KHL : un choc sous un ciel funèbre

Le 17 octobre, le premier duel de la saison entre le SKA et le CSKA était électrique à Saint-Pétersbourg. Mais aujourd'hui, la deuxième confrontation à Moscou ne peut prétendre à la même atmosphère.

Viktor TikhonovPlus tôt dans la journée, on a appris le décès de Viktor Tikhonov, le sélectionneur emblématique de la machine rouge soviétique et du CSKA Moscou pendant des décennies, un mythe au palmarès pléthorique. Malgré le choc du jour, l'ambiance n'est donc pas à la fête. Les festivités d'avant-match ont été annulées tandis que Viktor Tikhonov junior, petit-fils de la légende et joueur du SKA, a tout de même accepté de jouer aujourd'hui.

Après une trentaine de parties, le CSKA Moscou et le SKA Saint-Pétersbourg sont toujours au coude à coude au sommet de la Conférence ouest. Un CSKA qui s'en sort bien malgré l'absence à rallonge de Stéphane Da Costa. Le Français s'était blessé le 30 octobre dernier en deuxième période face au Torpedo Nizhny Novgorod. Malgré l'époque d'internet et des réseaux sociaux, le club de l'Armée Rouge demeure un coffre-fort de l'information. Sans communiquer sur la gravité et la durée d'indisponibilité de Da Costa, le CSKA avait tout de même annoncé ces derniers jours un retour imminent.

Mais c'est finalement lorsqu'il a assisté à un match d'Euroligue de basket jeudi dernier que les journalistes ont eu l'opportunité de le questionner sur son état de santé. Stéphane Da Costa a alors annoncé qu'il se sentait bien et prêt à jouer, concédant que sa récupération aura été longue. Il avait ajouté tout de même qu'il fallait l'aval des médecins. Chose qu'il n'a pas obtenue ce lundi, il faudra donc patienter encore pour revoir Стефан да Коста sous le maillot ЦСКА.

HC-CSKA-Moscow-LogoDurant un mois de novembre sans "SDC", le CSKA est pourtant demeuré invaincu. Il faut préciser que l'absence de Da Costa aura été palliée par l'arrivée du Suédois Simon Hjalmarsson qui totalise pour le moment 5 points en 8 matches. Quant à Aleksandr Radulov, il a accentué son avance dans le tableau des meilleurs marqueurs avec 46 points (14+32), soit 7 de plus que son principal rival Kovalchuk. Et Radulov a même promis de se maîtriser davantage. Il faut dire qu'il avait écrit à la mi-novembre un nouveau chapitre de son encyclopédie des frasques, suspendu pour s'être défoulé sur Geoff Platt. Finalement, la clémence de la ligue - un seul match de suspension - l'avait poussé au mea culpa. Pour combien de temps ?

L'ironie de l'histoire, c'est que son grand adversaire Ilya Kovalchuk baigne dans les mêmes circonstances : lui aussi a pété les plombs face aux Jokerit mais, expulsé, il n'a pas eu de sanction supplémentaire. En tout cas, son équipe de Saint-Pétersbourg n'affiche plus la même santé avec un mois de novembre morose. Face au Dinamo Riga samedi, le SKA a subi une quatrième défaite en cinq rencontres, la sixième en neuf parties. Ce sont surtout les blessures à répétition qui ont fragilisé la cadence du SKA, dont les absences de Maksim Chudinov, Anton Belov ou Evgeni Dadonov. L'attaquant Vadim Shipachyov effectue heureusement son retour.

Cela dit, la mauvaise passe du SKA a poussé la direction à faire le ménage devant les filets. Très convaincant la saison dernière malgré l'absence éternelle de réussite du SKA en play-offs, le Tchèque Alexander Salák, plus en difficulté cette saison, a été prié de quitter le navire. Cédé au Lada Tagliotti où il excelle, Ilya Yezhov était un temps évoqué. C'est Evgeni Ivannikov qui prend place devant la cage pétersbourgeoise pour le moment. La titularisation de Stanislav Galimov côté CSKA ne surprend personne.

