États-Unis - Russie (Mondial Junior 2015, 1/4 de finale)

Le premier quart de finale de ce Championnat du monde Junior disputé à Montréal est déjà explosif pour deux nations qui ont une revanche à prendre.

wjc 2015 logoLa défaite des Russes en clôture de premier tour face aux Tchèques (1-4) est très mal passée. De l'autre côté du globe, auprès des spécialistes et de tous les adorateurs de hockey en Russie, mais surtout pas plus loin que le vestiaire de la jeune Sbornaïa. Valeri Bragin n'a pu réveiller son équipe de son sommeil face à la Tchéquie, mais il aura eu le temps de remettre les idées en place à ses jeunes protégés afin qu'ils rectifient le tir.

En face, les États-Unis ont le souhait de laver l'affront de l'année passée : ils s'étaient inclinés en quart de finale devant la Russie qui obtenait un troisième succès de rang. Les Américains n'ont en effet plus battu les Russes depuis le 29 décembre 2007...

Pas forcément aidé par ses coéquipiers durant le désastre tchèque qui impose un quart de finale sulfureux face aux Américains, Igor Shestyorkin, gardien du SKA Saint-Pétersbourg et espoir des Rangers de New York, est tout de même reconduit devant le but, au détriment d'Ilya Sorokin. Il conserve de très bonnes statistiques et avait obtenu un blanchissage contre l'Allemagne. Dans le camp américain, Mark Osiecki ne pouvait avoir autant d'hésitation pour choisir son titulaire. Thatcher Demko a été remarquable depuis le début devant les filets et défie logiquement la Russie. 

On peut supposer que le match va être tendu. Dès la première minute, ça se confirme puisque Carlo et Barbashyov ont une première explication. Et les États-Unis tombent vite dans le tourbillon de l'indiscipline. Tyler Motte, sur un repli défensif, et Ryan Collins, touchant avec sa crosse le visage de Tolchinski, concèdent un double avantage numérique dont profitent les jeunes Russes. Pavel Buchnevich se place à la ligne de but, centre pour Vyacheslav Leshenko qui reprend, arrêt de Demko, Ivan Barbashyov vient en soutien, creuse dans le demi-cercle et pousse le puck au fond du but (0-1, 02'31"). Les Américains semblent encore sous le choc de ce but rapide. Sur l'engagement qui suit, Leshenko intercepte, accélère et sert sur sa droite Buchnevich qui ne peut toucher la cible. Ce ne sera d'ailleurs pas la seule accélération inquiétante de Leshenko.

Le réveil américain s'effectue par Dylan Larkin. L'espoir prometteur de Détroit est de loin le plus dangereux, s'offrant plusieurs occasions, les plus franches de son équipe dans ce premier tiers-temps. Mais il est bien difficile de réagir quand on est poussé systématiquement à la faute. DeAngelo rejoint le banc des pénalités pour une crosse haute mais la Russie, qui conserve bien le palet, manque d'automatismes. Fashing est sanctionné à son tour pour une faute offensive, les Russes ne peuvent là encore en profiter mais ils doublent la mise juste à la fin de la supériorité numérique. La Sbornaïa déborde côté droit, Maksim Mamin centre du revers, Demko ne peut contrôler la rondelle qui est libre pour Aleksandr Sharov, le centre de Togliatti loge le puck sous la barre avec son revers (0-2, 15'25").

Par la suite, Larkin tentera également un tir du revers qui passera à quelques centimètres... mais il se fait pénaliser également pour avoir heurté Shestyorkin. Heureusement, ce sera sans incidence malgré deux rebonds dangereux de Kamenev et Golyshev. Entre nervosité et indiscipline, la première période américaine aura été cauchemardesque.

USAH logoCependant, les États-Unis reviennent conquérants dès l'entame du deuxième tiers. Valiev est rapidement envoyé au cachot et Larkin se fait, encore et toujours, dangereux, notamment par un rush sublime au cours duquel il élimine trois joueurs et parvient à frapper. Les vagues déferlent mais la jeune troupe de Bragin défend bien. Elle obtient d'ailleurs un nouveau jeu de puissance avec une nouvelle faute stupide, Miles Wood provoquant un slashing sur Shestyorkin. Pourtant, ce seront les Américains les plus dangereux avec une superbe combinaison Anthony Louis / Chase de Leo.

Alors que le danger Larkin s'illustre à la 28e minute, les pénalités continuent de pleuvoir, et cette fois, des deux côtés. DeAngelo et Sharov rejoignent tour à tour la prison, ce qui donne une configuration à 4 contre 4. Anatoli Golyshev offre un très bon lancer, Thatcher Demko intervient de la jambière droite... et Golyshev est pris par la patrouille pour un faire trébucher devant l'enclave. Les Américains ont alors un double avantage numérique de 38 secondes. C'est assez pour qu'Anthony DeAngelo, de la ligne bleue, réduise l'écart, le palet passant au-dessus de l'épaule droite d'Igor Shestyorkin (1-2, 32'43").

Il reste une supériorité pour les États-Unis qui insistent par Will Butcher à plusieurs reprises. Jack Eichel montre toute sa classe avec un nouveau rush splendide de sa zone défensive mais personne ne peut profiter de sa passe en retrait. Si le pressing des Américains est intense à la 38e minute, la Russie se fera dangereuse avant le second intermède, par Barbashyov, Bryntsev, Buchnevich et Tolchinski.

