Gap - Brest (Ligue Magnus, 23e journée)

À court de munitions...

Le déplacement à Gap est l'un des plus longs déplacements de la saison pour des Bretons qui n'ont toujours pas connu le succès hors de leur base. Pour ajouter un peu de piment, Sébastien Oprandi devait composer sans quatre de ses joueurs : Jaroslav Prosvic, Nicolas Motreff et Alexandre Quesnel et Jonathan Avenel.

Paradoxalement, la dynamique brestoise permet aux visiteurs de rêver. À l'issue de la dernière journée de championnat, les pensionnaires du Rinkla Stadium ont cédé la lanterne rouge à la suite d'une improbable victoire à la maison face au leader d'un soir, Rouen... Mais l'Alp'Arena n'a rien à voir avec le nid douillet du Rinkla, et ce malgré le déplacement de quelques courageux Brestois dans la capitale douce. Et l'enjeu est de taille pour Brest, qui joue sa peau dans l'élite !

Le volatile gapençais reste quant à lui sur une intéressante série de six succès de rang et présente une fiche de 10 victoires pour 2 revers à domicile. Seuls Lyon et Strasbourg ont su prendre la forteresse gapençaise cette saison en Ligue Magnus. Un défi de taille pour des Brestois toujours vierges de succès à l'extérieur.

BERTEINleo20141101085En première période, les Rapaces ne font pas de cadeaux aux visiteurs et ouvrent très vite la marque sur un jeu de possession de la ligne Valchar-Pérez-Arrossamena. L'ex-Briançonnais fait trembler les filets en surprenant Bertein entre les jambes, et marque par la même occasion son premier but de l'année 2015. La pression se poursuit dans les minutes qui suivent et Bertein est littéralement pilonné. Dans la période, le portier brestois fait face à 26 lancers, et craquera en toute fin face au duo Golicic-Pard. Avec dix secondes à faire à la période, Pard fait le break face à son ancienne équipe et donne de l'air aux Rapaces.

Au retour des vestiaires, les Rapaces peinent à se mettre à l'abri en inscrivant le troisième but si important. La domination est toujours aussi franche, mais Gap ne sait que faire du palet en zone offensive. Et ce sont finalement les visiteurs qui se procurent les plus belles opportunités. En fin de deuxième période, le duo Breault/To-Landry est proche de débloquer le compteur pour Brest, mais Charles Lavigne se couche à deux reprises. Brest ferme le jeu en zone neutre pour mieux évoluer en contre, et Breault en solitaire lobe Lavigne du revers, mais le palet est sauvé in extremis. Brest n'arrive pas à marquer mais fait preuve d'un courage exemplaire dans les 1 contre 1, permettant à Bertein de conserver sa cage inviolée à l'issue du second vingt.

Dans l'ultime tiers, la fatigue a raison des Albatros. Plus laxistes dans l'application de leur trappe de zone neutre, les hommes de Sébastien Oprandi craquent. Pard inscrit son second de la partie sur une entrée de zone en solitaire, conclue par un tir du revers précis. Le pressing n'est plus aussi agressif, et le jeu de possession gapençais paye (enfin) lorsque de la pointe, Chad Langlais trouve Da Costa. Esseulé dans l'enclave, l'ex-Caennais n'a plus qu'à ajuster Bertein pour porter la marque à 4-0...

7e victoire de rang pour les Rapaces qui s'approchent doucement d'un top-4 assez surprenant. Une victoire samedi prochain à Richard-Bozon face au concurrent chamoniard et Gap aura son laisser-passer pour les quarts... Pour Brest, c'est (beaucoup) plus compliqué. Une lutte à trois se dessine avec Caen et Morzine et l'affrontement direct entre Albatros et Drakkars ce samedi s'annonce explosif. À trois journées de la fin, cette Ligue Magnus n'a pas encore rendu son verdict et la lutte sera, comme l'an dernier, acharnée en bas du classement.

Réactions d'après match :

Matthieu Frécon (attaquant de Gap) : "On les attendait de pied ferme, c'était une équipe à prendre très au sérieux. On sait que Brest a un style de jeu assez particulier et on a eu l'occasion de bien l'étudier à la vidéo. On a respecté le plan de match et ça s'est très bien passé. Ce soir on assure un peu notre place dans le top-4."

