Grenoble - Gap (Coupe de France, quart de finale)

Grenoble ne répond plus

Les Brûleurs de Loups sont sur la mauvaise pente. Après deux défaites, à domicile qui plus est, contre Épinal en coupe de la ligue (4-5) puis Briançon en Ligue Magnus (1-4), l'heure n'est plus à la fête chez les Grenoblois qui sont complètement sortis de leur match contre les Diables Rouges. Jusqu'à présent, pas de grosse conséquence. L'avance acquise au match aller à Épinal a suffi pour valider le ticket pour la finale de Méribel, et en Ligue Magnus, Grenoble possède encore un matelas suffisant pour rester en tête. Mais ce soir, c'est un match couperet, à élimination directe, face à un adversaire revanchard : les Rapaces de Gap, battus ici même 4-2 en championnat il y a deux semaines.

2014-12-09-Grenoble-Gap1Depuis cette date, l'équipe de Luciano Basile s'est renforcée avec un nouveau défenseur, Dominik Kramar, venu pour remplacer Ryan Ruikka, blessé depuis le début de saison. L'intégration de Ritz s'est également accélérée puisqu'il est placé ce soir au centre de la première ligne ce qui décale Golicic à l'aile droite, une nouvelle configuration tentée par Luciano Basile. À l'exception de Mathieu Frécon, l'entraîneur gapençais peut donc compter sur un groupe quasiment au complet pour la première fois de la saison.

En revanche, coup dur pour l'attaque de Grenoble : Danick Bouchard, blessé vendredi contre Briançon (il n'avait pas fini le troisième tiers), est forfait ce soir.

Une des deux équipes sera éliminée de la coupe de France et l'intensité en début de rencontre est à la hauteur de l'enjeu. Les mises en échec sont appuyées, le patinage rapide, le palet va d'une cage à l'autre sans temps mort : chaque équipe est bien décidée à imprimer son rythme sur cette rencontre.

2014-12-09-Grenoble-Gap2Après sept minutes animées qui ont permis à Lavigne et Zajkowski de se rassurer avec quelques arrêts clés, Perret reçoit la première pénalité du match pour avoir fait trébucher Lavigne derrière la cage gapençaise. A priori le gardien gapençais avait plutôt chuté tout seul devant la pression mise par l'attaquant grenoblois mais M.Fabre en décidait autrement. Pendant l'infériorité numérique, Zajkowski a plus de travail mais reste solide devant sa cage. Présent sur un gros lancer de Rohat, il doit aussi se méfier des contres gapençais.

Globalement, ce premier tiers est plutôt dominé par Gap qui arrive bien plus facilement à la cage adverse que les attaquants grenoblois. Lavigne est en effet rarement inquiété jusqu,'à une pénalité de Vondracek à cinq minutes de la fin du tiers. Et là c'est le déferlement sur la cage gapençaise : deux gros lancers de Chouinard puis un palet repris par Roberts en déviation qui passe juste à côté et enfin Gervais contré sur un gros lancer à la ligne bleue : ça ne veut pas rentrer pour Grenoble malgré un power-play vraiment bien négocié.

Sur leur élan, les Brûleurs de Loups finissent fort cette première période : une pénalité de Langlais coupable d'un coup de genou leur donne une deuxième opportunité en toute fin de tiers.... Et cette fois ils ne vont pas la laisser passer : sur un gros lancer de la ligne bleue, Chouinard bénéficie d'un bon écran de Yorick Treille pour tromper Lavigne (1-0, 19'42").

2014-12-09-Grenoble-Gap3La deuxième période met du temps à démarrer, la faute à deux faits étrangers au jeu : une cage déssoclée qui a nécessité l'intervention du service technique puis la blessure à la main d'un juge de ligne.

Après ces deux longues interruptions, le jeu reprend ses droits et Chouinard lance les premières banderilles. Mais les Brûleurs de Loups vont vite déchanter. Après une présence un peu trop longue sur la glace, Baylacq laisse traîner sa crosse et se fait pénaliser pour un faire trébucher. Zajkowski réalise un premier arrêt de qualité sans laisser de rebond face à Arrossamena. Mais quelques instants plus tard, il se fait surprendre par un tir de Matt Carter en lucarne en angle fermé qui remet les deux équipes à égalité (1-1, 25'58").

