Rouen - Grenoble (Ligue Magnus, 21e journée)

Un intérimaire sur le fauteuil de leader (ou plus si affinité ?)

Rouen (sans son capitaine Thinel) s'est assez logiquement imposé face à Grenoble (sans Simonneau) dans un duel d'ambitieux, au terme d'un match solide qui confirme complétement les progrès de la troupe du duo Salo-Fournier après la défaite concédée en finale de la coupe de la ligue, voilà moins de trois semaines, face, justement, aux hommes de Richard Martel.

2015-01-17-Rouen-GrenobleLe suspense a duré jusqu'au bout de la rencontre car les Dragons n'ont pas su tuer le match quand ils en ont eu la possibilité, à 5 contre 4 pendant cinq minutes. Là, les Brûleurs de Loups ont été énormes - ce qui leur aura peut-être coûté une meilleure lucidité en fin de match - et disciplinés ensuite. Trop tard, sans doute, face à ce Rouen-là !

Comme on pouvait s'y attendre, dans une patinoire archipleine aux marches occupées, avec une douzaine d'Irréductibles, c'est sur un rythme de play-off, avec de belles initiatives (plus souvent rouennaises), de l'intensité et de l'agressivité que s'est tenu ce choc.

Le RHE76 a paru mieux maîtriser ses possessions de rondelles, ses entrées et ses sorties de zone. Le GMH38, offensivement plus élémentaire et globalement moins inspiré, mais très travailleur, a choisi d'évoluer avec seulement quatre défenseurs après l'expulsion de Pierre-Luc Lessard en fin de premier tiers pour une charge irrégulière sur Léveillé qui est longtemps resté sur la glace après le choc (16'29). Les Grenoblois ont paru plus émoussés par tous les efforts défensifs entrepris en cours de match pour espérer égaliser à la régulière dans la dernière période.

Devant le territoire du gardien, Loïc Lampérier a contrôlé un rebond laissé libre, concédé par Zajkowski sur un tir de Manavian. L'ailier a ouvert le score en levant du revers la rondelle à mi-hauteur dans les filets (1-0 à 3'29).

2015-01-17-Rouen-Grenoble3En power-play, en sautant sur un ricochet du lancer de Hampus Gustafsson, Lafrance, dans le dos de la défense, tournait sur lui-même au poteau gauche et délivrait une passe improbable entre ses jambes vers Petit à droite qui a égalisé dans un filet ouvert (1-1 à 7'47).

Alors que les Grenoblois jouaient pour la troisième fois en moins de cinq minutes en infériorité, après une passe de Desrosiers à sa gauche, Francis Charland a frappé de la pointe pendant un jeu de puissance installé. En trouvant le filet côté mitaine à ras du poteau, l'ex-Grenoblois a donné définitivement les devants aux joueurs des bords de Seine (2-1 à 15'33). Le buteur rouennais se reprenait d'avoir manqué de précision – son tir était passé à gauche – après l'ouverture du score de Lampérier (5'21).

En toute fin de match, l'intensité et la rapidité des rotations grenobloises ont créé un surnombre chez les Rouennais qui ne suivaient plus. Mais alors qu'ils évoluaient en avantage de deux hommes car Michal Zajkowski avait été remplacé par un attaquant supplémentaire, les joueurs des berges de l'Isère ne faisaient plus l'effort de se replier. Danny Groulx recevait une passe transversale de Lacroix qui avait récupéré le palet dans la bande derrière le but. L'arrière recrue, non forcé, enfilait des poignets dans une cage vide dans un angle restreint à gauche du but (3-1 à 59'25). Il s'agit d'un but rare. De mémoire, votre serviteur ne se rappelle pas d'un but inscrit en cage vide pendant une infériorité sur l'île Lacroix.

Les Rhônalpins sont tombés sur un Nicola Riopel exemplaire. Le gardien normand a réalisé vingt arrêts. Solide au premier tiers, il a surtout été impeccable lorsqu'il lui a fallu tenir son équipe en double infériorité pendant une minute et vingt-trois secondes, à la mi-match, en fermant la porte à Danick Bouchard (32'58 & 33'22) et à Lafrance (33'35). Ce dernier n'aura pas su trouver la faille dans la cuirasse du portier local. Efficace et spectaculaire, « Rio » a saisi de la mitaine un lancer de l'ailier droit qui concluait un moment fort des visiteurs (28'54). Derechef, dans le dernier tiers, le gardien rouennais détournait de la jambière un ultime dangereux envoi Grenoblois de Toby Lafrance (52'15). Il aura eu de la chance, comme tout grand gardien, sur un lancer de Yorick Treille qui frappait son poteau droit alors qu'il semblait battu sur une attaque à deux-contre-un (21'28). Aussitôt après, il a su rester dans le match en frustrant Eric Chouinard lui-même (24'25).

2015-01-17-Rouen-Grenoble4Son vis-à-vis Michal Zajkowski n'a pas chômé non plus avec ses 29 arrêts (sur 31, le 32e tir rouennais a été dans une cage vide). Il a été plus mitraillé et pourtant aussi coriace. Il a été très dominateur lors des tirs-passes déviés à bout portant par Guénette (5'45) et Lampérier (10'46). Il a fait face du plastron aux lancers frappés pertinemment par Antonin Manavian (5'51, 15'03, 21'06).

