Publicité

L'heure du thé

La victoire dans le tournoi ne comble pas totalement la Russie, qui veut aussi des certitudes. Ce qu'elle attendait avant tout, c'est que Danis Zaripov et Sergei Mozyakin, les ailiers de Magnitogorsk qui dominent la KHL, convertissent leur efficacité au niveau international.

KOVAR Jan-140509-596Mais en club, ils ont le centre tchèque Jan Kovar. En équipe de Russie, il leur faut un centre, et on a déjà essayé Burmistrov et Zubov sans succès. Un troisième ? Même pas : en l'absence de Kovalchuk laissé au repos, Znarok a préféré séparer les deux joueurs sur des lignes différentes !

Autre cadre ménagé, le meilleur défenseur Evgeni Medvedev, remplacé par le débutant Vladimir Antipin, qui ouvre sa carrière internationale... par une pénalité. Tomas Filippi fait se coucher deux fois le gardien Galimov, en vain. La Russie prend peu à peu le contrôle du jeu, et Aleksandr Kutuzov ouvre le score d'un lancer masqué de la ligne bleue que le gardien adverse ne peut pas voir (1-0).

Les Russes se sentent pousser des ailes et la défense tchèque est battue en brèche. Deux fois, l'équipe locale part à 2 contre 1. Si Zaitsev rate la cage à moitié ouverte, ce n'est pas le cas d'Igor Grigorenko : l'attaquant du CSKA Moscou, revenu en équipe nationale après cinq années d'absence mais réduit à un rôle subalterne après la blessure de son partenaire de club Radulov, tire du revers dans la lucarne proche (2-0).

Les Tchèques sont toujours dépassés par le rythme et inattentifs derrière en deuxième période. Yegor Yakovlev, défenseur muté à l'avant pour ce dernier match, est laissé absolument seul à la ligne bleue et reçoit une longue passe de Danis Zaripov. L'attaquant de circonstance remporte son face-à-face avec Jakub Kovar (3-0). Celui-ci évite ensuite le pire face à Averin.

Ce festival russe s'arrête juste après la mi-match avec une charge avec la crosse de Grigorenko. En supériorité numérique, Jan Kovar marque dans la lucarne proche malgré un angle très fermé (3-1). Un but moyen pour le gardien russe Stanislav Galimov, mais comme Barulin hier, il se reprend bien par la suite.

Les Tchèques reprennent du poil de la bête. Erik Hrna, qui se plaignait de n'avoir pu ouvrir son compteur international hier, est le plus actif avec son compère Martin Zatovic. Après une forte attaque du slot repoussée de justesse, ils marquent sur leur présence suivante, la passe de Zatovic étant reprise par Hrna dans le cercle droit (3-2).

ZARIPOV Danis-110512-522Ce but donne du piment à la fin de match. Zaripov et Mozyakin sont même réunis avec Shipachev au centre pour faire la différence : la combinaison est parfait, et Sergei Mozyakin semble avoir le but tout fait, mais il bute dans la jambière du gardien. Le meilleur marqueur de KHL finit le tournoi à zéro point.

Son partenaire Danis Zaripov, puisqu'il se voit offrir un grand samovar - la théière traditionnelle de Russie et du Caucase - comme prix du meilleur attaquant du tournoi. La Russie quitte Sotchi avec trois victoires, sur une meilleure note qu'en février dernier. L'an prochain, le tournoi sera organisé dans la patinoire de Moscou qui accueillera les Mondiaux cinq mois plus tard, et ensuite, la fédération russe n'exclut pas qu'il puisse être organisé dans de nouvelles villes.

Pour les Tchèques, l'échéance est plus courte : les championnats du monde à domicile sont en mai prochain, et ils viennent d'accumuler six défaites consécutives...

Commentaires d'après-match

Oleg Znarok (entraîneur de la Russie) : "Quand nous avons mené 3-0, nous avons commencé à jouer avec le palet, de belles combinaisons sans conclure. J'ai dû dire aux joueurs à la pause : le beau jeu pour le public, c'est bien, mais il ne faut pas oublier de lancer au but. J'ai défait le duo de Magnitogorsk parce que je voulais voir d'autres options, quelque chose ne fonctionnait pas. Mozyakin a accompli ses tâches, mais en tant que buteur, il doit marquer, surtout à 3-2 en fin de match. Peut-être que je l'essaierai de nouveau en février. Je veux surtout tester des jeunes. Nos juniors vont jouer les championnats du monde, je leur souhaite du succès et la médaille d'or. Peut-être prendrai-je l'un d'eux. Nous avons un problème au poste de centre, et il y a Kamenev dans l'équipe junior."

