Rouen - Brest (Ligue Magnus, 8e journée)

Rouen, longtemps en dessous de tout, évite la crise

Rouen, où planait comme un climat de doute, après deux défaites consécutives, des jeux spécifiques inefficaces, et une offensive en panne, sur la voie de garage, recevait Brest (privé de Hennebert) pour remettre la locomotive sur les rails et s'éviter une longue sinistrose pendant la trêve internationale qui s'installera après cette huitième journée.

DESROSIERSjulien20140916300Victoire ô combien importante pour Rouen face à Brest. Les hommes de Rodolphe Garnier, longtemps fantomatiques voire pire, morts-vivants, ont décroché une victoire au bout d'un chassé-croisé et d'un deuxième tiers où les Dragons sont allés chercher le fameux momentum après un but (de Desrosiers) que l'on ne voit que sur nos consoles de jeux vidéo. Puis, ils ont recouvré du moral, des jambes et un peu de jeu qui ont fait faire des erreurs aux Albatros. Les visiteurs ont mal géré leur fin de match et leur killing-play. En ne prenant pas de point face à des hôtes tout à fait prenable ce soir, les Finistériens voient leurs adversaires directs, Morzine, Briançon et… Rouen s'éloigner de la zone rouge où les Bretons campent.

Hués et sifflés par une fraction irrespectueuse et clairsemée du public, bien plus rapide à tirer sur l'ambulance qu'à encourager ses favoris, quand l'autre portion majoritaire reste muette, donc approuve, les coéquipiers de Marc-André Thinel ne doivent qu'à eux-mêmes et à une poignée de partisans (si si, j'en ai compté 6 dans la tribune d'en face continuant d'épauler leur équipe), d'avoir surmonter leurs grosses difficultés actuelles.

Après avoir mieux démarré - Maxime Lacroix ouvre le score en se saisissant d'un rebond dans la botte de Lampérier qui a su déjouer adroitement un adversaire en s'aidant de la bande dans la zone neutre (1-0 à 1'02) - les Normands ont peiné face au pressing haut des joueurs de Stéphane Oprandi.

Ce match sentait un peu la peur. Entre des Rouennais fébriles et méconnaissables à l'image de Coulombe, souvent présenté comme le meilleur défenseur de la ligue Magnus, perdant incroyablement la rondelle en relance à la ligne bleue, et des Brestois avant-derniers du championnat, c'était malheur aux vaincus. Toutefois, Brest a envoyé du jeu au premier tiers, et c'est tout à leur honneur dans ce contexte. Les Albatros, soutenus par quelques fans en déplacement, ont démontré qu'ils avaient plus de nerfs que leurs adversaires du jour en obtenant bon nombre de revirements dès la ligne bleue des Dragons. Nicola Riopel gelait du plastron un envoi de Prosvic (1'56). Vikhael To Landry lançait à côté (2'55). Quand Jérémie Romand, dans le slot, hérite du palet, sorti d'un cafouillage de Cunningham et d'un coéquipier, qui se gênent dans leur préparation de sortie de zone, il est logique que l'ex-Bas-normand égalise pour Brest. De sang-froid et doué, l'ailier trouve le haut des filets et crucifie Riopel (1-1 à 3'28).

ROMANDjeremie20140904237Le BAH poursuit son pressing. Julien Desrosiers n'a d'autre choix que de fouetter la crosse de Quesnel qui s'en allait menacer Riopel (3'54). Ce dernier, avec le Franco-canadien en prison sortira un réflexe magistral devant Jason Crossman dans l'enclave (5'13). Puis, le gardien rouennais sera agile des jambières face à Vikael To Landry (5'44). À parité, le portier sera moins abandonné par sa défensive lorsque l'attaque bretonne en mouvement ouvre sa cage pour Jaroslav Prosvic qui sera finalement contré (6'00).

Rouen essaie de procéder en jeux simples. Souvent en cherchant le rebond ou la déviation dans le trafic. Mais, lent et trop prévisible, le RHE76 n'est pas dangereux. Par contre, il est toujours maladroit en sortie de zone. Dans le dur, l'arrière-garde locale permet encore un revirement à l'équipe du Ponant et un envoi de Jérémie Romand qui sera bien capté par « Rio » (7'54). Il ne se passe plus grand-chose jusqu'à une belle opportunité non cadrée de Graham Avenel (11'56). Le jeu s'endort de nouveau quand une pénalité est encore appelée contre les Rouennais. L'attaque à cinq brestoise, pourtant partie de derrière son but, est à l'offensive avant que la boîte (très étendue) des Rouennais ne soit placée et regroupée. Les boulevards ainsi laissés sont aisément empruntés par le power-play des joueurs du Penn-ar-Bed. Jaroslav Prosvic fait une offrande à Quesnel qui enfile la cage ouverte dans un jeu en surcharge (1-2 à 16'29).

