Grenoble - Épinal (coupe de la ligue, demi-finale, match retour)

Grenoble battu mais en finale !

Troisième et dernier acte de l'affrontement entre Grenoble et Épinal. Les Brûleurs de Loups ont remporté les deux premiers la semaine dernière (3-1 lors du match aller de la demi-finale de la coupe de la ligue et 4-1 lors de la douzième journée de ligue Magnus). Mais le plus important est celui de ce soir puisqu'il valide la qualification pour la finale de la coupe de la ligue à Méribel. Avec deux buts d'avance, les Grenoblois semblent tenir le bon bout surtout qu'ils restent sur une incroyable série de 18 victoires et 1 nul sur l'ensemble des compétitions. Attention tout de même à la réaction des Gamyos d'Épinal qui ont copieusement dominé les deux premières rencontres et qui sont repartis avec deux défaites seulement à cause d'un manque de réussite offensive et d'un Zajkowski au sommet de son art.

2014-12-02-Grenoble-Epinal1Les Brûleurs de Loups se compliquent la vie dès l'entame avec une pénalité de Tartari après seulement une minute de jeu. Le palet circule bien en power-play, Petrak met en retrait pour Goulet à la ligne bleue. Le one-timer du défenseur québecois transperce toute la défense, Zajkowski compris (0-1, 02'11"). Épinal avait besoin de ce but pour se remettre à y croire et Philippe Bozon ne devait sans doute pas espérer un meilleur scénario. Du coup, les Brûleurs de Loups se prennent un bon coup de pression et semblent fébriles en ce début de rencontre. Sur une magnifique contre-attaque à trois, Ken Ograjensek lance Grégory Béron lequel décale Vincent Kara qui conclut un très beau mouvement collectif (0-2, 04'07").

Devant un public de Pôle Sud médusé, les deux équipes sont à égalité sur les deux rencontres après moins de cinq minutes de jeu ! Du coup, les premières tensions naissent autour de la cage spinalienne. Pour ce sortir de ce mauvais pas, les Brûleurs de Loups vont pouvoir compter sur leur capitaine Eric Chouinard. Alors qu'une pénalité est appelée contre Épinal, Chouinard récupère le palet après une grosse circulation grenobloise en zone offensive. Le capitaine grenoblois règle la mire et réduit le score avec l'aide du poteau (1-2, 05'46"). Le jeu s'accélère pour les Grenoblois enfin rentrés dans la rencontre mais Kara, décidément très actif en ce début de rencontre, oblige Zajkowski à effectuer un gros arrêt de la jambière. La dynamique est pourtant grenobloise et sur une contre-attaque, Tartari parvient à marquer en deux temps en trouvant une belle lucarne (2-2, 12'52") !

Les Grenoblois peuvent souffler, retour à la case départ sur l'ensemble des deux rencontres. Et comme Épinal se met à enchaîner les pénalités dans la première moitié de ce premier tiers-temps, on se dit que les Brûleurs de Loups vont profiter de leur momentum pour enfoncer le clou. Mais la première pénalité pour retard de jeu est facilement tuée par les Spinaliens car Grenoble n'arrive pas à s'installer en zone offensive. Ograjensek oblige même Zajkowski à effectuer un arrêt difficile de la mitaine. La deuxième pénalité vient d'une obstruction de Goulet sur Lafrance. Cette fois les Brûleurs de Loups effectuent un meilleur jeu de puissance et manquent de peu le cadre sur un tir de Roberts dévié par Chouinard. Ces deux occasions manquées ne permettent pas à Grenoble d'accroître son avance au score mais une troisième occasion survient à 18 secondes de la fin du tiers lorsque Kloz fait trébucher Gustafsson. Et celle-ci semble être la bonne mais Roberts n'arrive pas à contrôler le rebond suite à un tir de Chouinard repoussé par Hočevar.

