Ligue Magnus (10e journée) : Dijon face à l'ogre

Mais que se passe-t-il à Dijon ? Après un début de saison de haut vol, les Ducs n'y arrivent plus. Leur mois de novembre tourne même au cauchemar, entre élimination en Coupe de la Ligue, lourde défaite contre Gap (5-0) et revers à domicile face à Épinal (1-4) en championnat...

Bien sûr, les Bourguignons ne sont pas (encore) en crise. Après tout, ils figurent toujours dans le top 5 de l'élite, avec seulement trois points de retard sur le deuxième. Mais ils n'ont, aussi, que trois longueurs d'avance sur Rouen, l'actuel onzième. Bref, les joueurs de Jarmo Tolvanen sont à un tournant. Soit ils se reprennent et se réinstallent parmi les gros de la ligue. Soit ils enchaînent avec un nouvel échec et dilapident les bénéfices de leur rentrée réussie. Le problème, c'est que Dijon n'accueille pas n'importe qui cet après-midi. Sur leur glace de Trimolet, les Ducs vont devoir résister à Grenoble, le leader en pleine forme dont la dernière défaite en Ligue Magnus remonte au 20 septembre (3-0 à Chamonix). Un sommet que les Dijonnais abordent, en plus, sans trois de leurs cadres défensifs (Benoît Quessandier, Olivier Dame-Malka et Juho Mielonen), tous blessés. La rencontre n'est pas non plus gagnée d'avance pour les Brûleurs de Loups. Depuis 2004, dix-huit des vingt confrontations entre les deux équipes se sont achevées avec moins de trois buts d'écart.

Arrivé cette semaine à Gap, après un début de saison passé en élite finlandaise à Hämeenlinna, Nicolas Ritz ne sera pas sur la glace avec les Rapaces pour affronter Chamonix. L'ancien Dijonnais, pas encore qualifié, ne devrait pas retrouver la Ligue Magnus avant le week-end prochain et le déplacement des Haut-Alpins à Grenoble. Cela n'empêchera pas les Gapençais d'être ambitieux avant d'attaquer la partie. Battus vendredi à Brest, les joueurs de Luciano Basile espèrent se relancer, malgré les absences de Mickaël Pérez et Mathieu Frécon, aux dépens du deuxième du classement. Qui, lui, a du mal à boucler ses déplacements dans le temps réglementaire. Sur cinq matchs loin de leurs bases, les Chamois ont dû jouer trois fois plus de 60 minutes (victoires aux tirs au but à Dijon et en prolongation à Brest, défaite en fusillade à Angers).

On risque d'être un tout petit peu crispé, cet après-midi, à Épinal. Certes, les Gamyo, qui n'ont plus connu la défaite depuis quasiment un mois, sont en pleine forme ces temps-ci. Mais les Vosgiens reçoivent Briançon. Un adversaire qui ne leur a jamais vraiment réussi. Et pour cause : les deux seules fois où les Spinaliens ont dominé les Diables Rouges à domicile, c'était en prolongation (4-3 en 2007/2008 et 6-5 en 2008/2009).

De la crispation, on devrait aussi en ressentir de côté de l'île Lacroix, où Rouen affronte Angers. Malgré du changement sur le banc, avec le remplacement de Rodolphe Garnier par le duo Ari Salo – Guy Fournier, les Dragons se sont encore inclinés en déplacement vendredi à Chamonix. Résultat : ils se morfondent toujours dans les profondeurs du classement. Et ils n'ont toujours pas le droit à l'erreur à domicile, où ils demeurent pour le moment invaincus (quatre succès en quatre sorties). À cette pression du résultat s'ajoute la pression de l'adversaire. Dans les rangs des Ducs, on n'oublie pas que la dernière confrontation en compétition officielle face à Rouen remonte au printemps dernier. Quand, lors des play-offs, les Angevins s'étaient qualifiés pour la finale du championnat en envoyant le RHE en vacances. En s'imposant vendredi face à Morzine/Avoriaz, Angers a montré que son élimination en Coupe de la Ligue était digérée. Et avec 3,4 buts inscrits en moyenne face à Rouen, les Ducs présentent aussi la meilleure moyenne offensive de la ligue face aux Dragons.

