Angers - Grodno (Coupe Continentale 2015, finale)

Une place en Ligue des Champions est promise au vainqueur de cette Coupe Continentale, et suffit à aiguiser les appétits.

En novembre, Angers et Grodno s'étaient qualifiés tous deux après pour ce tournoi final un dernier match perdu par les Ducs (3-4). Mais on se souvient que l'ancien gardien de NHL Jean-Sébastien Aubin avait été cloué au lit par une otite et que son remplaçant Alexis Neau avait connu une soirée difficile. Avec Aubin de retour dans les cages, les Angevins seraient-ils donc favoris ?

Pas si simple. N'oublions pas qu'au tour précédent, les vice-champions de France évoluaient à domicile dans "leur" Haras, qualifié de "hangar" digne de "l'âge de pierre" par Vassili Spiridonov, l'entraîneur de Grodno. La glace de petite dimension (56 mètres sur 26) y favorise le hockey vertical d'Angers, très direct pour aller en zone offensive puis à la cage. Dans cette finale, la grande glace de Bremerhaven pourrait mieux convenir aux qualités techniques et aux combinaisons de passes du Neman.

Les deux équipes semblent en tout cas arriver au complet et en forme. Grodno reste sur neuf victoires dans les dix dernières journées de championnat, et Angers est invaincu sur la même période. Mais le Neman a été impacté par la chute du rouble biélorusse, qui a suivi la même trajectoire que le rouble russe... Le coût du voyage ayant été augmenté de 30% (par rapport à la dévaluation de sa monnaie), le champion du Bélarus a annulé le charter initialement prévu et parcouru les 1250 kilomètres en bus !

CAMPBELLSitôt arrivé, Spiridonov a organisé une séance d'entraînement de 45 minutes sur la glace pour que ses joueurs se décrassent du voyage. Angers, au contraire, ne s'est pas entraîné le matin.

Cette différence d'approche influence-t-elle le début de match ? Toujours est-il qu'une équipe semble bien plus prête que l'autre. Dès la première minute, Grodno s'échappe à 2 contre 1 et Alkesandr Maliavko lève parfaitement le palet en lucarne. C'est mal parti, et encore ce n'est rien.

Le capitaine de l'équipe biélorusse, Andreï Korshunov, avait déjà été désigné meilleur défenseur lors de la demi-finale. La glace de Bremerhaven, avec ses larges dimensions et sa glisse parfaite, offre des conditions de jeu idéales à son slap puissant. Dès la première supériorité numérique, pour une faute de Gaborit, le tir de Korshunov est trop rapide pour Aubin, et oblige déjà Réal Paiement à utiliser son temps mort. Et quelques minutes plus tard, le gardien canadien est masqué et battu de nouveau par un missile du capitaine, encouragé par sa réussite et qui multiplie évidemment les tentatives. 0-3 en 13 minutes : pas besoin d'être superstitieux pour comprendre que ça porte malheur.

Avec ses quatre lignes, le Neman Grodno semble avoir le coffre pour tenir cette avance. La seule petite incertitude pèse sur cependant sur sa défense. Artur Kovrakh, le septième défenseur, est tombé malade juste avant le départ : il est en tribune. Le jeune Andrei Kravchenko, envisagé comme réserviste, a demandé quel serait son rôle exact sur ce week-end, et l'entraîneur ne l'a donc pas emmené ! Il n'est pas recommandé de poser trop de questions au Bélarus. Quand le vétéran tchèque Daniel Seman s'est coupé l'arcade contre la bande juste avant le troisième but, la défense de Grodno a été réduite à 5 joueurs... mais il revient sur la glace après la pause et le Neman peut donc gérer son match en toute sérénité.

Il enfonce même le clou en seconde période. L'échange de passes entre Lastoevtski et Mikhaïlov est parfait sur le quatrième but. Le cinquième est un face-à-face remporté par Aleksejs Sirokovs face à Aubin... et Yannick Tifu, sorti de prison à peine trente secondes plus tôt, ne trouve rien de mieux que de propulser le Letton dans la balustrade par derrière. Un mauvais geste qui lui vaut 2'+10'. Rien ne va plus, même pas la discipline.