Trente-cinq secondes plus tard, Tartari rejoint à son tour la prison. Même punition et mêmes effets puisque cette fois Carter derrière la cage trouve Vondracek complètement démarqué devant le slot et l'attaquant tchèque ajuste Zajkowski à bout portant (1-2, 27'08"). En moins de deux minutes et deux infériorités numériques, Grenoble vient de perdre le fil du match et se retrouve mené au score.

2014-12-09-Grenoble-Gap5Le coup est rude pour les Grenoblois, obligés de remettre la pression. Mais cela se fait de manière désordonnée pour les locaux qui semblent avoir perdu pied. Tartari essaye quand même de surprendre Lavigne mais Zajkowski se fait encore une grosse frayeur avec un palet fuyant qu'il bloque in extremis sur sa ligne.

Perret et Baylacq tentent bien de sonner la révolte grenobloise et provoquent quelques brassages près de la cage gapençaise. Mais les Grenoblois se précipitent trop et subissent le jeu. À chaque fois, les Rapaces semblent être les premiers sur le palet et les Brûleurs de Loups donnent l'impression de courir sans arrêt après leurs adversaires. Et comme on pouvait s'en douter, les hommes de Luciano Basile finissent par en profiter : sur une contre-attaque à trois contre un finement jouée, Carter laisse en retrait à Trabichet qui n'a plus qu'à conclure avec facilité (1-3, 37'50").

La situation des Grenoblois semble désormais très compliquée, d'autant que ce scénario (trois buts encaissés au deuxième tiers après avoir ouvert le score au premier) ressemble à s'y méprendre à celui de vendredi contre Briançon. Un petit espoir subsiste quand même pour les Grenoblois lorsque Langlais se fait pénaliser à deux minutes de la fin de la période. Un tir de Chouinard est contré par la défense gapençaise, mais à la toute fin de la période, Tartari dévie involontairement un tir contré directement dans la cage (2-3, 39'59").

2014-12-09-Grenoble-Gap8Ce but très chanceux en toute fin de tiers aurait pu relancer les Grenoblois qui peuvent se remettre à y croire. Mais il n'en est rien. Ils se font même une belle frayeur juste après le coup d'envoi, signe que rien n'a vraiment changé. Les Grenoblois continuent inlassablement de courir après le palet. Et quand ils parviennent à se présenter devant la cage, ils font preuve de maladresse à l'image de Lafrance présent au rebond sur un tir de Gustafsson.

Grenoble est même par moments acculé dans sa zone avec pourtant un but de retard. Indéniablement, les Rapaces sont plus précis, anticipent mieux le jeu et dominent largement les débats à cinq contre cinq à tel point qu'on a parfois l'impression que Grenoble évolue en infériorité numérique. Sur une sortie de zone très propre, les Gapençais traversent la patinoire en deux passes et Nicolas Pard se trouve à la conclusion d'une passe de Rohat pour marquer entre les jambes de Zajkowski (2-4, 51'05").

Cette fois, la messe semble dite même si une pénalité de Ritz aurait pu relancer Grenoble. Mais ces derniers n'y sont plus et Golicic en contre est même rattrapé in extremis par Chouinard. La frustration est évidente pour les Grenoblois, totalement impuissants. Robert projette Pard sur la cage grenobloise et se fait sanctionner pour ce geste dangereux après lequel le Gapençais restera quelques instants au sol. Même si un retour grenoblois semble totalement improbable, Lafrance aurait pu ramener les siens à un but suite à une excellente passe de Chouinard mais une nouvelle fois l'attaquant québécois bute sur Lavigne à bout portant. Sur une dernière contre-attaque, Matt Carter laisse sur place toute la défense grenobloise et parachève le succès des Gapençais, qualifiés sans coup férir pour les demi-finales de la coupe de France (2-5, 58'27").

2014-12-09-Grenoble-Gap7On peut se demander comment une équipe qui est restée invaincue pendant dix-neuf matchs consécutivement peut être à ce point dominée. Dans un match qui ressemblait à s'y méprendre à celui de vendredi contre Briançon, les Brûleurs de Loups ont réalisé une première période de bonne facture avant de complètement sombrer au deuxième tiers, accusant alors un retard insurmontable. Cette troisième défaite consécutive à domicile fait mal car elle élimine les Grenoblois d'une des trois compétitions.

