Pavlodar - Angers (Coupe Continentale 2015, finale)

Avant le tournoi, l'entraîneur Réal Paiement et le clan angevin considérait Pavlodar comme le possible favori de la Superfinale.

Le champion du Kazakhstan a en effet l'allure d'un champion de Slovaquie avec ses douze Slovaques, plus l'entraîneur. Nombre d'entre eux sont d'ailleurs connus dans leur pays, comme Hujsa (avec Bratislava), Grman et Zalesak (avec Kosice) ou Fabus (avec Trencin et Kosice). En talent technique, cette équipe vaut largement Martin, que Rouen avait battu en 2009 dans un soir d'exploit européen.

AUBINjeansebastien20141116079La différence tient dans l'âge relativement avancé de cette équipe de Pavlodar, ce qui la rend moins énergique et sans doute facile à bouger. Bremerhaven l'a fait hier en prenant sa revanche sur la demi-finale. Il n'est donc plus question de favori : le perdant de ce match abandonnera ses derniers espoirs dans le tournoi.

Bousculer les joueurs du Kazakhstan : les Angevins ont bien compris le message et l'appliquent face à un adversaire qui ne joue pas avec la même intensité que Grodno hier. Les champions de France, bien remis de la gifle subie au premier match, sont récompensés de leurs efforts en fin de première période. Cody Campbell remporte une mise au jeu en zone offensive, le défenseur Michael Busto redirige le palet vers Johan Skinnars qui décale parfaitement Tim Crowder pour un slap gagnant (0-1).

Pourtant, cet avantage s'évanouit rapidement au deuxième tiers-temps sur deux défauts de placement défensif. Tout d'abord, Richard Huna reçoit une longue passe de Denis Rehak dans le dos de Sébastien Bisaillon. Cinq minutes plus tard, le jeune Paul Bahain laisse partir Denis Klemeshov et ce même Richard Huna pour un 2 contre 1 d'école (2-1).

La situation s'aggrave lorsque Henderson charge Cakajik dans la bande et que Lahesalu fait obstruction sur Mlynarovic. À 3 contre 5, Angers s'appuie sur son gardien Jean-Sébastien Aubin, qui s'est lui aussi bien repris après la défaite cinglante. Quand il jette sa crosse, un tir de pénalité est cependant accordé à Tomas Vak, mais le Tchèque but sur le portier canadien. Les Ducs continuent de défendre pendant une pénalité de Walls et se sortent donc avec un seul but de retard de ce temps faible, essentiellement passé dans leur zone.

ALBERTjulien20141116039Remonté par un discours ferme à la pause, les Angevins impriment de nouveau le tempo du match au retour sur la glace, et s'adjugent la possession du palet. Julien Albert dévie le lancer lointain de Gary Leveque devant le but pour une égalisation rapide. Moins d'une minute plus tard, Johan Skinnars renverse à nouveau la marque sur une excellente passe de Campbell (2-3).

Va-t-on encore assister à un retournement de situation ? Les Slovaques croient égaliser mais le but est refusé pour une crosse haute préalable de Peter Fabus, qui file en prison. Pendant l'avantage numérique, Yannick Tifu se place dans le slot pour convertir un rebond (2-4).

Appliqué à bloquer les lancers, Angers défend ensuite cette avance jusqu'au bout et redore son blason écorné hier. L'hymne national des vainqueurs, jouée dans un contexte de rassemblement national de la France frappée par les attaques terroristes, devient même un grand moment d'émotion.

Désignés joueurs du match : Sergei Miroshnichenko pour Pavlodar et Julien Albert pour Angers.

Commentaires d'après-match (dans le Courrier de l'Ouest)

Julien Albert (capitaine d'Angers) : "C'était une Marseillaise très spéciale. J'ai eu une pensée pour les victimes, les journalistes, les forces de police, pour leurs familles. Même si nous sommes partis depuis mercredi, on est de tout coeur avec nos compatriotes."

Brian Henderson (attaquant d'Angers) : "Quand tout le monde y met du sien, l'équipe est capable de ce genre de performance. Par exemple, on a été très bon en infériorité numérique. Avec notre ligne, on a bien fait le boulot pour donner du rythme aux deux autres. C'est pareil avec l'équipe de France quand on joue le Kazakhstan, ils n'aiment pas le jeu physique."

 

Pavlodar - Angers 2-4 (0-1, 2-0, 0-3)
Samedi 10 janvier 2015 à 16h00 à l'Eisarena de Bremerhaven. 845 spectateurs.
Arbitrage d'Eduards Odins (LET) et Aleksi Rantala (FIN) assisté d'Andreas Flad et Lukas
Kohlmüller (ALL).
Pénalités : Pavlodar 6' (2', 2', 2') ; Angers 8' (2', 6', 0').
Tirs cadrés : Pavlodar 33 (9, 19, 5) ; Angers 23 (11, 5, 7).

Évolution du score :
0-1 à 16'16" : Crowder assisté de Busto et Skinnars
1-1 à 21'43" : Ri. Huna assisté de Rehak et Klemeshov
2-1 à 26'40" : Ri. Huna assisté de Rehak et Ro. Huna
2-2 à 41'53" : Albert assisté de Leveque
2-3 à 42'43" : Skinnars assisté de Campbell et Lahesalu
2-4 à 43'28" : Tifu assisté de Bisaillon et Skinnars (sup. num.)


Ertis Pavlodar

Attaquants :
Miroslav Zalesak - Tomas Vak (A) - Martin Hujsa
Richard Huna (+1) - Robert Huna (+1) - Denis Klemeshov (+1)
Martin Bellus (-2) - Andrei Troshchinski (A, -2) - Maksim Khudyakov (-2)
Peter Fabus (2') - Samuel Mylnarovic - Patrik Svitana (2')

Défenseurs :
Denis Rehak (+1) - Martin Cakajik
Michal Grman - Martin Chovan (+1)
Sergei Miroshnichenko (C, -2) - Aleksandr Lipin (-2, 2')
Vyacheslav Tryassunov

Gardien :
Jan Chovan

Remplaçant : Marek Pinc (G).

Angers

Attaquants :
Julien Albert (C, +1) - Brian Henderson (+1, 2') - Robin Gaborit (+1)
Guillaume Lefebvre - Yannick Tifu - Braden Walls (A, 2')
Johan Skinnars - Cody Campbell - Tim Crowder
Maxime Griet - Dimitri Thillet

Défenseurs :
Gary Lévèque (A, +2) - Michael Busto (+2)
Lauri Lahesalu (2') - Sébastien Bisaillon
Andrej Mrena (-1) - Florent Aubé (2') ou Paul Bahain (-1)

Gardien :
Jean-Sébastien Aubin

Remplaçants : Alexis Neau (G), Damien Sanchez, Sébastien Valade. Blessé : Alexis Crosnier.