Wasquehal - Deuil/Garges (Division 3, groupe B)

Un nouveau test attend les Lions de Wasquehal avec la réception de l’Entente Deuil/Garges, dont le parcours est pour l’instant plus timide que l’an dernier, même si Cergy 2, après Châlons-en-Champagne en Coupe de France, peut témoigner d’une force de frappe préservée voire renforcée. Les matchs nuls concédés face aux deux autres représentants du Nord expliquent le léger retard au classement des hommes de Damien Ilczyszyn, contraint de prendre place derrière le banc à cause d’une blessure. Les pépins physiques n’épargnent pas l’Entente en ce moment, Nicolas Cousin, Gaétan Jeannin, Anthony Mathias et Valentin Barat étant eux aussi sur le flanc, Wasquehal ne déplorant « que » l’absence de son capitaine Alexis Thomas.

Après quelques soucis de glace, difficile à figer, face à Rouen, le bris d’un plexi à l’échauffement décale d’un quart d’heure le premier lâcher de palet. Les retardataires n’auront donc pas d’excuse pour rater le premier but de la rencontre. Qui ne vient pas du visiteur Vladimir Mikula, servi par une interception de Dana, mais de Robin Morvan, au rebond sur une chevauchée de Maxime Boschetti, repoussée par Tamás Kiss (1-0 à 00'39"). L’Entente, échaudée, reprend le contrôle du palet, campe dans la zone, sans pour autant faire ciller un Chardon observant plusieurs lancers hors-cadre.

Les contre-attaques nordistes, telles la passe de N’Guyen pour Fauchart et son tir croisé au ras de la barre, doublées d’un début d’indiscipline, contrarient un peu plus le portier hongrois, successeur de Cholinsky dans la cage francilienne. Suite à un cinglage de Mikula, qui découvre son sixième club français, il écarte un lancer de Dubois mais dans le trafic son défenseur Pierre Magnier est puni pour faire-trébucher. Avec deux hommes en moins, les Chiefs résistent dans un premier temps, à l’image de Gauthier Petroni, capable de sortir le palet du coin où trois attaquants l’encerclent. Ils finissent par céder lorsque Benjamin N’Guyen envoie le palet vers la cage, où Fronty et Fauchart tentent de l’exploiter, pour finalement le transmettre à Axel Canaguier venu en soutien sur la droite (2-0 à 04'48"). La défense du Val d’Oise passe près de la correctionnelle lorsqu’une passe de Marie est interceptée par Lejeune.

Elle guète du répit en voyant Mencik commettre un cinglage sur ce même Marie, trop rapide derrière le but nordiste. Las, les joueurs de Damien Ilczyszyn perdent un élément, Alexis Magnier, d’abord réprimandé pour simulation, avant que Monsieur Dehaen ne sanctionne le trop-plein de véhémence du numéro 27, renvoyé prématurément au vestiaire. Ce coup du sort est suivi d’une nouvelle réaction d'orgueil de la part d’une formation nullement privée de ressources. Le raid de Mikula, repoussé par Chardon, sème le trouble dans une défense à son tour poussée à la faute. Deuil/Garges parvient à s’installer rapidement sur ce qui constitue son premier véritable avantage numérique. Dans le dos de Chardon, Mikula attend patiemment l’arrivée de Pierre Magnier devant la cage (2-1 à 12'38"). La montée de Petroni, relayée par Dana, offre à l’attaquant slovaque un nouveau duel avec l’ultime rempart local, à nouveau vigilant.

La fin de période altère toutefois tout regain de confiance dans les rangs franciliens. La faute du quarantenaire François Lafontaine permet indirectement à Axel Canaguier de s’offrir un doublé, en déviant devant l’enclave le lancer de Benjamin N’Guyen (3-1 à 16'08"), puis un cafouillage né d’un palet de François Piquet dévié dans les airs est exploité par Benjamin Lejeune, dans un angle fermé (4-1 à 16'42"). Pourtant, Tamás Kiss fait preuve de volonté pour enrayer les plans wasquehaliens en fin de période, de la botte face à Boschetti et N’Guyen ou du gant sur un lancer frappé de Fronty, et au cœur du tiers intermédiaire lorsqu’une montée de Mencik ouvre une brèche à Morvan, habile pour effacer un défenseur mais pas assez pour tromper l’ancien pensionnaire de MOL-Liga. La perte de plusieurs palets par son arrière-garde le met en fâcheuse posture, lui qui perd même son casque en sortant aux devants de Canaguier. Il ne cède au cours du deuxième vingt que face à Maxime Boschetti, à l’affût d’un essai d’Angielczyk non cadré et transité par la balustrade (5-1 à 27'14").

L’Entente avait pourtant bien négocié la reprise, au cours de laquelle une percée du duo Aurouzé-Mikula a pris de court des locaux punis à deux fois. Mais Jérémy Garaud n’avait trouvé que la botte de Fabien Chardon, et à la mi-match les débats, entrecoupés par les palabres, perdent en fluidité. Wasquehal s’échine à employer Kiss, par N’Guyen ou Fauchart, pourtant patient pour faire se coucher le portier, mais cédera deux fois à la reprise sous les assauts de Jeannin, qui s’y prend à deux fois pour transformer le rebond concédé suite à un coup de semonce venu de Le Goffic (5-2 à 42'10") sur le jeu de puissance, et Mikula, récompensé de ses efforts après avoir pris de vitesse la paire Terrenoire-Mencik (6-3 à 50'00").

