Ligue Magnus (24e journée) : une journée pleine d'enjeux

La Ligue Magnus attaque ce soir la dernière ligne droite de sa saison régulière. À trois matchs du début des play-offs, dans ce championnat où tout le monde s'amuse à battre tout le monde, beaucoup de choses peuvent encore se passer. Et personne n'est assuré de conserver sa place.
 

Prenez le top 4, par exemple, où l'on se tient en à peine trois points. Seul Grenoble est certain d'y rester jusqu'au bout. Les Isérois possèdent sept longueurs d'avance sur le 5e, Briançon. Qui, au mieux, empochera six points d'ici le 13 février, date de la 26e et ultime journée. Mais le leader peut quand même encore se faire doubler par Gap, Rouen et Angers. Pour le moment, les Brûleurs de Loups ne sont pas trop inquiets. Avec trois points d'avance sur leurs premiers poursuivants, les joueurs de Richard Martel ont le droit à un joker. Qu'ils éviteront quand même d'utiliser face à Dijon, un adversaire bien parti pour disputer les play-offs, mais toujours pas mathématiquement assuré d'éviter les play-downs. Entre Ducs et BDL, les rencontres sont souvent tendues. Douze de leurs vingt-et-une dernières confrontations se sont achevées sur un écart d'un seul but. Les Bourguignons, vainqueurs à cinq reprises en onze déplacements cette saison, sont capables d'embêter une nouvelle fois la formation grenobloise. Côté effectif, Grenoble évoluera sans Nicolas Favarin. À Dijon, Henri-Corentin Buysse, malade et forfait mardi à Briançon, devrait retrouver sa place. Anthony Rech est, lui, incertain.
 
Ça va bouger, aussi, entre Angers et Rouen. Ces deux vieilles connaissances ont souvent du mal à se départager. Quinze de leurs vingt-et-unes dernières rencontres se sont terminées par un écart maximal de deux buts. Les Ducs n'abordent pas la partie dans les meilleures conditions. Certes, les Angevins ont facilement dominé Strasbourg mardi soir (6-1). Mais ils se sont aussi inclinés jeudi contre Grenoble (5-6 tab). Ces deux matchs joués en 48 heures ont forcément laissé des traces. Rouen, de son côté, a eu le temps de savourer sa coupe de France avant de replonger dans le bain du championnat. Les Dragons apprécient en plus l'atmosphère du Haras. Ces cinq dernières saisons, ils s'y sont imposés à onze reprises en seize visites (saison régulière et phases finales confondues).
 
Suspense attendu entre Grenoble et Dijon, suspense attendu entre Angers et Rouen, et suspense attendu, aussi, entre Chamonix et Gap. Lors de leurs cinq derniers affrontements en saison régulière, Chamois et Rapaces ont eu trois fois recours aux tirs au but pour se départager. La pression, cette fois-ci, est sur les épaules des Chamois. Une défaite sortirait définitivement de la course au top 4 une équipe toujours contrainte d'évoluer sans son meilleur pointeur Julien Tremblay.
 
Mais c'est surtout dans le bas de tableau que les choses devraient se décanter puisque les quatre derniers du classement s'affrontent dans une sorte de barrage de maintien avant l'heure. Pour le moment, Lyon et Morzine/Avoriaz/Les Gêts, opposés sur la glace haut-savoyarde de la Skoda Arena, sont mieux embarqués que Caen et Brest, qui se retrouveront en Bretagne. Une victoire des Lions dans le Chablais pourraient mettre les Rhodaniens quasiment à l'abri. Une défaite, et les promus plongeraient dans la zone rouge... Un succès, et le HCMAG serait lancé vers les play-offs. Un revers, et les joueurs de Tommie Hartogs se compliqueraient la tâche avant de recevoir, dans 10 jours, Rouen. Bref, entre la plus mauvaise attaque de la ligue (le HCMAG, seulement 60 buts inscrits) et la pire défense de France (Lyon, déjà 99 buts encaissés), le match risque d'être un peu compliqué... Sur le papier, Morzine/Avoriaz/Les Gêts a quand même la faveur des pronostics. Les Haut-Savoyards ont récemment dominé Grenoble et Angers. Alors que Lyon reste sur deux échecs (à Épinal et contre Amiens) et ne s'est plus imposé à l'extérieur depuis le 26 décembre (2-5 à Gap). Côté lyonnais, le défenseur finlandais Pasi Hirvonen devrait faire son retour. Quentin Jacquier est en revanche annoncé absent. Brest et Caen, eux, ne calculent plus. Certes, pour les deux derniers, une défaite ne serait pas mathématiquement synonyme de play-downs. Mais leur retard deviendrait quasiment irrattrapable. Depuis les retrouvailles entre Albatros et Drakkars l'an passé en élite, c'est à chaque fois l'équipe qui reçoit qui s'impose. Avantage, donc, aux Bretons. Caen sera du reste privé de Thibault Geffroy. L'attaquant normand a écopé de quatre matchs de suspension (dont deux avec sursis) après son expulsion face à Briançon le 23 janvier.
 
