Présentation NHL 2014/2015 : Division Pacifique (4/4)

La division Pacifique apparaît comme la plus déséquilibrée des quatre divisions. Avec trois équipes californiennes parmi les prétendantes au titre suprême, les quatre autres vont devoir récolter les miettes. La qualification en playoffs d'Arizona et des trois franchises canadiennes n'a pas du tout les faveurs des pronostics...

Les présentations :

1. Division Atlantique, par Pierre-Andréa Pineau
2. Division Métropolitaine, par Nicolas Leborgne
3. Division Centrale, par Nicolas Leborgne
4. Division Pacifique, par Nicolas Leborgne


lgo nhl anaheim ducksAnaheim Ducks

Bilan saison 2013/2014 : 1er de la division Pacifique, 116 pts. Eliminé au deuxième tour par Los Angeles, 4 victoires à 3.

Les Ducks d'Anaheim ont dit au revoir à deux légendes du hockey mondial cet été. Teemu Selanne et Saku Koivu ont pris leur retraite après une défaite au deuxième tour des playoffs face au futur champion, leur voisin et rival de Los Angeles. Une série qui s'est jouée au bout du suspense, en sept manches, après une saison régulière remarquable. Premier de la conférence Ouest, Anaheim a toutes les cartes en mains pour rééditer cette performance.

Principaux mouvements :
Départs : Nick Bonino (AD, Vancouver), Jonas Hiller (G, Calgary), Saku Koivu (C, retraite), Mathieu Perreault (C, Winnipeg), Stéphane Robidas (D, Toronto), Luva Sbisa (D, Vancouver), Teeme Selanne (AG, retraite), Daniel Winnik (AD).
Arrivées : Dany Heatley (AD, Minnesota), Ryan Kesler (C, Vancouver), Jason LaBarbera (G, Chicago), Louis Leblanc (AG, Montréal), Clayon Stoner (D, Minnesota), Nate Thompson (C, Tampa Bay).

Joueur à suivre :
Le départ de Jonas Hiller met fin à l'incertitude dans les cages. La responsabilité repose désormais sur les épaules du géant danois Frederik Andersen, 25 ans. Après une saison en AHL, il a patiemment mûri sur le banc des remplaçants la saison dernière, gagnant 20 de ses 28 apparitions (92,6% d'arrêts).

Rookie à suivre :
William Karlsson débute en Californie après avoir été drafté au deuxième tour en 2011. Formé à Vasteras, cet attaquant rapide a remporté l'argent au mondial U18 et U20, ainsi qu'une médaille d'or en U20 en 2012. En 2013, il a été nommé rookie de l'année en élite suédoise. L'an passé, sous les couleurs de HV71, il a signé 15 buts et 37 pts en 55 matchs en Suède, avant de rejoindre les Norfolk Admirals (AHL) pour quelques matchs en fin de saison. Son adaptation n'a pas été longue, puisqu'il a signé deux buts et sept passes en 9 matchs en saison régulière, avant de contribuer d'un but et deux passes en 8 matchs de playoffs AHL.

Gardiens
Frederik Andersen - John Gibson

Le Danois Andersen prend donc la relève et aura la lourde tâche de porter les espoirs de son équipe. La saison régulière ne devrait pas poser de problèmes aux Ducks, qui figurent parmi les grands favoris de la division Pacifique. Tout se jouera donc lors des phases finales. Andersen n'a pas vraiment brillé au printemps dernier (89,9% d'arrêts) et a même cédé sa place à John Gibson pour la fin de série face aux Kings. Gibson, 21 ans, affiche déjà un joli palmarès (or en U18, U20 et bronze en senior). Il a très bien paru lors de ses trois matchs NHL en saison régulière avant de participer à quatre rencontres de playoffs, avec de solides prestations. La concurrence jouera sans doute très vite...

Défense
Cam Fowler - Ben Lovejoy ; Hampus Lindholm - François Beauchemin ; Clayton Stoner - Sami Vatanen ; Mark Fistric, Bryan Allen, Sheldon Souray.

Les Ducks vont devoir composer avec une défense rajeunie en début de saison, car deux vétérans entament à l'infirmerie. Bryan Allen est touché au "bas du corps", alors que Souray devrait manquer toute la saison suite à une blessure au poignet. Le principal joueur d'expérience est donc François Beauchemin, qui jouait l'an dernier 23 minutes par match. Même s'il est loin de la production offensive qu'il affichait il y a quelques années, cela reste un joueur clé. Ben Lovejoy apporte lui aussi son expérience, même s'il ne compte que 200 matchs NHL, à 30 ans.

Pour le reste, la jeune garde prend le pouvoir. Cam Fowler (23 ans) est de plus en plus efficace offensivement, avec 6 buts et 36 pts l'an dernier. Mieux, il compte déjà quatre saison NHL et progresse de plus en plus dans le jeu défensif. Après des saisons avec des ratios de -25, -28 et -4, il a signé l'an dernier un +15 prometteur, menant même les Ducks en temps de jeu. Fowler est désormais le défenseur n°1 de l'équipe, et il ne serait pas étonnant que Hampus Lindholm (20 ans) reçoive bientôt les mêmes responsabilités. Le premier choix 2012 (6e au total) a débuté l'an dernier avec une fiche de 6 buts, 30 pts en 78 matchs et un ratio époustouflant de +29. Son émergence a permis de dire au revoir à Luca Sbisa, envoyé à Vancouver dans le deal Kesler. Enfin, Sami Vatanen (23 ans), compense son petit gabarit par un patinage excellent. Il devrait être titulaire cette saison, après 48 apparitions l'an dernier (21 pts). La profondeur est réelle avec des défenseurs expérimentés en NHL, comme Clayton Stoner et Mark Fistric.

Attaque
Devante Smith-Pelly - Ryan Getzlaf - Corey Perry ; Andrew Cogliano - Ryan Kesler - Jakob Silfverberg ; Matt Beleskey - William Karlsson - Emerson Etem ; Rickard Rakell - Nate Thompson - Tim Jackman ; Dany Heatley, Patrick Maroon, Kyle Palmieri.

