Rouen - Lyon (Ligue Magnus, 13e journée)

Les lumières étaient à Rouen, mais sur courant alternatif

Face à une équipe de Lyon, nettement amoindrie - privé de Hirvonen, Couturier et Raibon - à la recherche de son second souffle, Rouen, finalement au complet (Faure, incertain, sera titulaire), a eu, momentanément, de la peine à enchainer sa quatrième victoire de suite en championnat (avec 3 matches à domicile).

2014-12-05-Rouen-Lyon1Pourtant, une grossière erreur de Matej Kristin était bien exploitée par Koudys (1-0 à 1’59). Ensuite, la défensive, surtout le trio Guénette-Manavian-Desrosiers, tenait bon en double infériorité longue de 35 secondes (9’27). Puis en avantage de deux hommes, Charland inscrivait le premier filet de son tour de chapeau du soir (2-1 à 12’08). Enfin Guénette, sans opposition, créait le break pendant une pénalité différée (3-1 à 17’37). Un premier tiers idéal avant de rentrer au vestiaire.

Avant d’aborder le deuxième tiers, les Dragons savaient malgré cela qu’il fallait se méfier des Lions. Ils ont été avertis à plusieurs reprises. Lors de leur premier power-play, les Normands étaient pris en contre par le duo Lebey-Biniek. Le lancer du dernier nommé ne franchissait pas complètement la ligne de but. Freiné par Fabrice Lhenry, le palet s’arrêtait sur la ligne avant qu’une crosse rouennaise ne le récupérât (2’53). Julien Lebey saisissait sa chance dans un angle fermé, à gauche, le long de la bande. Incroyable, l’ailier, frappait fort et trouvait un trou de souris au-dessus de l’épaule de Lhenry qui collait pourtant son poteau. Quel but ! (1-1 à 6’08). L’intenable Julien Lebey a aussi pu profiter d’une erreur de Faure, avant d’aller provoquer Lhenry qui remportera finalement le duel (7’37). Et surtout, lors des autres mouvements offensifs rhodaniens, Fabrice Lhenry n’a jamais eu d’arrêts faciles à exécuter.

2014-12-05-Rouen-LyonToutefois, les joueurs des bords de Seine ont sensiblement relâché leur agressivité défensive dans la période médiane et ne tenaient plus la zone neutre où se promenaient les patineurs d’entre Rhône et Saône. Fabrice Lhenry, le natif de l’ancienne capitale des Gaules, sauvait l’impossible quand deux Lyonnais se présentaient devant lui (22’04). Lors d’un contre avec Kevin Gadoury, Laberge était emporté dans son élan avant de pouvoir tirer (24’25). Moins de vingt secondes plus tard, Nicolas Biniek réduisait logiquement le score, en reprenant la rondelle, après une magnifique centre-passe de Lebey (3-2 à 24’46). Ce n’était pas une attaque défense, Julien Desrosiers (21’25) et Coulombe (23’55) ont eu des occasions, qui ont remis Kristin dans son match alors qu’il avait semblé fébrile et nerveux en première.

La réduction du score des visiteurs n’a pas ravivé les joueurs du duo Salo-Fournier. Pire, ils ne semblaient pas conscient du danger, presque irresponsables. Wes Cunningham fut contraint de flageller Correia qui menaçait Lhenry (25’48). Sur l’attaque à cinq qui suit, l’ailier, formé sur l’île Lacroix, n’est pas loin d’égaliser dans le dos de Thinel, quand Janil intervient, terriblement salvateur (26’19). Néanmoins, les locaux annihilent l’infériorité. Les visiteurs viennent de laisser passer leur chance de faire douter les Noirs-et-Jaunes qui semblent se ressaisir quelque peu.

2014-12-05-Rouen-Lyon3En effet, Dan Koudys bien servi par Benoit est frustré par Kristin (28’39). Si le LHC n’a pas abdiqué grâce à son trio Correia-Biniek-Lebey, il doit subir une pénalité. Là où les hommes du président Berthet ont péché, ceux du directeur Chaix sont performants. Francis Charland reprend sans contrôle une passe de Desrosiers (4-2 à 30’29).

À la mi-match, le RHE76 s’est repris. Il est toujours efficace en infériorité quand Loïc Lampérier est puni d’une faute offensive et un peu chanceux lorsque le lancer de Gadoury heurte l’extérieur du poteau d’un Lhenry qui pouvait néanmoins s’interposer si le tir de loin avait été plus cadré (34’24).

Les Dragons allaient plutôt bien gérer la suite de la partie, jusqu’à ce que, le long de la bande derrière la cage normande, Julien Lebey conquière le palet à Lhenry, sorti couper la trajectoire du puck, et le transmette, en retrait, à Correia, qui n’avait plus qu’à enfiler dans un but vide (4-3 à 35’38). Une erreur du gardien qui se reprenait plus tard devant le même Correia lorsque celui-ci fit un tour de cage et lançait (38’23). Fabrice Lhenry préservait ainsi l’avance de ses coéquipiers avant la seconde pause.

