Amiens - Strasbourg (match amical)

Soirée de gala à Wasquehal

Pour sa troisième édition, le Hockey Show fait encore la part belle à deux formations de Ligue Magnus, qui se sont affrontées il y a quatre jours à peine. Vainqueur au Coliseum, l’Étoile Noire de Strasbourg retrouve la patinoire Serge-Charles un an après y avoir rencontré les Ducs d’Angers, à l’époque auréolés d’une Coupe de France qui vient d’échapper aux Picards sur la glace de Marseille.

À quelques encablures de la dernière ligne droite en saison régulière, où les deux protagonistes se suivent aux septième et huitième rangs, l’occasion est belle d’opérer quelques réglages dans une ambiance de fête que le club du Président Decock tente de retrouver en cette saison synonyme de retour au jeu de l’équipe première. La manifestation est placée sous le signe de la solidarité, par le biais de l’association Force Hémato, qui récolte des fonds pour la lutte contre les maladies du sang. Les U7 et U9 chauffent la glace dès 19 heures, avant le show d’un jeune couple de l’Entente Patinage Wasquehal Lille Métropole.

Nullement rassasié par la venue de pensionnaires de l’élite du hockey français, dont une formation gothique appelée, comme il le rappelle, dans les années futures à devenir le porte-étendard de la discipline dans une région aux contours élargis, le Président Guy Decock a convié une légende du football belge. En effet, d’un pas moins alerte que les inspirations géniales réservées aux inconditionnels de l’AJ Auxerre ou de l’AS Monaco des années 1980-1990, l’ancien numéro 10 des Diables Rouges, Enzo Scifo, est venu saluer les représentants de deux villes où le ballon n’a pas toujours bien roulé ces dernières années.

Devant des travées combles, la rencontre débute par une série d’attaques rapides d’Alsaciens à l’affût de la moindre opportunité de contrer. Sans les expérimentés Pardavy et Cibula, restés à la maison, Daniel Bourdages dispose quand même de quatre lignes d’attaque où figure notamment Thomas Mathieu, auteur de 16 points en U22 Excellence. Le premier à se mettre en évidence est Julien Bauemlin, au pressing sur Coburn avant de butter sur le Nordiste Guillaume Duquenne, seule surprise de l’alignement mis en place par Barry Smith et vigilant sur un essai de Marcos venu de la gauche. Le Dunkerquois demeure solide aux devants de Peter Bourgaut, oublié dans l’enclave.

S’ils concèdent ces occasions dangereuses, les Gothiques n’en demeurent pas moins présents dans la zone strasbourgeoise, sans pour autant employer outre-mesure un Vladimir Hiadlovsky toujours spectaculaire, comme en témoigne une tentative de relance à la façon d’un joueur de MLB, sur le premier tir à la bleue de Jamie VanderVeeken…

À la faveur d’une bonne présence dans la neutre, et de plusieurs palets récupérés, notamment face à Elie Marcos, les Picards accentuent la pression. Les dédoublements de passes entre Bastien, Champagne et Kazarine affolent la défense de l’Étoile Noire, qui souffle en voyant les trois compères regagner le banc. Une perte de palet de Goncalves aux dépens de Guillaume offre à Carpentier, au centre, la meilleure occasion des noirs, mais Hiadlovsky retarde l’échéance… Lors des secondes suivantes, Marc Bélanger, posté dans son dos, offre un caviar à Shayne Stockton, l’Américain surgissant dans l’enclave pour loger, sans contrôle, le disque dans la lucarne droite (1-0 à 14’01").

Seule réussite du tiers, car un cafouillage de VanderVeeken n’est pas exploité par Preston Shupe, qui rate la cage d’un Guillaume Duquenne rassurant de la mitaine face à Valentin Michel. La pause arrive assez rapidement, le jeu étant rarement interrompu et le banc des pénalités demeurant inoccupé.

Le dynamisme de la rencontre s’accompagne entre les deux premiers tiers-temps d’exercices tout aussi spectaculaires pour le public. Ce dernier peut ainsi apprécier la force de frappe de Ben Danford et Jamie VanderVeeken, « flashés » à 107 et 113 kilomètres/heure pour le premier et 94 et 133 pour le second, qui succède ainsi à Cody Carlson, distingué l’an dernier.