Dès lors, les Celtes s'emportent un peu mais les Dragons n'y sont pas et ne comptabilisent pas sur deux contres surnuméraires inespérés. Le tandem de complices Léveillé-Koudys manque la cible (17'31). Puis, en toute fin de tiers, le duo d'experts Thinel-Desrosiers bute sur un Bertein imparable (19'14).

Les Dragons remontent sur la glace remplis d'un doute qui les paralyse comme jamais. Dans leur premier jeu de puissance, les Normands ne parviendront pas à s'installer. Les premiers sifflés se font entendre. Pire, lorsque sur une contre-attaque Brest enfonce le clou. Comme à l'entraînement, facilement, tellement les Rouennais paniquent et se précipitent, le Canadien Alexandre Quesnel inscrit son second but de la soirée dans une cage ouverte (1-3 à 25'36). Moins d'une minute plus tard, le RHE76 passe à côté de l'irréparable lorsque Vikhael To Landry est imprécis (26'18). Antonin Manavian ne monte plus sur la glace et reste accoudé le long de la bande. À chaque erreur et chaque mauvaise passe rouennaise, on entend des sifflets et des huées, mais c'est loin d'être une bronca.

COULOMBEpatrick20140916411Ensuite, Nicola Riopel, contre le sens du jeu, lance en direction du banc breton où s'effectuait une rotation de bloc. Les Albatros sont obligés de contrôler la rondelle qui leur arrive dessus et sont surpris en surnombre. Sévère et au pied de la lettre, l'arbitre de ligne le signale. Après un bon slap de Patrick Coulombe dérouté de la jambière par Bertein (29'18), le joueur de centre à la mise en jeu est chassé par l'arbitre et remplacé par Julien Desrosiers. Celui-ci envoie, dès le lâcher de puck, vers le but, et la trajectoire flippée du caoutchouc surprend Bertein et finit dans le dos du gardien (2-3 à 29'20).

Dan Koudys et Bryce Reddick s'accrochent, puis Tim Hartung est sanctionné d'un cinglage sur Desrosiers. À quatre contre trois, les Dragons volontaires à la recherche de leur inspiration offensive sont en plein labeur. La pression sur leurs têtes est palpable. Gréverend-Motreff-Crossman font le boulot devant Léo Bertein, mais le trio breton suivant est pris sur un jeu en surcharge. Julien Desrosiers trouve Coulombe à l'opposé qui claque et exulte (3-3 à 25'36).

Le jeu s'emballe. Jonathan Janil est contrecarré (32'35). Les contres fusent de part et d'autre. Benjamin Bréault est fustré par Riopel (32'40). Jérémie Romand renverse Lacroix derrière la balustrade. Léo Guillemain manque la passe de Lampérier (32'55). Rouen dispose d'un moment fort pendant lequel Benjamin Bréault retarde une montée de Cunningham. Pris par la patrouille, le meilleur pointeur des Albatros tire une balle dans le pied de ses camarades et les laisse à un joueur de moins. Loup Benoit en profite et lève le palet en reprenant le rebond d'un tir de Janil (4-3 à 35'12).

Il y a moins de six minutes, Rouen était au fond du trou, incapable d'inquiéter la troisième moins bonne défense de ligue Magnus. Quelle mutation improbable ! Le jeu se calme. Brest reprend ses esprits et n'est plus abasourdi en fin de tiers. François-Pierre Guénette doit accrocher utilement Quesnel. En supériorité, Bryce Reddick est le plus dangereux à la pointe mais ne surprend pas Riopel (38'59) tout comme Bréault de plus près (39'20).