Amiens n'a jamais trop aimé voyager jusqu'à Strasbourg. En championnat, les Gothiques ne se sont imposés que deux fois, en huit visites, sur la glace de l'Iceberg (3-6 en 2010/2011 et 2-5 en 2011/2012). Les Picards espèrent changer de dynamique face à un adversaire qu'ils ont déjà battus deux fois cette année en Coupe de la Ligue (2-1 et 5-2) et qui marque un peu le pas en ce moment. L'Étoile Noire reste en effet sur trois défaites de suite. Elle devra par ailleurs se passer des services de Jordy Anglès et de David Striz, blessés. Élie Marcos fera en revanche son retour face à son club formateur.

Comme Strasbourg, Lyon reste sur trois revers de rang. Le promu veut mettre à profit la venue de Morzine/Avoriaz à Charlemagne cet après-midi pour se relancer. Et cela malgré un effectif diminué. Noé Gersanois est parti à Courbevoie (D1). Matej Kristin n'est pas complètement remis d'une angine. Quant à Élie Raibon et Jens Eriksson, ils sont coincés à l'infirmerie. Dans le camp d'en face, les Pingouins veulent eux aussi la victoire. Battus à Angers vendredi, les Haut-Savoyards n'ont plus qu'un point d'avance sur la treizième place, synonyme de play-downs en fin de saison.

La treizième place, justement, c'est Brest qui l'occupe. Les Bretons jouent aujourd'hui à Caen dans un remake du dernier barrage de relégation. Caen, où l'on assistera forcément à une première : soit une première victoire de la saison pour les Drakkars, soit un premier succès en déplacement pour les Albatros.

Le programme :
Rouen (11e, 8 pts, 4 v, 5 d) – Angers (4e, 12 pts, 5 v, 2 dprl, 2 d), aujourd'hui à 16 heures. La cote : Rouen 60 % / Angers 40 %.
Lyon (9e, 9 pts, 4 v, 1 dtab, 4 d) – HCMAG (12e, 6 pts, 3 v, 6 d), aujourd'hui à 17 heures. La cote : Lyon 60 % / HCMAG 40 %.
Épinal (3e, 14 pts, 7 v, 2 d) – Briançon (10e, 9 pts, 4 v, 1 dprl, 4 d), aujourd'hui à 18 heures. La cote : Épinal 65 % / Briançon 35 %.
Caen (14e, 2 pts, 1 dprl, 1 dtab, 7 d) – Brest (13e, 5 pts, 2 v, 1 dprl, 7 d), aujourd'hui à 18 heures. La cote : Caen 45 % / Brest 55 %.
Gap (6e, 11 pts, 5 v, 1 dprl, 3 d) – Chamonix (2e, 14 pts, 6 v, 1 dprl, 1 dtab, 1d), aujourd'hui à 18 h 30. La cote : Gap 55 % / Chamonix 45 %.
Strasbourg (7e, 11 pts, 5 v, 1 dprl, 3 d) – Amiens (8e, 11 pts, 5 v, 1 dprl, 3 d), aujourd'hui à 18 h 30. La cote : Strasbourg 55 % / Amiens 45 %.
Dijon (5e, 11 pts, 5 v, 1 dtab, 3 d) – Grenoble (1er, 18 pts, 9 v, 1 d), aujourd'hui à 20 heures. La cote : Dijon 40 % / Grenoble 60 %.
 
pts : points ; v : victoires ; dprl : défaites en prolongation ; dtab : défaites aux tirs au but ; d : défaites.
 
Prochaine journée (samedi 29 novembre) : Brest – Épinal, Amiens – Caen, Grenoble – Gap, Rouen – HCMAG, Chamonix – Lyon, Briançon – Dijon. La rencontre Angers – Strasbourg se jouera le 27 janvier.

LES CHIFFRES.- Remis de ses soucis physiques, Julien Albert (Angers) devrait pouvoir jouer, face à Rouen, son 250e match de saison régulière. Du côté des arbitres, Thomas Caillot officiera cet après-midi pour la 100e fois en tant que juge de ligne. Ce sera lors de la rencontre Épinal – Briançon.