Amiens - Épinal (Ligue Magnus, 13e journée)

Coliséum imprenable ?

Grosse affiche au Coliséum où Amiens reçoit Épinal. Les deux équipes, concurrentes au Top 4, possédant le même nombre de points. Toutefois la dynamique plaide pour les Gothiques qui ont pris 11 points sur 12 possibles au Coliséum, tandis qu’Épinal connait un coup de mou et a perdu ses trois dernières rencontres de Ligue Magnus.

Si le GamYo se présentent au complet pour cette rencontre, les Gothiques sont privés de Julien Guillaume, qui souffre d’une double fracture du poignet.

 

Première période équilibrée

Le premier tiers-temps part de manière plutôt calme, Épinal contrôlant le palet et tentant de pousser Amiens à la faute. La première occasion est à mettre au crédit d’un ancien Gothique puisque Grégory Béron s’amène devant O’Keefe, tente de le coucher, mais perd son duel face au gardien amiénois.

Amiens ne tarde pas à réagir et est proche d’ouvrir le score sur un tir à la bleue de Shayne Stockton dévié par David Bastien, mais Hocevar fait l’arrêt. Quelques minutes plus tard, David Bastien remet le portier spinalien à contribution. Le Québécois rentre dans la zone offensive et prend un bon tir, stoppé par le masque d’Hocevar.

Le rythme monte peu à peu, et les gardiens se mettent en évidence, comme sur une belle percée de Ken Ograjensek qui tente de feinter O’Keefe mais le portier amiénois reste vigilant, ou encore sur un superbe de travail de Champagne pour transmettre à Gannon qui se fait magnifiquement stopper par un Hocevar impeccable sur le début de match.

En fin de période les Gothiques ont une dernière occasion d’ouvrir le score. Stuart transmet à Kazarine qui tente sa chance du revers, mais rate le cadre de peu.

Un premier tiers enlevé et équilibré s’achève sans but, mais l’on sent que ce n’est que partie remise dans cette rencontre.

 

Amiens puissance 4 !

Le tiers médian démarre sur une foute d’Alain Goulet, et donne une troisième supériorité numérique aux locaux. Ce jeu de puissance est une nouvelle fois stérile, mais permet aux Gothiques d’ouvrir la marque quelques secondes après le retour à 5 contre 5. Joël Champagne récupère le palet en zone neutre, rentre en zone offensive, prend un tir « masqué » et trompe Andrej Hocevar pour faire exulter le Coliséum (1-0, 23’31). Les Spinaliens ont à peine le temps de souffler que les Gothiques font déjà le break. Le palet tourne bien en zone offensive et arrive jusque Kevin Dusseau à la bleue qui tente de mettre le palet à la cage, Marius Serer, placé devant la cage, tente de dévier mais ne touche pas le palet qui finit sa course au fond des filets (2-0, 24’12).

Philippe Bozon tente alors de remobiliser ses troupes et demande un temps mort. Malgré un bon tir de Moisand dévié juste à côté, ce sont les Gothiques qui obtiennent une très belle occasion par l’intermédiaire de Romain Carpentier qui réceptionne une superbe passe de Coburn, élimine Ouimet, tire, Hocevar fait l’arrêt mais laisse le rebond, Rémi Thomas tente sa chance sur le rebond, mais le gardien slovène stoppe le palet.

Quelques minutes plus tard, les Spinaliens se retrouvent en supériorité sur une faute de Bruijsten qui écope d’un 2'+10' un peu sévère pour une charge sur Susanj. Les visiteurs se procurent de belles occasions, mais Mitch O’Keefe est impérial dans sa cage et préserve l’avantage de deux buts.

Les Gothiques sont sanctionnés plusieurs fois par M.Bergamelli, mais les Spinaliens ne trouvent pas la faille sur les jeux de puissance. Les hommes de Philippe Bozon prennent beaucoup de lancers mais sont trop imprécis, à l’image de Plch dans le slot qui voit son tir filer au-dessus de la transversale.

Les GamYo sont dangereux, et sont à deux doigts de réduire l’écart, mais le tir de Peter Valier heurte la barre transversale d’un O’Keefe complètement battu. Malheureusement pour Épinal, ce manque de réalisme va se payer très cher. Romain Carpentier, très présent ce soir, arrache un bon palet en zone neutre, donne à David Bastien qui élimine son défenseur, feinte pour coucher Hocevar et transmet à Stockton qui voit son tir bien arrêté par le cerbère slovène qui laisse un rebond, Stockton ne se fait pas prier et pousse au fond (3-0, 36’55). Et comme en début de période, Amiens frappe une nouvelle fois juste derrière. Romain Bault se bat le long de la bande, parvient à rentrer en zone offensive, prend un superbe tir du poignet et perce Hocevar qui craque pour la 4e fois de la soirée (4-0, 38’00).

Le score est très sévère pour des Spinaliens qui ont globalement le contrôle du match, mais qui ne parviennent pas à concrétiser leurs occasions.

