait ce que ça prend de sauver sa peau en D1. Et pour ajouter du piment à ce challenge, dans un championnat à treize équipes et de facto une seule équipe reléguée, il se pourrait bien qu'un des adversaires pour le maintien se nomme Tours dont l'entraîneur est Jérôme Pourtanel.

L'effectif a été formé majoritairement avec des artisans du titre de Division 2. Plusieurs recrues ont été greffées à l'effectif, dont la plupart sont connues des championnats hexagonaux. Cette recette a fonctionné pour Nantes et Cholet la saison passée, qu'en sera-t-il pour Toulouse-Blagnac ?

Le retour de Niklas Lehti chez les Bélougas a été un succès, excellent en saison régulière et impérial en séries éliminatoires. Il a déjà joué une saison avec le club en Division 1 et aurait donc pu rester… Son départ a forcé Benoit Pourtanel à lui trouver un remplaçant, se tournant sans surprise vers la filière finlandaise. Le nouveau cerbère se nomme Niklas Kekki. C'est un gardien de petite taille, formé aux Ässät Pori où la saison passée il a eu l'occasion de prendre place sur le banc pour quelques rencontres de Liiga. Il a porté le maillot national finlandais des U16 aux U18. Avec l'arrivée de Steven Catelin en provenance de Montpellier, c'est une doublette de cerbères totalement remaniée dont disposent les Bélougas. Le gardien tricolore entame sa cinquième saison en D1. Le jeune Paul Gigomas occupera le rôle de suppléant.

Existe-t-il un meilleur signal à ses défenseurs que de reconduire – presque – intégralement la brigade championne de Division 2 ? C'est en tout cas ce qu'a fait Benoit Pourtanel, visiblement satisfait de l'alchimie qui régnait au sein de la deuxième arrière-garde la plus efficace du dernier exercice. Une des deux seules modifications concerne un poste de défenseur étranger. Henri Tissari, arrivé en cours de saison du club Boro-Vetlanda, est remplacé par Juho Autio qui arrive de… Boro/Vetlanda ! Il est, à vingt-huit ans, le doyen de la défense pour cette saison et tiendra donc un rôle majeur. Évoluant depuis cinq saisons au quatrième échelon suédois, il devra s'adapter à un niveau de jeu supérieur. Gageons que son jeune frère Valtteri, ancien joueur des Bélougas et d'Anglet, l'aura averti du calibre de jeu.

Trois défenseurs finlandais ont prolongé leur bail sur les bords de la Garonne. À l'aise en D2, ils devront franchir un cap pour être performants en D1. Jussi Korvakangas est probablement celui qui possède le meilleur outillage pour s'adapter à un niveau supérieur. Il a terminé troisième meilleur pointeur des Bélougas la saison passée. Aleksi Laine et Jani Laine seront également de retour. Ces trois défenseurs ont tous inscrit au moins cinq buts la saison passée, mais les Bélougas auront absolument besoin qu'ils soient intraitables dans leur zone défensive dans l'optique du maintien.

Trois tricolores complètent la brigade défensive de Benoit Pourtanel. Yann Pflieger arrive de Strasbourg. Il a principalement évolué avec l'équipe réserve, avec quelques apparitions sur les feuilles de matches en Ligue Magnus. Kévin Codevelle était de l'équipe reléguée il y a deux ans et a, depuis, pu s'aguerrir en Division 2. Sébastien Pommier a pu goûter aux plaisirs de la D1 avec Avignon et Reims mais cette saison sera celle de ses véritables débuts à un poste de titulaire. Son gabarit sera précieux pour faire du ménage devant le gardien dans une défensive de taille plutôt moyenne.

Pour son recrutement offensif, Benoit Pourtanel a tenté de réduire au minimum les incertitudes. Il avait dû faire quelques retouches dans son effectif à l'automne dernier et ne veut probablement pas avoir à reproduire cela cette saison. L'effectif a donc un parfum de Division 2 très prononcé et sur les cinq recrues, seule une est nouvelle en France.

Daniel Bell arrive de Champigny-sur-Marne où il a maintenu une moyenne de deux points par match. Il y a montré qu'il était capable aussi bien de marquer que de passer. Antoine Leblanc était lui du côté de Compiègne. Adroit devant le but, le Québécois a eu quelques soucis avec la discipline. Ces deux Canadiens seront les deux seuls étrangers pour soutenir le Finlandais Santeri Halme en attaque. Le meilleur pointeur des Bélougas sera de retour, il était l'un des meilleurs attaquants vu en D2 la saison passée.

Thybaud Rouillard débarque fraîchement sacré champion de Ligue Magnus avec Briançon, où il a tenu un rôle de complément dans l'équipe. Membre des Phénix de Reims dans ses années juniors, il connaît le championnat et aura ici des responsabilités accrues. S'il explose comme Kévin Marias-Magill la saison passée, ce sera une superbe addition à l'équipe. Marias-Magill a terminé deuxième pointeur de l'équipe pour sa première saison loin de Rouen. Il découvrira la Division 1. Sébastien Savajol aurait pu prendre sa retraite en beauté sur le titre de champion acquis au printemps passé… Le capitaine connaît bien le championnat et sera un atout d'expérience important dans la lutte pour se maintenir.

Rémi Doroginsky est de retour après une saison blanche en raison d'une grave blessure. L'effectif est complété par des joueurs issus du club. Alexis Codevelle fait figure d'exception avec ses vingt-huit ans car les autres sont âgés de vingt-deux ans et moins. Il s'agit de Maxime Faup, Clément Blaser, Fabrice Faure et Marvin Krukoff. Une arrivée de dernière minute est à signaler avec Cyril Lambert, en provenance de Bordeaux suite à un départ vers le Canada avorté.

Benoit Pourtanel mise donc sur la continuité et des valeurs sûres, à quelques exceptions près, pour renforcer son effectif. Il peut compter sur un effectif fourni quantitativement. Si la priorité absolue du technicien toulousain sera d'éviter la dernière place synonyme de relégation, il n'a pas caché sa volonté de lorgner les playoffs. Les Bélougas ne veulent pas faire l'ascenseur en sens inverse !