Brest - Amiens (Ligue Magnus, 18e journée)

Brest enchaîne à domicile 

Après de longs périples dans les contrées très lointaines enneigées de Briançon et Chamonix, les Albatros ont enfin regagné leurs pénates au climat bien plus doux. Dans leur bagage, ils rentrent avec deux précieux points mais un capitaine blessé. Jaroslav Prosvic s’est en effet fracturé le scaphoïde et sa saison est a priori terminée. Enfin, un miracle est toujours possible, puisque David Hennebert, que l’on annonçait out pour la saison, est présent ce soir avec le titre de capitaine.

L’effectif breton est un peu bouleversé avec l’arrivée d’Edgars Dikis en défense. Elle permet à Sébastien Oprandi d’utiliser la polyvalence de Tim Hartung et de le faire passer au centre du deuxième bloc. Comme le rappelait justement Sébastien Bernard dans la présentation de cette journée, l’avant dernière attaque à domicile (Brest – 23 buts marqués) rencontre la deuxième attaque à l’extérieur (Amiens – 32 buts marqués). A priori de bon augure pour les Picards mais les récents résultats bretons à domicile ont de quoi les inquiéter. Plus personne ne s’est imposé au Rïnkla Stadium depuis le 8 novembre.

Il faut dire qu’il y a un net mieux dans le jeu développé par les Brestois ces derniers temps. Et ils poursuivent sur leur lancée en démarrant tambour battant la rencontre. On joue depuis moins de deux minutes que Mitch O’Keefe a déjà dû aller chercher au fond de ses filets un palet ayant ricoché sur Jonathan Avenel au second poteau (1-0 à 1’39’’).

Amiens subit le jeu et s’en tire à bon compte sur la première infériorité créé par Coburn (3’04’’). Revenus au complet, les visiteurs émergent de leur torpeur sous l’impulsion de Kevin Bruijsten, mais ses trois tirs successifs butent sur l’ex-Amiénois et néo-international Léo Bertein (5’30’’).

Bien qu’ayant moins de tirs que leur adversaire sur ce premier tiers (10 contre 15), les occasions les plus chaudes sont incontestablement brestoises. Michal Dian tape la barre transversale (11’) tandis que la reprise ras glace de Nicolas Motreff frôle le montant droit de O’Keefe. Tim Hartung est loin d’être perdu en position de centre puisqu’il contribue avec son bloc à un jeu particulièrement léché qui utilise toute la largeur de la patinoire. Ceci fait tourner en bourrique la défense adverse qui est incapable de couper les longues passes adverses.

Malgré une dernière minute où Amiens multiplie les tirs (faciles) sur Bertein, les Gothiques peuvent s’estimer heureux de rentrer aux vestiaires avec un petit but de retard étant donné la très bonne prestation des Brestois qui ont été dans le rythme d’entrée de jeu.

Le tiers médian part sur les mêmes bases. Complètement pris de court par la vitesse locale, Amiens ne peut rien sur le contre fulgurant amorcé par une longue transmission au timing parfait de Nicolas Motreff sur l’aile gauche pour Benjamin Breault. Le Canadien centre intelligemment pour To Landry qui ajuste O’Keefe d’un revers sous la barre (2-0 à 20’21’’).

Peu après, Bryce Reddick effectue un forcing victorieux en deux temps. Son premier tir est ralenti par O’Keefe mais le disque glisse derrière le portier et est poussé au fond par son ex-coéquipier de Las Vegas (23’42’’). 3-0 ? Et bien non, puisque l’arbitre a sifflé un arrêt de jeu dès le premier tir de Reddick pensant que le gardien avait gelé le palet.

Privé d’un but, Brest fait la grimace face à des Amiénois qui commencent à se montrer pressants. Bertein, de l’épaule, annihile un slap surpuissant de Romain Bault (24’33’’) puis c’est au tour d’un autre défenseur, Kevin Dusseau, d’alerter le gardien brestois. L’arrêt est propre et sans rebond, sans quoi Romain Carpentier était à l’affût (25’). Face au pressing visiteur, Brest est poussé à la faute par Holik qui dégage maladroitement un palet directement en tribune (25’14’’). Sur l’infériorité numérique, Gréverend laisse trop traîner sa crosse et fait trébucher un attaquant adverse (25’47’’).