Passé l’exercice de « short-track » entre Tarik Chipaux et Nicolas Leclerc, affublé pour l’occasion d’un casque rose du plus bel effet, les Gothiques reprennent le jeu dans une formation légèrement remaniée. Axel Rioux et Marius Serer sont désormais alignés aux côtés de Devin Gannon, ce qui ne semble pas freiner leurs automatismes car ils sont les principaux acteurs du deuxième filet aux dépens d’un portier slovaque surpris (2-0 à 22’08"). Et l’arrière-garde venue de l’Est de souffrir sur une saillie de Kevin Dusseau, trop rapide, et auteur d’une passe pour Champagne. Son homologue amiénoise semble bien en place, contraignant les quelques assaillants à lancer de très loin (Mathieu).

Les apparences sont trompeuses : Tarik Chipaux est oublié au second poteau, puis VanderVeeken est pris de vitesse par Julien Burgert, déjoué par la botte de Duquenne. Et la présence de Shawn Stuart n’empêche pas Sébastien Trudeau, lancé sur l’aile gauche par Goldberg, de trouver la lucarne (2-1 à 28’39").

À peine le temps pour Gilles Beck d’investir la cage de l’Étoile Noire que ses équipiers remettent le couvert. Une passe idéale de Preston Shupe le long de la bande, toujours côté gauche, est parfaitement exploitée par le remuant Peter Bourgaut, dont le lancer croisé du revers soulève l’admiration du public (2-2 à 30’14").

Surpris en moins de deux minutes, Amiens riposte sans coup férir. Trente secondes plus tard, dans la foulée d’un gros travail de Joël Champagne, le lancer puissant de Greg Coburn est repoussé en catastrophe par Beck, sur Rémi Thomas (3-2 à 30’46").

Le jeu va d’un camp à l’autre et les opportunités franches se succèdent : si Elie Marcos manque de peu l’égalisation, Romain Bault contre-attaque et engage un « 3 contre 1 », qu’il ponctue d’un tir sur le poteau droit, ayant préféré le lancer à la passe. Le défenseur gothique n’est pas plus heureux sur l’engagement, s’emparant de la rondelle pour contourner la défense et trouver la mitaine du nouvel entrant.

Le temps d’effectuer le tirage au sort de la prochaine Nord Cup (Trophée U11 Michel Breistroff), qui verra cette année de nouvelles formations étrangères investir la patinoire Serge-Charles, comme les Bulldogs de Liège ou… les Sand Storms de Dubaï, le jeu reprend sur le même tempo. Julien Burgert accélère sur la droite, freine et sert Kenneth Peroff, intercalé au centre. Le défenseur canadien s’y prend à deux fois pour tromper Duquenne (3-3 à 42’19").

Et l’on voit même un début d’échauffourée, occasion pour le trio arbitral mené par Monsieur Hauchart de sanctionner Shayne Stockton, seul banni de la soirée. Sans conséquence sur le tableau d’affichage, seul Peroff parvenant à se montrer dangereux sur l’avantage numérique, d’une tentative à travers le trafic. Au complet, Amiens passe près du but quand Marius Serer redirige une passe inspiré de Rioux et lorsque le troisième larron Devin Gannon tente de surprendre Beck en repiquant de l’arrière de la cage. La configuration de la fin de rencontre s’apparente à un scénario de déjà-vu en période inaugurale : l’Étoile Noire guette toute erreur de transmission parmi les rangs de Gothiques appliqués à construire depuis l’arrière. Tactique qui aurait pu payer sur une relance de Dusseau, galvaudée par un Tarik Chipaux pourtant patient dans le dernier geste, une interception de Goncalves devant Coburn obligeant Duquenne à s’employer et une reprise sans contrôle de ce même Anthony Goncalves, repoussée par le montant.

