Les entraîneurs fuient le Bélarus

Le Bélarus s'était mobilisé pour les championnats du monde à domicile et y avait atteint les quarts de finale (avec un coup de pouce de l'arbitrage), enrayant ainsi un déclin sensible qui l'avait fait tomber à la 15e place du classement IIHF. Mais ces derniers mois, il a passé plus de temps sans entraîneur qu'avec, et s'est montré incapable de conserver ses premiers choix !

On savait dès le Mondial de Minsk que Glen Hanlon prendrait la direction de la Suisse. Pour autant, il fallu quatre mois pour lui trouver un remplaçant. Encore une fois, le Bélarus s'est finalement rabattu sur une vieille connaissance, Vladimir Krikunov, l'homme qui l'avait conduit (avec un coup de pouce de Tommy Salo) en demi-finale des Jeux olympiques 2002. Un choix qui a suscité beaucoup de scepticisme : l'ex-sélectionneur russe fait figure d'homme du passé, et incarnait un certain retour en arrière.

Sous la houlette de Krikunov, le Bélarus a connu un tournoi catastrophique en novembre à Ljubljana, en perdant contre l'Autriche, la Slovénie et - cerise sur le gâteau (ou plutôt wasabi sur le sushi) - le Japon. Certes la KHL ne s'arrêtait pas et il a fallu composer avec les joueurs du championnat national, mais ce fut une baffe quand même. La suivante ne tardait pas : Vladimir Krikunov choisissait de quitter son poste pour retourner une énième fois dans "son" club du Neftekhimik Nijnekamsk.

STEPANOV Andrei-120504-534Un mal pour un bien ? Le départ de Krikunov pouvait figure d'opportunité, puisque Sean Simpson, viré en KHL après neuf rencontres de championnat à peine, était disponible. Le Canadien, qui avait aidé Hanlon comme adjoint avant de s'occuper de la Suisse, faisait figure de candidat idéal. C'est un spécialiste mondialement reconnu, et il connaît déjà l'équipe. Il a passé quelques jours à Minsk, a négocié avec la fédération... mais aucun accord n'a jamais été trouvé. Retourné en Suisse, Simpson vient de signer à Kloten.

Entre-temps, après trois semaines supplémentaires sans sélectionneur, le suspense a été levé à Minsk. L'heureux élu est Dave Lewis, lui aussi ancien assistant-coach du Bélarus, en 2009 et 2010, avant de devenir sélectionneur de l'Ukraine en 2011. L'ancien entraîneur de Detroit pendant 13 ans (dont 3 comme chef) est ensuite retourné en NHL où il a travaillé pendant trois ans comme assistant-coach chez les Carolina Hurricanes.

Pour ce premier test deux semaines après sa nomination, Dave Lewis a la chance d'aligner une équipe 100% KHL, mais l'adversaire est aussi de haut niveau : la Slovaquie enregistre notamment le retour de Dominik Graňák, qui n'avait plus joué en équipe nationale depuis deux ans en raison de blessures après neuf championnats du monde consécutifs. Le fiable défenseur a logiquement été nommé capitaine.

La Slovaquie bénéficie d'une supériorité numérique presque immédiate après un surnombre biélorusse, mais n'obtient qu'un seul tir de Libor Hudáček. Revenu au complet, le Bélarus établit un pressing relativement inhabituel, allant parfois très haut en zone offensive, mais cette stratégie n'est pas sans ouvrir deux ou trois brèches dans sa défense. Le gardien Stepan Goryachevskikh doit repousser un revers de Viedenský à 3 contre 2, et bloquer de la jambière un tir de Dravecký parti en breakaway.

Dans les deux périodes suivantes, le Bélarus arrive à dominer en défendant mieux, sans concéder d'occasions adverses. Vyacheslav Andryushchenko est le plus dangereux avec son tour de cage rapide. Mais pour concrétiser, il faudra compter sur les avantages numériques, priorité annoncée du nouveau sélectionneur Dave Lewis. Le premier but doit cependant tout à un dégagement raté du défenseur Štajnoch, dont le revers ne franchit pas la ligne bleue et est intercepté plein axe par Evgeni Nogachyov, qui n'en demandait pas tant et ouvre le score.

