La Channel One Cup remportée avant la dernière journée

La Suède s'est fait peur jeudi soir face à la République Tchèque, victorieuse après un retour improbable.

BARULIN Konstantin-120520-364Le manque de consistance du jeu des Suédois avait même fait sortir de ses gonds le sélectionneur Pär Mårts. Le salut est surtout venu des exploits individuels de deux de ses défenseurs, Patrik Hersley et Johan Fransson, qui ont inscrit quatre buts pour une victoire 6-4.

Alors il faudra avoir les idées claires pour cette deuxième journée de la Channel One Cup, les Russes, qui évoluent à domicile dans leur maudite arène de Sotchi, ayant battu proprement la Finlande (2-0). Blessé, Aleksandr Eremenko, auteur du blanchissage, est ménagé et la cage de la Sbornaïa est offerte à Konstantin Barulin, qui exerce désormais tout son talent à l'Avangard Omsk. Eremenko n'est pas seul absent puisque Znarok a également mis au repos Denis Parshin et Denis Denisov. Côté suédois, Anders Nilsson cède les filets à Henrik Karlsson, portier des Jokerit.

Mais cela débute mal pour la Tre Konor. Si la frappe de Yakovlev est proche de battre Karlsson, la faute de Mattias Sjögren précipite l'ouverture du score des hôtes russes. Après seulement sept secondes de jeu de puissance, Anton Belov tire de la ligne bleue, le puck rebondit sur la bande puis sur le tibia de Daniel Rahimi qui loupe totalement son dégagement en frappant dans le vent, le palet surprend Karlsson et franchit la ligne (0-1, 04'57"). Pourtant, malgré ce but gag et précoce, les Scandinaves ne comptent pas voir le match de jeudi se répéter et aimeraient éviter de remonter trois buts !

Oscar Möller montre une fois de plus sa classe avec une entrée de zone rapide, il oblige le défenseur adverse, Yakovlev, à se coucher et lance mais Barulin détourne de la jambière droite. Les pénalités à l'encontre de Medvedev et Shipachyov rendent la Suède encore plus dangereuse avec de belles combinaisons. Tir d'Omark, rebond poteau droit d'Erisson qui voit le palet flotter dans les airs, il tente de remettre devant le but à la manière d'un joueur de baseball mais c'est dégagé. Konstantin Barulin doit s'interposer encore face à Omark après une bonne remise de Thörnberg. Enfin, Möller s'illustre de nouveau en fin de tiers. L'ailier de l'Ak Bars est ceinturé puis déséquilibré par Yakovlev, Barulin est en retard mais il voit le palet s'arrêter à quelques centimètres de la ligne.

La Suède continue de mettre du rythme en seconde période et, dès l'entame, c'est le poteau qui repousse un nouvel essai de Möller. Henrik Karlsson, peu mobilisé dans le premier tiers malgré un but encaissé, reste calme, notamment face à Grigorenko lorsque Junland se troue. L'intenable Oscar Möller tire bénéfice d'un contre favorable couloir gauche, il transmet à l'opposé à Linus Omark qui a la présence d'esprit de remettre au centre, Jimmie Ericsson égalise (1-1, 24'06"). Il s'agit de la troisième passe d'Omark en deux parties après un an et demi d'absence en sélection.

OMARK Linus-100511-617Et Karlsson demeure solide. Même s'il se fait avoir par la feinte de Zaripov en se couchant sur le dos, son poteau lui rend service en détournant le lancer de l'attaquant du Metallurg Magnitogorsk. De son côté, Konstantin Barulin se fait surprendre, par un lancer-balayé lointain de Patrik Hersley (2-1, 28'14"). Comme Omark, le défenseur ultra offensif du Sibir obtient un troisième point en 48 heures avec cette troisième réalisation. On retrouve d'ailleurs Omark en 2 contre 1 mais Möller loupe la finition. Et quelques instants plus tard, après une percée côté gauche de Thörnberg, Johan Ryno offre un bon tir, même bousculé.

La Russie semblait un peu surprise par la forte implication suédoise mais elle sort progressivement la tête de l'eau. Burmistrov ne peut profiter du rebond sur un lancer de Grigorenko et Karlsson déploie sa mitaine devant Plotnikov, puis Kovalchuk qui fait suite à une longue passe de Barulin.

La star de Saint-Pétersbourg va vite se rattraper. Les Russes font tourner en zone offensive, Maksim Chudinov, au rond gauche, sert Ilya Kovalchuk qui amortit sous les yeux de Karlsson (2-2, 38'10"). Le forcing scandinave à une minute de la deuxième pause n'aura aucune incidence.  

Cependant, ce forcing se prolonge au début du troisième tiers-temps, surtout que Shipachyov rejoint la prison. Le canonnier Patrik Hersley balance encore : son premier lancer manque de peu d'être dévié par Jimmie Ericsson et son deuxième est éloigné... par le casque de Barulin ! Fransson tente la feinte avant de frapper mais la pénalité est tuée. C'est alors au tour des Russes de camper dans la zone adverse, Shipachyov transmet à Kovalchuk qui réussit une reprise de volée poteau rentrant (2-3, 43'11"). 

