Vivre la NHL de l'intérieur : retour d'expérience

Nous avions décidé avec un ami de faire un road trip dans le sud des États-Unis. Ce voyage allait nous mener de la Nouvelle-Orléans à Dallas, avec en bonus une escale de quelques jours à Chicago avant le retour en France.

ExpeNHL1

Nous comptions bien mettre ce voyage à profit pour faire le plein de sports US. Au programme : deux matchs de NFL (Saints-Packers, Cowboys-Cardinals), un match de NBA (Mavs-Celtics) et deux matchs de NHL (Stars-Kings et Blackhawks-Capitals).

En préambule, il convenait d'acheter les billets pour les matchs. Le voyage étant prévu pour fin octobre-début novembre, nous avons acheté les places pour les matchs de NHL peu de temps après la mise en vente en septembre. Quelques recherches sur internet m'avaient indiqué qu'il convenait d'acheter ces tickets en ligne sur ticketmaster, en choisissant l'option e-billet en tant que non résidant américain. Billets en poche, nous pouvions partir sereinement.


ExpeNHL2Match 1 : Dallas Stars vs Los Angeles Kings

Après plus d'une semaine de voyage, ce match de hockey arrivait enfin avec l'occasion de voir briller Antoine Roussel, l'une des stars de l'équipe de France. Il faut dire que j'étais loin d'être rassasié depuis le début du séjour puisque le hockey est totalement absent du paysage médiatique de la Louisiane, tout comme au Texas où le football (professionnel ou universitaire) ne laisse que les miettes aux autres sports. Dallas fut la première ville où je commençais à voir quelques indices de la présence de notre sport favori.

Le match des Mavericks la veille m'avait déjà mis dans l'ambiance puisque la franchise NBA partage sa salle, l'American Airlines Center, avec les Stars. Les diverses boutiques disséminées un peu partout dans l'arena proposent en effet des articles aux couleurs des deux équipes et m'avaient permis de voir que les maillots floqués du #21 trônaient en bonne place aux côtés des Seguin, Benn, et autres Spezza.

ExpeNHL3Ce jour de match était l'occasion de confirmer que notre Français fait bien partie des chouchous des fans texans puisque beaucoup de spectateurs portaient un maillot à son nom. C'est d'ailleurs l'occasion de relever un des points qui m'a marqué concernant les supporters américains (tous sports confondus) : pratiquement tout le monde porte le maillot, un t-shirt et autres accessoires aux couleurs de leur équipe, qu'ils soient jeunes ou plus âgés, hommes ou femmes.

Porter les couleurs de son équipe est quelque chose de très ancré dans la culture américaine, au stade bien entendu mais également dans la vie de tous les jours où l'on croise bien souvent des gens porter la casquette ou le t-shirt, ou encore customiser leur voiture avec le logo de leur club favori. C'est vraiment très naturel aux États-Unis alors que le même supporter en France serait vite catalogué socialement.

Le fait de porter ses couleurs attire l'attention sur un second point : les supporters des deux équipes se mélangent, avant, pendant et après le match, et ça se passe très bien, sans la moindre animosité, les rares "chambrages" à l'égard des battus sont pris dans l'ensemble avec le sourire. Si nous connaissons déjà cela dans nos patinoires françaises, il y aurait là une grosse leçon à donner aux supporters de foot français et européens.

ExpeNHL4Dès l'entrée dans l'enceinte, on prend tout de suite conscience qu'on ne va pas seulement assister à une rencontre sportive mais à un véritable show. Tout est organisé pour que le "spectateur-consommateur" se déleste d'encore plus de dollars que ceux déjà dépensés pour payer son billet. Nombreux « fan shops », fast-foods et bars à proximité de presque toutes les sorties des tribunes. De nombreux vendeurs de bières glacées (les Américains et la glace : une grande histoire d'amour) sillonnent également les tribunes pendant le match et la majorité des spectateurs n'hésite pas à payer presque 10$ la boisson (sans compter le pourboire qu'ils laissent volontiers) pour ce service. Dans les tribunes mieux placées, il est même possible de commander son repas qui sera livré quelques minutes plus tard directement à sa place ou de profiter d'un buffet de bon standing avec vue sur la glace.