MIKLIK Michel-140512-024Le deuxième but est en revanche un but classique de powerplay, intervenant après une crosse haute de Graňák qui a involontairement fait saigner Efimenko (2'+2'). Andrei Stepanov, évoluant comme quatrième attaquant à la ligne bleue, envoie un tir rasant. La déviation malencontreuse de Daloga lève le palet et trompe son gardien.

Une incompréhension biélorusse en sortie de zone permet à Viedenský de décaler Miklík pour la réduction du score, mais cette résurgence trop tardive ne remet pas en cause la victoire adverse. Le Bélarus accède à la finale de ce Challenge d'Arosa et retrouve son rang.

Désignés joueurs du match : Michel Miklík pour la Slovaquie et Stepan Goryachevskikh pour le Bélarus.

Commentaires d'après-match

Vladimir Vůjtek (entraîneur de la Slovaquie) : "Il faut bien admettre qu'ils étaient la meilleure équipe pendant 57 minutes. Ils ont bien mieux joué les powerplays."

Michel Miklík (attaquant de la Slovaquie) : "Le but est la seule chose dont je sois satisfait. Nous voulions aller en finale. Notre attaque a essayé, mais nous pouvons mieux jouer. Nous devons travailler, surtout pour réduire nos pénalités qui ont précipité la défaite."

 

Slovaquie - Bélarus 1-2 (0-0, 0-1, 1-1)
Vendredi 19 décembre 2014 à 16h15 au Sport- und Kulturzentrum d'Arosa. 360 spectateurs.
Arbitrage de Marcus Vinnerborg (SUE) et Tobias Wehrli (SUI) assistés de Flavio Ambrosetti et Simon Wust (SUI).
Pénalités : Slovaquie 14' (0', 8', 6'), Bélarus 8' (2', 4', 2').
Tirs : Slovaquie 19 (6, 7, 6), Bélarus 24 (4, 11, 9).

Évolution du score :
0-1 à 26'07" : Nogachyov (sup. num.)
0-2 à 50'45" : Stepanov assisté de Stas (sup. num.)
1-2 à 56'20" : Miklik assisté de Viedensky


Slovaquie

Attaquants :
Radoslav Tybor (+1) - Marek Viedenský (+1) - Michel Miklík (A, +1, 2')
Adam Lapšanský (2') - Lukáš Cingeľ (2') - Vladimír Dravecký
Libor Hudáček - Tomáš Marcinko (2') - Andrej Kudrna
Andrej Šťastný - Patrik Lušňák - Michael Vandas

Défenseurs :
Karol Sloboda (+1, 2') - Dominik Graňák (C, +1, 4')
Juraj Mikuš - Marek Ďaloga
Tomáš Starosta (A) - Peter Čerešňák
Peter Mikuš - Martin Štajnoch

Gardien :
Július Hudáček

Remplaçants : Marek Čiliak (G), Radovan Puliš. En tribunes : Adam Jánošík.

Bélarus

Attaquants :
Artur Gavrus (-1) - Andrei Stas (A) - Artyom Kisly
Vyacheslav Andryushchenko (2') - Aleksandr Kulakov (A) - Andrei Stepanov
Aleksei Efimenko - Evgeni Kovyrshin (-1) - Aleksandr Pavlovich
Sergei Drozd (2') - Artyom Volkov - Pavel Razvadovski (-1)

Défenseurs :
Dmitri Korobov - Vladimir Denisov (C, -1, 2')
Evgeni Lisovets - Ilya Shinkevich (-1, 2')
Evgeni Nogachyov - Nikolaï Stasenko
Oleg Goroshko - Ilya Kaznadeï

Gardien :
Stepan Goryachevskikh

Remplaçant : Igor Brikun (G).