Une nouvelle fois menée au score, la Suède tente de réagir, notamment par la ligne Möller - Ericsson - Omark, toujours énergique, mais Barulin reste propre et rassurant. Et la flamme suédoise commence à s'éteindre à mesure que la fin s'annonce. Johnson et Rödin sont les derniers dangers suédois alors qu'il reste une dizaine de minutes. Le temps pour les complices Sergei Mozyakin et Danis Zaripov de ravir le public de Sotchi par leurs percussions.

À quasiment deux minutes de la fin, Hersley met à terre Karpov, la Suède est pénalisée. Pourtant, Rödin obtient un contre, Karlsson est proche de déserter ses filets pour un joueur de champ supplémentaire mais le mauvais timing force le corps arbitral à siffler un surnombre. La Russie ne pourra néanmoins profiter de ce double avantage numérique d'une trentaine de secondes. Le tir de Plotnikov frôle le poteau... mais ce dernier rejoint à son tour le banc des pénalités. Le sort de la Suède semble scellé depuis plusieurs minutes mais une dernière diagonale d'Omark à l'ultime seconde donnera une dernière sueur froide, Barulin est vigilant.

Au cours d'un match intense, la Russie, quoique en difficulté dans le premier tiers malgré son avance rapide au tableau de marque, s'impose face à la Suède. Une victoire qui, conjuguée au match nul dans le temps réglementaire entre Finlandais et Tchèques, permettent aux Russes de remporter avant même la dernière journée cette Channel One Cup. Mais devant une salle à guichets fermés, les Russes auront à coeur de demeurer invaincus dans ce tournoi.

Élus joueurs du match : Jimmie Ericsson pour la Suède, Ilya Kovalchuk pour la Russie.

Commentaires d'après-match

Oleg Znarok (entraîneur de la Russie) : "Le jeu était intéressant, j'ai particulièrement aimé la troisième période. Mais, pour une raison que j'ignore, nous n'avons pu prendre le jeu à notre compte. Nous pensions peut-être que les Suédois allaient jouer derrière comme face aux Tchèques jeudi. Mais ils ont joué haut et lorsqu'ils ont commencé à mettre la pression, cela nous a perturbés. Mais nous avons bien réagi en troisième période."


Suède - Russie 2-3 (0-1, 2-1, 0-1)
Samedi 20 décembre 2014 à 14h00 au Palais des Glaces Bolchoï de Sotchi. 10100 spectateurs. 
Arbitrage de Martin Frano et Vladimir Pesina (TCH) assistés d'Aleksandr Sadovnikov et Aleksandr Zacharenkov (RUS).
Pénalités : Suède 12' (4', 4', 4'), Russie 12' (4', 2', 6').
Tirs : Suède 27 (9, 6, 12), Russie 19 (4, 9, 6).

Évolution du score :
0-1 à 04'57" : Belov assisté de Kovalchuk et Chudinov (sup. num.)
1-1 à 24'06" : Ericsson assisté d'Omark et Möller 
2-1 à 28'14" : Hersley assisté de Thörnberg
2-2 à 38'10" : Kovalchuk assisté de Chudinov et Shipachyov (sup. num.)
2-3 à 43'11" : Kovalchuk assisté de Chudinov et Shipachyov


Suède (2' pour surnombre)

Attaquants : 
Oscar Möller (+1) - Jimmie Ericsson (A, +1) - Linus Omark (+1)
André Petersson (+1) - Johan Ryno (+1) - Martin Thörnberg (+1) 
Anton Rödin (-1) - Mattias Sjögren (4') - Andreas Thuresson (-1)
Mattias Janmark-Nylén - Joel Lundqvist (A, -1) - Andreas Johnson (2')
Calle Ridderwall

Défenseurs :
Staffan Kronwall (C) - Erik Gustafsson
Johan Fransson (+2) - Patrik Hersley (+2, 2') 
Daniel Rahimi (-1) - Jonas Junland (-1)
Niclas Burström (2')

Gardien :
Henrik Karlsson [sorti à 59'56"]

Remplaçant : Anders Nilsson (G).

Russie

Attaquants :
Ilya Kovalchuk (C) - Vadim Shipachyov (4') - Sergei Plotnikov (2')
Sergei Mozyakin - Ilya Zubov - Danis Zaripov (A, -1)
Igor Grigorenko (-1) - Aleksandr Burmistrov (-1) - Egor Averin (-1)
Denis Kokarev - Sergei Kalinin (2') - Maksim Karpov

Défenseurs : 
Maksim Chudinov - Anton Belov (-1)
Evgeni Medvedev (A, 2') - Aleksandr Kutuzov
Andrei Mironov (2') - Nikita Zaitsev
Egor Yakovlev - Andrei Zubarev

Gardien :
Konstantin Barulin

Remplaçant : Stanislav Galimov (G).