Plus jamais ça ?

La Russie a relativement peu goûté le téléscopage de calendrier entre des chocs de la KHL et l'équipe nationale. À faire deux choses à la fois, on n'en fait aucune. Et ce n'est pas qu'une question de bonne volonté : les hockeyeurs n'ont tout simplement pas le don d'ubiquité !

Prenez le cas d'Ilya Sorokin, qui fait ses débuts en équipe nationale à 19 ans et 3 mois. Seuls trois portiers nont porté le maillot de la Sbornaïa à un plus jeune âge : Tretiak, Belosheïkin et Bryzgalov. Mais ils ont tous rapidement enchaîné aux championnats du monde, alors qu'on ne peut s'empêcher de penser que la sélection de Sorokin est dévaluée. Dès la présélection, l'Avangard Omsk a tiré la sonnette d'alarme : son n°1 Konstantin Barulin était convoqué en équipe nationale, sa doublure Kostin avec les juniors en tournée au Canada, et le troisième gardien Shilin est blessé. Comment jouer sans gardiens ? Le staff a pris pitié et laissé Barulin à disposition de son club. Idem pour Kasutin, récemment désigné meilleur gardien d'octobre, et conservé par le Torpedo Nijni Novgorod dont l'autre gardien Gelashvili est blessé.

ZHERDEV Nikolai-120520-363Et comme il faut ménager les uns et les autres, la Russie a pris trois gardiens pour le week-end, au lieu de n'en faire jouer que deux. Aligné jeudi, l'autre gardien en forme Stanislav Galimov a ensuite été rendu au CSKA qui a déjà assez de blessés comme ça (dont Stéphane Da Costa). Après Vassili Koshechkin qui a vécu un match difficile la veille, vient donc le tour de la titularisation de Sorokin. C'est un des trois joueurs qu'on pourrait revoir aux prochains Mondiaux juniors, avec les attaquants Kamenev et Buchnevich.

Les deux juniors sont alignés avec un Nikolaï Zherdev en quête de sa dernière chance, qui peut être heureux d'avoir été simple remplaçant lors de la déroute (2-6) contre la Finlande. Sur ce trio, seul Vladislav Kamenev a joué hier, et malgré son erreur coupable sur un but adverse, on ne peut pas jeter la pierre au jeune centre au n°99. Il n'a encore jamais évolué avec les moins de 20 ans, et on le propulse déjà avec l'équipe nationale. Il fera un match solide, en étant particulièrement efficace aux mises au jeu (7 sur 10).

Tout comme la veille, la Russie part fort, avec beaucoup d'intensité, et Artemi Panarin ouvre une fois de plus le score, dès la première minute. Mais cette fois, elle ne s'arrête pas, le pied coincé sur l'accélérateur. Le défenseur Andrei Mironov trouve une belle passe pour Egor Averin qui s'infiltre au milieu des arrières tchèques Jank et Roth et s'échappe seul face à Pavel Francouz, tirant sous sa mitaine. Les Tchèques défendent avec vaillance, et Mozik se sacrifie même sur un lancer à 3 contre 4. Mais en fin de tiers, Ilya Kovalchuk entre dans l'enclave, et alors que tout le monde s'attend à un tir, il offre le but sur sa gauche à Artemi Panarin. Le buteur s'est mué passeur : Kovalchuk compte trois assistances dans ce tiers-temps, et les Russes mènent 3-0.

Cette jeune équipe tchèque sans joueur de KHL n'arrive pas à mettre en danger le gardien Ilya Sorokin, d'autant moins nerveux que les tirs qu'il reçoit sont peu dangereux. La deuxième période est plus équilibrée, mais les Russes gardent leur contrôle. Même quand Mironov prend la première pénalité de son équipe, la meilleure occasion est pour Kokarev en infériorité. Malgré quelques incursions d'Orsava et de la première ligne tchèque, le score reste inchangé. Le match se tend en revanche. Quand le capitaine tchèque Smolenak vient se frotter de trop près au gardien junior, les Russes le défendent avec verve.