C'est paradoxal, mais c'est ainsi. Épinal a plus souvent battu Briançon dans les Hautes-Alpes (3 victoires) que dans son antre de Poissompré. Résultat : au moment d'accueillir les Vosgiens, les Diables Rouges sont méfiants. Pour se rassurer, les Haut-Alpins peuvent toujours se dire qu'ils ont remporté sept de leurs huit derniers matchs disputés à domicile. Les Spinaliens, eux, restent sur six revers de suite en déplacement. La défaite en finale de coupe de France a-t-elle été digérée à Amiens ? Les Gothiques tâcheront de le prouver face à Strasbourg, une équipe que les Picards ont déjà dominée cinq fois cette saison en cinq confrontations (4-11 en championnat, 1-2 et 5-2 en coupe de la Ligue, 2-3 ap en coupe de France). L'Étoile Noire n'a, en plus, gagné qu'une seule de ses huit visites dernières au Coliseum (3-4 en 2012-2013). Côté strasbourgeois, Élie Marcos sera de retour face à son club formateur. Preston Shupe devrait de nouveau manquer à l'appel.
 
Le programme :
 
Angers (4e, 34 pts, 15 v, 2 dprl, 2 dtab, 4 d) - Rouen (3e, 34 pts, 17 v, 6 d), aujourd'hui à 18 h 30. Match aller : victoire de Rouen (3-2 tab). La cote : Angers 45 % / Rouen 55 %.
Brest (14e, 16 pts, 6 v, 3 dprl, 1 dtab, 13 d) - Caen (13e, 16 pts, 5 v, 4 dprl, 2 dtab, 12 d), aujourd'hui à 18 h 40. Match aller : victoire de Caen (4-3). La cote : Brest 55 % / Caen 45 %.
Amiens (7e, 28 pts, 12 v, 3 dprl, 1 dtab, 7 d) - Strasbourg (9e, 22 pts, 10 v, 2 dprl, 11 d), aujourd'hui à 20 heures. Match aller : victoire d'Amiens (4-11). La cote : Amiens 60 % / Strasbourg 40 %.
Grenoble (1er, 37 pts, 17 v, 2 dprl, 1 dtab, 3 d) - Dijon (10e, 20 pts, 9 v, 2 dtab, 12 d), aujourd'hui à 20 heures. Match aller : victoire de Grenoble (2-3 tab). La cote : Grenoble 70 % / Dijon 30 %.
Chamonix (6e, 29 pts, 12 v, 3 dprl, 2 dtab, 6 d) - Gap (2e, 34 pts, 16 v, 2 dprl, 5 d), aujourd'hui à 20 h 30. Match aller : victoire de Gap (6-5 tab). La cote : Chamonix 45 % / Gap 55 %.
Briançon (5e, 30 pts, 14 v, 2 dprl, 7 d) - Épinal (8e, 23 pts, 11 v, 1 dprl, 11 d), aujourd'hui à 20 h 30. Match aller : victoire de Briançon (2-6). La cote : Briançon 65 % / Épinal 35 %.
HCMAG (12e, 16 pts, 9 v, 14 d) - Lyon (11e, 18 pts, 8 v, 1 dprl, 1 dtab, 13 d), aujourd'hui à 20 h 30. Match aller : victoire de Lyon (3-2). La cote : HCMAG 60 % / Lyon 40 %.
 
Prochaine journée (mardi 10 février) : Strasbourg - Angers, Dijon - Briançon, Caen - Amiens, Épinal - Brest, HCMAG - Rouen, Lyon - Chamonix, Gap - Grenoble.
 

LES CHIFFRES.- Plusieurs joueurs de Ligue Magnus disputeront ce soir leur 50e rencontre de saison régulière en élite. Ce sera ainsi le cas pour Benjamin Breault (Brest), Vadim Gyesbreghs (Caen), Shawn Stuart (Amiens), Jan Pardavy (Strasbourg), Radim Valchar (Gap), Gasper Cerkovnik (Briançon), Félix Petit (Grenoble) et Francis Meilleur (Lyon). 50, ce sera aussi le nombre de matchs arbitrés par Laurent Garbay une fois le coup d'envoi d'Angers - Rouen donné. L'entraîneur brestois Sébastien Oprandi officiera, lui, pour la 50e fois de sa carrière sur un banc en LM. Les 50 parties au plus haut-niveau, Steven Cacciotti, Mitja Sivic et Damien Torfou les ont depuis longtemps dépassées. Le Dijonnais atteindra ce soir les 100 et le Grenoblois les 200. Quant au défenseur de Chamonix, il franchira face à Gap le cap des 250.