Luciano Basile (entraîneur de Gap) : "On a dominé au registre des tirs, des occasions et en terme de possession de palet, mais il a fallu rester concentré car on a tardé à faire le break dans le match. En zone offensive, on n'a jamais joué à plus de deux attaquants dans le fond de la zone, et on a gardé le 3e attaquant sur la ligne bleue pour donner le moins d'occasions possibles en contre, comme ça avait été le cas au match aller. J'ai utilisé mes 4 unités sur l'ensemble du match aujourd'hui, car cela permettait de mieux défendre et d'exercer beaucoup de pression sur l'adversaire sans le palet. Cela nous prépare aussi en vu des playoffs car on aura besoin de tout le monde. Mathématiquement, on n'est pas encore assuré de terminer dans le top-4, et le match de samedi à Chamonix sera très compliqué. Pour préparer l'échéance, il faudra se reposer, et c'est la raison pour laquelle j'ai donné un week-end au complet pour la première fois de la saison."

OPRANDIsebastien20140904066Sébastien Oprandi (entraîneur de Brest) : "C'était un match important et on a lutté avec le peu d'armes que l'on avait : un bon gardien et une équipe solidaire défensivement. On a également dû jouer les contres, chose que l'on ne fait pas d'habitude, mais nous y étions contraints. C'est la première fois que l'on perd autant de joueurs en si peu de temps. Entre le match contre Rouen et l'entraînement de jeudi, on perd trois joueurs supplémentaires. On ne peut pas se passer de 4 joueurs qui jouent sur les 3 premiers blocs, on n'a pas la profondeur qui nous le permet. Je tiens tout de même à tirer un coup de chapeau à mes joueurs qui ont retardé l'échéance jusqu'en troisième période. On va tout faire pour accrocher cette douzième place, je suis persuadé que les équipes de bas de tableau vont refaire chuter des grosses équipes d'ici la fin de la saison."

Benjamin Breault (attaquant de Brest) : "En première période, on avait l'impression d'affronter une tornade ! Ensuite on a eu des belles opportunités mais il y a des soirs où ça ne rentre pas. Il faut donner du crédit à Charles Lavigne qui a connu un très bon match. Il a eu à faire des arrêts importants, surtout en seconde période. Nous avons perdu beaucoup de gars au cours de la semaine et c'est difficile de composer alors que les lignes sont modifiées : j'ai bougé du centre à l'aile gauche au cours du match et ça demande certains ajustements. On a essayé de jouer un match un peu plus défensif en attendant les erreurs adverses. C'est à nous d'imposer notre rythme en bas de tableau, et nous ne devons pas attendre un faux-pas des concurrents directs pour nous sauver."

 

Gap - Brest 4-0 (2-0, 0-0, 2-0)
Vendredi 23 janvier à 20h30 à l'Alp Arena. 2057 spectateurs.
Arbitrage de Benjamin Gremion assisté de Gabriel Pointel et Frédéric Peurière.
Pénalités : Gap 18' (2', 2', 4'+10') ; Brest 22' (4', 2', 6'+10').
Tirs : Gap 69 (26, 23, 20) ; Brest 17 (6, 6, 5).

Évolution du score :
1-0 à 01'03" : Perez assisté de Kramar et Valchar
2-0 à 19'50" : Pard assisté de Golicic et Bartman
3-0 à 43'59" : Pard assisté de Perez
4-0 à 58'50" : Da Costa assisté de Langlais et Pard


Gap

Attaquants :
Bostjan Golicic - Nicolas Ritz - Karel Richter
Radim Valchar - Mickaël Perez - Nicolas Arrossamena
Sébastien Rohat - Kevin Da Costa - Nicholas Pard
Loïc Chapelier (ou Cédric Guiberteau) - Matthieu Frecon - Paul Schmidt

Défenseurs :
Chad Langlais - Brett Bartman
Matt Wahl - Dominik Kramar
Teddy Trabichet - Alexandre Cornaire

Gardien :
Charles Lavigne

Remplaçants : Aurélien Bertrand (G), Louis Seignez.

Brest

Attaquants :
Dimitri Motreff - Graham Avenel - Jérémie Romand
Sébastien Delemps - Benjamin Breault - Vikhael To-Landry
Bryce Reddick (pallie les absences en attaque) - Quentin Berthon - Michal Dian

Défenseurs :
Tim Hartung - Jason Crossman
Edgars Dikis - Vladimir Holik
Aurélien Gréverend - Gaëtan Cannizzo
David Hennebert

Gardien :
Léo Bertein

Remplaçant : Arnaud Goetz (G). Absents : Jaroslav Prosvic, Nicolas Motreff, Alexandre Quesnel et Jonathan Avenel.