RADULOV Alexander-130504-248Le troisième tiers-temps commence par une prison russe pour surnombre. Après un premier tir de Svačina, le rebond est pris par Ondrej Roman (3-1). Les Tchèques combattent jusqu'au bout, mais outrepassent parfois les règles. À peine sorti de prison, Smolenak y retourne pour une charge à la tête et laisse son équipe à 3 contre 5 pour la seconde fois, alors qu'elle ne joue plus au complet depuis déjà six minutes... Radulov finit par les punir (4-1). Un lancer puissant de Petr Holik réduit le score final à 4-2.

La République Tchèque termine dernière du tournoi, ce qui était prévisible avec son choix de renoncer aux joueurs de KHL. En décembre à Sotchi, tout le monde aura ses meilleurs joueurs, y compris pour trois ou quatre jours de préparation qui ne sont jamais de trop pour un tournoi international. La Russie, elle aussi, arrêtera les expérimentations : devant son public, elle alignera les meilleurs. C'est encore Kovalchuk et Radulov qui l'ont remise à flot...

Commentaires d'après-match

Vladimir Ruzicka (entraîneur de la République Tchèque) : "À chaque match, nous avons connu un moment d'hésitation qui s'est retourné contre nous et nous a coûté la défaite. La première période face aux Russes a été terriblement difficile, mais les gars ont ensuite relevé la tête. Quel coeur ! Parfait ! C'est important de se tester à ce niveau. C'est valable aussi pour le gardien Francouz, après tout, c'est la première fois qu'il jouait contre les Finlandais ou les Russes. Nos joueurs grandissent. Les jeunes Simon ou Holik ont très bien joué. Nous avons vu que nous pouvions rivaliser, mais personne ne doit pas se reposer sur ses lauriers. Chacun doit beaucoup travailler dans son club."

 

Russie - République Tchèque 4-2 (3-0, 0-0, 1-2)
Dimanche 9 novembre 2014 à 12h00 à la Hartwall Arena de Helsinki. 3729 spectateurs.
Arbitrage d'Antti Boman et Anssi Kalevi Salonen (FIN) assistés de Masi Puolakka et Sakari Suominen (FIN).
Pénalités : Russie 22' (2', 6'+10', 4'), République Tchèque 26' (4', 2', 10'+10').
Tirs : Russie 25 (12, 6, 7), République Tchèque 28 (8, 13, 7).

Évolution du score :
1-0 à 00'54" : Panarin assisté de Kovalchuk
2-0 à 09'41" : Averin assisté de Mironov et Kovalchuk
3-0 à 17'12" : Panarin assisté de Kovalchuk et Averin
3-1 à 43'11" : Roman assisté de Svacina (sup. num.)
4-1 à 54'57" : Radulov assisté de Medvedev et Averin (double sup. num.)
4-2 à 57'50" : Holik assisté de Birner et Pohl


Russie

Attaquants :
Denis Kokarev (2') - Ilya Zubov (-1) - Aleksandr Radulov (2')
Ilya Kovalchuk (+2) - Egor Averin (+3) - Artemi Panarin (+2)
Anton Slepyshev - Sergei Kalinin - Sergei Andronov
Nikolai Zherdev - Vladislav Kamenev (2') - Pavel Buchnevich

Défenseurs :
Nikita Pivtsakin (-1) - Evgeni Medvedev
Roman Rukavishnikov (+1) - Aleksandr Kutuzov (+2)
Andrei Mironov (+1, 2'+10') - Viktor Antipin (+1)
Ivan Vishnevski

Gardien :
Ilya Sorokin

Remplaçant : Vassili Koshechkin (G), Yaroslav Kosov, Daniil Apalkov.
En réserve : Kirill Petrov, Dmitri Kugryshev. Blessé : Maksim Chudinov.

République Tchèque

Attaquants :
Vladimír Svacina (2') - Ondrej Roman - Petr Pohl (+1)
Petr Holík (-2) - Tomáš Zohorna (-3, 2') - Jakub Valský (-3)
Radek Smolenák (4'+10') - Michal Birner - Lukáš Radil
Dominik Simon - Tomáš Filippi - Jakub Orsava
Jakub Lev (+1)

Défenseurs :
Adam Polsaek - Petr Zámorský (-1, 2')
Bohumil Jank (-2, 4') - Vladimír Roth (-1)
Milan Doudera - Vojtech Mozik
Michal Kempný - Martin Plánek

Gardien :
Pavel Francouz

Remplaçant : Simon Hrubec (G).
En réserve : Jakub Krejcík, Ondrej Vitásek, Tomáš Kubalík.