Amiens - Lyon (Ligue Magnus, 9e journée)

Les jeunes Amiénois corrigent les Lyonnais

Avant la trêve, les Amiénois s’étaient fait surprendre par une équipe de Morzine bien en difficulté depuis ce début de saison. Les Lions, quant à eux, se sont fait corriger à domicile 5-0 par des Spinaliens toujours plus impressionnants.

Cette trêve est donc intervenue au bon moment pour les deux équipes, qui ont pu souffler et tenter de repartir sur de bons rails.

Cependant, les "retours aux affaires" sont souvent mal négociés par les Gothiques (une victoire et une défaite l’an dernier, une victoire et deux défaites la saison d’avant). C’est donc un match que les Amiénois auront à cœur de réussir, d’autant plus que les promus lyonnais ont déjà surpris bien des équipes cette saison (Gap et Briançon notamment).

Après le succès retentissant contre Angers à domicile, la patinoire est une fois de plus bien remplie pour la réception des Rhodaniens. Les Lions comptent des blessés : Raibon et Eriksson notamment. Gadoury est bien présent mais revient seulement de blessure. Côté picard, Rémi Thomas est de retour, mais le capitaine Marc Bélanger, blessé au genou, est toujours absent. Les buts seront gardés par Macrez pour les Lyonnais et O’Keefe pour les Amiénois.



30 secondes pour tout changer

Le match commence avec beaucoup d’intensité de la part des locaux. Lyon réagit en contre-attaque, et un but est refusé car la cage s’est délogée. Très vite, le problème avec la cage d’O’Keefe force les arbitres à arrêter le jeu pendant quelques minutes car elle ne tient pas en place. C'est bénéfique aux Amiénois qui commençaient à être dépassés par la vitesse imposée par le style de jeu des hommes de Dusseau.

La première action dangereuse des Gothiques sera la bonne : Kazarine, qui semble très en jambes, déborde et transmet à Gannon en retrait. Ce dernier lance et Macrez repousse, mais Gannon a bien suivi et remet sur le but. Après un cafouillage de quelques secondes, Kazarine, Champagne et Gannon lèvent les bras et célèbrent un but tout d’abord donné à Champagne, mais qui sera finalement accordé à Kazarine (1-0, 7 ’22’’).

Juste après la mise au jeu remportée par Amiens, VanderVeeken veut envoyer en fond de glace, mais un Lion attrape le palet à la bleue du gant et le repose. Cependant, il n’avait pas vu Serer qui fond sur lui, récupère le palet et dribble le défenseur. Il entre en zone et se retrouve à deux contre un avec Carpentier qui a bien suivi. Serer passe à Carpentier, qui lance directement et inscrit le deuxième but amiénois en 31 secondes (2-0, 7’53’’).

François Dusseau décide alors de pendre un temps mort car il sent que ses joueurs craquent. Mais ce sont bien les Amiénois, tout d’abord par Kazarine puis par Bastien qui se montrent les plus dangereux suite à cet arrêt du jeu. Les hommes de Smith auront même une supériorité numérique, mal négociée. La seule action lyonnaise dangereuse intervient par l’intermédiaire de Lebey, en contre-attaque.



Le show Kazarine

Ce début de match est plutôt rassurant pour les Gothiques qui ne retombent pas dans leurs travers des années précédentes. Les Lions reviennent des vestiaires avec de meilleures intentions, grâce au duo Lebey-Biniek, le premier trouve le deuxième au second poteau mais O’Keefe l’arrête. Les Picards reprennent cependant le dessus physiquement et Lyon est asphyxié. Cela finit par payer. En supériorité numérique, Fauchon entre en zone, dribble, s’écarte et lance un rapide tir croisé qui trompe Macrez (3-0, 26’55’’).

Le match semble plié, et les Amiénois mettent une grosse pression. C’est alors que Kazarine, puis VanderVeeken vont en prison et Lyon se retrouve en double supériorité numérique pour une dizaine de secondes. Un tir lyonnais est repoussé, Dusseau voit Kazarine qui sort de prison et le lance en échappée. Kazarine marque son deuxième but personnel en trompant le gardien (4-0, 30’00’’).

Les esprits commencent alors à s’échauffer, Gannon chatouille un peu trop le gardien aux yeux de Parker et les deux hommes lâchent les gants. Gannon envoie deux coups de poing bien placés et Parker tente de répondre mais les deux hommes tombent sur la glace et les arbitres mettent fin à la bagarre.

S’ensuit alors une double supériorité numérique des Gothiques très mal négociée. Plus tard, Dusseau fait un festival dans la défense rhodanienne, transmet fort devant le but à Kazarine qui complète son coup du chapeau et confirme sa grande forme de la soirée (5-0, 34’14’’).

