Suède - Russie (demi-finale du Mondial U20)

La Suède arrive en demi-finale invaincue. Mais la demi-finale ne s'annonce pas si simple face à la Russie. Décevante au premier tour, la Sbornaia s'est transcendée pour sortir les Etats-Unis en quarts de finale.

Le duel est un classique puisque les deux pays se sont affrontés à ce stade au cours de trois des quatre dernières éditions. Après une victoire russe en 2011, la Suède a gagné les trois duels suivants, pour l'or en 2012, puis en demi-finale en 2013 et 2014. Au final, la Suède a battu la Russie lors de dix des onze derniers duels ! Au premier tour, les Scandinaves ont d'ailleurs gagné 3-2. Les Jaunes s'appuient sur un jeu de puissance efficace et un jeu en infériorité irréprochable.

La Suède méconnaissable

Le début de match tourne à l'avantage des Russes. Enthousiastes, intenses, les Russes poussent la Suède dans ses retranchements. Les Nordiques apparaissent désorganisés et hésitants. Une intensité d'écart qui se traduit par une grosse charge de Maxim Mamin sur William Lagesson qui vaut à l'attaquant russe une méconduite de dix minutes. La supériorité numérique n'est pas exploitée et la Suède est tout heureuse de rentrer au vestiaire à 0-0, avec un déficit de tir assez conséquent (12-6).

Malheureusement pour eux, le deuxième tiers est du même calibre. La Russie domine toujours son sujet et finit par ouvrir le score à la mi-match. L'attaque placée à trois-contre-trois est parfaitement exécutée. Les passes, précises, dissèquent la défense et Sharov, en tête de cercle, trouve la lucarne opposée, côté mitaine (0-1).

Moins de deux minutes plus tard, le jeu de puissance russe trouve la faille, faisant craquer l'équipe spéciale adverse pour la première fois du tournoi. Les défenseurs s'échangent le palet à la bleue et Valiev décale Paigin à l'entrée du cercle. La volée puissante touche le métal mais rentre (0-2). La Tre Kronor n'a pas l'habitude d'avoir deux buts de retard et il faut un Söderström des grands jours pour éviter la catastrophe. Le portier sauve son camp face aux lignes Sharov puis Buchnevich. En fin de tiers, Dergachyov attaque la cage et parait marquer. Mais le palet est entré dans la cage à l'aide de son patin et la vidéo invalide le but.

La Russie maîtrise

De quoi réveiller la Suède ? Pas vraiment ! Dès les premières secondes du dernier tiers, la Russie exploite une chute de Sebastian Aho derrière son propre but. Mamin et Bryukvin récupèrent le palet et trouvent Sharov plein axe. Le contrôle est limite mais cela n'empêche pas l'attaquant de signer un doublé d'un tir précis (0-3).

La partie devient compliquée pour la Suède, qui passe son temps à sauver les meubles. Forsling, par exemple, doit intervenir du bout de la crosse pour priver Golyshev d'une échappée. Finalement, à neuf minutes de la fin, Wallmark réduit la marque du revers après un exploit individuel et un tir entre ses jambes (1-3). Shestyorkin prive les coéquipiers de William Nylander d'un retour en se couchant sur un tir piégeux.

Et la délivrance survient une minute plus tard, lors d'un deux-contre-un. Söderström sauve le tir de Fishenko mais pas le rebond de Mamin (1-4). La Suède sort Söderström à quatre minutes de la fin, sans succès, malgré un but refusé à Wallmark dans les dernières secondes pour obstruction sur le gardien.

La Russie retourne en finale, la première depuis le titre 2011, déjà sous les ordres de Valeri Bragin... Une prestation défensive remarquable, cantonnant la Suède à l'extérieur et coupant les accélérations dans la neutre. La Suède peut s'en vouloir, avec son pire match du tournoi...

 

Suède 1-4 Russie (0-0, 0-2, 1-2)
Dimanche 4 janvier 2015, 16h. Air Canada Center de Toronto, Canada. 15400 spectateurs.
Arbitrage de Steve Patafie (USA) et Tobias Wehrli (SUI) assistés de Bevan Mills (CAN) et Judson Ritter (USA).
Tirs : Suède 27 (6, 7, 14), Russie 31 (12, 12, 7)
Pénalités : Suède 8' (2', 6', 0'), Russie 16' (12', 2', 2')

Récapitulatif du score
0-1 à 31'18" : Sharov assisté de Golyshev et Dergachyov
0-2 à 32'50" : Paigin assisté de Valiev et Kamenev (sup. num.)
0-3 à 41'31" : Sharov assisté de Bryukvin et Mamin
1-3 à 51'30" : Wallmark assisté de Brodecki et Kempe
1-4 à 52'39" : Mamin assisté de Fishenko et Bryukvin

 

Russie

Attaquants :
Pavel Buchnevich (A) - Ivan Barbashyov - Vyacheslav Leshenko
Maxim Mamin - Ivan Fishenko - Vladimir Bryukvin
Anatoli Golyshev - Alexander Sharov - Alexander Dergachyov
Nikolai Goldobin - Vladislav Kamenev - Sergei Tolchinski

Défenseurs :
Alexander Bryntsev - Rushan Rafikov (A)
Nikita Cherepanov - Vladislav Gavrikov (C)
Ziat Paigin - Dmitri Yudin
Ivan Provorov - Rinat Valiev

Gardien : Igor Shestyorkin

Remplaçant : Ilya Sorokin (G)
En tribunes : Denis Kostin (G), Damir Sharipzyanov (D), Ilya Korenev (A)

Entraîneur : Valeri Bragin

Suède

Attaquants :
Anton Blidh - Jacob de la Rose (C) - Anton Karlsson
William Nylander - Axel Holmström - Oskar Lindblom
Adam Brodecki - Lucas Wallmark (A) - Adrian Kempe
Victor Olofsson - Christoffer Ehn - Jens Lööke
Leon Bristedt

Défenseurs :
Julius Bergman - Robert Hägg (A)
Sebastian Aho - William Lagesson
Robin Norell - Gustav Forsling
Andreas Englund

Gardien : Linus Söderström (sorti de sa cage à 56'56")
Remplaçant : Samuel Ward

En tribunes : Jonas Johansson (G), Rasmus Asplund (A)

Entraîneur : Rikard Gronborg