Mulhouse - Nantes (Division 1, 8e journée)

Mulhouse - Nantes... En D1... Un match entre le second et le quatrième... souvenirs, souvenirs, ça me rappelle quand la troupe des Dany (Gélinas et Fortin) venaient se friter, euh se frotter aux Patrick Pommier, Cyrille David, Juraj Faith et autres Roman Trébaticky. Allez, hop, on se le fait, ce match de haut de classement.

Oups, plus de patinoire de l'Illberg, elle est en réfection. Ça tombe bien pour le Colmarien que je suis, le match se joue chez moi, à Colmar dans ma jolie patinoire (où depuis 2001, les plexis ont avantageusement remplacé les filets "protecteurs" autour de la bande !). Bon, ça va, le public mulhousien semble avoir suivi, les "locaux" vont avoir du soutien.

Logo-CorsairesTiens, par contre, c'est bien les Corsaires de Nantes, mais elles sont où mes couleurs noires, vertes et jaunes, et le logo du Pirate ? Ah, maintenant, c'est noir et bleu avec un logo dont le concept a juste été légèrement repris de celui d'un autre club (nord-américain, mais je ne me rappelle plus lequel... Ah si, c'est la ville d'un film dont la musique a été écrite par "LE Boss"... et c'est aussi la ville de l'un de mes groupes préférés de hair métal... Bon allez, je m'égare).

Ouh là, mais il n'y a pas que dans les tribunes qu'il y a du monde. Sur la glace aussi. J'ai compté, ils tous venus à 4 lignes devant et derrière... Woah !

Bon par contre, le début de match, je ne sais pas ce qu'ils ont, tous les joueurs, peut être qu'ils sont encore sous l'effet des Cheer's version Halloween, mais ce n'est vraiment pas précis du tout, c'est crispé, ça s'observe dis donc. Pas grave, Mulhouse, ça les connaît, ils vont nous en mettre un, histoire de situer qui est le chef. Ah euh, ben non, mince, c'est Bryan Ten Braak (bien alerté par le Duf', arrivé à toute vitesse de son banc lors d'une pénalité différée) qui allume Guillaume Richard (0-1 à 8'34"). Pas grave, ils vont bien nous en coller un, les Scorpions, tiens, sur cet accrocher de Radek Hovora... Ouch, tiens, regarde ce palet mal gelé par Mojmir Bozik (10'35"). Ça chauffe pour les Nantais... Euh, ben pas tant que ça, c'est quoi ce contre du duo Genest-Grygar conclu par le premier nommé (0-2 à 11'46"). Elle est où, la défense ? Hé, mais c'est quoi, cette troisième réalisation dans la foulée, et ce ricochet à la c... qui trompe Richard (0-3 à 12'15") ? Oui, un petit temps mort demandé par Mulhouse, c'est bien, histoire de recadrer un peu tout ces vides en zone mulhousienne Hé, mais ça n'a servi à rien, regarde moi le Duf' et ses deux collègues de ligne, petite combinaison comme à l'entraînement, hop, ça fait 0-4 à 13'50". Hé, partez pas, les gens, il reste encore 45 minutes pour espérer revenir au score.

D'un autre côté, vu ce que les Mulhousiens font en ce moment, il y a de quoi douter. Aucune action construite, les attaquants vont devant, les défenseurs... aussi, mais personne ne redescend. Bon, il est temps de rentrer aux vestiaires car Nantes fait son petit frichti sans trop de problèmes. Ce sont bien eux qui ont une journée de bus dans les jambes ? Non, parce que ça ne se voit pas du tout sur la glace. Et puis assez de ce tiers rock'n'roll où on perd rapidement un juge de ligne suite à un choc, et où on manque de perdre le deuxième suite à un autre choc (avec un palet).

NantesAh, ben revoilà notre arbitre de ligne. Et aussi nos Mulhousiens, qui reviennent à de meilleurs sentiments : ça patine plus vite, ça presse nettement plus haut, ça va bien finir par rentrer. Oui, bon, le Bozik, faut pas non plus qu'il croie qu'il va passer le match à bouger impunément sa cage non plus. Allez, une double pénalité des Nantais... Oui, bon, les supériorités numériques, faut pas non plus les occuper à se passer le palet à la bleue... Tiens, allez, encore une chance, vu qu'ils n'ont pas fait attention en sortie de prison, un petit surnombre nantais... mais toujours rien à tirer de ces unités spéciales. Et encore une double pénalité contre Nantes... Rhhoooo, mais c'est quoi ce power-play mulhousien à l'agonie ? Rien, pas un tir de près....

Ouh là, ça commence à s'énerver devant Bozik, allez le "Duf" et le Dubé sur le banc des infamies (30'06"). Aaaahhh, maintenant, il y a un peu plus d'espaces pour circuler... Et hop, Pavel Mrna en profite enfin pour ouvrir le compteur local, à mi-distance (1-4 à 30'20"). Enfin ! D'un autre côté, ils ne sont pas rendus pour autant, les Scorpions, parce que certes Nantes commence à fatiguer, à jouer surtout avec deux lignes, mais ce n'est pas facile pour autant de rentrer dans leur zone. Fatigués mais disciplinés. Et en face, ça tire quand même pas beaucoup de près.

Bon, allez, on peut penser que Christer Eriksson nous a pondu une petite tactique de derrière les fagots pour débloquer la situation. On le voit bien, les Nantais tirent la langue alors qu'il reste encore un tiers à jouer. En effet, le Christer a basculé un ailier de chaque ligne, le grand Vigners va faire du bien avec Mrna et Klejna. De son côté, Claude Devèze resserre sa défense sur cinq joueurs, ça va verrouiller sec.