La deuxième attaque de la ligue l'an dernier peut compter sur son duo magique, Ryan Getzlaf et Corey Perry. Les deux champions olympiques ont dynamité les défenses adverses. Getzlaf, finaliste pour le titre de MVP de la saison, a compté 87 pts, soit le deuxième total de la ligue derrière Crosby. Perry a lui terminé deuxième buteur (43 réalisations) derrière Ovechkin. Les deux hommes ont dominé leur sujet, après une saison 2012-2013 décevante. À leurs côtés, le staff hésite mais privilégie généralement un joueur de solide gabarit, pour créer des écrans et libérer des espaces dans les bandes. C'est le rôle dévolu à Patrick Maroon, qui s'est installé en NHL définitivement la saison dernière (11 buts, 29 pts). L'ancien Flyer s'est malheureusement blessé au genou dès le début de cette saison 2014-2015. Devante Smith-Pelly le remplace donc poste pour poste pour quelques semaines.

La deuxième ligne a perdu l'expérience des légendaires Selänne et Koivu, mais Anaheim est allé chercher du lourd. Le pivot des Canucks Ryan Kesler débarque pour concurrencer les centres des Kings, Sharks et Hawks, contre Nick Bonino et Luca Sbisa. Kesler est un spécialiste du jeu défensif tout en étant très efficace devant la cage. C'est un guerrier, qui apportera beaucoup. À ses côtés, Andrew Cogliano reçoit une promotion après une saison convaincante, la meilleure de sa carrière (21 buts, 42 pts). L'iron man n'a pas manqué le moindre match depuis sept ans ! L'aile droite sera occupée par Kyle Palmieri, mais une blessure à la cheville force le staff à donner plus de temps de jeu à Jakob Silfveberg en ce début de saison. Le Suédois était la pièce majeure de l'échange Bobby Ryan vers Ottawa, mais il n'a pas tellement brillé l'an dernier (10 buts, 23 pts). On attend mieux de l'ancien buteur de Brynäs.

La profondeur des Ducks est assez exceptionnelle, avec le rapide Matt Beleskey, le rookie William Karlsson et Emerson Etem (22 ans, drafté au 1er tour en 2010), ce dernier s'installant comme titulaire après deux saisons à faire l'ascenseur. En quatrième ligne, les vétérans Tim Jackman et Nate Thompson sont des habitués du travail défensif. Anaheim retrouvera vers début novembre Dany Heatley. Le sniper est loin de ses statistiques d'Atlanta ou Ottawa, après trois saisons presque anonymes dans le Minnesota (24 buts, 11 buts, 12 buts). À 33 ans, il cherchera à se relancer.

Note : 8/10

 

Arizona-CoyotesArizona Coyotes

Bilan saison 2013/2014 : 4e de la division Pacifique, 89 pts. Non qualifié en playoffs.

Les problèmes extra-sportifs semblent réglés dans le désert, des accords ayant été trouvés pour maintenir l'équipe dans l'Arizona. L'équipe prend d'ailleurs le nom de l'état, jouant à Glendale et non à Phoenix. Dave Tippett ne devrait pas changer son système très défensif, mais un retour en playoffs s'annonce toutefois compliqué.

Principaux mouvements :
Départs : Paul Bissonnette (AG), Thomas Greiss (G, Pittsburgh), Jeff Halpern (AD, retraite), Tim Kennedy (AG, Washington), Andy Miele (C, Detroit), Derek Morris (D, retraite), Mike Ribeiro (C, Nashville), Radim Vrbata (AD, Vancouver)
Arrivées : Alexandre Bolduc (AD, St. Louis), Andrew Campbell (D, Los Angeles), BJ Crombeen (AG, Tampa Bay), Devan Dubnyk (G, Montréal), Sam Gagner (C, Edmonton), Justin Hodgman (C), Mike McKenna (G, Columbus), Patrick McNeill (D, Columbus), Joe Vitale (C, Pittsburgh)

Joueur à suivre :
Rob Klinkhammer s'est imposé dans l'effectif l'an dernier avec une fiche honorable de 11 buts et 20 pts en 72 matchs, avec des prestations intéressantes sur les lignes d'échec. S'il a reçu un temps de jeu assez réduit, il a fort bien paru en terme de possession en zone offensive et pourrait recevoir une promotion.

Rookie à suivre :
On attendait le prodige Max Domi, mais le sniper des London Knights a finalement été renvoyé en junior pour mûrir encore. Connor Murphy ayant disputé 30 matchs l'an dernier, il n'est pas éligible pour le trophée Calder. Le défenseur, fils de l'ancienne gloire NHL Gord Murphy, est un défenseur pur, avec peu de potentiel offensif. Aucun rookie n'a pu s'imposer et, par défaut, nous citerons Justin Hodgman. À 26 ans, il est un peu âgé pour un rookie, mais l'ancien buteur des Erie Otters fait son retour en Amérique, après une saison productive en Finlande et deux en KHL. Hogdman est un centre puissant et physique, plutôt un finisseur.

Gardiens
Mike Smith - Devan Dubnyk

Le système Tippett repose entièrement sur un gardien solide, bien protégé par sa défense. Mike Smith a ainsi réalisé une énorme saison en 2011-2012 et porté l'équipe en finale de conférence Ouest. Depuis, les prestations ne sont pas aussi bonnes. Smith devra retrouver cette forme si Arizona veut rêver. Son remplaçant sera l'ancien Oiler Devan Dubnyk, qui cherchera à se relancer après avoir connu trois équipes en quelques semaines...

Défense
Oliver Ekman-Larsson - Connor Murphy ; Keith Yandle - Michael Stone ; David Schlemko - Zbynek Michalek ; Brandon Gormley - Chris Summers.

L'équipe a fini plutôt en bas de tableau sur le plan défensif (19e), la faute à un groupe limité. Ekman-Larsson et Yandle produisent sur le plan offensif. Yandle a même mené l'équipe en points (53), Ekman-Larsson en signant 45. Mais le jeu défensif pur n'est pas trop leur point fort... Le reste des lignes arrières se compose surtout de joueurs plus à l'aise en troisième paire, avec des responsabilités plus modestes. Michael Stone a presque reçu trop de temps de jeu et ni Schlemko, ni Murphy n'ont vraiment le profil pour une deuxième paire. Zbynek Michalek, pour sa part, parait un peu décliner et a connu des pépins physiques l'an dernier. Arizona va devoir prier pour qu'un des jeunes parvienne à hausser son niveau de jeu. Murphy parait le mieux placé pour cela, mais les Coyotes peuvent aussi compter sur les anciens premiers choix Summers et Gormley, apparus dans 18 et 5 matchs respectivement l'an dernier. L'un d'entre eux parviendra-t-il à s'imposer enfin ?