2014-12-02-Grenoble-Epinal2Ce n'est que partie remise. Dès le début du deuxième tiers, Chouinard arrête le palet en l'air en zone offensive, le contrôle et le transmet à Bouchard dont la reprise sans contrôle ne laisse aucune chance à Hočevar (3-2, 20'20"). A cet instant précis du match, les Brûleurs de Loups comptent trois buts d'avance sur l'ensemble des deux matchs et peuvent entrevoir la route vers Méribel. Surtout qu'Épinal continue d'enchaîner les pénalités. Cette fois c'est Ograjensek qui écope de la quatrième consécutivement pour les Gamyos. Mais les Brûleurs de Loups ne trouvent pas le cadre malgré une bonne circulation de palet. Ils manquent même de se faire surprendre par Ograjensek à sa sortie de prison mais Zajkowski veille.

Les hommes de Philippe Bozon accélèrent clairement le tempo pour essayer de revenir au score. Kloz trouve Zajkowski sur la trajectoire de son tir tandis que celui de Kuralt passe de très peu à côté. Le jeu est rapide et le palet va d'une cage à l'autre. Épinal joue clairement son va-tout dans ce deuxième tiers. Zajkowski, habitué désormais à ce type de pression, bloque un gros lancer de Béron sans laisser de rebond alors que Plch ne cadre pas son tir alors qu'il était en excellente position. Les Grenoblois semblent bien partis pour gérer leur avance comme ils l'ont fait lors des deux premiers matchs mais ils se font surprendre par un lancer de Sušanj qui s'avance tranquillement dans la défense grenobloise et marque d'un tir croisé avec l'aide du poteau (3-3, 31'39").

2014-12-02-Grenoble-Epinal3Ce but ramène les Spinaliens à deux unités de retard et relance l'intérêt de la rencontre. Surtout qu'une pénalité de Bouchard en zone offensive permet d'accentuer la pression. Goulet essaie de remettre ça avec un lancer lointain mais Zajkowski est sur la trajectoire cette fois. Le gardien grenoblois se fait même une petite frayeur en relâchant un palet mais il est suppléé par un défenseur. Épinal ne marque pas sur ce power-play mais campe en zone offensive. Les Grenoblois doivent se contenter des miettes comme lorsque Lafrance se trouve en bonne position devant la cage. Les Brûleurs de Loups accusent le coup en cette fin de deuxième tiers et semblent clairement moins bien. Une pénalité est appelée contre Gervais et cette fois Épinal ne rate pas l'occasion : sur un lancer de Béron de la ligne bleue, Zajkowski laisse un rebond dans la crosse de Plch qui fait passer les siens devant (3-4, 38'13"). Pour avoir bien commencé le tiers mais l'avoir très mal fini, Grenoble se trouve de nouveau en danger avec une maigre avance d'un but sur l'ensemble des deux rencontres.

La troisième période conserve donc tout son suspense et Martel redynamise ses lignes en mettant Bouchard sur la première ligne et Treille sur la deuxième. La tension est présente à l'image d'une friction entre Treille et Kuralt après un palet relâché par Zajkowski. Quelques instants plus tard, Petrak met le palet de peu au-dessus. Le jeu se transforme en attaque/défense avec des Grenoblois accrochés à leur maigre avance d'un but. Une situation qu'ils savent d'ordinaire bien gérer mais qui se complique pour eux lorsque Jalbert fait trébucher Ograjenšek et part en prison pour deux minutes. Mais sur un palet perdu en zone neutre, Chouinard part en deux contre un, fait le tour de la cage est passe en retrait à Bouchard qui marque en lucarne (4-4, 47'25"). Ce but marqué en infériorité numérique fait un bien fou aux Grenoblois qui se donnent de l'air à un peu plus de dix minutes de la fin.