Histoire de trouver un vainqueur à cette rencontre plutôt équilibrée et disputée dans un bon esprit, une séance de tirs au but est organisée. L’occasion pour le fidèle backup Gilles Beck de s’illustrer par trois arrêts en autant de lancers : de la botte devant Joël Champagne, en lisant la feinte de Marc Bélanger et en ne tremblant pas sur un dernier lancer en force de Jamie VanderVeeken, qui aurait pu prolonger la séance. Pierrick Hoehe s’est chargé entre-temps d’ajuster Guillaume Duquenne côté bâton, occasionnant une effusion de joie parmi ses partenaires, sous le regard des organisateurs comblés par cette troisième édition.

De quoi préserver le moral des joueurs du Bas-Rhin, à quelques jours d’un final face à Angers et Rouen où ils tenteront de préserver leur huitième place, convoitée par le voisin spinalien.

Commentaires d’après-match :

Daniel Bourdages (entraîneur de Strasbourg) : "Quand Frédéric Nilly nous a contactés pour participer à cette soirée, nous n’avons pas hésité. Cela permet de garder le rythme à un moment où nous n’avons pas de matchs à disputer, avant d’affronter Angers. Je suis satisfait de la rencontre, Amiens a également joué le jeu. Nous avons souffert en janvier à cause de six absences (Shupe, Marcos, Trudeau, Danford, Goncalves, Angles). Même si nous avons pu gagner des points, la fatigue s’est ressentie ; jouer à trois lignes a demandé des efforts importants. Ce soir on a pu enfin évoluer à quatre lignes et l’on a pu voir aux deuxième et troisième tiers-temps que l’équipe a une bonne condition physique. L’état d’esprit et la confiance seront à préserver pour les play-offs."


Amiens - Strasbourg 3-4 (1-0, 2-2, 0-1, 0-1).
Mercredi 4 février 2015 à 20h30 à la patinoire Serge-Charles de Wasquehal.
Arbitrage d’Alexandre Hauchart assisté de Yann Furet et Aurélien Smeeckaert.
Pénalités : Amiens 2’ (0’, 0’, 2’), Strasbourg 0' (0’, 0’, 0’).
Tirs : Amiens 27 (8, 10, 9), Strasbourg 25 (7, 8, 10).

Évolution du score :
1-0 à 14'01" : Stockton assisté de Bélanger
2-0 à 22'08" : Serer assisté de Rioux et Stockton
2-1 à 28'39" : Trudeau assisté de Goldberg
2-2 à 30'14" : Bourgaut assisté de Shupe
3-2 à 30'46" : Thomas assisté de Coburn et Champagne
3-3 à 42'19" : Peroff assisté de Burgert

Tirs au but :
Strasbourg : Goncalves (arrêté), Hoehe (réussi), Bauemlin (manqué)
Amiens : Champagne (arrêté), Bélanger (arrêté), VanderVeeken (arrêté)

Amiens

Gardien : Guillaume Duquenne.

Défenseurs : Nicolas Leclerc – Shawn Stuart; Jamie VanderVeeken – Fabien Bourgeois ; Greg Coburn – Kevin Dusseau ; Romain Bault.

Attaquants : Romain Carpentier – Julien Guillaume (Gannon à 20’00") – Quentin Fauchon ; Marc Belanger (C) – Shayne Stockton – Kevin Bruijsten ; Fabien Kazarine - Joêl Champagne - David Bastien ou Rémi Thomas ; Marius Serer – Devin Gannon (Guillaume à 20’00") – Axel Rioux.

Remplaçant : Mitch O’Keefe (G).

Strasbourg

Gardien : Vladimir Hiadlovsky puis Gilles Beck à 29’35".

Défenseurs : Pierre Bougé – Jakob Goldberg ; Kenneth Peroff - David Striz ; Matthew Bruneteau – Benjamin Danford.

Attaquants : Anthony Goncalves – Tarik Chipaux – Valentin Michel ; Pierrick Hoehe – Julien Baeumlin – Jordy Angles ; Peter Bourgaut – Julien Burgert – Preston Shupe ; Mathieu Thomas – Elie Marcos (C) – Sébastien Trudeau.

Absents : Jan Pardavy, Jan Cibula.