RADULOV Alexander-130505-463En angle fermé, Jimmie Ericsson se procure la première occasion. Il la manque, mais se rattrape très vite. Le Suédois ponctue à merveille poteau gauche un jeu en triangle avec Ilya Kovalchuk et Viktor Tikhonov (0-1, 03'54"). Alors qu'il se chauffe avec Artyukhin dans un premier temps, Yermakov rejoint de nouveau le banc des pénalités. Après pas mal de tâtonnements, le CSKA profite de cette supériorité numérique, à... une seconde de son expiration ! Radulov fait un gros effort dans la récupération en zone offensive et transmet à Simon Hjalmarsson qui bat du revers Ivannikov (1-1, 09'57").

Juste après ce but, les visiteurs obtiendront un contre, Kovalchuk centre pour Tikhonov mais le palet frôle le cadre. Néanmoins, les hôtes moscovites vont multiplier les actions avec des occasions pour Prokhorkin, Denisov, Muršak et Andronov. Quant à la tentative du défenseur Georgi Misharin, elle est repoussée du bout du patin par Ivannikov. Dans la dernière minute, Saint-Pétersbourg met davantage d'intensité, mais ce sursaut s'éteint en concédant un contre. À 2 contre 1, Evgeni Artyukhin file couloir droit et la joue seul, son tir croisé est parfait (2-1, 19'24").

Après vingt minutes durant lesquelles le public s'est fait plutôt silencieux à la mémoire de Tikhonov, les tambours et les chants refont surface dès l'entame de la deuxième période. De quoi pousser Hjalmarsson qui manque de peu de dévier dans les filets. Le prochain but sera néanmoins pétersbourgeois. Yegorshev fait trébucher Panarin. Andrei Kuteikin frappe de la ligne bleue et, de manière symbolique, le petit-fils Tikhonov égalise par sa déviation (2-2, 22'36"). La machine de Vyacheslav Bykov est relancée et ne s'arrête plus. Kovalchuk, Shipachyov, Kuteikin, Panarin et Khafizullin se mettent particulièrement en évidence.

ARTYUKHIN Yevgeni-110515-325Cependant, l'Armée Rouge a le talent pour répondre. Hjalmarsson réussit un contre favorable qui aurait pu être profitable à Grigorenko. Le Suédois aura finalement le droit à son doublé quelques instants plus tard. Misharin et Muršak relayent en zone offensive le long de la bande, le Slovène passe finalement à Simon Hjalmarsson qui reprend de volée face au but (3-2, 29'50"). Le CSKA tente bien d'enfoncer le clou mais concède une pénalité. Yegorshev retourne en prison et c'est de nouveau but de Tikhonov. Cela circule bien et vite, et Shipachyov, sur son aile droite, donne à Tikhonov, pas couvert et qui bénéficie d'un angle totalement ouvert (3-3, 35'41").

Surpris à la fin du premier tiers, le SKA se fait encore surprendre au tout début du troisième. Jan Muršak intercepte une mauvaise relance côté droit, frappe, but splendide lucarne opposée (4-3, 40'38").

Artemi Panarin a pourtant une occasion en or pour égaliser : il se retrouve poster face au but grand ouvert mais il loupe son tir, dommage. On croyait Radulov repenti mais cela n'aura pas duré longtemps. On voit le bouillant Aleksandr s'en prendre aux officiels à la 48e pour une faute sifflée contre Grigorenko. Il continuera de râler sur le banc mais cette pénalité n'aura finalement aucune conséquence.

En tout cas, Radulov montre encore une fois ses qualités de conservation du puck, il pousse même à la faute Kuteikin. Un jeu de puissance du CSKA qui sera annulé par une faute rapide d'Artyukhin. La dernière chance du SKA sera pourtant assez franche. C'est un 2 contre 1 mais Kovalchuk veut jouer les héros en jouant les égoïstes et son tir part dans les airs. Le CSKA est tenace et l'échec-avant d'Igor Grigorenko sur Tikhonov est payant puisque, à ses côtés, Aleksandr Radulov hérite du palet et sécurise l'avance des Moscovites en marquant du revers (5-3, 58'44").