Les locaux relâchent alors la pression, et laissent des espaces, notamment en supériorité numérique où Lebey, encore lui, prend VanderVeeken de vitesse et s’échappe mais bute sur O’Keefe pour la seconde fois.



L’honneur est sauf

Depuis la fin du deuxième tiers, les hommes de Barry Smith se reposent sur leur avance, en ayant sûrement en tête la double confrontation contre Strasbourg à venir. Et les Lions, voulant sauver l’honneur, en profitent.

La concentration n’y étant plus, VanderVeeken reçoit un palet à la bleue offensive mais rate son contrôle. Ouellet en profite et s’en saisit, il s’échappe et bat O’Keefe côté mitaine en lucarne. (5-1, 46’06’’).

On croit alors à une révolte des hommes de Dusseau, mais dans leur hâte, les joueurs font des erreurs de transmissions, comme cette passe ratée en zone défensive, récupérée par Rioux devant le but, qui lance instantanément (6-1, 46’56’’).

C’est alors une période de domination lyonnaise qui commence. Tout d’abord un cafouillage devant le but, puis une transversale de Parker sur un revers viennent mettre en danger les Gothiques, mais le sort s'acharne. Il faudra attendre une double supériorité numérique pour que les Rhodaniens puissent enfin marquer, tout d’abord par Parker, bien servi dans le cercle de mise au jeu qui envoie un lancer sur réception en pleine lucarne (6-2, 53’30’’). Puis, 30 secondes plus tard, après une belle séquence de conservation de palet, Hirvonen lance de la bleue et trompe O’Keefe (6-3, 54’00’’).

L’homme malheureux du soir sera Julien Lebey, qui aura encore une fois une situation d’échappée, remportée pour la troisième fois par O’Keefe.

Les Amiénois se relancent donc d’une fort belle manière, après le faux pas à Morzine et malgré leurs mauvaises habitudes aux reprises de trêves. La domination physique était claire ce soir, et il aura fallu un manque de concentration et un relâchement général pour que les Lions marquent, même s'ils ont été maladroits et malheureux devant le but plusieurs fois dans cette rencontre. Les Amiénois partent donc à Strasbourg avec un regain de confiance, de bon augure pour les deux matchs à venir.



Amiens-Lyon 6-3 (2-0, 3-0, 1-3)
Vendredi 14 novembre 2014 à 20h00 au Coliséum. 2620 spectateurs.
Arbitres : M. Jimmy Bergamelli assisté de MM. Aurélien Smeeckaert et Jérémy Metais
Pénalités : Amiens 18’ (0’, 12’, 6’) ; Lyon 24’ (2’, 20’, 2’)
Supériorités : Amiens : 1/5, Lyon 2/7
Tirs : Amiens 31 (14, 7, 10) ; Lyon 25 (8, 6, 11)

Evolution du score :

1-0 à 7’22’’ Kazarine assisté de Champagne et Gannon
2-0 à 7’53’’ Carpentier assisté de Serer
3-0 à 26’55’ Fauchon assisté de Stuart et Coburn [supériorité numérique]
4-0 à 30’00’’ Kazarine assisté de Dusseau [infériorité numérique]
5-0 à 34’34’’ Kazarine assisté de Dusseau et Champagne
5-1 à 46’08 Ouellet assisté de Gadoury
6-1 à 46’56’’ Rioux
6-2 à 53’30’’ Parker assisté de Ouellet et Meilleur [double supériorité numérique]
6-3 à 54’00’’ Hirvonen assisté de Lebey et Biniek [supériorité numérique]

Amiens

Gardien : Mitch O’Keefe (22 arrêts)

Défenseurs : Jamie VanderVeeken (+1, 4’) - Romain Bault (+2) ; Greg Coburn (+2) - Kévin Dusseau (+2) ; Shawn Stuart (-1) - Fabien Bourgeois ou Nicolas Leclerc (+1, 2’)

Attaquants : Fabien Kazarine (+3, 2’) - Joël Champagne (+2, 2’) - Devin Gannon (+1, 6’) ; Kévin Bruijsten (-1) - Shayne Stockton - David Bastien (2’) ; Romain Carpentier (+1) - Julien Guillaume (+1) - Marius Serer (+1) ; Rémi Thomas (+2) - Quentin Fauchon (+1) - Axel Rioux (+1)

Lyon

Gardien : Landry Macrez (25 arrêts)

Défenseurs : Francis Meilleur (2’) - Pasi Hirvonen ; Victor Vitton Mea (-1,2’) - Martin Millerioux (-1) ; Ben Parker (-2, 6’) - Jules Breton (-2)

Attaquants : Vincent Couture - Jonathan Laberge (-2, 14’) - Dean Ouellet ; Julien Lebey (-2) - Nicolas Biniek (-2) - Julien Correia (-1) ; Mathieu Touveron (-2) - Timothee Franck (-2) - Kevin Gadoury (-1)