Mais au-delà du résultat brut, c'est la manière qui inquiète. Un temps de retard sur chaque action, attaque et défense étaient au diapason. Les défenseurs grenoblois auront rarement été aussi débordés. Le jeu en infériorité numérique, si brillant en octobre-novembre, est devenu un maillon faible avec deux buts encaissés sur deux infériorités numériques qui font basculer le match. Zajkowski n'a pas réalisé des prouesses, mais par deux fois sa défense laisse un joueur tout seul face à lui. Quant à Chouinard, très (trop ?) utilisé, il n'a pas pu vraiment faire la différence et l'absence de Bouchard explique aussi cette faible performance offensive. Alors fatigue physique ou mentale ? La trêve fera certainement le plus grand bien à une équipe qui n'est plus que l'ombre d'elle-même depuis quelques matchs. Avant cela, il faudra aller jouer samedi à Briançon un match sans doute très compliqué.

Du côté de Gap, on peut se réjouir d'avoir pris une revanche éclatante après la défaite subie ici même le 22 novembre en ligue Magnus. La qualification des Rapaces ne souffre d'aucune contestation tant ils se sont montrés supérieurs dans tous les domaines. Devant un Lavigne rassurant, les Rapaces ont imprimé le tempo et ont fait exploser les Grenoblois grâce notamment à un Matt Carter intenable ce soir. L'équipe de Basile a parfaitement lu le jeu grenoblois et a su jouer de manière simple mais terriblement efficace avec des sorties de zone très propres et une réelle capacité à transmettre le palet vers l'avant. Après une telle performance, les Gapençais peuvent envisager la suite de la compétition avec sérénité.

Désignés meilleurs joueurs du match : Éric Chouinard (Grenoble) et Matt Carter (Gap)

(Photos Philippe Crouzet - www.ipernity.com/doc/182273/album)

2014-12-09-Grenoble-Gap4Commentaires d'après-match :

Richard Martel (entraîneur de Grenoble) : « Je pense que Gap a été meilleur que nous. Le premier tiers a été correct. Dans le deuxième, ils ont compté deux buts en avantage numérique, cela leur a donné un bon tempo de match et ensuite ils ont bien travaillé. Ils ont été meilleurs que nous à cinq contre cinq. On n'a pas eu de créativité, on n'a pas gagné les duels à un contre un, on n'a pas assez forcé l'adversaire. À partir de là ce n'est pas possible de gagner. Il ne faut pas qu'il nous manque beaucoup d'éléments. Ce soir, je n'avais pas de quatrième bloc avec Chapuis et Bouchard qui n'étaient pas là. Au niveau de la profondeur, c'est serré pour notre équipe, il faut avoir tout le monde en santé mais présentement on a plusieurs joueurs qui ne génèrent rien en attaque donc ça devient difficile. On se repose un peu trop sur Éric Chouinard. On a donné les repos qu'il fallait, on a sauté plusieurs entraînements, la fatigue ne doit pas être une excuse. Il faut retravailler les batailles à un contre un, il faut qu'il y ait plus de joueurs qui se montrent dans les périodes difficiles. Une formation qui gagne tout le temps, ce n'est pas le vrai visage d'une formation, il faut la voir perdre puis voir comment les joueurs réagissent. Il faut voir comment le groupe va réagir entre eux. On a joué les trois derniers matches à la maison, on les a perdus tous les trois. C'est surprenant de notre part. Il va falloir en donner plus pour se sortir de cette mauvaise séquence. C'est là qu'on va voir le vrai visage de l'équipe. »

Éric Chouinard (capitaine de Grenoble) : « C'est une défaite très décevante. On doit revenir à la base, à des choses plus simples. Dans la deuxième moitié de la rencontre, on a essayé de forcer le jeu, faire des choses qui n'ont pas de sens, il faut vraiment à des choses simples surtout quand ça va moins bien pour se permettre de retrouver la confiance et retourner dans la bonne direction. Tout le monde essaie d'en faire un petit peu trop. On a joué beaucoup de matchs dernièrement mais on est des joueurs professionnels de hockey, cela ne peut pas nous donner d'excuses. »