Attaque
Lauri Korpikoski - Antoine Vermette - Mikkel Boedker ; Sam Gagner - Martin Hanzal - Shane Doan ; Rob Klinkhammer - Kyle Chipchura - Martin Erat ; Brandon McMillan - Justin Hogdan - BJ Crombeen ; Joe Vitale, David Moss.

L'équipe a perdu son sniper Radim Vrbata à l'intersaison, et a choisi de racheter le contrat de Mike Ribeiro, qui n'aura donc joué qu'une saison sur les quatre. L'attitude de l'ancien du CH et des Stars n'aura pas plu du tout au staff des Coyotes. Malgré tout, il va falloir retrouver de l'offensive, pour faire mieux que la 19e place de la ligue.

Boedker Mikkel DNKITA 140513La première ligne se compose désormais de trois joueurs sous-estimés. Antoine Vermette est l'un des meilleurs centres défensifs de la ligue, apportant une grande constance. Il reste sur sa quatrième saison consécutive au delà des 20 buts, tout en terminant 2e au nombre de mises au jeu et 9e en pourcentage (56,4% de face-offs gagnés). Il n'a pas manqué le moindre match depuis cinq ans. À ses côtés, le Finlandais Korpikoski entame la deuxième année de son contrat de quatre ans, peu après une médaille de bronze à Sochi. C'est un joueur-clé en infériorité, à lui de progresser offensivement. Enfin, le Danois Mikkel Bødker (photo), 24 ans, a explosé l'an dernier, signant un record de carrière (19 buts, 51 pts). Il devrait recevoir des responsabilités accrues cette saison.

En deuxième ligne, le grand pivot Martin Hanzal progresse doucement, restant sur un record de carrière (15 buts, 40 pts). Peut-il faire mieux ? Il sera secondé par le capitaine Shane Doan, toujours aussi important dans l'équipe, à 38 ans. Sam Gagner débarque d'Edmonton avec l'espoir de franchir un cap. Longtemps englué aux Oilers dans des rumeurs de transferts, il compte déjà 481 matchs NHL à 25 ans et près de 300 pts. Il a beaucoup à prouver. Arizona manque sérieusement de profondeur par rapport à ses rivaux de la division Pacifique.

Si la révélation Klinkhammer était la bienvenue, on peine à trouver des joueurs capables de réellement marquer à ce niveau dans les troisième et quatrième ligne. Martin Erat n'est que l'ombre du joueur qu'il était à Nashville, Kyle Chipchura est avant tout un centre défensif et ni Brandon McMillan, ni BJ Crombeen, ni le nouveau venu Justin Hodgman ne paraissent de réels dangers devant la cage. Joe Vitale a fait quelques bonnes apparitions chez les Penguins, et David Moss a quelques références à Calgary, mais cela reste très incertain. Arizona devrait encore souffrir offensivement, et donc s'appuyer d'autant plus sur sa défense.

Note : 6/10

 

cgyCalgary Flames
Bilan saison 2013/2014 : 6e de la division Pacifique, 77 pts. Non qualifié en playoffs.

C'est la reconstruction à Calgary. Les Flames ont remplacé leur manager général Jay Feaster par Brad Treiliving et comptent intégrer plusieurs jeunes joueurs à l'alignement. L'avenir parait prometteur, mais dans une division aussi relevée, le rêve de playoffs dès cette saison semble compliqué. Avec Bob Hartley sur le banc cependant, tout est possible...

Principaux mouvements :
Départs : Chris Butler (D, Boston), Mike Cammalleri (AG, New Jersey), TJ Galiardi (AD, Winnipeg), Blair Jones (C, Philaldephie), Joey MacDonald (G, Montréal)
Arrivées : Sena Acolatse (D, San Jose), Brandon Bollig (AD, Chicago), Deryk Engelland (D, Pittsburgh), Jonas Hiller (G, Anaheim), Mason Raymond (AD, Toronto)

Joueur à suivre :
Mikael Backlund a presque doublé son record personnel la saison dernière, avec 18 buts et 39 pts, soit plus que les deux précédentes combinées. Le Suédois, âgé de 25 ans, a progressé dans tous les compartiments du jeu, solidifiant enfin sa place dans l'alignement. Avec un temps de jeu accru, il a montré beaucoup de choses intéressantes en terme de possession, d'interceptions et de tirs.

Rookie à suivre :
GAUDREAU Johnny-140510-543Difficile d'éviter Johnny "Hockey" Gaudreau ! L'attaquant de poche reste sur une saison exceptionnelle. Joueur de l'année en universitaire (trophée Hobey Baker), Gaudreau a inscrit 36 buts et 80 pts en seulement 40 matchs, soit le plus haut total NCAA depuis 2003. Gaudreau a enchainé par un match NHL (1 but) puis le mondial de Minsk, terminant deuxième marqueur américain et troisième passeur du tournoi (2 buts, 10 pts). Malgré son petit gabarit, il est très attendu par les observateurs, grâce à des qualités techniques, de vitesse et de vision du jeu au dessus de la moyenne. Il fait figure d'outsider pour le trophée Calder.

Gardiens
Jonas Hiller - Karri Ramo
Les soucis de Calgary dans les cages ne datent pas d'hier. Mais les Flames ont peut-être trouvé enfin une certaine stabilité pour cette nouvelle saison, avec l'acquisition de l'ancien cerbère des Ducks, Jonas Hiller. Le Suisse a connu quelques soucis à Anaheim - blessure et concurrence - et vise un rebond. Il améliore immédiatement le secteur, qui devient l'un des plus forts de la division. Son remplaçant sera le Finlandais Karri Ramo, 28 ans, qui a déjà pas mal bourlingué. Sa dernière saison aux Flames est intéressante (17 victoires, 2,65 buts encaissés, 91,1% d'arrêts).

Défense
Mark Giordano - Deryk Engelland ; Ladislav Smid - TJ Brodie ; Kris Russell - Dennis Wideman ; Raphael Diaz - Chad Billins.

