Ligue Magnus (23e journée) : Marseille en point de mire

Rouen et Amiens auront-ils la tête au championnat, ce soir ? Moins de 48 heures avant le coup d'envoi de la finale de la Coupe de France à Marseille, Dragons et Gothiques risquent d'avoir un tout petit peu de mal à se concentrer sur cette 23e journée de Ligue Magnus. Pourtant, le RHE et le HCAS ont besoin de points, histoire de s'assurer un bon tirage pour les play-offs.
 
Battus mardi soir à Brest, les Rouennais viennent de retomber à la 3e place. Certes, le leader grenoblois n'est qu'à un point devant et peut encore être rattrapé. Mais les Normands doivent aussi éviter le retour d'Angers. Bref, pas question de prendre Chamonix à la légère. La bonne nouvelle, pour Rouen, c'est que les Haut-Savoyards ne se sont imposés qu'une seule fois en saison régulière de Ligue Magnus à l'île Lacroix. Cela remonte à la saison 2010-2011 (1-3). Mais les Chamoniards ont cette fois-ci beaucoup à perdre. Une défaite serait synonyme d'adieux définitifs au top 4. Côté rouennais, Marc-André Thinel n'est pas remis de sa blessure à l'épaule. Dans le camp haut-savoyard, on se passera des services de Julien Tremblay. Le meilleur buteur des Chamois a été victime d'une fracture d'une vertèbre cervicale, samedi dernier face au HCMAG. Sa saison est terminée. Laurent Gras, lui, est incertain.
Déjà en route pour Marseille, Amiens va faire un arrêt par Lyon pour y affronter ce soir le LHC. Et sur le papier, le groupe picard, deuxième meilleure attaque de la ligue (85 buts inscrits), part avec la faveur des pronostics face à la plus mauvaise défense du championnat (94 buts encaissés). Mais avec seulement trois points d'avance sur le HCMAG, les Lyonnais n'ont toujours pas assuré leur maintien parmi l'élite. Avant deux déplacements compliqués (à Morzine/Avoriaz/Les Gêts et Angers), les Lions veulent enchaîner avec un troisième succès de suite à Charlemagne.
Grenoble, de son côté, n'est pas non plus à l'abri. Les Isérois se déplacent à Strasbourg. Face à qui ils ont souvent eu du mal à s'imposer. Sur dix-sept duels entre les deux équipes depuis la montée des Bas-Rhinois en élite, treize matchs se sont achevés sur un écart maximum de deux buts. Et l'Étoile Noire risque d'être une nouvelle fois redoutable, surtout qu'elle panse petit à petit ses plaies. Sébastien Trudeau et Jordy Anglès ont déjà fait leur retour. Benjamin Danford, Preston Shupe et Anthony Gonçalves ont repris l'entraînement cette semaine. Finalement, seul Élie Marcos est toujours coincé à l'infirmerie. Mais les Alsaciens ont ces temps-ci un peu de mal à s'imposer à domicile. Ils n'ont remporté qu'une seule de leurs quatre dernières sorties à l'Iceberg.
Entre Angers et Morzine/Avoriaz/Les Gêts, de quel côté sera la pression ? Difficile à dire. Les Pingouins viennent de s'incliner face à Chamonix et Amiens. Résultat, ils occupent désormais la 13e place. Et s'il ne se reprend pas très vite, le HCMAG finira l'année en barrage de maintien. La bonne nouvelle, pour l'équipe de Tommie Hartogs, c'est qu'elle en a terminé avec les déplacements. Elle jouera ses quatre derniers matchs de saison régulière dans sa Skoda Arena. La mauvaise nouvelle, c'est qu'elle commence par recevoir Angers. La dernière victoire des Pingouins à domicile face aux Ducs remontent à la saison 2007-2008 (4-3). Côté angevin, pas question de brader la partie. Les joueurs de Réal Paiement ont une place dans le top 4 à consolider.
Un succès dans les Alpes, et Angers pourrait même, au classement, rattraper Gap. À condition que les Rapaces chutent face à Brest. Mais entre Haut-Alpins et Bretons, depuis le retour l'an dernier des Albatros en Ligue Magnus, c'est à chaque fois l'équipe qui reçoit qui s'impose. Avantage à Gap, donc. Certes lanterne rouge, Caen n'est toujours pas condamné. Mais les Drakkars n'ont pas intérêt à trainer en route pour ne pas voir s'évaporer leurs ultimes chances de maintien. Du coup, les Normands tâcheront de dominer Briançon. Mais les Diables Rouges restent sur six succès d'affilée face aux Normands. On devrait voir du spectacle, enfin, entre Épinal et Dijon. Depuis la création de la Ligue Magnus, aucun duel entre deux équipes n'a été plus prolifique. Depuis 2004, on y marque en moyenne 8,05 buts par match. Et si l'on ne garde que les dix dernières rencontres, la statistique monte à 9,7 buts par match.
 