 

Le mur O’Keefe !

La troisième période démarre sur une nouvelle occasion pour Romain Carpentier qui part en contre et tente de glisser le palet entre les jambières d’Hocevar, mais ce dernier fait l’arrêt.

C’est la seule véritable occasion amiénoise d’un tiers qui se résumé assez facilement par un attaque-défense pour des GamYo qui font preuve d’une stérilité offensive inquiétante pour rester dans le haut de tableau. Si O’Keefe réalise encore des merveilles face à Vincent Kara, Épinal a droit à presque 6 minutes de powerplay ininterrompu, sans trouver la faille.

Le score ne bougera pas, et Mitch O’Keefe réalise son premier blanchissage en Ligue Magnus (son deuxième de la saison). Il n’y a qu’un seul point noir pour Amiens en cette soirée, le comportement de certains « supporters » envers Grégory Béron.

 

Une réussite presque maximale pour Amiens. Ils ont joué un gros match défensif, ont fait le dos rond, et ont saisi chaque opportunité de se montrer dangereux. Il faudra être fort physiquement sur les deux matches qui arrivent, contre Cholet et à Épinal, pour « masquer » les absences de Fabien Kazarine et Fabien Bourgeois, appelés pour les Mondiaux U20, ainsi que celle de Julien Guillaume.

Du côté spinalien, ce match peut rassurer et inquiéter à la fois. Si l’inefficacité offensive a coûté quelques points dans cette spirale négative en championnat, et qu’elle a certainement valu au GamYo l’élimination en demi-finale de coupe de la Ligue, c’est surtout la stérilité sur le jeu de puissance qui peut faire « peur » aux supporters d’Épinal. Le jeu offensif est bon et permet de se créer de belles occasions, et ils ne tomberont pas à chaque fois sur un gardien en quasi état de grâce. Il va falloir serrer les boulons défensivement et tenter de réveiller les buteurs dès mardi à Rouen en coupe de France.

Élus meilleurs joueurs du match : Aziz Baazzi pour Épinal, Mitch O’Keefe pour Amiens.

 

Amiens – Épinal 4-0 (0-0, 4-0, 0-0)
Vendredi 5 décembre 2014 à 20h à la patinoire du Coliséum, 2780 spectateurs.
Arbitrage de Jimmy Bergamelli assisté d'Anne-Sophie Boniface et Yann Furet
Pénalités : Amiens 26' (0', 8+10', 8'), Épinal 10' (4', 6', 0')
Tirs cadrés : Amiens 19 (5, 8, 6), Épinal 29 (5, 9, 15)

Évolution du score :
1-0 à 23'31 : Joël Champagne assisté de Marc Bélanger et Jamie VanderVeeken
2-0 à 24'12 : Kévin Dusseau assisté de Fabien Kazarine et Marius Serer
3-0 à 36'55 : Shayne Stockton assisté de David Bastien et Romain Carpentier
4-0 à 38'00 : Romain Bault assisté de Mitch O’Keefe et Fabien Bourgeois

 

Amiens

Gardien : Mitch O’Keefe (29/29)

Défenseurs : Jamie VanderVeeken (+2) – Romain Bault (+2) ; Greg Coburn (+1) – Kevin Dusseau (A, +1) ; Nicolas Leclerc – Shawn Stuart (+1) ; Fabien Bourgeois (+1)

Attaquants : Marc Bélanger (C, +2) – Joël Champagne (+1, 2’) – Devin Gannon (+1, 4’) ; David Bastien (+1, 4') – Shayne Stockton (+2) – Kevin Bruijsten (+1, 2'+10') ; Fabien Kazarine (+1) – Marius Serer (A, +1, 2') – Quentin Fauchon (+1) ; Axel Rioux – Rémi Thomas (2') – Romain Carpentier (+1).

Remplaçants : Guillaume Duquenne (G), Antoine Buriez. Absents : Ramon Sopko (choix du coach), Julien Guillaume (double fracture du poignet)

Épinal

Gardien : Andrej Hocevar (15/19)

Défenseurs : Maxime Ouimet (C, -2) – Alain Goulet (4’) ; Vojtech Kloz (-1, 2’) – Maxime Moisand (-1) ; Aziz Baazi (-2) – Gasper Susanj (-1) ; Martin Charpentier (-1)

Attaquants : Jan Plch (A, -2) – Michal Petrak (-3) – Anze Kuralt (-1, 2’) ; Nicolas Leonelli – Matthieu Le Blond (-1) – Peter Valier (-2) ; Grégory Béron – Vincent Kara (-1) – Ken Ograjensek ; Pierre-Charles Hordelalay (-1, 2') – Yannick Offret (A, -1) – Anthony Rapenne

Remplaçants : Pierre Mauffrey (G), Nathan Ganz. Absents : Peter Slovak, Maxime Martin (choix du coach).