La défense n'a pas été le point fort des Flames l'an dernier, ce qui n'empêche pas de disposer de deux défenseurs très sous-estimés. Le capitaine Mark Giordano a explosé avec 14 buts et 47 pts, signant une saison remarquable, y compris en terme de possession. À ses côtés, TJ Brodie a été promu et pour sa première saison complète, il fut l'une des révélations de la ligue. Avec 31 pts, il été un danger offensif, tout en muselant les meilleurs trios adverses. Cette paire convaincante a soulagé les deux autres cadres, Dennis Wideman - limité à 46 matchs suite à une fracture de la main en novembre - et Kris Russell, auteur de la meilleure saison de sa carrière (29 pts). Un quatuor solide donc, mais le point faible des Flames reste la profondeur. L'ancien premier choix Ladislav Smid est arrivé d'Edmonton en cours de saison sans réaliser une performance ébouriffante. Pour apporter de la profondeur, Calgary a signé cet été Deryk Engelland, un défenseur pur, costaud, en provenance de Pittsburgh. Un joueur qui s'est imposé dans la ligue après de nombreuses saisons en ligue mineure, dans un rôle de l'ombre.

Attaque
Curtis Glencross - Sean Monahan - David Jones ; Johnny Gaudreau - Joe Colborne - Paul Byron ; Matt Stajan - Mickael Backlund - Mason Raymond ; Lance Bouma - Markus Granlund - Jiri Hudler ; Sven Baertschi - Josh Jooris - Devin Setoguchi ; Brandon Bollig, Brian McGrattan.

La 23e attaque de la ligue a perdu gros avec le départ de Mike Cammalleri chez les Devils. Le meilleur buteur de l'équipe (26 buts) laisse un grand vide, que le staff espère compenser avec l'arrivée de Mason Raymond et le développement des jeunes. Parmi ceux-ci, Sean Monahan, 20 ans, auteur de 22 buts et 34 pts pour sa première saison NHL en tant que junior. Une performance prometteuse pour le nouveau visage des Flames, autour de qui l'équipe sera construite. Monahan est rejoint dans le top-6 par Curtis Glencross, limité à 38 matchs l'an dernier (12 buts, 24 pts) et qui a beaucoup manqué pendant ses blessures au genou puis à la cheville. Le pur sniper de 31 ans aura un rôle important pour relancer l'attaque. Jiri Hudler a terminé meilleur marqueur (54 pts), un joli rebond après une saison compliquée. L'équipe espère le même rebond de David Jones, ancien marqueur de 20 buts qui reste sur une saison misérable. Mikael Backlund et Mason Raymond complètent le top-6.

En troisième ligne, Johnny Gaudreau fera ses débuts auprès d'un autre petit gabarit, Paul Byron (21 pts en 47 matchs, +6) et du pivot de grande taille, Joe Colborne. L'ancien premier choix des Bruins parait avoir franchi un cap la saison dernière, sa première complète en NHL, à 24 ans (28 pts). Enfin, Markus Granlund et Devin Setoguchi espèrent relancer leurs carrières. Granlund ne s'est toujours pas imposé mais, à 21 ans, ses promesses de meneur de jeu sont intéressantes. L'ancien Shark Setoguchi, 27 ans, peine lui à montrer sa valeur loin des passeurs de San Jose... La profondeur de l'équipe est intéressante, avec des joueurs comme Matt Stajan, expérimenté et assez constant, l'ancien premier choix Sven Baertschi, l'ancien capitaine des Vancouver Giants (WHL) Lance Bouma, l'ancienne star universitaire Josh Jooris et les gros bras de service, Brandon Bollig et Brian McGrattan, espèces en voie de disparition dans la ligue.

Note : 6,5/10

 

Logo Edmonton Oilers 1980sEdmonton Oilers

Bilan saison 2013/2014 : 7e de la division Pacifique, 67 pts. Non qualifié en playoffs.

La patience commence à atteindre ses limites du côté des supporters des Oilers. Edmonton n'a toujours pas retrouvé les playoffs, malgré la pléthore de premiers choix de drafts élevés ces dernières années, dont trois n°1 consécutifs. Il est temps de passer des promesses d'avenir au succès du présent...

Principaux mouvements :
Départs : Anton Belov (D), Taylor Fedun (D, San Jose), Ben Eager (AG), Mark Fraser (D), Sam Gagner (C, Arizona)
Arrivées : Keith Aulie (D, Tampa Bay), Mark Fayne (D, New Jersey), Nikita Nikitin (D, Columbus), Benoit Pouliot (AG, Rangers), Teddy Purcell (AD, Tampa Bay)

Joueur à suivre :
Le premier choix 2012 Nail Yakupov reste sur une deuxième saison NHL catastrophique, avec seulement 24 pts en 63 matchs, des tours en tribunes et une presse incendiaire envers son attitude. Le Russe va disputer sa troisième et dernière année de contrat et va devoir effacer l'image du joueur égoïste et peu concerné par le jeu défensif.

Rookie à suivre :
ALLKAZ Draisatl Minsk2014Les Oilers ont échangé Sam Gagner après des mois de spéculations. L'objectif est de lancer dans le grand bain le pivot allemand Leon Draisaitl, 18 ans. Le n°3 de la dernière draft a inscrit 105 pts en WHL et n'a plus grand chose à prouver en junior. Il a aussi montré à Minsk qu'il pouvait lutter physiquement avec les seniors. Sa capacité à conserver le palet est impressionnante et il devrait donner à terme un centre d'envergure aux Oilers. Mais cela sera sans doute encore trop juste pour être réellement productif cette saison, s'il reste au delà des 9 matchs "gratuits".

Gardiens
Ben Scrivens - Viktor Fasth

Le poste faible d'Edmonton, 30e défense de la ligue, comptera cette saison sur deux gardiens qui ont longtemps été remplaçants ailleurs. Ben Scrivens a bourlingué entre Toronto et Los Angeles avant d'arriver dans l'Alberta la saison dernière pour des performances remarquées (91,6% d'arrêts malgré 35 tirs en moyenne par match). À 27 ans, il arrive à sa maturité. Il partagera la cage avec l'ancien backup d'Anaheim, Viktor Fasth.

Défense
Nikita Nikitin - Justin Schultz ; Oskar Klefbom - Mark Fayne ; Martin Marincin - Jeff Petry ; Keith Aulie - Andrew Ference.