Russie hockey logoParmi les nombreuses pénalités américaines, toutes auront été justifiées. Sauf une. En début de troisième période, Buchnevich franchit la zone neutre, Milano est au pressing mais il retient sa crosse, Buchnevich trébuchant tout seul. Et malheureusement pour les garçons d'Osiecki, leurs adversaires en profitent. Sergei Tolchinski frappe, son tir est... dévié par le défenseur Carlo, au-dessus de la mitaine de Demko (1-3, 41'27"). Les Américains ne sont pas démoralisés pour autant et continuent de dominer outrageusement. Eichel effectue un nouveau numéro solo admirable mais Miles Wood, posté au centre, est maîtrisé irrégulièrement par Dergashyov. 

Et quand Rafikov se fait interpeller, c'est un nouveau double avantage numérique pour les Américains, cette fois-ci pendant 1'18". Eichel, Matthews et Larkin sont les plus dangereux mais les Russes sont héroïques et résistent. Ils concéderont toutefois un but quelques minutes plus tard. Igor Shestyorkin venait d'effectuer une belle parade mais il se fait piéger par le lancer balayé lointain de Zach Werenski (2-3, 48'56").

La Russie est acculée mais demeure solidaire. À moins de dix minutes de la fin, elle est cependant sanctionnée pour un surnombre. La reprise de Hudson Fasching est extrêmement dangereuse mais les Russes s'en sortent une fois de plus.

Tolchinski, loupant de peu la lucarne, et Leshenko, débordant à pleine vitesse côté droit, auraient pu néanmoins créer le KO. À 27 secondes de la fin, les États-Unis réclament une pénalité russe pour un dégagement dans les tribunes mais les arbitres ne sifflent pas. Et la Sbornaïa junior de résister jusqu'au bout.

Le premier tiers a totalement fragilisé les États-Unis avec deux buts encaissés et dix minutes de pénalité, seize au total. Ils ont bien tenté de réagir, dominant largement en terme de possession et de tirs, mais la Russie a réalisé, dès le début, un gros effort défensif tout en faisant preuve d'efficacité offensive. Comme l'année dernière, les Américains chutent en quart de finale face à la Russie... qui comme l'année dernière rencontrera la Suède en demi-finale.

 

Élus joueurs du match : John Hayden pour les États-Unis, Sergei Tolchinski pour la Russie.

Commentaires d'après-match

Valeri Bragin (entraîneur de la Russie) : "Avant le match, tout le monde disait que nous étions outsiders. Je suis d'accord dans le sens où les États-Unis avaient plus de bons joueurs et étaient mieux organisés. Mais nous avons créé de bonnes chances et avons poussé nos adversaires à la faute. Nous avons montré aujourd'hui un véritable esprit d'équipe.


États-Unis - Russie 2-3 (0-2, 1-0, 1-1).
Vendredi 2 janvier 2015 à 13h00 au Centre Bell de Montréal. 8694 spectateurs.
Arbitrage de Marcus Vinnerborg (SUE) et Tobias Wehrli (SUI) assistés de Miroslav Lhotský (TCH) et Andreas Malmqvist (SUE).
Pénalités : États-Unis 16' (10', 4', 2'), Russie 12' (0', 6', 6').
Tirs : États-Unis 41 (9, 12, 20), Russie 25 (10, 5, 5).

Évolution du score :
0-1 à 02'31" : Barbashyov assisté de Leshenko et Buchnevich (sup. num.)
0-2 à 15'25" : Sharov assisté de Dergachyov et Mamin
1-2 à 32'43" : DeAngelo assisté de Butcher et Eichel (sup. num.)
1-3 à 41'27" : Tolchinski assisté de Paigin et Goldobin (sup. num.)
2-3 à 48'56" : Werenski assisré de Matthews


États-Unis

Attaquants :
Tyler Motte (2') - Jack Eichel (C, -1) - Alex Tuch
Nick Schmaltz (+1) - Auston Matthews (+1) - Chase de Leo
Sonny Milano (2') - Dylan Larkin (2') - Hudson Farsching (2')
Miles Wood (2') - Anthony Louis (-1) - John Hayden (A)

Défenseurs :
Will Butcher (A) - Brandon Carlo (-1)
Noah Hanifin (+1) - Ian McCoshen
Zach Werenski (+1) - Anthony DeAngelo (-1, 4')
Ryan Collins (2')

Gardien :
Thatcher Demko [sorti à 58'35"]

Remplaçant : Brandon Halverson (G). En tribune : Alex Nedeljkovic.

Russie (2' pour surnombre)

Attaquants :
Ivan Barbashyov (-1) - Pavel Buchnevich (A, -1) - Vyacheslav Leshenko (-1)
Maksim Mamin (+1) - Aleksandr A. Sharov (+1, 2') - Vladimir Bryukvin
Sergei Tolchinski - Vladislav Kamenev - Nikolai Goldobin
Ivan Fishenko - Aleksandr Dergashyov (+1, 2') - Anatoli Golyshev (2')

Défenseurs :
Rushan Rafikov (A, 2') - Aleksandr Bryntsev
Nikita Cherepanov - Vladislav Gavrikov (C)
Rinat Valiev (2') - Ivan Provorov
Dmitri Yudin - Ziat Paigin

Gardien : Igor Shestyorkin

Remplaçant : Ilya Sorokin (G). En tribune : Denis Kostin.