2014-12-05-Rouen-Lyon2Le dernier acte sera d’une tout autre facture. Rouen recouvrait du rythme, de l’agressivité et de la rigueur. Aussitôt sa détermination provoquait la faute de Lyon. Après avoir échoué de peu en avantage d’un homme, via une déviation de Thinel sur un tir-passe de Guénette qui touchait le coté de la barre (40’37), à parité, le capitaine des Dragons jouait de maestria en enrobant Kristin d’une belle feinte, lorsque Guénette le trouvait seul, posté, devant le gardien adverse. Magnifique (5-3 à 43’45). Moins d’une minute plus tard, la deuxième ligne mettait le feu autour de la cage des Lions. Du cercle droit, Francis Charland reprenait une belle passe en retrait, à mi-hauteur, au-dessus de la mitaine de Kristin désarmé (6-3 à 44’40).

François Dusseau appelait alors son temps-mort. Mais les coéquipiers de Millerioux n’y étaient plus. Ils étaient à peine dangereux en jeu de puissance et prenaient définitivement l’eau à quatre contre quatre. Jonathan Janil, de près à droite, était le plus prompt à reprendre un rebond dans la bande et crucifiait Kristin dans un plongeon désespéré, livré à lui-même (7-3 à 51’08). Par la suite, les deux équipes tuaient chacune une pénalité, allaient d’un but à l’autre sans tranchant mais avec sérieux.

2014-12-05-Rouen-Lyon6Lyon, on le répète sans deux joueurs importants, qui a tenté des coups en sautant la zone neutre, a eu le mérite de réagir au deuxième tiers et a su se montrer opportuniste - en dehors de ses unités spéciales - provoquant la chance. Les attaquants ont mis beaucoup de pression sur Fabrice Lhenry.

Mais les Rouennais, avec un Lhenry qui a fait un boulot ingrat, qui se sont fait des frayeurs après un bon départ, ont su se ressaisir et finalement l’emporter assez largement malgré un troisième but lyonnais qui a dû leur poser de l’inquiétude, et ainsi éviter le piège tendu par les Lyonnais.    

Étoiles du match : Francis Charland *** (Rouen), Julien Lebey ** (Lyon) et Marc-André Thinel * (Rouen).

 

Rouen – Lyon 7-3 (3-1, 1-2, 3-0)
Vendredi 5 décembre 2014 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2746 spectateurs.
Arbitres : M. Laurent Garbay assisté de MM. Jérémie Douchy et Thomas Caillot.
Pénalités : Rouen 14' (4', 4', 6') ; Lyon 14' (6', 2', 6')
Tirs : Rouen 35 (15, 10, 10) ; Lyon 21 (8, 9, 4)
Chances : Rouen 8 (3, 3, 2) ; Lyon 9 (2, 6, 1)

Évolution du score :
1-0 à 01'59 Koudys assisté de Guillemain et Benoit
1-1 à 06'08 Lebey assisté de Biniek et Correia
2-1 à 12'08 Charland assisté de Lampérier et Thinel (double sup.num.)
3-1 à 17'37 Guénette assisté Léveillé et Koudys
3-2 à 24'46 Biniek assisté de Lebey et Correia
4-2 à 30’29 Charland assisté de Desrosiers (sup.num.)
4-3 à 35'38 Correia assisté de Lebey et Millerioux
5-3 à 43'45 Thinel assisté de Guénette et Lampérier
6-3 à 44'40 Charland assisté de Lacroix et Manavian
7-3 à 51'08 Janil assisté de Thinel et Coulombe
 

Rouen

Gardien : Fabrice Lhenry (18 arrêts)

Arrières : Patrick Coulombe – Jonathan Janil ; Raphael Faure – Antonin Manavian ; Léo Guillemain – Wes Cunningham.

Attaquants : Loïc Lampérier – François-Pierre Guénette (A) – Marc-André Thinel (C) ; Julien Desrosiers (A) – Maxime Lacroix – Francis Charland ; Loup Benoit – Daultan Léveillé – Dan Koudys.

Remplaçant : Nicolas Riopel (G), Théo Lanvers, Aurélien Dorey, Antoine Mony, Fabien Colotti et Johan Saint-André. Absent : Danny Groulx (choix ?).

Lyon

Gardien : Matej Kristin (28 arrêts)

Arrières : Francis Meilleur – Ben Parker ; Victor Vitton-Mea – Martin Millerioux (C) ; Jules Breton – Radovan Trefny.

Attaquants : Dean Ouellet – Jonathan Laberge (A) – Kevin Gadoury ; Julien Lebey (A) – Nicolas Biniek – Julien Correia ; Mathieu Touveron – Jens Eriksson – Timothée Franck.

Remplaçants : Landry Macrez (G), Florian Portier, Thomas Lapointe et Léo Girod. Absents : Elie Raibon (blessé), Pasi Hirvonen et Vincent Couture (?).