Avec 270 buts encaissés, les Oilers ont terminé bons derniers de la ligue. Il ne sera pas difficile de faire mieux... Le staff est allé chercher deux joueurs solides, sans spectacle, mais fiables à l'arrière. Nikita Nikitin débarque de Columbus et Mark Fayne du New Jersey pour recevoir un rôle plus important - et des salaires en fonction. Joueurs de l'ombre de leurs anciennes équipes, où ils muselaient les meilleurs trios adverses, ils vont devoir prouver que des responsabilités accrues ne les dépassent pas.

Le capitaine exemplaire Andrew Ference apporte pour sa part beaucoup d'expérience à une arrière-garde assez jeune. Jeff Petry, 27 ans, fait déjà figure d'ancien, aux côtés de Justin Schultz (24 ans), Oskar Klefbom (21 ans) et Martin Marincin (22 ans). Ce trio prometteur constitue l'avenir de la défense d'Edmonton, un savant mélange de qualité technique, de vitesse, de relance. Le rugueux Martin Gernat, David Musil et le junior Darnell Nurse complètent le potentiel défensif. Le junior Nurse a fait ses débuts en octobre, avant d'être renvoyé en OHL pour mûrir encore. Enfin, Brad Hunt apporte une certaine profondeur. Le joueur de ligue mineure est limité par un petit gabarit pour un défenseur, mais reste sur une saison de 50 pts en AHL.

Attaque
Taylor Hall - Ryan Nugent-Hopkins - Jordan Eberle ; Teddy Purcell - Mark Arcobello - David Perron ; Benoit Pouliot - Leon Draisaitl - Nail Yakupov ; Matt Hendricks - Boyd Gordon - Jesse Joensuu ; Bogdan Yakimov, Tyler Pitlick.

Sur le papier, le potentiel offensif est remarquable. Mais l'attaque n'a fini que 26e l'an dernier, la faute à des pépins physiques et un cruel manque d'expérience. Une saison de plus sera-t-elle suffisante pour ces jeunes talents ? En première ligne, Taylor Hall, 22 ans, s'est désormais installé parmi les meilleurs ailiers gauches de la ligue (27 buts, 80 pts). Sixième marqueur de la NHL, Hall confirme son statut de n°1 de draft 2010 et semble le seul des jeunes à avoir réellement justifié son statut, pour l'instant... Ryan Nugent-Hopkins, gêné par des pépins physiques il y a deux ans, l'accompagne vers cette zone de "star", avec une saison de 19 buts et 56 pts en 80 matchs, plutôt prometteuse à 21 ans. En revanche, Jordan Eberle peine à retrouver sa percée de 2012. Sa saison de 76 pts et 34 buts est un lointain souvenir et les rumeurs de transferts vont bon train. À 24 ans, il a signé l'an dernier un total respectable de 28 buts et 65 pts, qui laisse cependant présager des choses plus décisives. Le trio aura de lourdes responsabilités cette saison car la profondeur de banc est plus discutable.

Si la présence en deuxième ligne de David Perron (28 buts, 57 pts) et l'acquisition de Teddy Purcell (42 pts avec Tampa) offrent de belles perspectives, la quête du centre n°2 n'est pas terminée à Edmonton. Qui pour centrer ces deux ailiers buteurs ? L'espoir Leon Draisaitl sera sans doute trop juste. Le rôle devra donc échoir à Mark Arcobello. Le petit gabarit de 26 ans est un passeur pur, qui a signé un bon début l'an dernier (10 passes en 10 matchs) avant de s'éteindre complètement et de faire l'ascenseur avec l'AHL. Il termine avec 18 pts en 41 matchs, gêné par une blessure au poignet en décembre. Cette saison, il cherchera à s'imposer définitivement. Draisaitl devrait débuter en troisième ligne avec Nail Yakupov, à la relance, et le vétéran Benoit Pouliot, qui a capitalisé ses playoffs remarqués avec les Rangers par un contrat de 5 ans et 20 millions de dollars. Pas mal pour l'ex- n°4 de la draft 2005, passé déjà par de nombreuses équipes, qui n'a jamais dépassé les 36 pts (record de l'an dernier) et a coûté parfois cher par son indiscipline... On attend bien peu dans le bottom-6 des autres joueurs. Matt Hendricks et Boyd Gordon apportent expérience et physique, Jesse Joensuu un certain talent en infériorité numérique. Edmonton manque d'équilibre en attaque et, si sa première ligne est muselée ou blessée, risque de peiner à marquer des buts.

Note 6/10

 

150px-Kings de Los AngelesLos Angeles Kings

Bilan saison 2013/2014 : 3e de la division Pacifique, 100 pts. Vainqueur de la coupe Stanley, 4 victoires à 2 face aux New York Rangers.

Que change-t-on lorsque l'on a gagné deux des trois dernières coupes Stanley, avec une finale de conférence entre les deux ? Pas grand chose ! Les Kings sont l'une des plus grandes puissances de la ligue et paraissent un candidat crédible à leur propre succession. Aucune équipe n'a conservé son titre depuis Detroit (1997 et 1998) : la mission ne sera pas simple.

Principaux mouvements :
Départs : Andrew Campbell (D, Arizona), Colin Fraser (C), Willie Mitchell (D, Florida), Linden Vey (C, Vancouver).
Arrivées : David Van der Gulik (C, Colorado)

Joueur à suivre :
Alec Martinez a franchi un cap l'an dernier, avec 22 pts en 61 matchs. Mais il a gardé le meilleur pour les playoffs, avec 10 pts et des buts décisifs : en prolongation du match 7 face à Chicago, puis le but du titre en prolongation du match 5 en finale. Le départ de Willie Mitchell devrait lui donner plus de responsabilités.

Rookie à suivre :
Tanner Pearson n'est pas un rookie ordinaire. Avec 25 matchs l'an dernier, et 26 en playoffs, il reste éligible au trophée Calder pour un petit match de saison régulière. Mais au vu de sa prestation lors des derniers playoffs (12 pts), aux côtés de Jeff Carter et Tyler Toffoli, il fera sans doute parti des favoris pour le titre de rookie de l'année...