Réduit à trois contre cinq pendant au maximum 1’27’’ avec deux défenseurs en prison, la tâche s’annonce ardue. Amiens ne se fait pas prier pour en profiter et fait preuve d’un réalisme maximum. À peine dix secondes après la remise en jeu, le capitaine Marc Belanger montre la voie d’un lancer frappé limpide qui transperce Bertein (2-1 à 25’57’’). Holik sort du cachot mais la prison de Gréverend se poursuit. Le jeu de puissance picard fait encore mouche sur une passe au deuxième poteau qu’Hennebert ne parvient pas à couper ce qui permet à Coburn de la dévier au fond des filets (2-2 à 27’07’’).

En 1’10’’ chrono, les Gothiques sont revenus dans la partie. Boostés par ce complet retournement de situation ils se ruent un peu plus à l’attaque, ce qui va au final leur coûter très cher. En procédant ainsi, les Amiénois s’exposent dangereusement aux contres rapides des Brestois, et ça ne pardonne pas. Après avoir laissé passer l’orage, la défense brestoise dégage le palet et trouve immédiatement la fusée Dian esseulée. Le slapshot pleine lucarne du Slovaque conclut cette contre-attaque assassine qui a totalement piégé Amiens (3-2 à 28’50’’).

Les choses se compliquent un peu plus pour les nordistes en fin de tiers avec les prisons de Kazarine (34’56’’) et Thomas (39’29’’). La première est terminée prématurément par le but de Jérémie Romand qui était à la récupération d’un rebond laissé sur un arrêt initial de O’Keefe en position délicate (4-2 à 35’57’’). La deuxième ne va pas non plus jusqu’à son terme puisque après une circulation dangereuse du disque dans l’enclave amiénoise, Quesnel positionné dans le slot marque du revers le cinquième but (5-2 à 39’48’’).

Les boulevards laissés par le « penalty killing »  amiénois devant l’enclave ont coûté cher. Le palet a circulé bien trop facilement juste devant le but d’O’Keefe. Notons tout de même qu’entre ces deux buts, Shayne Stockton a été complètement volé par un arrêt de la mitaine à bout portant de Léo Bertein (37’04’’).

De manière assez prévisible, les Albatros laissent venir les Amiénois dans le troisième tiers-temps pour jouer le contre et gérer leur avance. La paire Breault-To Landry manque de peu d’alourdir la marque en procédant ainsi grâce à leur vitesse (44’, 45’). Michal Dian rode perpétuellement du côté de la ligne bleue adverse ce qui a le don d’énerver prodigieusement les défenseurs amiénois qui l’accrochent. Ceci amène d’ailleurs une pénalité (48’59’’) à un joueur inconnu car la feuille de match l’attribue à… Barry Smith, le coach des picards.

Indisciplinés, les Gothiques perdent un temps précieux pour revenir au score en concédant pas moins de quatre pénalités entre 47’15’’ et 51’43’’. Heureusement pour eux O’Keefe sort le grand jeu et empêche de justesse aux Brestois de porter l’estocade à 6-2, ce qui n’aurait pas été usurpé. Ayant le match en mains, les Albatros la jouent un peu trop facile, y compris à cinq contre trois pendant 1’40’’.

Malgré le rush rageur de Jérémie Romand qui se conclut par une nouvelle barre transversale, Brest n’est pas totalement à l’abri. Sur une passe en profondeur, le défenseur Jamie VanderVeeken trompe Bertein d’un tir ras glace (5-3 à 56’06’’). Visiblement agacés par l’arbitrage, les Amiénois le sont un peu plus lorsque Marc Bélanger est victime d’une charge avec le genou de Romand, non sanctionnée (56’30’’).

N’ayant plus rien à perdre, Mitch O’Keefe déserte sa cage une première fois (57’40’’) mais le moment est mal choisi. Le palet est alors en zone neutre et est récupéré par Brest qui inscrit un sixième but par To Landry (6-3 à 57’46’’). La seconde sortie est effectuée à un moment plus opportun (58’50’’) alors qu’Amiens est installé en zone offensive. Ceci n’empêche pas Bryce Reddick de marquer le but le plus lointain vu au Rïnkla Stadium, d’un lancer à l’opposé de la patinoire (7-3 à 59’53’’).