N'empêche que le début de ce dernier tiers est loin d'être précis, ça va être long à ce rythme. Ah, peut être pas, Croteau nous fait une remontée, un ricochet heureux, un deuxième ricochet, yes, il se retrouve seul devant Bozik... Aaaaahhh, 2-4 à 45'04", ça va mieux. Ça chauffe même devant les buts de Bozik, je ne donne plus cher des visiteurs. Oups, ce palet qui s'écrase sur la base du poteau du Nantais... Ouch, ce raid en réponse de Le Dren (49'45"). Ça va finir par rentrer, Mulhouse tire enfin plus près. Et encore des pénalités contre les visiteurs. Aïe, ce sont des centres-tirs qu'ils s'adressent, les Scorpions, c'est trop fort à exploiter... et ce chrono qui passe. Aïe, aïe, aïe, c'est quoi cette remontée du Duf' pour Hovora (2-5 à 53'56") ? Encore un but dans le même schéma que les quatre autres, comme à l'entraînement.

BozikMojmirBon, ben c'est mort, ils s'arc-boutent devant Bozik, maintenant, les rascals. Pourtant, Christer a sorti son gardien plus de deux minutes avant la sirène de la fin, mais rien n'y fait, même en infériorité à 4 contre 6, les Corsaires restent disciplinés et sortent le palet le plus proprement possible. Ah tiens, petit contact entre Croteau et Demers (59'51")... Celui-là, il est resté concentré tout le match, ça devait quand même le démanger de pouvoir chambrer à la fin.

Bon, ben, pas grand chose à redire de l'issue de ce match. Ce n'est pas vraiment volé de la part de Nantes. Ce n'est pas qu'ils aient été super-entreprenants, par contre, tu leur laisses un petit trou, ils l'exploitent. C'est propre, assez rigoureux, y'a pas vraiment de super-stars, juste des joueurs qui savent monter puis redescendre aussi vite (on ne peut pas en dire autant de tout le monde ce soir !), et contenir devant leur gardien... qui finit élu meilleur Nantais du match. C'est vrai que ça aurait été dur de nommer tous les joueurs de champ, qui ont fait leur boulot de sape sans rechigner. Respect ! Par contre, des matchs comme ça à jouer essentiellement avec deux lignes, elle va être longue la saison, surtout en cas de blessures.

Euh, en face, c'est comment dire.... la soupe à la grimace. 5 buts donnés, 5 buts encaissés presque tous sur le même schéma : remontée turbo de l'attaque adverse face à une défense prise de vitesse, le surnombre est créé quand l'attaquant décentre son collègue qui se retrouve esseulé... Mouche. Mais que dire du powerplay ? Deux double supériorités, pas un but, presque pas de tirs... Perna et Demers, avec leur gabarit, devaient sûrement boucher la fenêtre de tir... Bon, allez, on remballe, on a perdu une bataille, pas la guerre. Il y a quand même du potentiel, notamment chez des gars comme Vigners ou Kapicka. Mais à condition de resserrer les rangs derrière. La meilleure défense, c'est l'attaque, paraît-il ! Euh bon, des fois, l'adage "la meilleure défense, c'est de défendre" n'est pas mal non plus.

Désignés joueurs du match : Mojmir Bozik pour Nantes, Pavel Mrna pour Mulhouse.

 

Mulhouse - Nantes 2-5 (0-4, 1-0, 1-1)
Samedi 1er novembre 2014 à 18h00 à Colmar. 768 spectateurs
Arbitrage d'Adrien Ernecq assisté de Bastien Germaneaud et Joris Barcelo.
Pénalités : Mulhouse 8' (2', 4', 2') ; Nantes 22' (4', 12', 6').
Tirs : Mulhouse 30 (7, 12, 11) ; Nantes 23 (12, 5, 6).

Évolution du score :
0-1 à 08'34" : Ten Braak assisté de Dufournet
0-2 à 11'46" : Genest assisté de Grygar
0-3 à 12'15" : Demers assisté de Perna et Ten Braak
0-4 à 13'50" : Dufournet assisté de Grygar et Hovora
1-4 à 30'20" : Mrna assisté de Klejna
2-4 à 45'04" : Croteau
2-5 à 53'56" : Hovora assisté de Dufournet


Mulhouse

Gardien : Guillaume Richard.

Défenseurs : Ondrej Pozivil (A) - Ondrej Martinka ; Nicolas Lehericey - Daniel Villadsen (A) ; Alexanders Galkins - Ruslan Borysenko ; Arnaud Lazzaroni.

Attaquants : Pavel Mrna - Michal Klejna - Lucas Bini [puis Vigners à 40'] ; Joe Dubé [puis Gommesen à 40'] - David Croteau - Rolands Vigners [puis Bini à 40'] ; Michal Kapicka - Milan Jurik - Maxime Joly [puis Dubé à 40'] ; Raphaël Papa - Quentin Jacquier - Kasper Gommesen.

Remplaçants : Mathilde Bopp (G), Mathieu Chevalier.

Nantes

Gardien : Mojmir Bozik.

Défenseurs : Keven Robert - Hubert Genest ; Patrik Prokop - Maximilien Tromeur ; Jacques Evrard ou Louis Boucherit - Samson Samson.

Attaquants : Domenico Perna (A) - Alexandre Demers (A) - Bryan Ten Braak ; Radek Hovora (C) - Édouard Dufournet - Petr Grygar ; Nicolas Le Dren - Remi Péronnard - Kevin Richard.

Remplaçants : Arnaud le Fur (G), Joonas Parviainen, Charley Marcos, Charly Bruguière.