Ondrej Nemec (défenseur de la République Tchèque) : "S'il n'y avait pas eu Jakub Kovar, nous aurions pu être menés 0-8 en deuxième période. Il a été fantastique, il a affronté des 3 contre 2, des 2 contre 1, et deux échappées. Il a préservé nos chances d'un bon résultat. Nous n'avions rien à perdre, nous n'allions pas attendre bêtement la défaite et nous avons essayé de revenir. Nous avons eu de bons passages, mais le négatif domine sur ce match. Nous avons encore des problèmes en zone défensive. Quand nous y sommes sous pression, nous devrions simplifier, envoyer le palet dans le plexi et ne pas jouer de façon si compliquée. C'est trop simple pour leur gardien, nous ne lançons pas assez. Sous Znarok, les Russes ont changé, ils tirent et ont des joueurs dans le slot."

Vladimir Ruzicka (entraîneur de la République Tchèque) : "Cela prend du temps de façonner des joueurs comme Simon ou Filippi, qui ont très bien joué. On ne peut pas attendre d'eux qu'ils soient tout de suite des leaders. Je m'attends à des critiques puisque nous avons tout perdu, mais je pense que nous devons travailler avec les jeunes joueurs d'Extraliga. Ils ne peuvent pas jouer de match plus dur que contre les Suédois, les Finlandais et les Russes, c'est deux crans au-dessus du championnat. Oui, les résultats ont été mauvais, mais ces gars n'ont presque pas d'expérience. Même un Sobotka, que tout le monde voit en leader, a peu joué en équipe nationale. Je les vois tout donner à l'entraînement et à chaque match. Ces tournois ont servi à nous connaître. Dans les prochains, nous voulons construire une équipe qui doit peu à peu se préparer aux Mondiaux."

 

Russie - République Tchèque 3-2 (2-0, 1-1, 0-1)
Dimanche 21 décembre 2014 à 14h00 au Bolchoï Dome de Sotchi. 10453 spectateurs.
Arbitrage de Mikael Sjöqvist et Marcus Linde (SUE) assistés d'Aleksandr Sadovnikov et Aleksandr Zakharenkov (RUS).
Pénalités : Russie 6' (2', 2', 2'), République Tchèque 6' (2', 4', 0').
Tirs : Russie 21 (10, 5, 6), République Tchèque 19 (4, 7, 8).

Évolution du score :
1-0 à 14'16" : Kutuzov assisté de Zubov et Parshin
2-0 à 19'30" : Grigorenko assisté de Parshin et Zubov
3-0 à 24'21" : Yakovlev assisté de Zaripov
3-1 à 31'06" : Kovar assisté de Mozik et Hrna (sup. num.)
3-2 à 47'38" : Hrna assisté de Zatovic


Russie

Attaquants :
Maksim Karpov - Vadim Shipachev (+1) - Danis Zaripov (C)
Sergei Mozyakin - Egor Averin - Sergei Plotnikov
Igor Grigorenko (+2, 2') - Ilya Zubov (+2) - Denis Parshin (+2)
Sergei Kalinin - Aleksandr Burmistrov (-1, 2') - Egor Yakovlev

Défenseurs :
Maksim Chudinov (+1) - Anton Belov (+1)
Viktor Antipin (2') - Aleksandr Kutuzov (+1)
Denis Denisov (+2) - Nikita Zaïtsev (+1)
Andrei Zubarev (-1) - Andrei Mironov (-1)

Gardien :
Stanislav Galimov

Remplaçant : Konstantin Barulin (G).
En réserve : Aleksandr Eremenko (G), Evgeni Medvedev, Ilya Kovalchuk, Denis Kokarev (blessé).

République Tchèque

Attaquants :
Roman Horak - Vladimir Sobotka (-1) - Michal Birner
Martin Zatovic - Jan Kovar (2') - Erik Hrna (+1)
Radek Smolenak (C) - Jakub Klepis (-1) - Jakub Valsky
Dominik Simon (-1) - Tomas Filippi (-2) - Michal Repik (-1)
Tomas Mertl

Défenseurs :
Michal Kempny (-1) - Ondrej Nemec (-1)
Vojtech Mozik - Jan Kolar (+1)
Martin Plánek (-1) - Ondrej Vitasek (-2)
Adam Polasek (-1, 2') - Vladimir Eminger

Gardien :
Jakub Kovar (2')

Remplaçant : Pavel Francouz (G).
En réserve : Lukas Krajicek (blessé), Petr Zámorský (repos), Lukas Radil (malade), Roman Cervenka