Le gardien suédois a aussi gagné tous ses duels. Devant François-Pierre Guénette qui parvenait à provoquer le gardien alors que les Dragons évoluaient en infériorité (39'35). Face à Maxime Lacroix moyennement servi lorsqu'il s'échappait en sortant de la prison (40'55). Contre Wes Cunningham, de sa jambière, il déroutait la tentative de l'arrière qui s'était infiltré jusque devant lui (47'55). Mais son plus bel exploit ce fut un réflexe incroyable de la mitaine sorti de nulle part, juste assez pour dévier un petit lancer des poignets de François-Pierre Guénette devant son territoire et qui prenait le chemin du haut des filets (52'00).

Les organisations collectives défensives ont bien aidé leurs gardiens respectifs. Les Isérois ont tenu 1'45 à trois (Gervais-Tartari-Lessard) contre quatre, lorsque Sam Roberts a accroché Lampérier. Puis, cinq minutes à cheval sur les deux premières périodes quand, exclu, Pierre-Luc Lessard a été contraint de quitté ses coéquipiers (16'29). Ils ont annihilé un autre désavantage. De leur côté, comme on l'a vu plus haut, les trios Seino-marins (Manavian-Guénette-Groulx & Janil-Desrosiers-Coulombe), en double infériorité, ont repoussé l'attaque à cinq adverse pendant une minute en vingt-trois secondes dans le vingt médian (32'19). Ils sont aussi sortis indemnes de trois autres emprisonnements.

2015-01-17-Rouen-Grenoble2Les individualités ont aussi contribué à l'achoppement des défenses. Ainsi Coulombe face à un attaquant adverse (16'43) puis devant Chouinard (31'36), Lacroix au nez et à la barbe de Gustafsson (34'26), Janil face à un deux-contre-un avec Perret (36'38) et Jalbert contre Charland (47'29) ont contrarié les plus sérieux mouvements offensifs opposés.

Les Brûleurs de loups ont été plus disciplinés après un premier tiers où Pierre-Luc Lessard a manqué de discernement, surtout après la prison avertissement de Roberts qui avait donné de la crosse dans le dos de Saint-André contre la bande (15'13).

On a eu peur lorsque, Yorick Treille est resté allongé sur le ventre en trépignant des patins. L'international français (touché sur le côté droit ?) pouvait heureusement se relever sous les applaudissements de la foule. Il semble que l'ailier ait bloqué dans le haut du corps un lancer frappé de Danick Bouchard à la ligne bleue en powerplay pendant que le natif de Cannes faisait un écran devant Riopel (39'19).

Rouen fait la bonne affaire de la journée avec cette victoire qui propulse (théoriquement provisoirement) le club du président Thierry Chaix en haut du classement de la ligue Magnus. Reste à Grenoble ou à Angers de faire le boulot dans leurs matches de retard pour déloger les Dragons d'une place qu'ils n'avaient encore jamais occupée cette saison et à laquelle ils vont sans doute s'accrocher face à Brest et contre Chamonix, avant un possible sulfureux Angers-Rouen au Haras, le 31 janvier prochain, deux jours après un Angers-Grenoble décisif.

Étoiles du match : Nicola Riopel *** (Rouen), Michal Zajkowski ** (Grenoble), Loïc Lampérier * (Rouen)

 

Rouen – Grenoble 3-1 (2-1, 0-0, 1-0)
Samedi 17 janvier 2015 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2746 spectateurs.
Arbitrage de Bruno Colleoni assisté d'Anne-Sophie Boniface et David Courgeon.
Pénalités : Rouen 14' (4', 6', 4'), Grenoble 35' (8'+5'+20', 2', 0')
Tirs : Rouen 32 (17, 9, 6), Grenoble 21 (4, 12, 5)
Chances : Rouen 11 (5, 2, 4), Grenoble 8 (2, 5, 1)

Évolution du score :
1-0 à 03'29 Lampérier assisté de Manavian et Guénette
1-1 à 07'47 Petit assisté de Gustafsson et Lafrance (sup.num.)
2-1 à 15'33 Charland assisté de Desrosiers et Coulombe (sup.num.)
3-1 à 59'25 Groulx assisté de Lacroix et Cunningham (inf.num., cage vide)
 

Rouen

Gardien : Nicolas Riopel (20 arrêts)

Arrières : Patrick Coulombe – Jonathan Janil (A) ; Danny Groulx – Antonin Manavian ; Raphaël Faure – Wes Cunningham.

Attaquants : Julien Desrosiers (A) – Maxime Lacroix – Francis Charland ; Loïc Lampérier – François-Pierre Guénette (C) – Fabien Colotti ; Johan Saint-André – Daultan Léveillé – Dan Koudys.

Remplaçants : Fabrice Lhenry(G), Léo Guillemain, Aurélien Dorey, Loup Benoit, Alexandre Lubin et Valentin Jacques. Absents : Antoine Mony, Jeremy Delbaere, Théo Lanvers et Marc-André Thinel (épaule).

Grenoble

Gardien: Michal Zajkowski (29 arrêts)

Arrières: Pierre-Luc Lessard – Stéphane Gervais ; Dominic Jalbert – Nicolas Favarin ; Sam Roberts.

Attaquants: Mitja Sivic – Eric Chouinard (C) – Yorick Treille (A) ; Danick Bouchard – Félix Petit – Toby Lafrance ; Hampus Gustafsson – Christophe Tartari (A) – Jordann Perret.

Remplaçants : Jimmy Darier (G), Arnaud Faure, Quentin Scolari, Aubin Lamirault, Romain Chapuis et Julien Baylacq. Absents : Pierre-Antoine Simonneau (?) et Jakub Milovanovic (fin de contrat de joker médical).