2014-12-02-Grenoble-Epinal4A l'inverse, les Spinaliens accusent le coup même s'ils obtiennent une deuxième chance en supériorité numérique avec une pénalité de Treille. Mais ils n'iront pas au bout des deux minutes de supériorité car Baazzi va se faire sanctionner à son tour et les deux équipes se retrouvent à quatre contre quatre. Épinal ne relâche pas l'étreinte pour autant et un lancer de Béron atterrit sur le casque de Zajkowski. Le gardien grenoblois sera victime d'un cinglage de Petrak après un arrêt quelques instants plus tard.... Une faute non sifflée par l'arbitre alors que le gardien grenoblois semblait bien touché à la main. Avec leur avance du match aller, les Brûleurs de Loups semblent contrôler la fin de rencontre. Mais Petrak récupère un palet ayant rebondi sur un défenseur, tire sans contrôle et ne se fait pas prier pour ajuster Zajkoswki (4-5, 58'48"). Il reste un peu plus d'une minute à jouer, Bozon sort son gardien et les dernières secondes sont irrespirables.... Les Brûleurs de Loups s'accrochent à leur qualification malgré la défaite.

2014-12-02-Grenoble-Epinal5La série de victoire des Brûleurs de Loups a pris fin ce soir. Mais dans ce jeu « à qui perd gagne », cette défaite passe presqu'inaperçue puisque l'essentiel est acquis avec la qualification pour la finale de Méribel. L'avance du match aller aura donc suffi mais Richard Martel et ses joueurs ne s'attendaient sans doute pas à passer une soirée aussi difficile ce soir. Un peu plus tendus que d'habitude, ils ont complètement raté leur début de rencontre. Etre mené au score, c'est une habitude pour les Brûleurs de Loups. Mais en général, une fois qu'ils sont passés devant, ils ne lâchent plus leurs adversaires... Pas ce soir. La défense grenobloise, d'ordinaire très hermétique, s'est mis constamment en danger et s'est montrée bien plus perméable que d'habitude. Zajkowski n'a jamais encaissé cinq buts dans un match en Ligue Magnus mais c'est la troisième fois que cela lui arrive en coupe de la ligue (7-6 contre Lyon et 5-5 contre Dijon) ! Une drôle d'habitude dans cette compétition où les rencontres sont plus ouvertes.

Surtout que l'attaque a fait le boulot avec l'inévitable Chouinard, encore décisif en sonnant le réveil en début de match et en donnant le palet de la qualification à Bouchard au troisième tiers. Un Bouchard nettement plus en vue ces derniers temps avec un doublé ce soir. Même si elle est acquise sur le fil du rasoir, l'essentiel pour les Brûleurs de Loups est d'obtenir cette qualification qui vient valider leur très bon début de saison. Quant à l'arrêt de la série de victoires, c'est presque un soulagement pour eux car cela leur enlèvera une pression supplémentaire. Le plus important sera de récupérer physiquement car les matchs s'enchaînent : vendredi Briançon en Ligue Magnus puis mardi Gap en coupe de France.... On a connu programme plus léger...

2014-12-02-Grenoble-Epinal6Si Épinal peut avoir des regrets, ce n'est certainement pas sur cette rencontre mais bien sur celle de mardi dernier car la qualification était à portée de crosse ce soir malgré le handicap de deux buts. Comme dans les Vosges, les Gamyos ont fait le jeu. Avec la réussite offensive en plus. En marquant cinq buts particulièrement inspirés, ils ont mis en grosse difficulté leurs adversaires, parvenant enfin à faire sauter le « verrou » défensif et montrant que Zajkowski n'est pas imbattable. Avec un jeu constamment en mouvement, avec des « snipers » comme Goulet ou Béron, les Gamyos n'ont pas obtenu la qualification ce soir mais ils ont fait une grosse impression avec un collectif bien huilé. Cette équipe-là est un vrai prétendant au top 4 en fin de saison et peut encore faire un « coup » en coupe de France. Rouen est prévenu.

