Ligue Magnus (7e journée) : encore un choc pour Strasbourg

Après Épinal il y a quinze jours et Chamonix le week-end dernier, Strasbourg poursuit sa tournée des grands ducs. Cette fois-ci, le leader se rend à Dijon. Pas le plus aisé des déplacements pour l'Étoile Noire qui reste, face aux Bourguignons, sur six défaites de rang en championnat. Seulement, Dijon a connu un petit coup de mou cette semaine. Les Ducs, qui venaient pourtant d'enchaîner trois succès toutes compétitions confondues, ont été sortis de la Coupe de France mardi soir à Lyon. Face à la force collective alsacienne, les joueurs de Jarmo Tolvanen, qui peinent à boucler leurs matchs à domicile (deux séances de tirs au but en trois rencontres à Trimolet), n'auront guère le droit à l'erreur. Les Ducs devraient évoluer au complet. Coté strasbourgeois, Preston Shupe, en phase de reprise, n'est pas encore apte à jouer en compétition.

À vrai dire, Strasbourg aussi n'a pas beaucoup le droit à l'erreur. Car en plus du danger dijonnais, l'Étoile Noire se sait sous la menace de Chamonix et de Grenoble. Grenoble qui, justement, attaque la septième journée de Ligue Magnus en premier, dès ce soir, avec la réception de Rouen. Pour un grand classique du hockey hexagonal. Qui, sur le papier, ne semble pas pouvoir échapper aux Brûleurs de Loups. Ces temps-ci, Grenoble impressionne. Mine de rien, entre la Coupe de la Ligue, la Coupe de France et le championnat, les Isérois viennent d'enchaîner sept victoires d'affilée. Leur dernière défaite remonte à plus d'un mois (3-0 le 20 septembre à Chamonix). Et s'ils ne pointent finalement qu'à la quatrième place de la Ligue Magnus, c'est avec un match de moins au compteur. Soit potentiellement deux points de plus. En face, c'est beaucoup plus compliqué pour Rouen. Certes invaincus à domicile, les Normands n'ont jusqu'ici rien ramené de leurs premiers déplacements (défaites à Gap, Épinal et Briançon). « On a manqué de niaque. On n'a pas eu l'état d'esprit qu'il faut à l'extérieur », regrettait cette semaine Rodolphe Garnier dans les colonnes de Paris-Normandie. Toujours coincés dans la seconde moitié du tableau, les Dragons auraient bien besoin d'un succès chez un gros pour rallumer la flamme. Et faire oublier, au passage, qu'ils restent sur trois revers de suite sur la glace de Pôle Sud. Le staff rouennais devrait pouvoir composer avec un effectif au complet. À Grenoble, on compte sur le retour de Danick Bouchard, Yorick Treille restant le seul absent.

Des quatre premiers du classement, c'est Chamonix qui a le menu le plus léger. Quoi que... Les Chamois ont tout de même un derby à jouer. Celui de la Haute-Savoie face à Morzine/Avoriaz. Et les Chamoniards ont de quoi se méfier puisque la glace de Richard-Bozon réussit plutôt bien aux Pingouins. Le HCMAG s'y est imposé six fois en neuf visites en championnat. Son dernier succès au pied du mont Blanc commence néanmoins à dater. Il remonte au mois d'octobre 2011 (1-3). Les deux voisins se sont déjà affrontés cette saison en Coupe de la Ligue. Bilan pour le moment : une victoire de chaque côté (7-2 mi-septembre pour Chamonix, 5-3 début octobre pour Morzine/Avoriaz).

L'autre derby du jour se disputera aussi dans les Alpes, mais plus au sud, entre Briançon et Gap. Généralement, la rencontre sourit plutôt aux champions de France. En Ligue Magnus, Gap ne l'a même emporté qu'à une seule reprise (1-3 le 16 octobre 2010). Mais pour une fois, ce seront les Rapaces les favoris. Les Gapençais espèrent bien profiter du début de saison complètement raté des Diables Rouges pour s'offrir un succès de prestige. Les joueurs de Luciano Basile ont en tout cas un petit avantage psychologique. Ils ont empoché les deux premières manches disputées en Coupe de la Ligue (4-2 et 3-2). Côté gapençais, on devra se passer des services de Ryan Ruikka, Alexandre Cornaire et Mickaël Pérez. Gabriel Levesque est lui incertain. En face, Briançon alignera pour la première fois en attaque son dernier renfort, le Tchèque Michal Jeslinek.