La tentative de révolte des joueurs du Val d’Oise, personnifiée notamment par l’ancien de la maison Romain Sauvage (photo de droite, avec son ancien équipier de Wasquehal et Valenciennes Thomas Fauchart), toujours aussi opiniâtre, ne fera pas le poids face à la réussite d’un Benjamin N’Guyen toujours décisif. L’ancien Dunkerquois place tout d’abord une salve plus précise que puissante (6-2 à 45'17"), avant de feinter la passe à son compère Dubois pour mieux surprendre un Tamás Kiss (7-3 à 55'10") encore pris à revers, abandonné par les siens devant la paire Boschetti-Fauchart, au pressing sur le défenseur Petroni (8-3 à 57'48").

Les hommes de Frédéric Nilly terminent ainsi une rencontre réussie, où ils ont su appuyer au moment où l’Entente paraissait en mesure de revenir. Festival offensif que n’aurait pas renié Jean-Marc Rohart, fortement impliqué dans le club et très apprécié de joueurs qu’il encadrait notamment lors de leurs déplacements avant la montée en Division 2. Une minute de silence fut observée en sa mémoire avant le coup d’envoi. Soirée très particulière pour les clubs nordistes…

Commentaires d’après-match

Damien Ilczyszyn (entraîneur de Deuil-Garges) : "Nous ne sommes pas bien en ce moment, avec beaucoup de blessés et des difficultés à bien se trouver. Cela fait du mal de ne pas bien entrer dans le match, et quand s’y ajoutent les problèmes d’indiscipline la tâche devient top difficile. On parle beaucoup trop, il faut se contrôler… J’espère récupérer des éléments au plus vite car la poule est d’un niveau plus élevé que l’an dernier, on l’a vu avec Wasquehal, en plus de Rouen, sachant que jouer Valenciennes n’est pas non plus évident. L’an dernier ce fut peut-être un peu trop facile jusqu’aux play-offs, abordés sans aucune défaite."


Wasquehal – Deuil/Garges 8-3 (4-1, 1-0, 3-2)
Samedi 1er novembre 2014 à 18h45 à la patinoire Serge Charles de Wasquehal. 260 spectateurs.
Arbitrage de Pierre Dehaen et Julien Peyre.
Pénalités : Wasquehal 30' (4', 8'+10', 8'), Deuil/Garges 72' (8'+10'+20', 8'+10', 6'+10').
Tirs : Wasquehal 42 (16, 13, 13), Deuil/Garges 32 (14, 9, 9).

Évolution du score :
1-0 à 00'39" : Morvan assisté de Boschetti
2-0 à 04'48" : Canaguier assisté de Fauchart et Fronty (double sup. num.)
2-1 à 12'38" : P. Magnier assisté de Mikula et Dana (sup. num.)
3-1 à 16'08" : Canaguier assisté de N’Guyen et Dubois (sup. num.)
4-1 à 16'42" : Lejeune assisté de Piquet et Angielczyk
5-1 à 27'14" : Boschetti assisté d’Angielczyk et Turpin (sup. num.)
5-2 à 42'10" : Jeannin assisté de Le Goffic (sup. num.)
6-2 à 45'17" : N’Guyen assisté de Fauchart et Canaguier
6-3 à 50'00" : Mikula assisté de Le Goffic
7-3 à 55'10" : N’Guyen assisté de Canaguier et Dubois (sup. num.)
8-3 à 57'48" : Boschetti assisté de Fauchart (inf. num.)


Wasquehal

Gardien : Fabien Chardon.

Défenseurs : Albin Terrenoire - Benjamin Louf ; Thibault Verschaeve - Jakub Mencik ; Grégory Dubois (A) - Sébastien Fronty.

Attaquants : Benjamin Lejeune - François Piquet - Simon Angielczyk ; Benjamin Turpin - Maxime Boschetti (C) - Robin Morvan ; Axel Canaguier - Benjamin N’Guyen - Thomas Fauchart (A) ; Anthony Kiffer et Nicolas Hamoudi à 59'.

Remplaçants : Jean-Christophe Rohart (G), Valentin Vienne. Absent : Alexis Thomas (adducteurs).

Deuil/Garges

Gardien : Tamás Kiss.

Défenseurs : Pierre Magnier (C) - Jérémy Garaud ; Gautier Petroni (A) – Rémy Le Goffic ; François Lafontaine.

Attaquants : Jordan Dana - Jean-Denis Aurouzé - Vladimir Mikula ; Alexandre Marie – Romain Sauvage - Ronan Haïf ; Quentin Vial - Nicolas Jeannin (A) - Alexis Magnier.

Absents : Damien Ilczyszyn, Nicolas Cousin, Gaëtan Jeannin et Anthony Mathias (blessés).


Note de l’auteur :
Pour avoir usé mes pantalons à quelques mètres de l’endroit maudit où Hugo a été heurté par un palet, je tiens à faire part de mes plus sincères condoléances à la famille Vermeersch, aux équipiers d’Hugo et aux licenciés, dirigeants et bénévoles du club dunkerquois, qui font preuve en cette tragique période de la solidarité qui les caractérise, et notamment à ses camarades dont j’avais pris l’habitude d'interrompre les parties improvisées entre les tiers-temps par mes allers-retours avec la table de marque.