Gardiens
Jonathan Quick - Martin Jones
L'un des meilleurs duos de la ligue remet le couvert. Les portiers de la meilleure défense de la saison dernière (174 buts encaissés) sont bons lorsque cela compte : en playoffs. La saison régulière n'est pas mal non plus. Quick (2,07 buts encaissés, 91,5%) a été un peu moins bon que lors du titre 2012, mais il reste extrêmement solide. Le jeune Jones, 24 ans, a pour sa part brillé lors de ses 22 apparitions (2,13, 93,4%).

Défense
Jake Muzzin - Drew Doughty ; Alec Martinez - Robyn Regehr ; Brayden McNabb - Matt Greene ; Slava Voynov.

Le départ du vétéran Willie Mitchell ne devrait pas chambouler les lignes arrières, avec l'émergence de Jake Muzzin et Alec Martinez. Les deux hommes ont franchi un palier en playoffs. Muzzin, pour sa deuxième saison NHL, s'est imposé comme un défenseur pur, parfait protecteur de l'offensif et spectaculaire Drew Doughty. Martinez, plus complet, apporte une belle profondeur à la bleue, avec comme défenseur pur en couverture le vétéran Robyn Regehr. L'offensif Slava Voynov englué dans une affaire de violence familiale en octobre, Los Angeles doit se passer d'un autre point fort sur le plan offensif. Restent donc deux arrières au jeu défensif pur, le rugueux Matt Greene et l'ancien Sabre Brayden McNabb.

La défense a été remarquablement épargnée par les blessures ces dernières années. On peut cependant se demander si la profondeur est suffisante à l'arrière. Jeff Schultz peut dépanner, mais les jeunes Derek Forbort (22 ans) et Nick Ebert (20 ans) restent peu rompus aux joutes de haut niveau. Pire, la suspension par la ligue de Voynov ne touche pas au salaire du joueur, qui continue à peser dans le plafond salarial. Les Kings sont ainsi à la limite et auront même du mal à appeler des renforts en cas de souci...

Attaque
Marian Gaborik - Anze Kopitar - Justin Williams ; Tanner Pearson - Jeff Carter - Tyler Toffoli ; Dwight King - Jarret Stoll - Dustin Brown ; Kyle Clifford - Mike Richards - Trevor Lewis ; Jordan Nolan, Andy Andreoff, David Van der Gulik.

Comme en défense, les lignes d'attaque ont été globalement épargnées par les pépins physiques depuis trois saisons. Les Kings peuvent ainsi aligner un top-12 constant et exceptionnel de qualité dans les deux sens du jeu. Le gros point fort, c'est la ligne de centre. Kopitar (29 buts, 70 pts) reste sur des playoffs brillants (26 pts en 26 matchs) et est un centre n°1 d'élite. Jeff Carter (27 buts, 50 pts) a gardé le meilleur pour les playoffs (10 buts, 25 pts). Jarret Stoll apporte rudesse, brio aux mises au jeu et travail en supériorité comme en infériorité. Enfin, Mike Richards se retrouve en quatrième ligne, alors qu'il serait sans doute dans le top-6 partout ailleurs (11 buts, 41 pts). Un quatuor dominateur, qui explique en grande partie le succès des Californiens depuis trois ans.

Kopitar a trouvé une très bonne entente avec Gaborik en première ligne. Le Slovaque était agent libre après le titre mais a été tout heureux de resigner pour cinq ans chez un prétendant perpétuel au sacre. Justin Williams, MVP des playoffs (9 buts, 25 pts) et "monsieur match 7", se montre toujours aussi régulier. Carter est pour sa part entouré sur la "ligne 70" des jeunes Toffoli et Pearson. Les trois joueurs aux numéros 70, 73 et 77 ont écoeuré leurs adversaires en playoffs et s'annoncent encore meilleurs pour la prochaine saison. Les Kings adoptent un jeu physique et sans concession, multipliant les mises en échec. Le bottom-6 est donc particulièrement abrasif avec Clifford, le capitaine Brown, King, Lewis voire Nolan. Idéal pour user l'adversaire...

Note : 9/10

 

lgo nhl san jose sharksSan Jose Sharks

Bilan saison 2013/2014 : 2e de la division Pacifique, 111 pts. Eliminé au premier tour par Los Angeles, 4 victoires à 3.

Le manager général Doug Wilson a annoncé de gros changements après le fiasco des derniers playoffs. Dominateurs sur les premiers matchs, les Sharks avaient pris une avance de 3-0, avant de devenir seulement la quatrième équipe de l'histoire à gaspiller cette avance, perdant les quatre derniers matchs face aux Kings. L'équipe et le staff ont très mal digéré ce retournement de situation, pourtant les changements annoncés n'ont pas vraiment eu lieu. Les joueurs ont été touchés dans leur orgueil et ce coup du sort pourrait leur donner la détermination qui leur manquait. La dernière équipe victime d'une telle remontée, Boston (2009) a remporté la coupe la saison suivante...

Principaux mouvements :
Départs : Dan Boyle (D, Rangers), Martin Havlat (AD, New Jersey), Bracken Kearns (C), John McCarthy (AD, St. Louis), Nick Petrecki (D, Buffalo), Brad Stuart (D, Colorado), Marek Viedensky (AG, HPK, Finlande)
Arrivées : Taylor Fedun (D, Edmonton), Barclay Goodrow (AG, North Bay, OHL), Melker Karlsson (AD, Skelleftea, Suède), Tye McGinn (AG, Philadelphie), John Scott (AG, Buffalo)

Joueur à suivre :
Joueur d'appoint depuis plusieurs saisons, Tommy Wingels (26 ans) a fortement progressé la saison dernière. Pilier de la troisième ligne, il a marqué 16 buts et 38 pts, tout en se montrant décisif à l'échec-avant. Physique, polyvalent, rapide, Wingels pourrait gagner du temps de jeu et franchir le plateau des 20 buts.

Rookie à suivre :
Le staff a annoncé une équipe "en transition" et compte bien s'appuyer sur quelques nouveaux jeunes. Barclay Goodrow et Chris Tierney ont réalisé un excellent camp, mais Goodrow s'est blessé et seul Tierney a fait l'équipe. Le principal rookie à suivre sera cependant Mirco Mueller. Le défenseur suisse de 19 ans, premier choix de l'équipe en 2013, évoluait l'an passé aux Everett Silvertips (WHL), avec un temps de jeu de 30 minutes par match dans toutes les situations. Ni défenseur offensif, ni défenseur physique, Mueller est surtout un très bon patineur, avec un excellent sens du placement.