BENOITloup20140916010À la dernière reprise, le BAH ne presse plus haut et accepte curieusement de subir. À moins que ce ne soit le RHE76 qui retrouve ses qualités offensives. Léo Bertein frustre de la botte Léveillé, après un énorme travail de Coulombe (42'49). Mais l'attaquant prendra une revanche chanceuse. Son tir après un tour de cage est détourné contre son camp par un défenseur brestois (5-3 à 43'15). Malgré le temps mort de Stéphane Oprandi, Rouen prend définitivement l'ascendant. Jaroslav Prosvic et Benjamin Breault frustrés n'aident pas leurs coéquipiers en se rendant l'un après l'autre dans la geôle sur des fautes d'indisciplines. L'unité spéciale rouennaise et Loup Benoit sont en confiance. François-Pierre Guénette, d'une passe impeccable, trouve le jeune Français dans le slot qui lève de nouveau la rondelle au-dessus de l'épaule de Bertein et inscrit un doublé (6-3 à 50'24).

Les Albatros n'y sont plus. Les Dragons annihilent facilement une infériorité et s'en donnent à cœur joie. Léveillé (51'46), Charland (58'04) et Koudys (58'31) font briller Bertein jusqu'à la fin.

Dans sa course aux play-offs, Brest n'a pas su tuer le match lorsque les Normands étaient beaucoup plus qu'à leur portée, lorsque la foule locale a pris fait et cause contre « ses » propres joueurs à la mi-match ils étaient à leur merci. Malheureusement Brest a été indiscipliné, n'a pas tenu le palet, ni mis beaucoup d'agressivité dans les deux derniers tiers comme ils avaient su pourtant le faire en première période. D'abord fébrile, indiscipliné et maladroit, Rouen a failli se faire imploser par Brest. Grâce à des faits de matches hasardeux, les Dragons ont recouvré du cœur, du talent et une attaque à cinq. Ils ont aussi été aidés par l'indiscipline bretonne. Ils ont surtout su rebondir et saisir leur chance. En ce moment, pour eux c'est plutôt encourageant.

Étoiles du match : Alexandre Quesnel*** (Brest), Loup Benoit** (Rouen), Patrick Coulombe* (Rouen).

 

Rouen - Brest 6-3 (1-2, 3-1, 2-0)
Samedi 1er novembre 2014 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2318 spectateurs.
Pénalités : Rouen 12' (4', 4', 4') ; Brest 16' (0', 10', 6').
Tirs : Rouen 40 (13, 16, 11) ; Brest 25 (12, 7, 6)
Supériorités : Rouen 4/6, Brest 1/4
Chances : Rouen 8 (2, 1, 5) ; Brest 8 (6, 1, 1)

Évolution du score :
1-0 à 01'02 Lacroix assisté de Lampérier et Charland
1-1 à 03'28 Romand assisté de Reddick et Crossman
1-2 à 16'29 Quesnel assisté de Prosvic et Hartung (sup.num.)
1-3 à 25'36 Quesnel assisté de Prosvic et Dian
2-3 à 29'20 Desrosiers (sup.num.)
3-3 à 31'18 Coulombe assisté de Desrosiers et Lampérier (sup.num.)
4-3 à 35'12 Benoit assisté de Janil et Cunningham (sup.num.)
5-3 à 43'15 Léveillé assisté de Coulombe et Koudys
6-3 à 50'24 Benoit assisté de Guénette et Cunningham (sup.num.)
 

Rouen

Gardien : Nicolas Riopel (22/25).

Arrières : Patrick Coulombe (A) – Antonin Manavian (de 0'00 à 25'36) ; Raphaël Faure – Jonathan Janil ; Léo Guillemain – Wes Cunningham.

Attaquants : Julien Desrosiers – François-Pierre Guénette (A) – Marc-André Thinel (C) ; Maxime Lacroix – Loïc Lampérier – Francis Charland ; Daultan Léveillé – Loup Benoit – Dan Koudys.

Remplaçants : Fabrice Lhenry (G), Aurélien Dorey, Théo Lanvers, Antoine Mony, Fabien Colotti, Johan Saint-André.

Brest

Gardien : Léo Bertein (34/40).

Arrières : Vladimir Holik – Timothy Hartung ; Aurélien Gréverand (A) – Gaétan Cannizzo ; Jason Crossman – Bryce Reddick.

Attaquants : Alexandre Quesnel (A) – Jaroslav Prosvic (C) – Michal Dian ; Jonathan Avenel – Quentin Berthon – Graham Avenel ; Jérémie Romand – Benjamin Bréault – Vikhael To Landry.

Remplaçants : Arnaud Goetz (G), Sacha Grimshaw, Nicolas Motreff, Sébastien Delemps, Dimitri Motreff. Absents : David Hennebert (blessé à l'œil) et Matthew Boudreau (non conservé).