Réal Paiement décide de sortir Jean-Sébastien Aubin, vraiment pas à son avantage, et Alexis Neau refait donc face à Grodno. Il préserve cette fois sa cage inviolée pendant les vingt dernières minutes, avec tout de même 14 tirs. Angers ne cadre que deux fois dans le même laps de temps : à leur décharge, Tim Crowder puis Cody Campbell en toute fin de match n'ont pas eu de chance en tirant sur le poteau.

0-5, le score est lourd et rédhibitoire pour une éventuelle égalité à trois si elle inclut les deux clubs. Dès le premier match, les Angevins sont en mauvaise posture, face à l'adversaire qu'ils auraient dû connaître le mieux, et ne sont plus maîtres de leur destin.

Désignés joueurs du match : Tim Crowder pour Angers et Andrei Korshunov pour Grodno.

Commentaires d'après-match (dans le Courrier de l'Ouest)

Réal Paiement (entraîneur d'Angers) : "On ne peut pas se permettre un départ comme ça. Je n'ai pas d'explication. On a préféré ne pas monter sur la glace ce matin mais je ne sais pas si le match aurait été différent. Contre une équipe comme ça, il y a des erreurs à ne pas faire. Je l'ai trouvée aussi bonne qu'en demi-finale. Mais nous, on n'a pas joué comme on avait su le faire. C'est vrai que la grande glace les avantage sûrement puisqu'ils ont des gabarits plus petits et plus rapides. Mais ce n'est pas une excuse."

 

Angers - Grodno 0-5 (0-3, 0-2, 0-0)
Vendredi 9 janvier 2015 à 16h00 à l'Eisarena de Bremerhaven. 691 spectateurs.
Arbitrage de Peter Gebei (HON) et Aleksi Rantala (FIN) assisté de Lukas Kohlmuller et Thorsten Lajoie (ALL).
Pénalités : Angers 30' (8', 6'+10', 6') ; Grodno 8' (4', 2', 2').
Tirs cadrés : Angers 19 (8, 9, 2) ; Grodno 34 (10, 11, 14).

Évolution du score :
0-1 à 00'57" : A. Malyavko assisté de Medvedev
0-2 à 04'17" : Korshunov assisté de Stepanov (sup. num.)
0-3 à 13'11" : Korshunov assisté de Lastovetski et Nazarevich
0-4 à 32'07" : Lastovetski assisté de Mikhaïlov
0-5 à 35'15" : Sirokovs assisté de Medvedev


Angers

Attaquants :
Julien Albert (C, -1, 2') - Brian Henderson (-1) - Robin Gaborit (-1, 4')
Johan Skinnars (-1) - Cody Campbell (-1, 2') - Braden Walls (A, -1)
Guillaume Lefebvre (-2, 2') - Yannick Tifu (-2, 6'+10') - Tim Crowder (-2)
Maxime Griet - Dimitri Thillet

Défenseurs :
Lauri Lahesalu (-1, 2') - Sébastien Bisaillon (2')
Gary Lévèque (A, -2) - Michael Busto (-2)
Andrej Mrena (-1) - Florent Aubé (-1)
Damien Sanchez - Paul Bahain (-1)

Gardien :
Jean-Sébastien Aubin

Remplaçants : Alexis Neau (G), Sébastien Valade. Blessé : Alexis Crosnier.

Neman Grodno

Attaquants :
Pavel Boyarchuk - Maksim Osipov - Yegor Stepanov
Sergei Malyavko (+1) - Jaroslav Kristek (+1) - Aleksandr Malyavko (+1)
Pavel Korsakov (+2) - Vladimir Mikhaïlov (+2) - Konstantin Lastovetski (+2)
Sergei Khomko (+1, 2') - Aleksejs Sirokovs (A, +1, 2') - Vyacheslav Lisichkin (+1)
Dmitri Pantsyrev - Ivan Myadel

Défenseurs :
Daniel Seman (+1) - Andrei Korshunov (C, +2)
Ilya Nazarevich (+3) - Aleksandr Medvedev (A, +2, 4')
Sergei Kopilets - Sergei Bogoleïsha

Gardien :
Maksim Samankov

Remplaçant : Yan Shelepnyov (G). En tribune : Artur Kovrakh (malade).