Lettonie - France (EIHC, tournoi de Stavanger)

Sévèrement giflée par le Danemark (0-4), l'équipe de France doit se reprendre pour terminer le tournoi sur une bonne note et ne pas finir dernière. Cette fois, la victoire est impérative.

Si les précédents adversaires étaient au moins aussi bien fournis que les Bleus, ce n'est pas du tout cas de la Lettonie. Aucune équipe nationale n'est autant pénalisée par l'absence de pause internationale de la KHL, puisque le Dinamo Riga regroupe la grande majorité de ses internationaux. Du coup, le sélectionneur débutant Aleksandrs Beljavskis se retrouve avec un défi bien inextricable que ses prédécesseurs : jamais l'effectif letton n'avait été aussi expérimental.

DESROSIERS Julien-130505-014Ervins Mustukovs, l'éternel troisième gardien de la Lettonie qui ne joue presque jamais, est pour l'instant le grand gagnant du tournoi. Il a arrêté 42 tirs sur 43 pour battre le Danemark et prouvé qu'il ne fallait pas l'enterrement malgré l'avènement d'une prometteuse génération de gardiens en Lettone. La preuve, son collègue de 20 ans Elvis Merzlikins, qui réalise de très belles prestations à Lugano, a été plus en difficulté contre la Norvège (1-4).

Inexistants en fin de match hier, les Français se repennent et sont les plus actifs dans les premières minutes. Ils obtiennent deux pénalités de Maris Jass et Aleksejs Sirokovs, mais ces supériorités numériques ne sont pas convaincantes. Le jeu s'équilibre ensuite, et c'est la Lettonie qui ouvre le score un peu avant la pause sur un beau mouvement de Toms Andersons devant le but (1-0).

Le deuxième période commence de manière inversée. Ce sont les Français Béron, Chakiachvili et Arrossamena qui enchaînent maintenant les pénalités, et les Lettons ne sont pas plus efficaces en jeu de puissance. À la mi-match, Mustukovs, qui a gardé ses cages inviolées, transmet sa place à Merzlikins... Le nouvel entrant est plus sollicité, d'autant que ses coéquipiers refont des fautes.

La France va-t-elle concéder un troisième revers ? Non. Julien Desrosiers reçoit une belle longue passe de Jonathan Janil en prenant à défaut le défenseur balte le plus expérimenté (Janis Andersons) pour égaliser. Et dans les dix dernières minutes, le powerplay se débloque enfin : deux occasions, deux buts, par Nicolas Ritz puis par un tir précis de la ligne bleue de Nicolas Besch (1-3). La bagarre en fin de match entre Miks Lipsbergs et Brian Henderson, qui se font expulser, ne change rien : les Bleus ont réagi juste à temps pour clore leur tournoi à une honorable troisième place. La Norvège l'emporte chez elle malgré une dernière défaite aux tirs au but face au Danemark.

Désignés joueurs du match : Lauris Bajaruns pour la Lettonie et Kevin Hecquefeuille pour la France.

Commentaires d'après-match

Aleksandrs Belavskis (entraîneur de la Lettonie) : "Si je dois être franc, je n'en espérais pas autant. Nous jouons pour la première fois ensemble et nous partons d'une feuille blanche. Nous n'avons pas eu de temps pour la préparation tactique. Nous ne nous sommes pas entraînés à 5 contre 3 ou 5 contre 4. Nous n'avons été au complet que pour notre entraînement une fois arrivés en Norvège. Je remercie les joueurs expérimentés comme Aleksejs Sirokovs, Jakubs Redlihs et Janis Redlihs qui ont su rassembler l'équipe. Ervins Muštukovs a connu un bon tournoi, mais il est trop tôt pour dire le rôle qu'il aura au printempss, même s'il s'est rapproché des championnats du monde. Nous passerons des tests cruciaux en avril, quand les joueurs du Dinamo nous rejoindront."

 

Lettonie - France 1-3 (1-0, 0-0, 0-3)
Samedi 8 novembre 2014 à 13h00 à la DNB Arena. 447 spectateurs.
Arbitrage de Thomas Lassen (DAN) et Roy Stian Hansen (NOR) assistés de Michael Johnstone (AUT) et Alexander Waldejer (NOR).
Pénalités : Lettonie 39' (6', 4', 4'+5'+20'), France 51' (6', 6'+10', 4'+5'+20').
Tirs : Lettonie 19 (7, 5, 7), France 34 (10, 14, 10).

Évolution du score :
1-0 à 18'41" : Andersons assisté de K. Jass
1-1 à 46'40" : Desrosiers assisté de Janil
1-2 à 51'16" : Ritz assisté de Hecquefeuille (sup. num.)
1-3 à 55'06" : Besch assisté de Hecquefeuille (sup. num.)


Lettonie

Attaquants :
Toms Andersons (+1, 2') - Aleksejs Sirokovs (C, 2') - Edijs Brahmanis (A)
Lauris Bajaruns (-1) - Arturs Ozolins - Arturs Mickevics (-1)
Koba Jass (+1) - Rodrigo Abols - Rudolfs Maslovskis (2')
Miks Lipbergs (2'+5'+20') - Janis Ozolins

Défenseurs :
Janis Andersons (-1) - Kristaps Bazevics (-1)
Maksims Sirokovs (2') - Jekabs Redlihs (A)
Maris Jass (+1, 4') - Martins Gipters (+1)
Kristers Freibergs

Gardien :
Ervins Muštukovs puis à 30'05" Elvis Merzlikins [sorti à 58'51"].

France

Attaquants :
Julien Desrosiers (A, +1, 2') - Damien Raux (A, +1) - Loïc Lampérier (+1)
Anthony Guttig - Nicolas Ritz (2') - Grégory Béron (2')
Valentin Claireaux (-1) - Brian Henderson (-1, 2'+5'+20') - Aziz Baazzi (-1)
Anthony Rech - Nicolas Arrossamena (2') - Jordann Perret

Défenseurs :
Kévin Hecquefeuille (C) - Nicolas Besch
Antonin Manavian (10') - Florian Chakiachvili (6')
Jonathan Janil - Maxime Moisand

Gardien :
Florian Hardy

Remplaçant : Ronan Quemener (G)
Non alignés : Teddy Da Costa, Robin Gaborit.