Amiens reste sur trois victoires consécutives à domicile face à Angers. Objectif des Gothiques : garder cette ligne, forcément. Et cela malgré l'absence de l'ex-Angevin Marc Bélanger. Les Ducs, eux, ont d'autres ambitions. Comme retrouver la recette du succès en déplacement, par exemple. Vainqueurs à Caen en septembre, les joueurs de Réal Paiement restent sur deux revers loin de leurs bases (à Briançon et Grenoble). Prendre deux points en Picardie permettrait à l'ASGA de rester au contact du top 5. Qu'a à craindre Épinal de Caen ? A priori, pas grand-chose. Les Vosgiens sont invaincus à domicile. La lanterne rouge normande, elle, patine toujours après une victoire cette saison. Éliminés de la Coupe de la Ligue, qualifiés de justesse aux dépens de Meudon (D2) en Coupe de France, les Drakkars n'ont en plus jamais gagné à Poissompré depuis la création de la Ligue Magnus.

Lyon ne craint pas d'être mené au score. Cette saison, par trois fois, le promu a laissé son adversaire ouvrir la marque. Les trois fois, il a fini la soirée avec au moins un point dans sa musette (victoires face à Gap et Briançon, défaite en prolongation à Dijon). Brest, son adversaire du jour, aimerait pouvoir en dire autant. Mais sur les quatre fois où ils ont encaissé le premier but de la partie, les Bretons n'ont réussi à renverser la vapeur que face à Briançon. Du reste, ouvrir le score ne sert pas beaucoup plus aux Albatros (un point en deux matchs). Bref, Lyon a un sacré bon coup à jouer sur la glace finistérienne. Surtout si les Rhodaniens affichent encore la même force en supériorité numérique (10 buts inscrits en 24 power-play, soit 41,67 %). Pour l'occasion, Brest récupère Sébastien Delemps en attaque. Mais perd David Hennebert à l'arrière. Le défenseur brestois a été blessé à l'œil mardi soir en Coupe de France.

Le programme

Grenoble (4e, 8 pts, 4 v, 1 d) – Rouen (10e, 6 pts, 3 v, 3 d), ce soir à 20 heures. La cote : Grenoble 60 % / Rouen 40 %.

Épinal (5e, 8 pts, 4 v, 2 d) – Caen (14e, 1 pt, 1 dprl, 5 d), demain à 18 heures. La cote : Épinal 80 % / Caen 20 %.

Brest (13e, 3 pts, 1 v, 1 dprl, 4 d) – Lyon (7e, 7 pts, 3 v, 1 dtab, 1 d), demain à 18 h 40. La cote : Brest 40 % / Lyon 60 %.

Amiens (9e, 7 pts, 3 v, 1 dprl, 2 d) – Angers (6e, 8 pts, 3 v, 2 dprl, 1 d), demain à 20 heures. La cote : Amiens 40 % / Angers 60 %.

Dijon (3e, 9 pts, 4 v, 1 dtab, 1 d) – Strasbourg (1er, 11 pts, 5 v, 1 dprl), demain à 20 heures. La cote : Dijon 55 % / Strasbourg 45 %.

Briançon (12e, 4 pts, 2 v, 4 d) – Gap (8e, 7 pts, 3 v, 1 dprl, 2 d), demain à 20 h 30. La cote : Briançon 40 % / Gap 60 %.

Chamonix (2e, 9 pts, 4 v, 1 dprl, 1 d) – HCMAG (11e, 4 pts, 2 v, 4 d), demain à 20 h 30. La cote : Chamonix 60 % / HCMAG 40 %.

pts : points ; v : victoires ; dprl : défaites en prolongation ; dtab : défaites aux tirs au but ; d: défaites.

Prochaine journée (samedi 1er novembre) : Angers – Chamonix, Lyon – Épinal, Rouen – Brest, Caen – Grenoble, Strasbourg – Briançon, HCMAG – Amiens, Gap – Dijon.

LES CHIFFRES.- Élie Marcos deviendra, demain, le troisième joueur le plus capé de l'histoire de la Ligue Magnus. Le capitaine de Strasbourg évoluera pour la 257e fois de sa carrière en saison régulière. Ce qui lui permettra de dépasser son ancien coéquipier à Amiens Mickaël Brodin. Seuls Nicolas Favarin et Cyril Papa devancent encore le leader offensif de l'Étoile Noire. 257 matchs en Ligue Magnus, beaucoup en rêvent. Viktor Szélig s'en rapproche. Le défenseur hongrois de Briançon passera demain, face à Gap dans le derby des Hautes-Alpes, le cap des 200 rencontres. Dans le camp d'en face, Kevin Da Costa jouera lui son 100e match.