2014-12-09-Grenoble-Gap6Luciano Basile (entraîneur de Gap) : « On ne battra pas Grenoble à chaque match donc il faut choisir les rencontres les plus importantes et donner le maximum sur celles-là comme ce soir. Ce soir on a essayé de nouvelles lignes, une nouvelle configuration. On avait deux absents mais c'est le mieux qu'on a été de toute la saison. On n'a pas joué un match au complet depuis le début de la saison. Je suis encore à la recherche d'une stabilité au niveau des lignes. On est encore en rodage, surtout à cause des nombreuses blessures depuis le début de la saison. Il y avait un plan de match. On savait que Grenoble fait un échec-avant très agressif. On est sorti par le milieu tout le match. On a eu de l'énergie, on a utilisé le quatrième bloc dans les moments où on sentait qu'on avait besoin de leur aide et garder cette intensité-là. Les trois premières lignes ont marqué, ont poussé vers l'avant. Notre gardien a été bon mais c'est une victoire collective. Nos défenseurs ont été très bons, Bartman a été excellent. Kramar nous a aidés beaucoup, Trabichet a été énorme. On a été solide partout. L'équipe a été homogène, vigoureuse, solidaire et Carter a fait la différence ce soir comme l'avait fait Chouinard lors du dernier match ici. C'est spectaculaire comme début de projet. On est dans le top 4 de la Ligue Magnus, de la coupe de France et de la coupe de la Ligue. C'est inespéré, on voulait être compétitif dès notre première saison mais on n'espérait pas autant aussi vite.»

Dominic Jalbert (défenseur de Grenoble) : « On est sur trois défaites consécutives, c'est difficile. C'est la première fois que l'on vit autant d'adversité. Mettre le cerveau en off, ça va faire du bien. »

Yorick Treille (attaquant de Grenoble) : « Il faut tourner la page de la coupe de France. On voulait continuer sur tous les tableaux mais on n'a pas été assez bon pour aller en demi-finale.»

 

Grenoble – Gap 2-5 (1-0, 1-3, 0-2).

Mardi 9 décembre 2014 à 20h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 2900 spectateurs.
Arbitrage de Savice Fabre assisté de Gwilherm Margry et Pierre Dehaen
Pénalités : Grenoble 8' (2', 4', 2'), Gap 8' (4', 2', 2')
Tirs cadrés : Grenoble 29 (12, 9, 8), Gap 33 (10, 14, 9)

Évolution du score :

1-0 à 19'42" : Chouinard assisté de Petit et Gustafsson (sup. num.)
1-1 à 25'58" : Carter assisté de Ritz (sup. num.)
1-2 à 27'08" : Vondracek assisté de Carter et Arrossamena (sup. num.)
1-3 à 37'50" : Trabichet assisté Carter
2-3 à 39'59" : Tartari assisté de Sivic et Chouinard
2-4 à 51'05" : Pard assisté de Rohat et Perez
2-5 à 58'27" : Carter assisté de Golicic

 

Grenoble

Gardien : Michal Zajkowski

Défenseurs : Pierre-Luc Lessard – Sam Roberts (2') ; Dominic Jalbert – Stéphane Gervais ; Pierre-Antoine Simonneau – Nicolas Favarin.

Attaquants : Mitja Sivic – Felix Petit – Éric Chouinard (C) ; Hampus Gustafsson – Christophe Tartari (A) (2') – Yorick Treille (A) ; Julien Baylacq (2') – Toby Lafrance – Jordann Perret (2') ; Maxime Favre-Félix – Victor Orset – Aubin Lamirault.

Remplaçants : Jimmy Darier (G), Quentin Scolari. Absents : Danick Bouchard (blessé à l'aine), Romain Chapuis (équipe de France U20), Arnaud Faure (équipe de France U20).

Gap

Gardien : Charles Lavigne

Défenseurs : Brett Bartman – Chad Langlais (4') ; Dominik Kramar – Matt Wahl ; Jérémy Baridon – Teddy Trabichet (C).

Attaquants : Matt Carter – Nicolas Ritz (2') – Bostjan Golicic (A) ; Radim Valchar – Roman Vondracek (2') – Nicolas Arrossamena ; Mickaël Perez – Sébastien Rohat (A) – Nicolas Pard ; Paul Schmitt – Kévin Da Costa – Karel Richter.

Remplaçants : Aurélien Bertrand (G), Étienne Chiappino, Alexandre Cornaire. Absents : Mathieu Frécon, Ryan Ruikka (blessés), Loïc Chapelier (équipe de France U20).