Gardiens
Antti Niemi - Alex Stalock

Finaliste pour le trophée Vezina en 2013, Niemi a moins convaincu la saison dernière avec des statistiques moins emballantes. Le Finlandais a gagné une coupe avec Chicago en 2010, mais ne rassure toujours pas en playoffs sous les couleurs des Sharks. À tel point que le staff a lancé Alex Stalock au cours de la série face aux Kings. Le backup a sorti de très bons matchs l'an dernier (12 victoires en 24 apparitions, 1.87, 93,2%). Il est fort probable que les deux hommes se partagent le temps de jeu cette saison.

Défense
Marc-Edouard Vlasic - Justin Braun ; Matt Irwin - Brent Burns ; Jason Demers - Scott Hannan ; Mirco Mueller, Taylor Fedun.

La blessure du meilleur défenseur de l'équipe est toujours un handicap. Dans le cas des Sharks, l'absence de Vlasic, touché par un mauvais geste de Stoll au match 5, fait figure de tournant de la série. Le récent champion olympique n'est pas le défenseur le plus spectaculaire de la ligue, mais sa solidité dans tous les compartiments du jeu en fait un joueur indispensable. Le manque de profondeur de la défense a été ainsi largement exposé. Cela explique que le staff ait souhaité replacer Brent Burns à l'arrière, après une belle saison offensive sur l'aile droite de Joe Thornton. Burns retourne donc à son poste en défense.

Jason Demers a bien progressé et le vétéran Scott Hannan rassure toujours en infériorité. Matt Irwin et Justin Braun ne sont désormais plus des débutants. Mirco Mueller complète le groupe, qui a cependant perdu beaucoup d'expérience avec les départs de Dan Boyle et Brad Stuart. Boyle a été échangé aux Islanders, qui n'ont pas réussi à le mettre sous contrat avant le 1er juillet ; il a finalement signé aux Rangers. Stuart a été laissé libre et est parti à Colorado.

Attaque
Tomas Hertl - Joe Thornton - Joe Pavelski ; Matt Nieto - Logan Couture - Patrick Marleau ; Tye McGinn - Chris Tierney - Tommy Wingels ; Andrew Desjardins - Adam Burish - John Scott ; Raffi Torres, Tyler Kennedy, Mike Brown, James Sheppard.

HERTL Tomas-140509-659La révolution annoncée après l'élimination n'a pas eu lieu. Une fois l'émotion retombée, le staff a finalement conservé presque l'intégralité de l'effectif. Outre le départ de Boyle en défense, le seul changement notable dans l'effectif est... le capitanat, retiré à Joe Thornton. Pas vraiment idéal pour le moral du passeur vedette, mais ce n'est pas la première fois que les Sharks procèdent ainsi. Patrick Marleau avait perdu le "C" il y a quelques saisons, sans que cela n'impacte réellement sa prestation sur la glace. Marleau et Thornton ont beau atteindre les 35 ans, ils n'en restent pas moins des joueurs clés. Thornton a signé 65 assistances l'an dernier (n°1 de la ligue), dominant aux mises au jeu et entrant dans le top-50 des marqueurs de l'histoire. Comme Marleau, il a signé en début de saison dernière une extension de contrat avec une clause de non-échange, compliquant la volonté de changement du staff. Marleau apporte pour sa part ses 30 buts par saison, avec une médaille d'or à Sochi et une nomination au trophée Lady Byng de la sportivité. Les deux hommes n'ont pas du tout l'intention d'annuler leurs clauses de non-échange et comptent bien porter l'équipe vers le premier titre du club, quitte à entrer dans une bagarre de déclarations par presse interposée...

Malgré tout, l'équipe appartient désormais à la jeune garde. Joe Pavelski a marqué 41 buts l'an passé, franchissant une autre dimension. Logan Couture, excellent dans les deux sens du jeu, et le deuxième année, Tomas Hertl (photo), sont particulièrement attendus. Hertl aurait sans doute concurrencé MacKinnon pour le trophée Calder sans une blessure qui l'a limité à 37 matchs (25 pts). Son dynamisme et son intensité devraient avoir un impact important. L'ancien deuxième tour de draft Matt Nieto complète les lignes d'attaque, des lignes basées sur un jeu de passe précis, une grande qualité technique et beaucoup de vitesse.

Quelques blessures lors du camp (Torres, Sheppard) ont donné un nouveau visage aux lignes d'échec. Wingels est rejoint par le rookie Chris Tierney, qui reste sur une grosse saison de 40 buts avec les London Knights (OHL), et Tye McGinn, entrevu à Philadelphie. La quatrième ligne sera chargée d'apporter l'impact physique, avec Desjardins, Burish et la seule recrue de l'été, John Scott, bagarreur dans une équipe d'artistes. Mais après tout, les techniciens des Sharks ont perdu face à une équipe des Kings beaucoup moins "gentille" : le rôle de Scott sera peut-être plus décisif qu'attendu.

Note : 8/10

 

vancouverCanucksLogoVancouver Canucks

Bilan saison 2013/2014 : 5e de la division Pacifique, 83 pts. Non qualifié en playoffs.

Les Canucks restaient sur cinq saisons au delà des 100 pts. L'expérience John Tortorella n'a pas fonctionné du tout et Vancouver est passé au travers l'an dernier. Le manager général Mike Gillis en a payé le prix fort : ses transferts douteux l'ont fait limoger. Le nouveau président, Trevor Linden, a choisi Jim Benning pour le remplacer, et compte sur Willie Desjardins sur le banc des entraîneurs pour relancer la machine. Champion AHL avec les Texas Stars, Desjardins était sans doute le coach le plus convoité de l'intersaison.

Principaux mouvements :
Départs : Andrew Alberts (D), David Booth (AD, Toronto), Zac Dalpe (C, Buffalo), Benn Ferriero (AG, St. Louis), Jason Garrison (D, Tampa Bay), Ryan Kesler (C, Anaheim), Mike Santorelli (AD, Toronto), Yann Sauve (D), Jordan Schroeder (C, Minnesota).
Arrivées : Nick Bonino (C, Anaheim), Derek Dorsett (AD, Rangers), Dustin Jeffrey (AG, Dallas), Ryan Miller (G, St. Louis), Cal O'Reilly (AG, AHL), Bobby Sanguinetti (D, Atlant Mytischi, KHL), Luca Sbisa (D, Anaheim), Linden Vey (C, Los Angeles), Radim Vrbata (AD, Arizona)

Joueur à suivre :
Nick Bonino sera le joueur à suivre cette saison. Vancouver l'a acquis en juin contre Ryan Kesler, le pivot star des Canucks ayant demandé à être échangé. Bonino reste sur une saison phare à Anaheim (22 buts, 49 pts), la meilleure saison de sa carrière. Avec un temps de jeu relativement protégé en Californie, il a su produire. Mais il aura de toutes autres responsabilités à Vancouver...