ExpeNHL5L'infrastructure est bien entendu impressionnante comparée à nos patinoires françaises, même si j'ai eu l'occasion de fréquenter pendant une saison la Hartwall Areena d'Helsinki qui n'a pas grand chose à envier à ses grandes sœurs américaines, ou même si j'avais eu l'occasion d'assister deux jours plus tôt à un match de NFL dans le stade des Cowboys de Dallas, ou quand l'expression "everything is bigger in Texas" prend tout son sens. À quelques exceptions près, les tribunes sont assez ouvertes, et il est possible de tourner tout autour via les coursives (qui abritent les boutiques et fast-foods). La tentation est grande d'aller s'asseoir à une meilleure place que la sienne, ce que les Américains ne font visiblement pas.

Beaucoup de personnel (probablement quelques centaines) est employé les jours de matchs, que ce soit pour la sécurité, pour les commerces et les services, mais aussi pour mettre l'ambiance.

ExpeNHL6L'ambiance justement est vraiment différente de celle des patinoires françaises. Si elle est principalement créée en France par les groupes de supporters, c'est le club aux USA qui utilise toute l'infrastructure pour faire le show. Tout d'abord avec des effets de son et lumière pour l'entrée des joueurs, avec les différentes petites animations proposées lors des arrêts de jeu avec l'écran géant (notamment la fameuse kiss cam), avec le speaker qui lance les "Let's go Stars" ou qui invite sur commande le public à faire du bruit (celui-ci obéit sans broncher), avec la distribution de t-shirts à grand coup de fusils à air comprimé, et bien sûr avec les cheerleaders et autres ice-girls qui, bien que beaucoup moins couvertes que les joueurs, montent sur la glace 2-3 fois par tiers pendant les coupures pubs (à la TV et sur l'écran géant) pour ramasser la neige.


Côté match, défaite 3-1 des Stars avec une prestation plutôt moyenne, tout comme pour leurs adversaires qui ont toutefois fait preuve de plus de réalisme, devant un public relativement clairsemé (peut-être en raison des résultats en demi-teinte de leur équipe). Je ne suis peut-être pas objectif mais j'ai apprécié les présences d'Antoine Roussel qui a fait preuve comme toujours de beaucoup de combativité, tout comme la prestation de Kari Lehtonen qui a longtemps retardé l'échéance.

ExpeNHL7

ExpeNHL9Je m'étais fixé pour défi d'aller saluer Antoine à la fin du match et de lui faire dédicacer un maillot. Le personnel de l'AAC ne l'entendait pas ainsi. J'aurais cependant pu réussir grâce à un responsable du club croisé avant le match et qui m'avait demandé de le recontacter. Malheureusement, je n'ai vu ses instructions qu'en me connectant au wifi de l'hôtel après le match.

Partie remise, puisque l'équipe s'entraînait le lendemain à Frisco, au siège du club en banlieue de Dallas. Ce fut l'occasion d'approcher d'un peu plus près les joueurs et d'échanger quelques minutes avec Antoine (très sympa et disponible), de repartir avec mon maillot signé et une photo souvenir.



ExpeNHL10Match 2 : Chicago Blackhawks vs Washington Capitals

Une escale de 3 jours à Chicago était l'occasion de voir un second match NHL de manière plus objective (Cristobal Huet étant parti, je n'avais plus de raison de supporter les Blackhawks).

Le rapport de la ville avec le hockey est bien différent de ce que j'ai pu entrevoir à Dallas. La franchise fait partie des "Original Six" et ça se sent, la culture hockey est vraiment présente à Chicago. Le rayon Blackhawks des boutiques de souvenirs de la ville fait jeu égal avec celui des autres franchises que sont les Bears (NFL) et Bulls (NBA) et peut-être mieux que les deux rivaux de la MLB, les Cubs et les White Sox.


Les remarques générales évoquées précédemment peuvent être reprises sans réserve pour ce match à Chicago, hormis le public plus nombreux. Résultat : une défaite 2-3 après avoir mené 2-0, et une fin de match où les Hawks n'ont pas réussi à revenir au score malgré une pression sur la cage de Braden Holtby.



ExpeNHL11Outre ces deux matchs, vivre à l'heure américaine était également plaisant pour suivre les autres matchs en live, sans avoir à se réveiller au milieu de la nuit, notamment dans ces nombreux pubs de sports qui sont de véritables institutions outre-atlantique pour regarder les matchs avec un burger et une bière, et où l'ambiance est toujours très chaleureuse.

Je rentre donc avec des souvenirs de hockey plein la tête, en espérant pouvoir revivre cette expérience le plus rapidement possible.