Le calvaire des joueurs de la Somme se termine enfin mais c’est une grosse déception pour eux qui étaient venus chercher les deux points pour rester à portée du top 4. Peine perdue, ils sont passés complètement à côté de leur match face à des Brestois efficaces à domicile. Le jeu de puissance aura pourtant été parfait puisqu’il est à 100 % d’efficacité mais l’indiscipline aura fait mal en faisant prendre le large aux Albatros en fin de deuxième tiers et en perdant du temps pour revenir au score dans la dernière période. Un match à oublier pour eux.

Du côté brestois, le sourire est de mise avec quatre points engrangés sur les six qu’offraient les trois derniers matchs. Et pourtant malgré cela leur marge d’erreur reste très faible. Certes ils sortent de la zone rouge au détriment du HCMAG (battu à Briançon 5-1) mais ils n’y sont pas totalement éloignés. Il faut maintenant impérativement transposer ces bons résultats obtenus à domicile par des victoires en temps réglementaire à l’extérieur. Le match sur la glace de Morzine samedi prochain s’annonce déjà comme crucial pour la participation ou non des Albatros aux play-off tant espérés.



Brest – Amiens 7-3 (1-0, 4-2, 2-1)
Samedi 03 janvier 2015 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 1207 spectateurs
Arbitrage de Laurent Garbay assisté de Charles-Édouard Salmon et Matthieu Loos.
Pénalités : Brest 4' (0’, 4’, 0’), Amiens 14' (2’, 4’, 8‘).
Tirs : Brest 37 (10, 10, 17), Amiens 29 (15, 8, 6)

Évolution du score :
1-0 à 01’39’’ : J. Avenel assisté de G. Avenel
2-0 à 20’21’’ : To Landry assisté de N. Motreff et Breault
2-1 à 25’57’’ : Belanger assisté de Champagne et VanderVeeken (double sup. num.)
2-2 à 27’06’’ : Coburn assisté de Fauchon et Stuart (sup. num.)
3-2 à 28’50’’ : Dian assisté de Hartung et Dikis
4-2 à 35’57’’ : Romand assisté de Quesnel et Hartung (sup. num.)
5-2 à 39’48’’ : Quesnel assisté de Dian et Hartung
5-3 à 56’06’’ : VanderVeeken assisté de Belanger et Bruijsten
6-3 à 57’46’’ : To Landry assisté de Dikis et Crossman (cage vide)
7-3 à 59’53’’ : Reddick assisté de Holik (cage vide)

Brest

Gardien : Léo Bertein.

Défenseurs : Jason Crossman – Edgars Dikis ; Vladimir Holik – Bryce Reddick ; Aurélien Gréverend (A) – Gaëtan Cannizzo ou David Hennebert (C).

Attaquants : Benjamin Breault – Nicolas Motreff – Vikhael To Landry ; Alexandre Quesnel – Tim Hartung (A) – Michal Dian ; Jonathan Avenel – Graham Avenel – Jérémie Romand ; Sébastien Delemps – Quentin Berthon – Dimitri Motreff.

Remplaçant : Arnaud Goetz (G). Absent : Jaroslav Prosvic (fracture du scaphoïde).

Amiens

Gardien : Mitch O'Keefe (sorti de 57’40’’ à 57’46’’ et de 58’50’’ à 59’53’’).

Défenseurs : Greg Coburn – Nicolas Leclerc ; Shawn Stuart – Fabien Bourgeois ; Jamie VanderVeeken – Romain Bault ; Kevin Dusseau (A) (rotation à 7 défenseurs).

Attaquants : Fabien Kazarine – Joël Champagne – David Bastien ; Kevin Bruijsten (A) – Shayne Stockton – Marc Bélanger (C) ; Romain Carpentier – Julien Guillaume – Quentin Fauchon ; Marius Serer – Devin Gannon – Rémi Thomas.

Remplaçants : Guillaume Duquenne (G), Axel Rioux. Absents : Antoine Buriez, Ramón Sopko (choix de l'entraîneur).