Rookie à suivre :
Linden Vey était le troisième larron des Manchester Monarchs (AHL), la filiale des Kings de Los Angeles. Si Toffoli et Pearson ont su trouver le chemin des ailes des Kings, Vey était pour sa part bloqué au centre. Echangé à Vancouver, il espère s'imposer sur la troisième ligne. L'ancienne star des Medicine Hay Tigers (WHL, 116 pts en 2011) reste sur trois saisons productives en AHL et a débuté en NHL l'an dernier (18 matchs, 5 assistances).

Gardiens
Ryan Miller - Eddie Läck

Vancouver disposait du meilleur duo de la ligue, avec Roberto Luongo et Cory Schneider. Mike Gillis a fini par plomber la situation. Cherchant à échanger Luongo, il ne trouve pas preneur et se résout à échanger Schneider à la draft 2013. Mais Luongo, touché dans son orgueil, réclame un échange et part à la deadline en Floride, laissant les Canucks avec un duo peu expérimenté Eddie Läck - Jakob Märkström. Une gestion qui a coûté son poste à Gillis. Le nouveau staff a mis sous contrat le vétéran Ryan Miller, pour 3 ans et 18 millions de dollars. L'ancien portier des Sabres, 35 ans, apparaît comme une solution à court terme, en espérant que Läck (25 ans) ou Märkström (24 ans) parviennent à s'imposer comme gardien n°1.

Défense
Kevin Bieksa - Ryan Stanton ; Dan Hamhuis - Luca Sbisa ; Alexander Edler - Chris Tanev ; Yannick Weber - Franck Corrado.

Le départ de l'offensif Jason Garrison laisse un grand vide au jeu de puissance des Canucks. Le reste de l'effectif ne rassure pas spécialement. Les blessures qui ont décimé l'arrière-garde l'an passé ont cependant permis à Chris Tanev de recevoir plus de responsabilités, et il a plutôt correctement fait son travail aux côtés de Dan Hamhuis. Kevin Bieksa a moins convaincu, en revanche. Et que dire de la saison misérable d'Alex Edler ? Entre blessures et suspensions, le Suédois termine dernier de la ligue avec un ratio de -39 en 63 matchs ! Un ratio quelque peu faussé par la prestation offensive globale de l'équipe, seulement 28e attaque de la ligue...

L'échange Kesler a apporté Luca Sbisa et le Suisse espère s'imposer définitivement dans sa troisième équipe à 24 ans. Ryan Stanton, récupéré au ballotage de Chicago en début de saison dernière, a pour sa part agréablement surpris, s'installant pour 64 matchs et 16 pts, avec un ratio de +5. Il devra confirmer. La profondeur n'est pas le point fort des Canucks, avec les seuls Frank Corrado (15 matchs l'an dernier) et Bobby Sanguinetti (ancien Hurricane, revenu de KHL) comme joueurs avec expérience NHL.

Attaque
Daniel Sedin - Henrik Sedin - Radim Vrbata ; Chris Higgins - Nick Bonino - Linden Vey ; Shawn Matthias - Brad Richardson - Zack Kassian ; Derek Dorsett - Bo Horvat - Jannik Hansen ; Alex Burrows.

Le système Tortorella n'a pas fonctionné l'an dernier. Le coach a mis l'accent sur le sacrifice défensif de toute l'équipe mais les joueurs n'ont pas vraiment adhéré. Jamais les frères Sedin n'ont aussi peu produit que l'an dernier (50 pts pour Henrik, 47 pour Daniel), placés dans des situations d'infériorité et face aux meilleurs trios adverses. Un temps de jeu trop élevé et moins protégé que d'habitude, qui ne convient pas à leur style de jeu. Le staff semble enclin à laisser les jumeaux empiler les points face aux moins bonnes lignes adverses, avec un nouvel artilleur en chef sur leur aile, Radim Vrbata. L'ancien Coyote a signé pour deux ans et dix millions de dollars, apportant qualité technique et sens du but, paraissant en outre un complément idéal aux Suédois.

Derrière ce trio chargé de faire la différence, Vancouver parait bien moins armé que ses adversaires de division. Chris Higgins a su trouver un rôle plus défensif, et a connu une bonne saison l'an dernier (17 buts, 39 pts), surnageant dans le naufrage. Il aura à ses côtés Nick Bonino et le rookie Linden Vey.

La troisième ligne apporte beaucoup d'impact physique mais devra rester disciplinée. Shawn Matthias, Brad Richardson et Zack Kassian sont des joueurs à vocation plus défensive, mais ont sans doute le potentiel pour produire plus que leurs performances des années précédentes.

En quatrième ligne, les Canucks espèrent enfin le déclic du Danois Jannik Hansen, mais, à 28 ans, c'est sans doute un peu tard. Ses 11 buts et 20 pts l'an dernier font peine à voir. Rejeté en bout de banc, il devra trouver une alchimie avec un joueur de devoir, Derek Dorsett, et un rookie de 19 ans, Bo Horvat. Le sniper des London Knights a fini le camp d'entraînement sur la liste des blessés mais devrait au moins jouer ses 9 matchs autorisés avant le début de son contrat. Drafté avec le 9e choix en 2013 acquis contre Cory Schneider, il est adroit dans les deux sens du jeu, n'hésite pas à évoluer dans les zones dangereuses devant la cage et son caractère bien trempé devrait lui permettre de débuter convenablement dans ce rôle limité. Les Canucks ont su renouveler leur groupe d'espoirs et disposent désormais de quelques talents prometteurs. Jake Virtanen, Hunter Shinkaruk ou Jared McCann sont trop justes pour cette année, mais ce sont des noms à garder en tête pour les prochaines saisons.

Note : 6,5/10