Le programme :
 
Rouen (3e, 32 pts, 16 v, 6 d) - Chamonix (5e, 28 pts, 12 v, 2 dprl, 2 dtab, 5 d), ce soir à 20 heures. À l'aller : victoire de Chamonix (4-3). La cote : Rouen 60 % / Chamonix 40 %.
Strasbourg (8e, 21 pts, 10 v, 1 dprl, 10 d) - Grenoble (1er, 33 pts, 15 v, 2 dprl, 1 dtab, 3 d), ce soir à 20 heures. À l'aller : victoire de Grenoble (2-1). La cote : Strasbourg 40 % / Grenoble 60 %.
Épinal (9e, 21 pts, 10 v, 1 dprl, 11 d) - Dijon (10e, 20 pts, 9 v, 2 dtab, 10 d), ce soir à 20 h 15. À l'aller : victoire d'Épinal (1-4). La cote : Dijon 60 % / Épinal 40 %.
Briançon (7e, 26 pts, 12 v, 2 dprl, 7 d) - Caen (14e, 14 pts, 4 v, 4 dprl, 2 dtab, 11 d), ce soir à 20 h 30. À l'aller : victoire de Briançon (2-3 tab). La cote : Caen 40 % / Briançon 60 %.
Gap (2e, 32 pts, 15 v, 2 dprl, 5 d) - Brest (12e, 16 pts, 6 v, 3 dprl, 1 dtab, 12 d), ce soir à 20 h 30. À l'aller : victoire de Brest (5-4). La cote : Gap 60 % / Brest 40 %.
HCMAG (13e, 15 pts, 8 v, 14 d) - Angers (4e, 31 pts, 14 v, 2 dprl, 1 dtab, 3 d), ce soir à 20 h 30. À l'aller : victoire d'Angers (5-1). La cote : HCMAG 40 % / Angers 60 %.
Lyon (11e, 18 pts, 8 v, 1 dprl, 1 dtab, 12 d) - Amiens (6e, 26 pts, 11 v, 3 dprl, 1 dtab, 7 d), ce soir à 20 h 30. À l'aller : victoire d'Amiens (6-3). La cote : Lyon 40 % / Amiens 60 %.
 
Prochaine journée (samedi 31 janvier) : Angers – Rouen, Brest – Caen, Amiens – Strasbourg, Grenoble – Dijon, Chamonix – Gap, Briançon – Épinal, HCMAG – Lyon.
 

LES CHIFFRES.- On va franchir des caps ce soir. Jules Breton (Lyon) disputera face à Amiens son 50e match de saison régulière en Ligue Magnus. Kyle Hardy (Chamonix) en sera, lui, à 100, Jonathan Avenel (Brest) à 150 et Gary Lévèque (Angers) à 250. Du côté des entraîneurs, et toujours concernant le nombre de match en saison régulière, Jarmo Tolvanen passera lui la barre des 100. Le technicien finlandais est arrivé en 2011 à Dijon.