Désignés meilleurs joueurs du match : Danick Bouchard (Grenoble) et Gašper Sušanj (Épinal)

(Photos Philippe Crouzet - www.ipernity.com/doc/182273/album)

 

Commentaires d'après-match (d'après Le Dauphiné Libéré) :

Christophe Tartari (attaquant de Grenoble) : « A la fin du premier tiers, on l'a dit aux gars qui ne connaissent pas encore Méribel. Ça fait trois mois qu'on se casse le c.... qu'on bosse à fond, on ne voulait pas laisser passer ça. C'est paradoxal de célébrer cette qualification en mettant fin à cette série. »

Toby Lafrance (attaquant de Grenoble) : « Chouinard n'est pas venu ici comme une vedette, il respecte tout le monde, c'est vraiment quelqu'un d'exemplaire. Tout le monde attendait beaucoup de lui. Résultat, il livre la marchandise. »

Richard Martel (entraîneur de Grenoble) : « On est encore sur les trois tableaux. La série se termine mais ce n'était pas le but ce soir. On avait deux buts d'avance. Mais c'est une bonne chose. Si c'était pour se brûler et arriver vidé à la finale à cause de cette histoire de série de victoires... Match après match, la pression monte. Alors ce n'est pas si mauvais que ça.»

Eric Chouinard (capitaine de Grenoble) : « Je fais partie d'une équipe, je suis un joueur parmi d'autres. Pour moi, ce n'est pas une ou deux personnes qui font la différence, c'est le travail d'équipe. C'est un challenge de pouvoir essayer de susciter de l'intérêt et de développer quelque chose ici. Je veux apporter mon jeu et mon expérience. J'essaie de faire du mieux que je peux. »

 

Grenoble – Épinal 4-5 (2-2, 1-2, 1-1).

Mardi 2 décembre 2014 à 20h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3250 spectateurs.
Arbitrage de Geoffrey Barcelo assisté de Gwilherm Margry et Frédéric Peuriere
Pénalités : Grenoble 10' (2', 4', 4'), Épinal 10' (6', 2', 2')
Tirs cadrés : Grenoble 20 (6, 8, 6), Épinal 35 (11, 14, 10)

Évolution du score :

0-1 à 02'11" : Goulet assisté de Petrak et Baazzi (sup. num.)
0-2 à 04'07" : Kara assisté de Béron et Ograjensek
1-2 à 05'46" : Chouinard assisté de Lessard et Roberts
2-2 à 12'52" : Tartari assisté Baylacq et Treille
3-2 à 20'20" : Bouchard assisté de Chouinard (sup. num.)
3-3 à 31'39" : Sušanj assisté d'Offret et Baazzi
3-4 à 38'13" : Plch assisté de Béron et Petrak (sup. num.)
4-4 à 47'25" : Bouchard assisté de Chouinard et Gervais (inf. num.)
4-5 à 58'48" : Petrak assisté de Goulet et Béron

 

Grenoble

Gardien : Michal Zajkowski

Défenseurs : Pierre-Luc Lessard – Sam Roberts ; Dominic Jalbert (2') – Stéphane Gervais (2') ; Pierre-Antoine Simonneau – Nicolas Favarin.

Attaquants : Hampus Gustafsson [puis Bouchard à 40'00"] – Felix Petit – Eric Chouinard (C) ; Danick Bouchard (2') [puis Treille à 40'00"] – Toby Lafrance – Jordann Perret ; Julien Baylacq – Christophe Tartari (A) (2') – Yorick Treille (A) (2') [puis Gustafsson à 40'00"] ; Arnaud Faure – Romain Chapuis – Aubin Lamirault.

Remplaçants : Jimmy Darier (G), Quentin Scolari, Maxime Favre-Felix. Absent : Mitja Sivic (blessé)

Épinal

Gardien : Andrej Hočevar (sorti de 58'40'' à 60'00'')

Défenseurs : Maxime Moisand – Vojtěch Kloz (2') ; Maxime Ouimet (C) – Alain Goulet (2') ; Aziz Baazi (2') – Gašper Sušanj.

Attaquants : Nicolas Leonelli – Matthieu Le Blond – Peter Valier ; Anže Kuralt – Michal Petrak – Jan Plch (A) ; Vincent Kara – Grégory Béron – Ken Ograjenšek (2') ; Anthony Rapenne – Yannick Offret (A) – Pierre-Charles Hordelalay.

Remplaçants : Pierre Mauffrey (G), Maxime Martin, Martin Charpentier. Absents : Peter Slovak, Nathan Ganz.