Sans avoir effectué le match parfait, le CSKA Moscou aura affiché davantage de volonté et donc de réussite dans les duels pour une neuvième victoire de rang. Le club de l'Armée Rouge relègue maintenant le SKA à 8 longueurs, un SKA qui s'enfonce un peu plus dans la crise avec cette troisième défaite consécutive. Surtout que les Jokerit d'Helsinki ne sont plus qu'à un point dans cette Conférence ouest. À l'est, le match est serré entre l'Ak Bars Kazan (65 points), l'Avangard Omsk et le Metallurg Magnitogorsk (63).

Commentaires d'après-match

Dmitri Kvartalnov (entraîneur du CSKA Moscou) : "Viktor (Tikhonov) a tant apporté, nous le pleurons car nous avons perdu un grand homme. Le jeu était par conséquent assez nerveux. Radulov a pris les choses en main, il a montré les crocs et a finalement poussé l'équipe. Le match était très différent de celui de Saint-Pétersbourg. Dans l'ensemble, nous avons mieux joué."

 

CSKA Moscou - SKA Saint-Pétersbourg 5-3 (2-1, 1-2, 2-0)
Lundi 24 novembre 2014 à 17h30 au Palais des Glaces de Moscou. 5600 spectateurs.
Arbitrage d'Aleksei Belov (RUS) et Eduards Odins (LET) assistés de Dmitri Golovlyov et Roman Shikhanov.
Pénalités : CSKA 14' (4', 4', 6'), SKA 8' (6', 0', 2').
Tirs : CSKA 36 (15, 13, 8), SKA 19 (8, 6, 5).

Évolution du score :
0-1 à 03'54" : Ericsson assisté de Tikhonov et Kovalchuk
1-1 à 09'57" : Hjalmarsson assisté de Radulov (sup. num.)
2-1 à 19'24" : Artyukhin assisté de Lyubimov et Zaitsev
2-2 à 22'36" : Tikhonov assisté de Kuteikin et Kovalchuk (sup.num.)
3-2 à 29'50" : Hjalmarsson assisté de Muršak et Misharin
3-3 à 35'41" : Tikhonov assisté de Shipachyov et Panarin (sup. num.)
4-3 à 40'38" : Muršak
5-3 à 58'44" : Radulov assisté de Grigorenko
 

CSKA Moscou

Gardien : Stanislav Galimov.

Défenseurs : Denis Denisov (C) - Nikita Zaitsev ; Chad Billins - Bogdan Kiselevich ; Georgi Misharin (+3) - Stanislav Yegorshev (+2, 4') ; Mikhail Naumenkov (+1).

Attaquants : Igor Grigorenko (+1, 4') - Sergei Andronov (2') - Aleksandr Radulov (A, +3) ; Nikolaï Prokhorkin (+1) - Jan Muršak (+1) - Simon Hjalmarsson (+1) ; Ivan Telegin - Andrei Stas - Vladimir Zharkov ; Roman Lyubimov - Evgeni Artyukhin (A, +1, 4') - Damir Zhafyarov (+1) ; Andrei Kuzmenko.

Remplaçant : Kevin Lalande (G).

SKA Saint-Pétersbourg

Gardien : Evgeni Ivannikov [sorti à 59'15"].

Défenseurs : Andrei Kuteikin (-3, 2') - Yuri Aleksandrov (-2) ; Roman Rukavishnikov (+1) - Dmitri Kalinin (+1) ; Dinar Khafizullin (-1) - Andrei Yermakov (-1, 4') ; Dmitri Yudin.

Attaquants : Ilya Kovalchuk (C, -1) - Jimmie Ericsson - Viktor Tikhonov (-1) ; Patrick Thoresen (A, -2) - Tony Mårtensson (-2) - Roman Cervenka (-1) ; Artemi Panarin - Vadim Shipachyov (A) - Evgeni Ketov (2') ; Aleksei Ponikarovsky (-1) - Anton Burdasov (-1) - Ilya Kablukov (-1).

Remplaçant : Igor Shestyorkin (G).